A new Shinigami ?!
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



A new Shinigami ?!

Invité






MessageSujet: A new Shinigami ?!
Dim 14 Juil - 19:46

Liens :


Yamashiro
Wataru




Nom : Yamashiro


Prénom : Wataru


Pseudonyme : Aucun en particulier


Age : Semble avoir un peu moins de la trentaine, bien que ce soit difficile d'en juger à cause de son masque.


Genre: Masculin


Grade désiré(division/etc) : Le plus haut possible dans la 8ème division serait bien ...


-------------------


Description Physique :

Il est difficile de dire réellement à quoi ressemble Wataru, en raison de son masque. Comme celui-ci cache entièrement son visage, on ne peut pas savoir à quoi il pense, ou même connaître ses réactions. La seule chose à laquelle on peut se fier, c'est sa voix. C'est peut être pour ça que les discussions avec Wataru ne sont en général pas très longues … Mais si vous voulez vraiment tout savoir, voici la description physique de Wataru !




Commençons par son visage, ou ce qui en approche. Comme dit précédemment, Wataru porte son masque en permanence. Il ne vous servirai donc à rien de savoir comme est son visage. Je vais donc plutôt vous décrire son masque. C'est mieux … Tout d'abord, il faut savoir que ce masque représente un ours. Stylisé, certes, mais un ours quand même. Peut être certains perspicaces l'auront déjà remarqué, mais il faut quand même le préciser pour les lecteurs dont la perception est limitée. Premier point choquant dans ce masque, les yeux. En effet, qui s’attendrait, en pleine montagne, à tomber nez à nez avec un ours aux yeux tellement écarquilles qu'on se demanderai si il a pas ait une LSD party dans sa tanière ? Deuxième point plutôt pas rassurant, la bouche. Pourquoi pas rassurant, me demanderez-vous ? Mais les enfants, avez-vous déjà été croqués par un ours avec des dents de trente centimètres ? Néanmoins, Pas une seule carie. A croire que les nounours prennent plus soin de leurs dents que certains humains. Ah ! Serait-ce un mignon museau que j'aperçois au dessus de cette méchante boubouche ? Ah, oui ! Un mignon petit museau tout rond tout noir. Néanmoins, c'est bien l'un des seuls éléments mignons de ce masque … Et enfin, pour surplomber le tout, des p'tites oreilles toutes discrètes. Détail choquant, l'ensemble de ce masque est recouvert d'un tissu à carreaux, un peu dans le genre motifs écossais, mais en plus marron. Chocking !

Wataru n'est pas corpulent. Not at all. Il est plutôt mince. Mais comme les uniformes de Shinigami ont plus tendance à grossir qu'à maigrir, on pourrait penser qu'il se porte bien. En fait, Wataru fait très attention à sa ligne. Il est plutôt du genre obsédé par son physique, mais plus dans le genre narcissique que auto-critique. Il n'est pas musclé, et a donc des bras et des jambes fins. Ce dernier point lui permet une rapidité et une agilité peu commune, dont il s'enorgueillit. Bien évidemment, il porte l'uniforme noir des Shinigamis. Un point qu'il a changé dans ce dernier, la ceinture. Il a doté son uniforme d'une seconde ceinture, blanche toujours, mais plus épaisse que l'originelle. Sinon, il porte l'uniforme des dieux de la mort comme n'importe quel autre soldat, mis à part son masque. Ce dernier est d'ailleurs un signe d'autorité. Il effraie un peu les soldats avec ce faciès étrange, et on a tendance à l'éviter dans les couloirs, de peur de pâlir devant ses yeux exorbités.   


Description Morale :

La psyché de Wataru est assez complexe. Normal pour un schizophrène. Enfin, essayons de décrire ça de manière ordonnée et compréhensible.

Tout d'abord, Wataru est colérique. C'est la son moindre défaut. La chose qui l'irrite le plus est le bruit. Il ne le supporte pas. Il aime réfléchir à tête reposée, et le bruit l'en empêche. Et comme il réfléchis en quasi-permanence … Il aime bien être seul. Ou alors avec des gens qui ne font pas de bruit. Et lorsqu'il se met en colère, c'est pour punir, pas toujours de la manière la plus douce … Wataru est également orgueilleux. Il aime ce qu'il est, et il ne se prive pas de le montrer. Il aime tout autant se sentir supérieur aux autres. En bref, il aime être au-dessus des autres, et se sentir supérieur à eux. Il aime se sentir original, en un sens. Mais il est également envieux. Il a la fâcheuse manie de convoiter le bien d'autrui. Mais heureusement pour les autres, il ne traque vraiment sa proie que si il désire vraiment quelque chose. Mais si c'est le cas, malheur à vous ! Il vous la prendra par tous les moyens. Une fois, qu'il était petit, il a même fait croire au décès de sa tante pour obtenir un chocolat. Ahlalalala … Que les enfants sont innocents !

Wataru n'a jamais eu un succès fou en Amour. Je parle bien sur de l'Amour avec un grand A. Certes, certaines l'ont peut-être aimé, mais lui n'a jamais ressenti d'attirance particulière pour quelqu'un. Sans doute l'âme sœur ne s'est-elle jamais présentée à lui. Toujours est-il qu'il n'a pas cherché l'Amour. Il avait bien trop de préoccupation dans vie pour s'en occuper, et maintenant qu'il est un Shinigami, il en a encore bien plus. Il ne cherche donc pas de femme à aimer. Mais si il avait vraiment dû en aimer une, ç'aurait été une patiente, qui était venu pour une consultation alors qu'il n'était encore qu'interne, à l'hôpital. Dès qu'il l'a vue, il a sentie comme un mélange d'adrénaline et d'aphrodisiaques lui parcourir les veines, pour son plus grand plaisir. Néanmoins, comme il ne connaissait pas cette sensation, il n'a pas cherché à retrouver la jeune femme.Heureusement pour lui, sinon il aurait sans doute appris que la dite dame était mariée, et mère de trois enfants. Pas de chance …

La Haine. Avec un grand H, aussi. Wataru connaît bien ce sentiment, qui souvent l'envahit. Toujours pour les mêmes raisons. Le bruit, toujours le bruit. Comme dit précédemment, le bruit provoque en lui de la colère. Mais certaines fois, ce sentiment peut même aller au dessus, et on arrive là à la Haine. Lorsqu'il est en colère, Wataru peut en arriver aux poings. Mais lorsqu'il connaît la Haine, Wataru peut en arriver au meurtre. C'est ce qu'il a fait de nombreuses fois déjà. Mais vous le découvrirez bien assez tôt. Côté amitié … Mouais. Les seules personnes que Wataru a connues et qui puissent se rapprocher au maximum de la notion d'amis, ce sont ses collègues de travail. Il n'a pas cherché à faire de connaissances. Il n'en avait pas le temps, pas la force, pas l'énergie … Ou tout simplement pas l'envie.

Wataru n'a pas de but dans la vie. Il ne se bat pas pour venger la perte de ses parents, ou pour le cœur d'une belle. Non. Wataru n'a pas de but. Il ne fait que réfléchir. Il réfléchit à propos de ce monde qui l'entoure. Ce monde qui décidément se dégrade. Il ne peut s'empêcher de penser que peut-être ce monde connaîtra-t-il un jour sa perte ? Qui sait ? Pas lui en tous cas. Mais c'est bien pour cette raison qu'il réfléchit. Il réfléchit inlassablement sur cette même question : Où va le monde ?


Histoire du
personnage




Histoire :

Chapitre Primero !

« On demande un chirurgien au bloc n°4! 
-On a une urgence au service des grands brûlés, un homme de 24 ans, brûlé au troisième degrés sur la moitié gauche du visage !
-On demande une équipe d'urgence au bloc n° 7, Mme Tsukiyo, arrêt cardiaque durant son opération de la vésicule ! 
-Komoto, va chercher le Dr.Suzuki, on a besoin de lui en urgence au bloc n°5.
-Oui ! »

La jeune interne se dirigea en trottinant, les bras chargés de dossier, vers le bureau du dénommé Suzuki. Arrivée devant la porte, elle reprit légèrement son souffle, et frappa à la porte. Sans attendre de réponse, elle entra dans la petite pièce. Les stores étaient à moitié fermés, ne laissant filtrer que quelques rayons de lumières. Le docteur Suzuki était allongé sur son canapé, sa veste de cuir marron lui servant de couverture. Komoto hésitait à le réveiller, lorsque le médecin lui demanda :

« Que me veux-tu ?
-Hum, le docteur Ishigami m'a dit de vous appeler pour une intervention au bloc n°5. C'est une femme de 54 ans, Mme Ushito, renversée par une voiture, elle a deux côtes cassées, et elle …
-Pourquoi me confier ce patient, je suis en pause. Suis-je le seul médecin disponible ? Ne pourriez-vous pas plutôt confier le patient au Dr.Yamashiro ?
-Désolée docteur, mais le Dr. Yamashiro a disparu.
-Pardon ?
-Il ne se trouve pas dans son bureau ni dans aucun bloc d'opération. A vrai dire, on ne sait même pas si il est dans l'hôpital.
-Pfff, il a recommencé … Très bien, je vais m'occuper de ce patient. 

La circulation tokyoïte était vraiment désagréable. Surtout le bruit. Entre les moteurs vrombissants, et les klaxons se vidant de leurs poumons, il n'y avait aucun moment de répit pour les tympans. Les passants qui criaient qui riaient avec véhémence, sans se préoccuper de l'entourage, c'était vraiment exaspérant. Heureusement, il y en avait désormais une en moins. Le seul bruit qu'il produisait était celui de son sang, qui coulait maintenant dans la ruelle sombre, se dirigeant vers l'avenue centrale, comme pour appeler à l'aide. Malheureusement pour lui, il étai trop tard. Le cadavre sanguinolent n'émettait plus un bruit, même pas celui d'un battement de cœur. Il était devenu le plus silencieux des cadavres. Une grande chance pour lui. Wataru l'enviait presque. Derrière son masque d'ursidé, il poussa un soupir de soulagement. Ces ruelles sombres étaient son lieu favori dans la capitale japonaise. Les bruits de la ville étaient légèrement atténués, du moment qu'on ne s'en approchait pas trop. Wataru resta là un long moment, à écouter ce précieux silence. Cette mélodie pour sourds était du bonbon pour les oreilles. Pour profiter encore plus de cette musique silencieuse, Wataru ferma les yeux. Il aurait pu rester là un long moment encore, si il n'avait pas entendu un soudain cri percer sa symphonie. La fin du plaisir était arrivée. Le sang avait coulé jusqu'à l'avenue centrale, excitant un peu plus les passants. Wataru se leva calmement, et disparut dans l'ombre de la ruelle. Peu après, les passants accoururent, pour découvrir le cadavre d'un jeune homme se vidant de son sang, la gorge tranchée. 

« Hier soir, aux environs de 19h30, le cadavre d'un jeune homme d'une vingtaine d'année a été retrouvé dans une ruelle adjacente à l'avenue principale. La victime avait la gorge tranchée, ce qui laisse à penser que le fameux tueur en série de Tokyo a encore frappé. C'est actuellement la trentième victime découverte à ce jour. La police de la capitale met en place toutes les mesures de sécurité nécessaire afin d'éviter un nouveau meurtre. Nous priions également nos citoyens de faire preuve d'une grande prudence dans les rues de la capitale. La police espère trouver des traces d'ADN qui permettront d'identifier le meurtrier sur le nouveau cadavre découvert. C'était Akito Handa pour Tokyo TV. »

Le Dr.Yamashiro éteignit le poste. Il avait encore fait des siennes … Heureusement qu'il prenait au moins soin de se protéger … Sinon qui sait ce qui pourrait arriver. Yamashiro ne voulait pas que Ses agissements lui retombent dessus. Si jamais ils découvraient des empreintes, ou quelque autre indice qui pourrait les mener jusqu'à lui, que pourrait-il faire ? Tout nier en bloc, leur expliquer que c'était Lui qui avait tout fait ? Impossible … C'est typiquement le genre de chose qui lui ferait perdre son travail. On l'enfermerai si il témoignai de cette façon. Son travail était la seule chose qui lui permettait de tenir le coup, quand Il n'était pas là. C'était sa part d'humanité. On frappa à la porte du bureau. Trois coups secs. Une goutte de sueur entama sa descente le long de la joue du médecin. Il se leva lentement. La perle de sueur avait atteint le menton, et elle tombait désormais le long du cou. Toujours aussi lentement, le docteur empoigna la poignée de porte. Ça y'est, elle descendait maintenant le long du bras. Il respira un grand coup, et ferma les yeux. Les doigts étaient vraiment tortueux. D'un coup sec il ouvrit la porte. Quelle chute mes aïeux ! Komoto le regarda, ébahie. Plaf !  Au tapis, la goutte ! 

« Oh, c'est vous Komoto …
-V … Vous attendiez quelqu'un ?
-Non, non … Que se passe-t-il ?
-Une urgence au bloc n°2. De la plus haute importance. 
-Comment ça ?
-C'est le premier ministre docteur …
-Le premier Ministre ?!
-Oui et on vous réclame immédiatement.
-Très bien, je me prépare. »

Tout s'était bien passé … Après avoir tripoté les organes du Premier Ministre durant trois heures, le Dr. Yamashiro se sentait lessivé. Il se dirigea vers son bureau, les yeux à moitié clos. Arrivé à l'intérieur, il s'affala sur son fauteuil, et tomba doucement dans les bras de Morphée. Pas pour longtemps. Après une sieste d'environ cinq secondes, Wataru se réveilla. Il était revenu. Wataru ouvrit un placard de son bureau, et en sortit son masque. Ah ce masque … Qu'il était beau ! Un masque comme on en fait plus ! Wataru le posa sur son crâne. Il se sentait à l'aise dans ce masque. Comme chez lui. Isolé du monde extérieur. Quel bonheur. Mais il avait besoin de s'aérer. Il se dirigea donc vers la porte. Il savait qu'il s'exposerait aux bruits les plus dérangeants qui puissent exister en passant cette porte. Mais il le fit. Son passage dans le couloir ne passa pas inaperçu. Les infirmières se retournaient en murmurant des : « Mais qui est-ce ? ». Les patients le regardaient avec des yeux ronds, comme si ils pensaient : « Je vais aller vérifier le dosage de ma perfusion … ». Néanmoins, aucun bruit parasite notable. A part ces cris rauques qui devenaient de plus en plus forts à mesure que Wataru se rapprochait de la porte principale. Ils étaient tellement rauques ces cris … Et tellement insupportables. Ils devaient cesser sur le champ. Wataru changea donc de trajet, prenant pour guide la source de ces cris. Ils devenaient si forts et si exaspérants ces cris … Wataru ferma les yeux, sous son masque. Pas besoin de voir, il connaissait le chemin par cœur. Et enfin, les cris atteignirent le summum de leur puissance. Quelle puissance d'exaspération ! Wataru resta un moment collé au mur,à se mordre les lèvres pour supporter ce bruit. Il arrivait presque à comprendre des bribes de paroles à travers ces hurlements :

« Comment ? C'est ça quue l'on sert à ces pauvres patients dans cet hôpital ? C'est ça que mon mari devra manger ? Savez-vous qui il est ? C'est le premier Ministre ! Il mérite mieux que ça ! J'exige que l'on apporte immédiatement de la nourriture convenable à ... ».

C'était irrésistible. Il n'avait pas pu s'en empêcher. Lentement, Wataru retira le scalpel qu'il avait à la main du ventre de la crieuse. Waow ! Quel soulagement ! Une tempête de soulagement remuait désormais les tripes de Wataru. Du soulagement ? Non … Cela ressemblait plutôt à de la peur qui lui torturerai les tripes. Mais ce n'était pas non plus de la peur. Alors quoi ? Wataru tâta son ventre à la recherche d'indices. Ah. C'était donc ça. Une balle.

Chapitre Secundo !

La foule du district 41 du Rukongai était amassée autour de l'étalage d'un marchand de pastèque. Des cris retentissaient, comme encourageant des combattants. Les gens pariaient sur qui gagnerai le combat. Au centre du cercle se faisaient face le marchand de fruits, et Wataru Yamashiro. Ce dernier n'était pas vraiment quelqu'un d'apprécié dans le district. Il était très solitaire, et ne voyait pas beaucoup de monde. Les rares fois où on l’apercevait dans les rues, c'était lorsqu'il allait acheter diverses denrées au marché. Le reste du temps, il marchait seul dans les champs, ou les montagnes. De manière générale, il était antipathique, agoraphobe, et distant. Néanmoins, cette facette de sa personnalité n'était vrai qu'à certaines périodes. La nuit, il devenait un tout autre homme. On le voyait déambuler dans les rues du district, la tête basse. Lorsqu'il voyait une auberge bondée, il se précipitait à l'intérieur, et faisait taire tous ceux qui s'y trouvaient. Pas toujours de la manière la plus pacifique qu'il soit. Souvent, ses morales s'étaient finies en mêlée générale. Mais il n'y avait pas de soucis à se faire pour lui. Lors des combats de groupe, il était toujours le dernier à rester debout. Et lorsqu'il avait fini sa colonisation au service du silence, il se plantait au milieu de la rue, s'asseyait par terre, et restait là à « écouter le silence », comme il disait. Il pouvait rester là toute la nuit. Et lorsque l'aube arrivait, il se levait, et repartait en direction des champs pour effectuer sa promenade habituelle. C'était à se demander si il dormait. Mais le plus énigmatique chez lui, c'était son masque. Ou plutôt son casque. Une tête d'ours stylisée, qui lui couvrait la tête entière. Personne ne savait pourquoi il se trimballait cette accessoire à longueur de journée.

La foule était plus bruyante que jamais. Ces cris étaient insupportables. Wataru aurait eu tellement envie qu'ils cessent … Mais il avait un problème plus important à régler. Il semblait que ce vulgaire vendeur de pastèques s'était mis en tête de le rayer de la carte. Wataru sourit sous son masque. Qu'il avait l'air fier ce vendeur de pastèques, avec son vieux couteau émoussé. Wataru comptait bien se défendre, mais il n'avait que ses poings. Peu importe. Il réussirait quand même à triompher de son improbable ennemi. Il se mit donc en garde, poings levés devant son visage. Le vendeur de fruits paraissait sûr de lui. Son visage affichait un sourire trop large pour trahir de la peur. Il se mit à tourner autour de Wataru les bras écartés comme si il l'invitait à porter le premier coup. Qu'il était grotesque ! Wataru en aurait presque rit sous son masque. Enfin bon. Si il lui demandait de le frapper, il aurait ce qu'il voulait. Wataru s'élança sur son adversaire, et se baissa à temps pour éviter un premier coup de couteau. Il riposta par un uppercut, qui fit reculer son adversaire de quelques pas. Ce dernier commençait à perdre son assurance, et son regard trahissait la peur qui montait en lui. Un mince filet de sang s'échappait de ses lèvres. La foule redoubla de bruit. Même les femmes venaient regarder le combat. Décidément, quelle réputation … Le marchand lança un assaut. Il se jeta avec tout le ridicule possible sur Wataru, qui fit un pas de côté, esquivant ainsi le vendeur, qui alla s'écraser sur son étale. La foule se mit à rire d'un rire commun dont la puissance brisa les tympans de Wataru. Il ne put alors s'empêcher de lâcher un : « Taisez-vous ! ». L'effet fut immédiat. Tous les badauds se turent, et un silence de mort plana sur l'arène de fortune. Wataru en fut immédiatement soulagé. Néanmoins, son adversaire profita de cette faille. Tout plein du jus de pastèque qui le recouvrait maintenant, il brandit son couteau devant lui, et chargea Wataru. Ce dernier s’aperçut de l'attaque de son ennemi trop tard. Il eu juste le temps de se baisser, pour éviter un coup mortel. La lame alla se planter dans le sol, à quelques centimètres de la poitrine de Wataru. Son adversaire ne lâcha cependant pas l'affaire. Il reprit le couteau dans sa main droite, et bloqua Wataru au sol avec son genoux. Puis il brandit son couteau au-dessus de la gorge de l'ursidé, et prononça une phrase d'adieu au ton trop hypocrite pour paraître sincère. Wataru ne l'écoutait pas dire ses hypocrisies. Il était trop préoccupé par les cris de la foule qui avaient repris de plus belle. Il arriva cependant à anticiper le mouvement mortel de son ennemi, et attrapa le poignet du marchand de sa main droite, avant que la lame ne lui transperce la gorge. Sans plus attendre, il décocha un coup de son poing gauche au marchand, qui alla se ficher dans les poumons. Le vendeur se releva et recula en titubant, cherchant son souffle. Wataru se releva avec vivacité, et se rua sur son adversaire. Il lui frappa le poignet avec la tranche de sa main, et le plaqua contre un mur avec son bras droit. Dans le même instant, il récupéra le couteau de sa main gauche, et apposa la lame contre la gorge de l'ennemi. Devait-il le tuer ? Comme pour répondre à cette silencieuse question, la foule acclama de plus belle, hurlant plus fort que jamais. Le marchand, lui, semblait un peu moins partant. La sueur coulait abondamment, dégoulinant en ruisseaux le long de son visage gras. Wataru hésita encore un instant. Il ne devait pas. Il avait promis.

Quelques années plus tôt …

Déambulant dans les quartiers silencieux de Tokyo, Wataru songeait. Il réfléchissait à sa mort. Quelle banalité pour un tueur en série. En plus il avait raté son coup. La femme du Premier Ministre était toujours en vie. Elle ne le méritait pas. Ils avaient dit au journal qu'elle avait été sauvée par de brillants chirurgiens. Pfff … Version édulcorée. La seule chose qui l'avait sauvée était sa graisse abondante. Et pendant ce temps, les médias n'avaient pas pipé un mot sur sa mort à lui. Sans doute ne pouvaient-ils pas parler d'un des plus brillants chirurgiens du pays comme si il s'agissait d'un tueur en série. Que le monde est stupide … Et voilà à quoi il était réduit. Faute de créer le silence, il ne pouvait plus que l'apprécier, tant qu'il était là. Mais une autre chose le chiffonnait. Il avait l'impression d'être suivit par quelqu'un depuis quelques jours. Mais personne ne pouvait le voir, maintenant qu'il était mort. Mais alors qui ? Là ! Il venait de l'entendre. Comme un bruissement de feuilles. Il se retourna vivement, pour découvrir le parc, vide. Il s'essaya à appeler. Personne ne répondit. Un nouveau bruissement. Il venait de ce buisson, à côté des balançoires. Wataru s'en approcha avec prudence. Il s'arrêta devant l'amas de feuilles. Pas un bruit, pas un mouvement. Lentement, il approcha sa main. Il n'était qu'à dix centimètres du massif, lorsqu'une petite créature en jaillit, et vint s’agripper à ses doigts. Wataru secoua vivement la main, et le monstre miniature s'écrasa au sol. Wataru le considéra un moment. C'était une sorte de lézard, pas plus gros que la main. Mais il avait quelque chose d'étrange. Il avait un trou sur la tête, et il portait une sorte de masque. De plus, depuis quand les lézards pouvaient-ils voir les fantômes ? Un  lézard médium ? Alors que Wataru considérait la question, son mini-agresseur commença à grossir. Lorsque Wataru s'en rendit compte, le lézard avait atteint une hauteur de deux mètres. Et sa croissance continua. Il ne s'arrêta que lorsqu'il eu atteint les cinq mètres. Wataru resta pétrifié devant ce spectacle. Il sentit que c'était déjà la fin de sa mort. Déjà ? Non … Le lézard géant leva sa patte, dont le diamètre égalait maintenant celui d'une poêle à frire. Wataru protégea son masque de ses bras, même si il se doutait que cet ultime effort serait vain. Alors qu'il sentait la patte meurtrière se rapprocher dangereusement, il sentit un léger coup de vent. Il regarda autour de lui, et découvrit un jeune garçon d'une quinzaine d'année se tenir devant lui. Il portait un kimono noir, et il avait réussi à bloquer l'attaque du mastodonte avec un simple sabre. D'un mouvement de poignet, l'homme en noir dévia la patte du monstre, et s'élança vers son crâne. Avant que son adversaire n'ait le temps de riposter, il lui avait tranché la tête d'un coup de sabre. L'homme en noir atterrit sur le sol en soulevant un nuage de poussière, tandis que le monstre se désagrégeait derrière lui. Wataru resta muet de stupéfaction devant ce spectacle. Il venait de voir sa mort sauvée par un lycéen en kimono. Bizarre … Comme l'homme en noir voyait que Wataru le fixait avec insistance, il se présenta :

« Bonjour, je m'appelle Rikichi !
-Euh … Qu'est-ce que vous êtes exactement ?
-Oh, euh … Je suis un Shinigami.
-Plaît-il ?
-Tu ne sais pas ce qu'est un Shinigami ?
-Non … désolé …
-Oh ce n'est pas grave, je vais t'expliquer ! Le but des Shinigamis est de chasser les Hollows, et de protéger les âmes dites « plus », afin de les envoyer à la Soul Society !
-Mais encore ?
-Oh, il va falloir que je t'explique tout alors ?
-Je pense oui. »

S'en suivit une longue explication à propos de la nature des Shinigamis et de celle des Hollows. Enfin, Rikichi parvint au chapitre sur les âmes dites « plus ». Il expliqua à Wataru que les âmes jugées mauvaises devenaient des Hollows, tandis que les « plus » gagnaient leur droit d'accès à la Soul Society. 

« Mais comment se fait-il que je ne sois pas devenu un Hollow ?
-Sans doute tu étais quelqu'un de bien.
-Pas vraiment. J'ai tué une trentaine de personnes.
-Ah bon ?! Mais comment ça se fait ? 
-Ben ils étaient plutôt gênants, donc j'les ai tués …
-Je parlais pas de ça. Comme ça se fait que tu sois pas devenu un Hollow ?
-Je sais pas … 
-T'as pas fait des trucs biens dans ta vie ?
-J'ai sauvé des vies. J'étais chirurgien.
-Ah bah voilà ! Combien de gens t'as tué ?
-Trente, comme je te l'ai dit.
-Et t'en as sauvé combien ? »

Question facile. Wataru se souvenait de toutes les vies qu'il avait sauvées, comme il se souvenait de toutes celles qu'il avait prises.

« Quarante-trois.
-Eh ben voilà ! T'as du être considéré comme quelqu'un de bien, étant donné que t'as sauvé plus de vies que t'en as prises !
-Sans doute …
-Bon, c'est cool, tu vas pouvoir venir à Soul Society.
-Je ne pense pas que ce soit une bonne idée.
-Pourquoi ?!
-Ici je ne peux toucher personne, donc je ne fais de mal à personne. A Soul Society, je risque de me remettre à tuer …
-Il suffit de te dire que ça a failli te gâcher ta mort.
-Hein ?
-T'as failli devenir un Hollow à cause de tes meurtres. Si tu te dis que si tu tues tu en deviendras un, tu devrais t'arrêter.
-Oui … C'est un peu simpliste comme résonnement.
-Ca vaut le coup d'essayer ! Et puis si tu sors du droit chemin, je te remettrai sur les rails.
-Bon … D'accord. »


Non, Wataru devait se retenir. Il lâcha le marchand, et jeta le couteau à terre. La foule poussa un cri de déception, mais ils se turent dès que Wataru tourna la tête dans leur direction. Décidément, ce masque leur inspirait la peur. Le marchand s'agita pour reprendre son couteau, mais Wataru l'en empêcha d'un regard. Le silence planait de nouveau. Considérant que l'affaire était close, Wataru tourna le dos à la foule, et partit en direction des champs, tous les regards de la foule dirigés vers lui. Il était fier de lui. Il avait réussi à réprimer son envie de tuer. Il savait qu'il en était capable.

a foule jacassait drôlement bien aujourd'hui. Wataru en était toujours autant exaspéré  après toutes ces années. C'était le grand moment. Celui qu'avaient attendu ces étudiants depuis six ans. La remise des prix. Wataru aussi était impatient, c'est vrai. Mais il avait plus de facilités à cacher ses émotions que ses camarades de promotion. La sixième année … Tous les étudiants de la noblesse n'étaient pas allés plus loin que la deuxième, privilégiés en raison de leur rang social. Ridicule. La plupart ne savait pas tenir un sabre. Certains des étudiants s'étaient déjà vu promettre un poste d'officier. Wataru était de ceux-là. Son talent avait été remarqué dès sa cinquième année, et on lui avait alors proposé d'entrer directement dans les troupes des armées de la cour, sans passer par la case finale. Mais Wataru avait insisté pour participer à cette dernière année de cours. Il ne voulait pas passer pour un surdoué dans les troupes de l'armée. Il voulait juste se sentir supérieur aux autres. C'était son hobby secret. Durant cette dernière année, il avait éprouvé ce doux sentiment de supériorité, et il avait beaucoup aimé. Il se disait qu'il ne ressentirai pas la même chose si les autres étaient conscients de ce sentiments, et jouaient les hypocrites en se couchant devant lui. Il préférait cultiver ce plaisir nature ! Chaque étudiant s'était vu remettre un Asauchi. Certains avaient entamé un dialogue, d'autres pas. Wataru était dans la première catégorie. Enfin, il était plutôt entre les deux. Il avait tenté une approche avec son zanpakuto, mais celui-ci l'avait violemment rejeté de son monde intérieur. Wataru attendait donc le bon moment pour tenter une nouvelle fois sa chance. Après tant d'années il était enfin devenu un Shinigami … Quel soulagement ! Contrairement à certains de ses camarades, il n'avait pas fait l'Académie par vocation. Il voulait juste passer le temps. Ses promenades incessantes le long des rizières étaient devenues inintéressantes à vomir. Il voulait changer d'air. Alors quoi de mieux qu'un petit job ? Et il était tombé sur Shinigami. Il y avait pire. Vendeur de pastèques par exemple ...


Test RP :


-------------------


Description de l'arme ou du pouvoir :

Sous sa forme scellée, le zanpakuto de Wataru n'a rien de très ordinaire. C'est un simple katana au manche jaune, qu'il porte généralement à la ceinture. Une arme plutôt banale, quoi.

Spoiler:
 


Miroite
Futago



Pour passer en Shikai, Wataru récite l'incantation, à savoir: "Miroite, Futago (Jumeaux).". Pas d'explosions de fumées, ou de rafales de vents, effets spéciaux trop spectaculaires pour être vrais. Seulement l'apparition d'une chaîne, formée de billes rouges, sans motifs, attachée à la garde du zanpakuto. Néanmoins, ces dernières ont leur petite particularité qui fait toute la puissance de ce Shikai. Grâce à une de ces billes, il peut créer un clone de lui-même, possédant un sabre sans pouvoirs. Il ne peut invoquer qu'un de ces clones à la fois, et les imitations de Wataru meurent uniquement si on leur porte un coup. Lorsqu'ils meurent, ils se dégonflent jusqu'à disparaître, comme des baudruches. Ces clones obéissent au doigt et à l’œil aux ordres mentaux de Wataru. Petit bémol, le nombre de billes permettant de créer des clones est limité à 10. Cependant, Wataru peut ajouter des billes à la chaîne, en échange d'une partie de son énergie spirituelle. Il peut également absorber les billes pour un regain d'énergie. Une fois que toutes les billes formant la chaîne ont été utilisées, et que le dernier clone meurt, le zanpakuto repasse sous sa forme scellée automatiquement.


Bankai
Ichiranseisouseiji



Lors de l'activation de son Bankai, Wataru place simplement son zanpakuto, sous forme scellée ou pas, à la verticale, lame vers le ciel. Dès que l'incantation est prononcée, deux clones de lui-même apparaissent à sa droite et à sa gauche, et deux sphères fantomatiques apparaissent également derrière lui, à une distance de cinq mètres environ. Chacun des acteurs de ce Bankai à son utilité. Tout d'abord, les deux clones. Ils obéissent aux mêmes règles que ceux du Shikai, mis à part le fait qu'ils sont plus durs à terrasser. Pour les mâter, il faut faire en sorte que leur dos touche le sol, et rien d'autre. A ce moment là, ils éclatent, tels les Gigais portatifs de Urahara. Ils possèdent eux aussi un sabre sans pouvoirs. Venons-en maintenant au second élément de ce Bankai, les deux étranges sphères à l'aspect fantomatique. Tout d'abord, elles apparaissent derrière Wataru lors du déclenchement du Bankai, et le suivent à la même distance (cinq mètres), dans tous ses déplacements. Ensuite, ces sphères peuvent être utilisées en cas de pépin. Lorsqu'un des clones originel est détruit, Wataru peut utiliser chacune de ces sphères pour en faire apparaître un nouveau. Pour cela, il lui suffit de donner un ordre mental aux cocons, et celui de son choix s'ouvrira alors, libérant un nouveau clone, tout frais-dispo pour le combat. Chaque sphère ne peut être utilisée qu'une fois par utilisation du Bankai, aussi elles sont très précieuses. Heureusement, elles ne peuvent être détruites. Comme dit précédemment, elles sont d'un aspect fantomatique. C'est narmol. elles sont en fait réellement des armures fantômes. Tout ce qui se trouve à l'intérieur bénéficie de leur intangibilité. Les clones sont ainsi protégés des attaques jusqu'à leur "naissance".


Monde Intérieur

Spoiler:
 

Le monde intérieur de Wataru est une ville, dans le genre de Tokyo. La grande capitale en effervescence perpétuelle. Des gratte-ciels, des immeubles, des routes, des voitures, etc ... Néanmoins, dans tout ce fourzitou d'éléments citadins, on ne trouve pas une seule personne. Les voitures sont vides et immobiles. Les rues sont tout aussi vides, et ce manque de présence fait planer sur la ville un silence d'or. Le seul être déambulant dans les rues est le zanpakuto de Wataru, Futago.

Spoiler:
 


Un peu
de vous



Comment avez-vous connu le forum ? :
Partenariat avec Bleach ROR !

Quelle est votre expérience dans le rp ? :
J'en fais depuis à peu près 2 ans je crois ... Mais faut pas en attendre trop de moi, j'ai que 13 ans ^^'

Quelque chose de particulier à dire ?  :
Euh ... Lama ?

Souhaitez vous que votre présentation soit publique ou masquée ? : Publique, mes aïeux !


Dernière édition par Wataru Yamashiro le Sam 10 Aoû - 14:04, édité 16 fois
avatar
Léana Miyaka
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
95/100  (95/100)
Points:
0/0  (0/0)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Lun 15 Juil - 21:35

Salut et bienvenue sur BW, si tu as des questions, n'hésite pas à me les poser ^^.
avatar
MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Mar 16 Juil - 1:18


Bienvenue sur le forum Wataru!
Invité






MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Mar 16 Juil - 10:54

Merci Beaucoup à vous deux !

Je tiens juste à préciser que mon zanapkuto va pas mal changer, étant donné que je suis assez versatile ...

Mais je vais en trouver un définitif très bientôt.
Invité






MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Lun 29 Juil - 20:01

Finita la Comedia !
avatar
Hikari Chujitsuna

_________________
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
82/100  (82/100)
Points:
0/100  (0/100)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Ven 9 Aoû - 19:21

Hopla ! Il est temps que je poste en fait, ça fait un moment que j'ai lu cette fiche xD
Bon moi j'ai trouvé tout ça très bien ! Le style était sympathique, l'histoire fluide et le personnage somme toute original ! Le pouvoir n'est pas du tout exagéré, même soft j'ai envie de dire. Pour moi c'est un avis positif ! Plus qu'à attendre celui de ma collègue ~
Invité






MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Ven 9 Aoû - 19:30

Tank Yuuuuuuu !
avatar
MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Ven 9 Aoû - 22:08

C'est une très bonne présentation, je donne aussi un avis positif, on peut te valider ^^.
avatar
Hikari Chujitsuna

_________________
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
82/100  (82/100)
Points:
0/100  (0/100)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!
Ven 9 Aoû - 22:44

Validé donc ! Normalement on ne donne pas de siège dès la fiche de présentation mais en espérant te motiver et parce que tu as fait une bonne fiche nous t'accordons le troisième siège de la huitième division ! Par contre Bankai s'obtiendra au cours du RP ! Sur ce je t'invite à poster ta Fiche Technique !
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: A new Shinigami ?!






Sujets similaires

-
» ++Entretient avec Shinigami-SAMA!
» [Partenaire officiel] [Forum RPG] Bleach - Shinigami Age
» Ikki le shinigami. Je saurai maitriser l'Amaterasu !
» [Gallerie] Gallerie de votre shinigami infirmière adoré !!
» Les Shinigami
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération