Retour d'une ancienne
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



Retour d'une ancienne

Invité






MessageSujet: Retour d'une ancienne
Dim 30 Sep - 15:21

Les larmes lui montèrent aux yeux alors qu’elle découvrait, ébahie, les hautes portes de Las Noches. Elle n’aurait pas dû se trouver devant. Elle n’aurait pas dû se trouver si près. Tout ça ne serait jamais arrivé si elle n’avait pas inventé ce nouveau jeu…

¤ ¤ ¤ ¤ Quelques temps plus tôt ¤ ¤ ¤ ¤

- Woouuuaaaaaaahhhh !

Un cri déchirant perturba le silence régnant sur la vaste étendue de sable du Hueco Mundo. Une petite forme évoluait rapidement, courant en ligne droite, poursuivie par deux êtres beaucoup plus grands et massifs qu’elle, eux-mêmes poursuivis par un ver immense. Elle le savait, elle ne tiendrait pas la distance. Ils allaient l’attraper, peut-être la feraient-ils griller au barbecue, pour ensuite la dévorer avec un peu de sel et des herbes provenant de la forêt de Menos… A cette pensée, elle se mit à pleurer. Elle ne voulait pas finir dans le ventre d’affreux vilains ! Quelques secondes plus tard, ses deux poursuivants se jetèrent ensemble sur elle. Il ne lui restait plus qu’à utiliser sa botte secrète.

- Super vitesse !!

Une lumière surgit de son masque, au moment même où les deux arrancars s’apprêtaient à l’attraper… Mais elle leur fila entre les doigts grâce à un sonido bien placé, et ses poursuivants s’écrasèrent sur le sable sans avoir rien plus faire. S’arrêtant de courir, Nel Tu se retourna et regarda ses deux frères.

- Bwahahahah ! Nel vous a bien eu ! Nel a gagné la partie !

Aussitôt, Pesche et Dondo Chakka se relevèrent, criant l’un sur l’autre, se rejetant mutuellement la faute pendant que Nel exécutait une petite danse de la victoire. Mais jouer au jeu de chat perpétuel, ce n’était plus très rigolo, il fallait trouver autre chose !

- Nel a une idée ! Nel fermerait les yeux et utiliserait sa super vitesse et elle devrait essayer de vous attraper !

Aussitôt, les deux arrancars cessèrent de se disputer, et entamèrent une contre-proposition à coup de « Et si on jouait au chat plutôt ? » ou encore « Et si on jouait à celui qui a le plus de pois sur lui gagne la partie ? ». Evidemment, la dernière proposition fut huée par Nel et Pesche, puisque, bien sur, ils perdraient à tous les coups. La petite arrancar insista, et après un long moment de discussion pour mettre en place des règles terriblement abouties (celles-ci consistant entre autre à obliger le chercheur à porter un foulard afin de ne pas tricher), ils furent d’abord pour expérimenter le jeu. S’il était suffisamment amusant, il était tout à fait probable qu’il entre dans le top deux des jeux préférés de la petite famille.

Aveuglée par un morceau de tissu, l’enfant n’y voyait plus rien. C’était plutôt drôle ! Sans aucun repère visuel, elle était obligée d’écouter avec attention les pouffements de ses frères, qui semblaient eux aussi plutôt amusés par la situation. A l’aveuglette, elle fit un pas, puis un autre, tourna un coup à gauche, un coup à droite. Maladroitement, elle avançait, bras tendus devant elle à la recherche des fuyards qui lui tournaient autour. Fichtre, le jeu était plutôt difficile, d’autant que ça n’allait pas vite ! S’immobilisant, elle tourna sur elle-même, jusqu’à sentir une présence juste devant elle. Elle ne le laisserait pas s’échapper !

- Super vitesse !!!

Et zou ! Raté ! Il fallait dire qu’à mauvaise perception spirituelle, elle venait de prendre un arbuste de quartz pour Pesche, qui était une dizaine de mètre derrière elle maintenant. Réitérant sa faute, elle continua sur sa lancée avec toujours autant d’entrain, allant d’arbre en arbre, jusqu’à ce que, de longues minutes plus tard, elle se lasse de poursuivre la même personne. Surtout que d’habitude, ses frères la laissaient gagner…

- C’est pas du jeu ! Vous laissez pas gagner Nel !

La mine boudeuse, elle retira son bandeau. Nulle présence de ses frères… A la place des deux arrancars qu’elle pensait avoir devant elle se dressait le palais du Seigneur Aizen.

- Ohlala, Nel devrait pas être là. Nel va se faire découper par les Seigneurs Espada. Nel veut pas mourir…

Décidément, ce jeu n’était vraiment pas drôle.
Invité






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne
Dim 11 Nov - 16:19

Assis de toute sa splendeur sur son trône royal, le maître incontesté du Hueco Mundo observait de son sommet les éventuelles traces de hollows supérieurs. Son armée se développait de jour en jour, s'engrainant de guerriers au potentiel parfois formidable, et d'autres fois amoindri. Une équipe déséquilibré qu'il se devait de placer le plus stratégiquement possible comme les pions qu'ils étaient. Pour Aizen tout était représentatif d'un jeu géant à l'échelle supérieure. Passé numéro un dans ce jeu macabre, il sacrifiait ses pièces au bon moment, amenait les Arrancar supérieurs à se regrouper, limitant quelquefois la perte des siens sans jamais s'en soucier réellement. Il se divertissait d'une manière cruelle, mais tellement fonctionnelle. Pour la plupart, ils ne doutaient pas à quel point son esprit inégalé les surpassait de loin, et pour ceux qui possédaient une intelligence un peu plus affûtée, ils se méfiaient sans pouvoir désobéir, car si c'était le cas ils se mesuraient à un risque dont ils n'évaluaient pas l'étendue.

C'est dans cette vision des choses qu'il partait souvent seul à la recherche d'alliés puissants. Ceux qui refusaient en avaient tout à fait le droit, une question de choix qui entrait également dans les critères. Vasto Lorde ou non, ils étaient tous disposés à le rejoindre pour les avantages qu'il offrait. Refuser ce don en échange de leurs services relevait soit d'une stupidité trop explicite soit d'une arrogance surélevée. Dès lors, à chaque fois qu'il parcourait le désert, les souterrains ou encore la forêt Menos, il ne savait jamais sur quel type de hollows il pouvait tomber. Il lui était parfois arrivé de tuer des hollows car ils manquaient de prudence, ou parfois uniquement pour les tester. À de rares occasions, il avait également laissé son grand pouvoir parler pour les convaincre qu'il n'était pas un Shinigami ordinaire. Mais le plus souvent, ce sont les mots qu'il employait comme le plus habile des orateurs. Son talent le plus chevronné était effectivement l'atout le plus efficace pour les rallier à sa cause. Grâce à cela il parvenait très rapidement à les persuadé qu'il était une divinité tombée du ciel pour leurs garantir une survie ainsi qu'une vie plus paisible, un pouvoir plus grand, et pour certains une raison de vivre. Le servir était un honneur, et nombreux faisaient partis de cette catégorie qui ne le servaient que par respect, pour le remercier de les avoir arraché aux mains de l'enfer.

Tout cela expliquait comment et pourquoi il agissait, de quelle façon il se servait de son charisme taillé pour être un leader d'exception. Il s'était alors levé de son siège monarchique, et avec une magnificence indicible, il s'en était allé mains dans les poches à destination de la porte principale. Comme chaque jour, il partait en exploration à la recherche d'un reiatsu plus important que les Gillians, ciblant au minimum les Adjuchas. Et même si parfois il ne sentait pas cette différence, il rencontrait des personnages étranges à la capacité intéressante. Tout un tas de critères entrait en ligne de compte, il était le seul à savoir comment choisir, si oui ou non un tel pouvait éventuellement lui être utile dans ses plans futurs. En ce jour, il se passa exactement la même chose. En sortant du palais, Aizen vit au loin une petite boule verte, un détail qu'il aurait probablement ignoré s'il ne se trouvait pas dans le désert du Hueco Mundo. Ici, pas de place pour les questions énigmatiques, aucune réponse ne se devait de rester en suspens.

En camouflant son reiatsu, il s'approcha sans bruit aucun, aussi sourdement que le ferait un chat commun lors de ses parties de chasse. Plus il diminuait la distance, plus il distinguait une petite forme humanoïde, très petite au crâne rond. Un crâne qui ressemblait incroyablement à ceux des Arrancars, puis petit à petit il comprit qu'il s'agissait d'une petite fille visiblement perdue.

« Tu essaies de retrouver ton chemin... Arrancar ? »

Elle fut surprise et se retourna en sursaut, d'apparence apeurée et angoissée de voir en face de qui elle se trouvait. Le visage de cette gamine ne lui était pas inconnu, il était certain de l'avoir déjà vu quelque part. Les Arrancars d'origines sont très rares et quasiment tous de son côté. Les autres, les exceptions qui confirment la règle sont généralement le plus éloigné possible du palais.

« Quel est ton nom et que fais-tu ici ? Ce n'est pas un endroit très sûr pour toi. »

Il s'adressait non pas comme à une enfant, ne faisant aucune différence entre les âges. Une démarche volontaire faite pour l'impressionner et lui faire cracher le morceau le plus vite possible.
Invité






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne
Dim 11 Nov - 22:09

Non, jamais elle n’aurait dû se trouver ici, ses frères lui avaient formellement interdit de s’approcher du palais de Las Noches, fief des plus puissants guerriers du Hueco Mundo. Aussi, Nel n’avait jamais cherché à atteindre ces hauts bâtiments, d’autant que d’après Pesche, il y avait des monstres à la solde du Seigneur Aizen qui rôdaient près des murs, prêtes à dévorer les petites filles aux cheveux verts. Paniquée en pensant à ces vilaines bestioles, la petite arrancar se mit les mains sur son masque, et commença à pleurer toutes les larmes de son corps. Elle allait mourir, se voyant déjà dévorer par des bêtes mi-pingouin mi-loup. Son imagination débordante lui fit également penser à des chameaux ailés avec des serres de vautours qui se partageraient les restes de son petit corps. C’était affreux ! Rassemblant le reste de courage qui lui permettait de ne pas faire une crise cardiaque dans la minute, elle s’éloigna à petit pas de ce sordide endroit.

Elle n’avait pas fait dix mètres, et voilà que la voix grave d’un homme l’interpela. Paniquée, elle sursauta, voulut crier, appeler à l’aide. Mais elle ne put que rester muette lorsqu’elle reconnut la silhouette qui se tenait devant elle. Tremblant de tous ses membres, la boule au ventre, les yeux embués de larmes, elle bredouilla quelques paroles incompréhensibles. Le puissant Seigneur Aizen, Maître de Las Noches, Roi du Hueco Mundo. Face à lui, Nel n’était qu’un millième de bout de ver-de-terre dont la longueur totale se pouvait guère plus élevé que le centième de centimètres. Autant dire qu’elle n’était rien. Il était tout. Il était la création de race nouvelle, détenteur des plus grands secrets de l’évolution. Ca, elle le savait, l’Espada qu’il avait créé été, disait-on, bien plus puissante que l’ancienne. Et le seigneur Barragan l’avait rejoint lui-aussi.

- Nel… Nel… Nel, hoqueta-t-elle avec difficulté alors que son interlocuteur n’était plus qu’à quelques mètres.

Terrifiée par le ton qu’il employait pour s’adresser à elle, elle comprit que son heure était venue. Adieu, monde cruel, frères adorés et tutti-quanti. Quand bien même elle se savait perdue, il lui était possible de ne pas répondre au Maître de ce monde, c’était ainsi qu’on l’avait éduqué, dans le respect de la classe supérieure. Certes, elle n’aurait jamais dû se retrouver face à l’un d’entre eux… Mais voilà, elle n’était pas maître de son destin, loin de là.

- Elle… Elle s’appelle Nel Tu. Elle est arrancar et elle a perdu ses frères, parvint-elle à articuler d’une voix tremblotante.

S’aplatissant devant Aizen comme l’aurait fait un croyant devant son dieu, elle tenta de plaider sa cause.

- Nel n’aurait pas dû se trouver ici, Nel s’est perdue, elle est désolée, désolée, désolée, désolée…

Pour ça, elle pouvait l’être. D’autant qu’à faire perdre le précieux temps du shinigami, elle risquait de plus en plus de se faire tirer les oreilles jusqu’à ce qu’elles soient arrachées.

- Le Seigneur Tout-Puissant Aizen ne devrait pas se préoccuper d’un pauvre insecte comme Nel. Elle n’est qu’un microbe qui devrait mourir pour vous embêter de la sorte.

Aaaaah, elle l’encourageait à l’assassiner ! Vite, fermer la bouche, se taire, ne plus respirer… Non, si, il fallait qu’elle respire. Courbée devant son Roi, elle attendit, effrayée, sa sentence.
Invité






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne
Ven 16 Nov - 19:08

Apeurée, le mot était faible, pas loin de faire une crise cardiaque, il paraissait évident que la petite fille le connaissait bien mieux qu'une intruse qui aurait ouïe dire des informations de la bouche d'un autre Arrancar. Elle se présenta, Nell Tu; ce nom lui était bien familier. Sa mémoire lui jouait des tours, mais il ne pouvait pas faire erreur sur la nature de celle-ci. Autrefois, une femme aux traits semblable se battait sous ses ordres. Il se souvenait de cette chevelure vert-émeraude, peu commune au sein de l'armée. En creusent davantage, il se souvenait également qu'elle avait fait partie de l'Espada, et que par conséquent elle avait obtenu jadis une place très sollicitée. Ce simple souvenir qui remontait à la surface intriguait fortement le maître de Las Noches. Lui qui était parti à la recherche d'un Hollow ou d'un Arrancar puissant, voilà qu'il tombait nez à nez avec une déchue d'un poste très élevé. Une question demeurait en suspens, comment avait-elle obtenu une forme si affaiblie ? Et surtout, pouvait-elle retrouver sa forme originelle ? Mais après une brève observation, il n'eut pas besoin de lui demander une quelconque information. Une large fissure était imprimée sur son crâne, visiblement brisé. Tout laissait à penser qu'une arme affilée en était la conséquence. Pour peu qu'il ait besoin de l'examiner plus, l'homme plia ses genoux pour être à sa hauteur. Il plaça ensuite son index et son majeur sur la blessure, jonchant la fêlure de toute sa longueur.

"Je vois. Tu as subi une attaque n'est-ce pas ? Cette ouverture à semble-t-il laissé échapper une bonne partie de ton reiatsu. Je n'ai nul besoin de te questionner pour prétendre que tu n'es plus capable de reprendre ta forme d'origine, pas volontairement du moins."

Aizen se redressa pour écouter sa confirmation, ou pas. Peut-être n'était-elle pas encore lucide quant à ce qui lui était arrivé. Auquel cas ça ne lui aurait pas paru étrange, la possibilité même qu'elle ait subi un choc à la tête étant de mise. Qu'importe les renseignements qu'elle pouvait lui fournir, dans cet état elle ne lui servirait à rien, et à moins que Gin ou Tosen soient en manque d'interpréter l'image d'une figure paternelle, il n'avait aucune raison de l'emmener avec lui, à moins que...

Un homme dans son armée pouvait l'aider et lui faire recouvrer ses pouvoirs d'antan. Szayel, le fou scientifique devait être en mesure de dégoter un remède, de lui prodiguer un soin réparateur pour le masque brisé. Possiblement qu'il en savait même plus que ça. C'était une décision coûteuse, mais qui valait le coup, Nell disposait plausiblement de renseignements importants sur d'autres Arrancars, sur des lieux secrets ou autres. Elle avait dû errer plusieurs mois, voir plusieurs années dans cette forme en parvenant néanmoins à survivre. Rien que pour ça, il avait beaucoup de questions à lui poser, et certains détails à éclaircir. Il pria ainsi à celle-ci de le suivre, précisant qu'il allait changer sa vie, changer celle de ses camarades en lui proposant d'avoir l'opportunité de les protéger, d'être une mère pour ceux qui lui étaient fidèles. Aizen en savait manifestement plus sur elle qu'il ne semblait bien vouloir le dire. Il avait plusieurs raisons pour la convaincre, pour lui permettre de prendre la bonne décision, il n'en précisa pourtant pas plus.

En se dirigeant vers le laboratoire du scientifique, ils n'échangèrent aucun mot. Le dialogue adviendrait probablement plus tard, lorsqu’elle aurait obtenu toutes ses capacités. Bien que consciente, elle demeurait avec le cerveau d'un enfant, et malheureusement Aizen ne disposait d'aucune qualité qui faisait un bon père. Au bout de quelques minutes de marches intensives, l'hôte s'arrêta dans le silence et alors seulement à ce moment, il pénétra à l'intérieur d'un immense mur, ne comportant ni ouverture, ni fissure, un simple mur qui avala la jambe, le bassin et ainsi de suite jusqu'à l'entièreté de son être. Nell devait l'imiter pour pénétrer la base secrète, subtilement installée par son résidant. À l'intérieur, c'était une vraie usine. Des tubes à essai, des documents, des objets insolites, bref, tout un savant mélange spécifique à l'habitat d'un chercheur. Un corps calciné était soigneusement disposé sur une table, et à droite, dans le coin intérieur, un grand conteneur renfermait une créature qui baignait dans un liquide verdâtre. Il était manifestement plongé dans une étude intéressante. L'homme qui n'était pas encore présent dans la pièce, laissa dépasser son visage d'une entrée, et quand il se rendit compte de qui lui rendait visite, il s'empressa aussitôt d’apparaître en face de lui. La petite fille étant dissimulée par sa grande taille, l'ancien capitaine l'informa de la raison de sa présence.

"J'espère ne pas importuner tes palpitantes manœuvres cérébrales Szayel. Je ne peux pas attendre, et j'ai besoin que tu te consacres entièrement à mon souhait."

Il s'adressait avec courtoisie à son subordonné, une discordance qui variait à l'instant même où il coupa la parole à l'Espada avant même qu'il ne puisse formuler sa réponse. Cette fois, c'était un ordre très strict.

"J'ai fait une fascinante découverte. Une jeune fille qui s'appelle Nell Tu, a vraisemblablement perdu ses pouvoirs d'une manière très... énigmatique. J'ai toutes les raisons de penser que ce n'est pas dû au hasard. J'aurais bien aimé élucider ce mystère moi-même, mais je n'ai guère le temps de me distraire. Fais retrouver à cet Arrancar ses pouvoirs d'antan, je ne t'en demande pas plus."

Il s'écarta sur le côté pour dévoiler le sujet en question. Le manque de confiance de cette dernière n'avait pas changé d'un iota, la présence de Szayel semblait même avoir aggravé la hantise sur son visage. L'expression du scientifique s'adaptait d'un visage tout aussi inattendu, très stupéfait et à la fois appréhensif, comme il s'y était attendu, il n'était peut-être pas étranger à cette histoire. Pour le moment, il ne fit aucune déduction et attendit d'en voir davantage sur la réaction de chacun.
Invité






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne
Lun 19 Nov - 20:24

Relevant légèrement la tête, Nel s’aperçut que le maître de Las Noches s’était ajusté à sa hauteur, posant un genou au sol. Il avança une main vers elle… Ca y est, elle allait mourir ! Il allait déployer son super-pouvoir divin pour la réduire en miette, à l’image de ces grains de sables peuplant le désert du Hueco Mundo. Et finalement… Non. Il se contenta de passer deux doigts sur elle, examinant de plus près la large blessure.
Une attaque ? Non, non, le Seigneur Aizen devait faire erreur, d’aussi loin qu’elle pouvait se rappeler, elle avait toujours eu cette cicatrice, ce masque brisé. Personne ne lui avait jamais fait du mal, ses frères s’occupaient bien d’elle, enfin, jusqu’à ce qu’elle les perde à cause d’un stupide jeu.

- Nel… Nel a toujours eu ça. Elle s’est jamais battu, elle peut le jurer.

Pour le reste, elle ne comprit pas grand-chose à ce qu’il pouvait raconter. Une histoire de reiatsu (mot qu’elle ne comprit d’ailleurs pas) qui s’échappait d’elle. Hey, mais ça faisait peur ! Levant les yeux pour essayer de voir ce qui pouvait s’échapper de son masque, elle trembla à l’idée de voir un Reiatsu lui sortir du crâne (une espèce de monstre de ce qu’elle pouvait imaginer). Cependant, elle ne décela rien d’anormal, de quoi la rassurer un petit peu. Le Seigneur Aizen était toujours là par contre… Et plus inquiétant, il lui demanda de le suivre. Malgré la voix calme qu’il avait prit, elle était tout aussi terrorisée que lorsqu’il y était apparu face à elle. Aussi, aux yeux de la petite arrancar, la demande ressemblait plus à un ordre, et sans oser émettre le moindre son, elle marcha dans ses pas pour se rendre à Las Noches.

A l’instar du maître de ces lieux, le palais était immense. De larges couloirs, des plafonds hauts… Le moindre bruit résonnait, donnant une impression d’infinité à cette marche. Finalement, ils arrivèrent devant un mur. Bah, qu’est-ce qu’il voulait faire le Seigneur Aizen ? Ce n’était pas possible de passer par là… Et pourtant ! Avançant d’un pas, il traversa comme si rien ne s’opposait à lui, devant une Nel complètement subjuguée par cette démonstration.

- Wouaah, le Seigneur Aizen est un fantôme !!

Ah ben… Voilà qu’elle se retrouvait toute seule ! S’enfuir ne lui vint même pas à l’esprit. Si accompagner Aizen n’était pas rassurant, qu’il puisse l’abandonner ainsi l’était encore moins, surtout que Las Noches grouillait de l’Espada, des Fraccions et d’autres arrancars… Il fallait absolument qu’elle rejoigne le shinigami, elle n’était définitivement pas en sécurité ! Tendant un doigt vers le mur, il passa au travers. Elle hésita un instant, et puis franchit le mur. Finalement, c’était facile ! La pièce où ils avaient débouchée était des plus sinistres, une odeur dérangeante vint déranger le nez délicat de la petite arrancar, et quelques secondes plus tard, elle comprit d’où ça venait. Un corps noircit était posé sur la table… Nel se cacha les yeux et se boucha le nez, mais trop tard, cette image resterait à jamais graver dans sa mémoire !
Soudain, Aizen prit la parole. Quoi, il parlait tout seul ? Non, un autre homme lui répondit… Elle ne pouvait voir son interlocuteur, mais rien que sa voix ne lui disait rien de bon.

- Si je puis me permettre, je suis sur le point de…

Il ne put finir sa phrase, Aizen ne lui laissant guère le temps de discuter ses ordres. Après de brèves explications, Nel fut mise à découvert, laquelle fut effrayée par le regard que lui jeta le huitième espada.

- Nel Tu…

Neliel Tu Oderschwank de son vrai nom, la Tercera Espada jetée du haut des murailles de Las Noches après s’être fait ouvert le crâne en deux. Il se rappelait d’elle bien sur. Cela faisait des années qu’il avait comploté avec Nnoitra dans le but de l’écarter de l’espada. Et voilà que, comble de l’ironie, Aizen se présentait à lui avec l’ordre de la faire redevenir comme elle était avant. Autant dire qu’il allait être dans un sacré pétrin… Pendant de longues secondes, il réfléchit à la situation sans détacher les yeux de l’enfant… Aizen devait surement se douter, mais il n’avait aucune preuve comme quoi Szayel était impliqué. Aussi ne pouvait-il se permettre de faire revenir le seul témoin de cette nuit car si la colère de Neliel était à craindre, ainsi que sa vengeance, celle d’Aizen l’était encore plus.

- Seigneur Aizen, pourquoi vous préoccuper de ce… De cette arrancar ? Elle ne vous apportera rien, mes projets… Mes projets ne souffrent pas d’un quelconque délai, mon temps ne me permet pas de m’occuper de cette gamine !

Spoiler:
 
Invité






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne
Ven 7 Déc - 0:21

Le visage de Szayel se crispa dès la première seconde où il vit la jeune Arrancar, une conduite étrange et prévisible qui ne surprenait pas le maître des lieux. Il s'essaya en excuse, cherchant à convaincre son supérieur qu'elle ne leur serait d'aucune utilité, qu'un Arrancar aussi faible ne pouvait lui apporter satisfaction. Et quand bien même elle lui serait inutile, Aizen n'écoutait que lui, il n'était certainement pas du genre à se laisser encadrer par quiconque. Le regard un peu plus sévère, il laissa son regard ténébreux faire appel à son rôle qui confondait dans la soumission, un simple échange suffisait généralement à exprimer ses plus fortes émotions.

"C'est de ma faute, je me suis mal exprimé. Je ne te demande pas ton avis Szayel, c'est un ordre."

Le scientifique déglutît, sa peau perlante de transpiration. Il serrait les dents, visiblement très mal à l'aise devant une telle demande qu'il était tout simplement incapable de refuser s'il ne voulait pas finir comme la propre expérience de son laboratoire, à la place de la victime carbonisée. Il avait beau être déluré dans ses projets de fous, il n'en restait pas moins un personnage des plus lucides qui savait prendre les bonnes décisions quand cela était nécessaire. Après quelques secondes d'hésitations, il acquiesça d'un signe de tête avant de poser ses yeux mielleux sur le nouveau "projet" dont il devait s'occuper. Il réfléchissait encore, savoir si oui ou non il était définitivement pris au piège. Il pouvait effectivement s'en occuper, trouver un prétexte pour rester seul avec elle et la faire disparaître pour de bon en affirmant par la suite que la réparation s'était mal passée. Il le pouvait si seulement...

"Hum... Aizen-sama, j'accepte de le faire, mais pour ça je dois rester seul. Vous comprenez que..."

"Je ne bougerais pas, j'ai besoin d'elle dans les plus brefs délais. Je soupçonne sa mémoire d'en savoir beaucoup plus que l'enfant qu'elle est."

"Bien, je..."

Szayel n'avait désormais plus le choix, il ne pouvait plus écarter son chef sans paraître suspect et entraîner quelques accusations supplémentaires à son sujet. Il devait le faire, maintenant qu'il était confronté à son passé, il devait faire en sorte que Nell oublie une partie du sien. C'est ça, il fallait à tout prix que lorsqu’elle redeviendrait adulte, elle en oublie le visage de Nnootra le jour où il a formé cette blessure, car ce dernier n'hésiterait pas à le balancer dès qu'il en aurait l'occasion. Le septima espada fit donc appel à la jeune fille pour qu'elle veuille bien s'avancer. Pendant qu'ils se mettaient tous deux en place sur un brancard prévu à cet effet, Aizen restait immobile, les mains dans les poches. Il écouta ensuite les explications du scientifique sur les différentes étapes de la régénération. D'abord, il devait recréer une partie du reiatsu qu'elle avait perdu pour la condenser et la transférer dans son crâne brisé. En même temps, il devait examiner la structure organique de son masque pour empêcher toute nouvelle fuite, après quoi il précisa l'effet de la machine qui se trouvait sur le côté. La même qu'ils avaient aperçue en entrant était en fait une machine régénératrice, capable de soigner n'importe quelle blessure comme le ferait la ressurecion d'un Arrancar. Enfin, une fois que ce procédé prendrait fin, il lui était nécessaire de la transporter dans la salle d'a côté pour qu'elle réintègre une seconde machine beaucoup plus perfectionnée. Selon lui, elle pouvait facilement lui faire retrouver sa forme d'origine en convertissant le flux qui partage le reiatsu, si bien que son corps d'enfant retrouvera un corps plus approprié pour contenir le tout.

Décidément, cet homme disposait d'un arsenal très pratique pour tricher en toute circonstance. Ses recherches le menaient à être préparé, à ne pratiquement rien laisser au hasard pour obtenir tout ce qu'il désirait sans qu'il soit dérangé. Aizen ne connaissait pas la moitié de ses expériences, il ne s'y intéressait pas trop à vrai dire, tant que tout se faisait dans les règles sans que ce dernier ne lui désobéisse. L'ancien capitaine se contentait alors de lui demander parfois quelques services, mais ça s'arrêtais la, sauf exception où le projet paraissait intéressant. Il aurait tout le temps de lui demander autre chose une fois qu'il aurait fini avec l'enfant. Elle ne comprenait sans doute pas ce qui lui arrivait, ni pourquoi autant de démarches pour un sujet qui la dépassait. Szayel l'avait fait s'asseoir et contemplait à présent l'intérieur de sa fissure. Tout allait ensuite très vite quand il plaça un long tube très souple à l'intérieur, sans doute pour lui insuffler le reiatsu. Vint ensuite le tour de la machine de réincarnation qui referma en à peine quelques minutes la plaie. Le terme de sa renaissance n'allait plus trop tarder. Il manquait à présent l'ultime étape. Est-ce que ça allait fonctionner ? Et surtout allait-elle retrouver la mémoire ? Aizen était impatient de pouvoir y répondre.


Spoiler:
 
Invité






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne
Dim 6 Jan - 17:20

Rohlala, tant d’explications pour pas grand-chose. Nel n’avait rien compris du charabia prononcé par Szayel. En fait, elle n’avait pas écouté grand-chose, car trop occupée à regarder tout autour d’elle en cherchant une façon de s’enfuir de cet horrible endroit. Pour l’instant, aucun mal ne lui avait été fait, mais il ne fallait pas avoir plus de quatre ans pour comprendre que quelque chose de vraiment pas bon allait se passer.
L’arrancar, déjà tourmentée par ses propres divagations enfantines, grinça des dents lorsqu’elle entendit d’une oreille que le scientifique voulait lui mettre une substance nommée « Rei à Tsu » dans le crâne. Horreur ! Elle avait bien raison de chercher une façon de s’enfuir ! Il voulait la disséquer !
Lentement, avec une précaution qui ne lui ressemblait pas, elle fit un pas en arrière, puis un deuxième… Peut-être que, par chance, les deux hommes l’oublieraient assez longtemps pour qu’elle puisse prendre la poudre d’escampette.
Hélas, le regard du Seigneur de ces lieux tomba sur elle comme le couperet d’une lame effilée, tranchant net son idée d’évasion, l’incitant à ne pas aller plus loin, au risque de subir son courroux. Penaude, Nel stoppa tout mouvement, implorant en silence sa grâce et sa pitié. Après tout, elle n’était qu’une enfant, elle ne comprenait absolument pas pourquoi elle se retrouvait ici !

Szayel s’avança vers elle. Voilà, elle allait surement mourir. Adieu monde cruel ! Que ses restes soient rendus à ses frères, afin qu’ils puissent faire le deuil !
Pendant qu’elle déraisonnait complètement, l’espada l’examina sous toutes les coutures, et plus particulièrement son masque brisé. Quand bien même il puisse lui faire parfois mal, Nel resta tout à fait silencieuse, de peur de recevoir une correction nullement méritée. Elle ne put cependant retenir un cri lorsqu’il lui enfonça volontairement un tube au niveau de la fissure. La douleur allait de paire avec la peur qui lui vrillait l’estomac, et la petite arrancar ne se rendit même pas compte de ce qui lui arrivait… Avec aussi peu de délicatesse que précédemment, Szayel mit fin à la tourmente, et plaça l’enfant dans une cage en verre.
Alors les pleurs prirent fin. Son masque brisé, qui la faisait souffrir chaque jour, fut refermé. Nel en fut stupéfaite, elle qui pensait mourir sous peu, voilà désormais qu’elle allait mieux que bien. Petits chagrins et gros tracas furent effacés par la sérénité que procurait ce masque de hollow tout neuf ! C’était à ne rien y comprendre… Docilement, Nel accompagna ensuite Szayel dans la pièce d’à côté… L’étape cruciale qui allait lui rendre sa forme adulte, et possiblement, tous ses souvenirs perdus.

Intimidée par la taille de l’appareil, Nel regarda en direction du Seigneur Aizen, qui les avait accompagnés jusque-là. Il ne lui témoigna aucune forme d’encouragement… Seul un petit sourire s’était dessiné sur son visage. Peut-être était-il déjà content d’elle ? Que c’était sa manière de lui dire « vas-y tu peux le faire ! ». Oui, Nel choisit de croire qu’il la soutenait, et quand bien même ce fut la plus grande fabulation de sa vie, elle préféra y croire, pensant que cette machine était peut-être une prison d’où elle ne sortirait plus jamais. D’une certaine manière, elle n’avait pas tout à fait tort.
Les portes se fermèrent. Un bruit strident s’échappa du côté gauche, tandis que des turbines se mirent en marche. Le scientifique pianota sur la console de commande, et après les bruits bizarres mêlés aux cris de la fillette dans l’appareil, un flash de grande intensité illumina pendant quelque secondes l’intérieur du réservoir où se tenait Nel.
Le procédé était normalement fini… L’accès fut ouvert, d’où s’échappa une grande quantité de fumée rosâtre. Une main adulte jaillit alors, s’agrippant à un côté, soutenant le reste du corps, qui ne tarda pas à s’extirper de la machine.

Ses jambes étaient peu assurées, elle avait même l’impression qu’elles pouvaient se dérober si elle faisait ne serait-ce qu’un pas. Sa poitrine lui semblait douloureuse, comme si respirer était devenu un fardeau… Son masque, lui, était tout à fait identique à celui qu’elle avait porté depuis qu’elle s’était mise sous les ordres du shinigami Aizen, outre la cicatrice sur son visage, témoin d’une querelle qui lui avait couté son rang, mais ça… Elle ne s’en souvenait plus.
Posant un regard froid sur le scientifique, ne sachant même pas ce qu’il venait de faire pour elle, Neliel le dévisagea un instant, pour ensuite se désintéresser de lui, au profit d’un homme pour lequel elle devait beaucoup selon elle.

- Seigneur Aizen…

S’agenouillant devant son « sauveur », Neliel s’aperçut qu’elle ne savait absolument pas ce qu’elle faisait ici.

- Seigneur Aizen, je ne comprends pas… Que sommes-nous venus faire ici ?

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Retour d'une ancienne






Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération