Retour à la réalité - Public
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



Retour à la réalité - Public

avatar
Yazooru Senzo

_________________
Shinigami de la 8ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Shinigami simple
Niveau:
65/100  (65/100)
Points:
39/60  (39/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Retour à la réalité - Public
Sam 16 Nov - 13:01

Un fin halo de lumière s’étendait doucement dans la chambre silencieuse, laissant entrevoir le brume poussiéreuse en suspension dans l’air. La salle était silencieuse, hormis le fin trait de lumière qui l’enveloppait peu à peu, rien ne bougeait.

Pourtant dans l’ombre de cette pièce dénuée de tout autre ameublement qu’un matelas, une masse immobile contrastait avec la neutralité du lieu.

Son souffle, inaudible, faisait virevolter la poussière environnante, seul signe pouvait prouver que cet être était bel et bien en vie.

Peu à peu, la lumière extérieure remontant le long de son corps presque nu éclaira celui-ci.
Une multitude de cicatrices blanches cisaillaient sa peau immobile. Ce n’est que lorsque le halo embrassa son visage de sa douce chaleur qu’il cilla.

Ces grands yeux verts s’ouvrirent doucement, il détourna la tête pour échapper à l’aveuglant éclat venant de la fenêtre.

L’homme soupira, combien de temps s’était écoulé depuis les évènements du Hueco Mundo, lorsqu’il avait été tué et avait basculer dans ce monstrueux état. Combien de temps depuis la chute d’Aizen et la libération de la jeune Inoue.

Depuis qu’il était rentré au Seireitei, Senzo était resté dans ses appartements prétextant auprès de son capitaine les nombreuses blessures qu’il avait reçu au cours de la mission de sauvetage. Le shinigami avait demandé aux gens présents de taire la monstrueuse anomalie dont il était la victime afin de ne pas s’attirer les foudres du Goteï. Finir dans le repère des vers ne l’enchantait guère et finir sur une table d’autopsie entre les mains expertes de Mayuri encore moins.

Malgré cela, le jeune homme s’entrainait à développer cette facette de lui. Chaque jour il passait des heures à méditer dans le but d’atteindre un équilibre intérieur, mais aussi d’entrer en contact avec Odoriko.
Depuis les évènements, la jeune femme incarnant son zanpakuto ne s’était plus manifestée, pas plus que le hollow qui avait prit le contrôle de son corps.
Le guerrier semblait désormais plus seule que jamais, en tailleur au fond de sa chambre.

Il se releva et passa sa main dans ses cheveux afin de les remettre en arrière, ils avaient l’air d’avoir beaucoup poussé depuis son retour. Sa main s’y attardait quelques secondes avant de s’abaisser rapidement, passant devant son visage en faisant apparaitre un affreux masque blanc.

Le vizard resta ainsi pendant quelques minutes, jusqu’à ce que la sueur perle sur son front, avant de se répandre sur tout son corps, qui tremblait maintenant de toute part. Tout à coup, accompagnant un râle du monstre, le masque se disloqua pour se fondre dans le brume de poussière.

Haletant, Senzo resta là quelques minutes le temps de reprendre son souffle et que son corps se remette de cette épreuve. Sa gorge sèche le faisait souffrir et il se demanda depuis combien de temps il n’avait pas ne serait-ce qu’avalé une gorgé d’eau, sans parler du fait de se nourrir.
Il se déplaca lentement vers l’endroit qui lui servait de cuisine et en bu de grandes gorgées qui emportèrent jusqu’à son estomac le poussière accumulée dans celle-ci.

Ce n’est que lorsqu’il rejoignit la chambre qu’il se rendit compte de la puanteur qui en émanait. Il se demanda quelques secondes d’où cette odeur pouvait bien venir avant de réaliser qu’il en était lui-même la source.

Oui, combien de temps avait-il passé ici à rester  immobile pour méditer, en ne se levant que pour s’entrainer à contrôler son masque. Peut être était-il temps de sortir d’ici et de voir comment le monde avait évolué.

Il passa quelques heures dans une bain chaud, puis en fit couler un second, puis se lava encore deux fois, jusqu’à ce que l’eau ruisselant sur son corps reste transparente et ne noircisse plus.

L’homme sécha ses longs cheveux et passa la main dans sa barbe, elle n’était pas au point de lui donner des airs de philosophe, mais suffisamment longue puis qu’il n’envisage de la raser quand il reviendrait. Mais pas maintenant, pour le moment, le shinigami allait se balader ici et là afin de prendre des nouvelles de la situation.

La lumière extérieur envahit ses quartiers lorsqu’il ouvrit en grand toutes les pièces, qui avaient bien besoin de s’aérer elles aussi.  

Yazooru marcha quelques centaines de mètres, Odoriko dans le dos. Les rues étaient quasiment vides et il ne croisa que très peu de shinigamis, qui semblaient tous plus ou moins occupés. Ce n’est qu’au coin d’une rue qu’il tomba nez à nez avec l’un de ses semblables, qui le bouscula légèrement.

« Gomen ! »
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Retour à la réalité - Public
Lun 16 Déc - 1:35


La journée promettait d'être belle, le soleil se levait lentement pour inonder le Goteï de sa lumière. Yasuri observait l'astre s'élever lentement depuis une fenêtre. Pourquoi était-il debout à une telle heure ? Car, ces derniers temps, chacune des morts et des disparitions de ses camarades au cours des missions auxquelles il avait participé lui revenaient en mémoire. Il ne pouvait s'empêcher de se les imputer si bien qu'elles hantaient ses nuits qui se retrouvaient agitées. Il se réveillait brusquement, tremblant, en sueur et incapable de retrouver le sommeil. Un véritable comble pour celui qui arrivait toujours en retard aux points de rendez-vous des missions alors qu'il n'en avait plus effectuées depuis six mois.

Le blondinet avait donc pris l'habitude de se mettre à cette fenêtre pour regarder l'astre lunaire faire son petit bout d'chemin céleste pour laisser place à son homologue solaire, avec un air serein et souriant. Ce spectacle l'apaisait, le soulageant de ses troubles nocturnes. Il ressassait ses souvenirs au passage ; un de ses plus mémorables monologues datait de la première nuit, juste après la disparition de Konrad, quand il avait été nommé quatrième siège.

« Est-ce donc ça de gagner en grade et en force ? Est-ce se faire un trône du cadavre de ses alliés, s'abreuver de leur sang ? Est-ce qu'on gagne en puissance car nos compatriotes, parfois plus forts et valeureux que nous, se sont sacrifiés pour nous, nous permettant de progresser de gagner en galons, d'être couronnés de lauriers, à l'image de leur tombe couronnée de fleur ? Un faible devient fort avec le sacrifice des plus forts qui les ont protégés, parfois le faible devient alors très fort et on considère que c'était un sacrifice qui en valait la peine. Mais est-ce que la force accumulée de tous les puissants vaincus ne valait elle pas celle du survivant, ou bien ne seraient-ils pas devenus plus forts que lui ? Personne ne le saura jamais... »

Aujourd'hui il était juste silencieux, méditant à sa façon. Alors que des odeurs commençaient à émaner des cuisines et à venir lui chatouiller les narines, il se dirigea vers la salle commune où tous les shinigamis de la troisième division prenaient leur petit-déjeuner. Elle était bien sûr vide, il était le premier et partirait avant l'arrivée de tout le monde pour aller s'entraîner.

Se servant dans les cuisines alors que les plats étaient à peine prêts, il salua les cuisiniers qui commençaient à le connaître. Il discuta brièvement avec eux et prit place à table. Il prenait son temps pour manger son repas, n'en laissant pas la moindre miettes en sachant qu'il devrait tenir toute une matinée d'entraînement avec uniquement ça dans l'estomac. Un homme prit place à sa table.

« Quatrième siège Holsaki ?
-Oui ? Ché pour quoi ? Avait-il dit, la bouche pleine.
-Je suis là pour vous parler de votre poste...

Il avait avalé ce qu'il était en train de mâcher.

-C'est-à-dire ?
-Eh bien nous remarquons tous votre implication, le sérieux avec lequel vous vous entraînez. Vous faites un bon exemple, à un détail près.
-Lequel ?
-Voilà une demi-année que vous n'avez pas effectué le moindre travail sur le terrain. Vous vous levez à la première heure pour votre entraînement, cela impose le respect, mais vous donnez l'impression que cela ne mène à rien comme vos efforts ne montrent aucun résultat lors de missions, vous en auriez même refusées certaines.

La main gauche de Yasuri s'était fait tremblante alors qu'il tapotait nerveusement sur la table avec ses doigts quand il avait entendu le mot « missions ».

-Je... hum oui évidemment...
-Vous n'avez pas à vous expliquer, je comprend. On m'a donné votre dossier, je sais ce qui vous est arrivé avant cet arrêt soudain de travailler. Je sais aussi qu'on vous a diagnostiqué un léger traumatisme suite à ces événements.
-Effectivement...
-C'est pourquoi, pour éviter votre rétrogradation, nous avons pensé à une réintégration à cette routine de manière... comment dirais-je... douce et qui colle à votre rythme. Nous pensions vous attribuer le premier tour de garde du Seireitei.

Le blondinet était resté songeur. On l'avait en effet déclaré « traumatisé », il trouvait que c'était un bien grand mot mais il était vrai que rien de songer à une mission il était mal à l'aise. Il ne pouvait néanmoins pas se laisser ôter son grade, ce serait un affront envers les personnes disparues par sa faute. La garde matinale ne devait présenter aucun risque, quand bien même il serait avec une équipe ce ne devait pas être bien dangereux.

-J'accepte. »

*
* *



Un an plus tard, Yasuri s'occupait toujours de cette fonction. C'était un quotidien paisible, il se levait aux mêmes heures que lorsqu'il avait des insomnies, qui se faisaient de plus en plus rares, pour prendre son tour de garde, terminait son service un peu avant midi et passait l'après-midi à s'entraîner jusqu'au soir où il s'occupait de sa paperasse jusqu'à tard dans la nuit avant d'enfin se reposer. Il dormait peu mais portait ses cernes avec fierté, se sentant utile bien que son travail se résumait à marcher dans les rues du Seireitei et, à l'occasion, de calmer les ardeurs de shinigamis encore éméchés à cause d'abus de boisson.

On commençait un peu à le connaître dans les quartiers qui lui étaient attribués, tout comme il connaissait tous les lèves-tôt.

Toutefois, la fatigue était parfois trop importante et il déambulait dans les allées, absent, à la manière d'un zombie. C'est ce qui se passait aujourd'hui, il arriva donc ce qui devait arriver : il percuta quelqu'un au détour d'un bâtiment. D'habitude c'était un mur, ou bien il trébuchait, mais non là c'était bien quelqu'un. Tombant sur les fesses il s'empressa de rassurer son interlocuteur.

« Non non ! C'est ma faute, j'étais ailleurs, autant pour moi ! »

L'homme qu'il avait bouscule était plutôt grand... bon d'accord, presque tout le monde était plus grand que Yasuri, mais l'homme avait aussi une certaine carrure... oui bon d'accord, presque tout le monde semble plus musclé que Yasuri !, mais ses muscles semblaient un rien... amoindris, comme après une longue période sans exercice. Il avait de longs cheveux bruns et une barbe un tantinet longue. Enfin, il portait son zanpakuto dans son dos, contrairement au shinigami de la troisième division qui l'avait à la ceinture.

« Encore désolé, je suis Yasuri Holsaki, quatrième siège de la troisième division ! »





Sujets similaires

-
» Ô! Le dur retour à la réalité!
» Retour à la réalité | Cérya
» Retour à la réalité [Flashback / One-shot]
» Retour à la réalité
» La Campagne Fragments de Réalités : "Le Retour du Décharné" (N3)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération