(Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



(Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]

avatar
Hikari Chujitsuna

_________________
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
82/100  (82/100)
Points:
0/100  (0/100)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Mar 22 Avr - 0:30

« C'est peut-être votre opinion, mais malgré votre grade et votre influence cette décision ne vous revient pas. Nous déclarons le Vice-Capitaine Chujitsuna coupable de haute trahison envers le Gotei 13 pour avoir quitté son poste, causant la mort d'un certain nombre de soldats, pour s'en être pris aux officiers des treize armées de la Cour et à son Capitaine-Commandant. Pour cela...
-Une question.

L'accusé n'avait presque pas ouvert la bouche au cours de son procès, si ce n'est pour plaider coupable et raconter sa version, assumant totalement ses actes avec un air parfois indifférent, parfois colérique et parfois absolument agaçant tant il était ironique. Du reste, il avait gardé le regard fixé au sol, sur ses sandales, rendant son expression indéchiffrable à cause de ses cheveux formant un rideau sur son visage.

-Vous n'avez pas la par...
-Merci. Dit-il en relevant la tête pour laisser voir un sourire et un regard provocateurs à souhait. Je me demandais simplement, à propos des officiers : je suis inculpé pour meurtre ou tentative de meurtre ?
-Vous n'avez pas à la savoir. Avait-on répondu après un silence d'une demi-seconde qui pouvait se traduire aussi bien par la mort des victimes ou par l'insolence, voire la curiosité malsaine, de la question du prévenu.

Hikari ne put retenir un éclat de rire strident, le pur stéréotype du grand méchant qui a pas la lumière à tous les étages. Le maître de cérémonie continua.

-Pour ces différents chefs d'accusations, nous condamnons le traître Hikari Chujitsuna...
-À la peine de mort ! Avait-il chantonné à voix haute et intelligible.
-Non.

Pour le coup, cela avait étonné Hikari à peu près autant que le Capitaine témoin. Et Dieu sait à quel point il est dur de clouer le bec au Chujitsuna.

-En prenant en compte ses antécédents irréprochables, comparés à ses réactions actuelles, la Chambre des 46 déclare que  l'accusé a subi un choc émotionnel et psychologique important au cours des affrontements récents, causant un déséquilibre mental. En conséquence, à défaut de héros,  le Vice-Capitaine Chujitsuna est déclaré victime de guerre et donc irresponsable de ses actes. C'est pourquoi nous le condamnons à une réclusion à durée indéterminée au Nid des Asticots. Emmenez-le.

C'était insensé, purement, totalement, carrément insensé, pensa-t-il en même temps que le témoin. Ils devenaient séniles chez les quarante-six ? Non, c'était même plus ça à ce stade là, ils étaient juste complètement fadas ! Quand bien même on ne l'exécutait pas pour cette excuse bancale, c'était au Muken qu'il devait aller ! On n'envoie pas un criminel à la « maison de retraite » du Gotei 13... C'était sûr, il y avait quelque chose là-dessous. M'enfin, c'était pas pour le gêner, tiens, il allait rire un peu  comme hystérique pour faire bonne figure. Et puis se débattre, les clichés c'est cool.

-Ahahah ! Ce n'est qu'un au revoir ! Comptez-sur moi, je reviendrais ! Et vous mourrez tous un par un, jusqu'au dernier ! Vice-Capitaines, Capitaines, Gotei 13, Nobles, Soul Society, Univers, Yamamoto, vous expierez vos péchés ! Je reviendraiiiiiiiiiiiieuh ! »

Et les portes de la pièce du tribunal s'étaient refermées derrière lui. Les gardes reliées à la lanière lui entourant le cou et le privant de ses pouvoirs, telle une laisse, le menèrent jusqu'à l'asile de fou du Seireitei. Dans son kimono blanc de prisonnier, vite gris à cause de la poussière, il se mit dans un coin, entourant ses genoux de ses bras, replié sur lui même en position fœtale assise. Il devait réfléchir, penser à tout ça, comprendre pourquoi il était ici. Sans raison, il ne put empêcher un nouveau rire, il devait vraiment être devenu fou. Cette sortie, cet envoi en coulisse, sa dernière scène, c'était trop beau pour lui. Il sortait presque en héros de cette guerre alors qu'il était un traître ! L'un des quatre grands traîtres des deux derniers siècles ! À peine quelques semaines après sa chèèère amie l'ancienne Capitaine de la Seconde Division.

« J'te vois déjà me sortir une connerie du genre « Ahlalala, toujours à me copier et me prendre pour modèle toi ! Je trahis, faut que tu le fasses juste après ! ». Hum, je me demande si ça m'a manqué tiens. Ta remplaçante était pas fun pour un sou, d'ailleurs j'ai explosé son sort en moins de deux, elle est vraiment minable ! Même si c'est elle qui m'a endormie, mais elle a aucun mérite. … j'suis en train de te parler alors que t'es pas là, ça veut dire que je suis en train de devenir schizophrène ? Oh non, pas déjà quand même, je viens juste d'arriver... Et dire que je ne te retrouve même pas ici, ma rivale, la fille que je déteste le plus au monde, mais aussi ma meilleure amie... Putain, qu'est-ce que je suis content que t'entendes pas ça ! »

Avant qu'il puisse continuer plus loin dans sa petite crise, un type vint le déranger. Ouaaaaais un type auquel il manquait plus de case qu'il n'en avait !

« Hey, j'ai parlé avec les gardes, c'est vrai que t'as déjà fait un crime toi ?

Chouette, il avait déjà une réputation ! Pour la peine il prit l'air le plus taré qu'il put, souriant comme un dément. Quitte à être le boss des déséquilibré, autant y ressembler un peu.

-Ouaaaaaaaaais ! J'ai fait mourir plein de gens ! Et puis j'ai explosé des officiers ! Et tu sais la meilleure ? C'était au milieu de tous les Capitaines et Vice-Capitaines pour attaquer Yamamoto !
-Sérieux ?
-Bah ouais, j'ai pas été incarcéré pour avoir cueilli des pâquerettes dans le jardin des Kuchiki ! »

Quand le type lui demanda ce qu'étaient des pâquerettes, il préféra l'ignorer après lui avoir lancé un regard blasé. Le lendemain, tout le Nid savait ce qu'il avait fait. Et qu'il savait ce qu'étaient des pâquerettes, m'enfin. Du coup, il se sentait comme le boss d'une mafia, le chef des détenus, comme les caïds étudiants, même si un lycée de banlieue et une prison c'est presque pareil dans ce cas-ci. Il avait eu du temps pour réfléchir, il n'arrivait qu'à une conclusion : pour une raison ou une autre, le club des quarante-six du troisième âge voulaient le faire évader. Ce qui en soi était cool, mais il ne savait pas dans combien de temps, et ça c'était moins cool. Il allait donc accélérer le processus.

Un jour, après quelques semaines ou quelques mois de vacances dans des appartements d'une extrême fraîcheur, dans lesquels on n'était jamais incommodé du soleil, il se retrouva seul avec un gars et une femme plutôt clean, ils étaient pas pris de spasmes, bavaient pas et ne lançaient pas de cris tribaux.

« Dites, je pense que je me trompe pas en disant que la majorité des personnes ici sont pas ravies d'y être ?
-Non, pas vraiment. Avait répondu la demoiselle. Même si y en a quelques-uns qui s'y font.
-Pour sûr.
-Donc si je proposais qu'on s'évade, y aurait presque tout le monde qui me suivrait ?
-Ouaip plutôt !
-Pour sûr.
-J'ai déjà mené une rébellion, j'ai monté une armée pour lutter contre les oppresseurs. Je pense que vous êtes ici injustement. À part moi, personne ici n'a commis le moindre crime. Je pense que c'est un signe du destin, je ne suis pas là par hasard. J'ai été envoyé ici pour vous rendre votre liberté ! Ensemble, unis, nous pouvons retrouver le monde extérieur. J'ai un plan et j'ai mon zanpakuto planqué sur moi. Si on se met tous d'accord, on peut s'en sortir !
-C'est beau ce que tu dis !
-Pour sûr.
-Je propose que vous expliquiez chacun à deux personnes mon plan, puis mon petit discours s'il faut les convaincre. Et ces personnes là feront pareil avec deux autres personnes. Pas plus sinon ça va commencer à devenir louche.
-C'est pas mal, mais si on dit le discours et en plus ton plan j'pense qu'y en a certain qui vont pas retenir.
-Pour sûr.

S'il n'était pas né environ un millénaire plus tard, Hikari aurait dit au type un truc du style « C'est bon Bourvil, on a compris ! », mais il se contenta de soupirer.

-Tant pis, il est bâclé de toute façon. Z'avez qu'à juste dire que je sais ce que je fais et que je veux faire la révolution. Voilà le plan... »

Il leur dit à voix basse, sur le ton de la conspiration et s'éloigna ensuite d'eux.

Deux jours plus tard, tout le Nid était au courant. Prenant place sur l'endroit le plus haut possible, il se racla la gorge avant de lancer à voix haute et intelligible.

« Il est temps de mettre fin à cet emprisonnement injuste ! Liberté ! »

Il prit place en première ligne et chargea les gardes. Ils étaient tous capables d'arrêter les dissidents à mains nues car ils ne pouvaient emporter d'arme blanche de peur qu'un prisonnier s'en empare, et de ce qu'Hikari savait il y avait des vrais artistes du Zanjutsu ici. Mais lui, il était armé et s'y connaissait dans tous les domaines. Son Zanpakuto, rapidement sorti de sa bouche, trancherait les chairs et les os qui passeraient à portée. Il pouvait vaincre ces types, aussi doués en Hakuda qu'ils soient. Il n'avait pas été Vice-Capitaine pour rien ! Et puis, si les autres prisonniers se faisaient vaincre ou même tuer, il n'en avait cure. Seule son évasion comptait. Voyant la sortie momentanément vide du flux quasi-constant de gardes venant aider leurs collègues à rétablir l'ordre, il s'empressa d'en prendre le chemin. C'est alors que, du coin de l’œil, il vit un mouvement accompagné du sifflement caractéristique d'une lame. Presque par réflexe, Shoheki vint parer celle-ci.

«Que...

L'homme qui tenait le zanpakuto avait une barbichette poivre et sel, il semblait affreusement content.

-Enchanté, je suis le superviseur en chef. Je ne viens qu'en cas d'extrême urgence.
-Désolé jamais entendu parler !

L'échange de coups d'épées commença, le combat était serré, les deux escrimeurs étaient du même niveau. Le chef de la sécurité avait un niveau au Zanjutsu qui n'avait rien à envier à un Kenpachi... non quand même pas, c'était surtout que le révolutionnaire n'avait pas eu le loisir de s'exercer depuis un moment. Après un échange qui les avait tout deux fait vaciller, ils reculèrent chacun d'un grand pas. Personne n'osait intervenir dans leur combat, les autres étaient trop occupés et il semblait qu'il soit déconseillé d'interrompre le Superviseur en cher lorsqu'il réglait une affaire personnellement.

-Savez-vous pourquoi j'exerce ce poste ?
-Non et j'en ai rien à foutre !
-Eh bien c'est en vérité car j'étais fort, mais je ne pouvais pas monter en grade ailleurs car je n'arrivais pas à entrer en contact avec mon zanpakuto. J'ai donc développé mon Hakuda et on m'a demandé de rejoindre cette unité. Mais je dois vous remercier d'avoir emporté votre zanpakuto ici.
-Pourquoi si t'étais une brêle avec ?

Quelle répartie et quelle spontanéité ! Était-il comme ça avant d'entrer dans cet asile de fous ? Ou alors ce séjour prolongé chez les atteints du ciboulot l'avait un peu affecté. À moins que les quarante-six aient raison et que ce soit la faute à un choc émotionnel. Quand bien même, ça n'affectait pas ses certitudes : même s'il avait vraiment basculé dans la folie, il aurait dû aller au Muken. On n'envoie pas de criminels ici, sinon il risquait de se passer... exactement ce qu'il se passait en fait. Il avait semé les graines de la révolte.

-J'étais loin de ne pas savoir m'en servir. Je suis content de pour le réutiliser ici, cela me manquait. Pour vous remercier laissez-moi vous présenter une technique que j'avais mis au point à l'époque. Je l'ai appelée... Kuroko.

Le type donna un coup vertical dans le vide, l'ex-Vice-Capitaine écarquilla les yeux pendant un instant en voyant comme une demi-lune lumineuse foncer sur lui. L'instant d'après, elle le percutait, tailladant sa poitrine dont jaillit du sang et il fut propulsé contre un mur en tourbillonnant. Retombant lourdement au sol, suivit de quelques gravats, il aperçut le Superviseur s'approcher calmement de lui.

-Pas mal hein... en fait cela est dû au fait de...
-Ta gueule ! T'envoies du reishi à haute dose dans ton zanpakuto que tu relâches en donnant un coup dans l'air pour le diriger dans ma direction. Une lame d'air pour simplifier.
-Déjà analysé ? Beau travail, toutes mes félicitations. Vous n'aviez pas volé votre poste de vice-capitaine. Mais sans pouvoir libérer votre zanpakuto ou utiliser un shunpo voire un kido, cette attaque sera trop forte pour vous.
-Comme tu dis, c'est bien pour ça que je vais gagner.
-Pardon ?!
-Tu trouves pas ça bizarre que tu puisses utiliser cette attaque qui consomme de l'énergie spirituelle si tu étais à l'intérieur de cet endroit ? C'est parce qu'on était près de la sortie. Avec une faille dans la pierre de Seki assez importante et proche, le reiatsu devient utilisable.
-Sauf que je ne vous laisserais plus atteindre la sortie.

Un sourire étira les lèvres du chef de la révolte.

-Qui a parlé de la sortie ?

Soudain, dans un grand fracas, un pan de mur s'effondra. Dans le doute, Hikari avait préparé un plan B. La moitié des révolutionnaires avaient pour mission de fracasser un mur près d'une grille d'aération pour faire rentrer plus d'air chargé en reiatsu. Impossible de sortir par là, ils étaient trop profondément enfouis sous terre, mais le reishi pouvait de nouveau être manié par les prisonniers.

-Toujours garder une surprise pour déstabiliser l'adversaire. Brûle jusqu'aux cendres ! Kagyaku Rengoku ! »

Désormais entouré du Shin'en no Tate, Hikari utilisa son Shunpo pour étreindre le Superviseur en chef et le réduire à l'état de cendres encore fumantes. Il ramassa son Zanpakuto qui s'entoura de flammes obscures. Cette fois, tout le monde était à égalité car tout le monde pouvait utiliser son reiatsu, aussi bien les gardes que les prisonniers. Mais lui avait son Shikai et un Zanpakuto. Il avait néanmoins perdu beaucoup de temps, il y avait des superviseurs partout et des Shinigami ne tarderaient probablement pas. Il ne lui restait plus qu'à protéger ses troupes avec ses flammes en attendant qu'on l'exfiltre.

« Tu étais fier de ta technique, et elle était bien sympa. Dommage que t'aies pas pu m'en montrer plus, ça aurait pu servir... Mais celle-là est simple et devrait suffire. Kuroko. »

Donnant un coup dans le vide, il utilisa la technique du Superviseur en Chef, mais la lame d'air était aussi entourée des flammes de son Shikai ! Cela se présentait bien...

Malheureusement, la bataille durait, beaucoup trop. À force de protéger ces personnes, qu'inconsciemment il considérait comme des camarades, ne pouvant se convaincre de les laisser mourir tant qu'il combattait à leurs côtés bien qu'il ne s'intéressait qu'à sa survie, il se fatiguait.

Il trébucha, ses flammes s'éteignirent et redevinrent un long katana. Sans Boko, Shoheki n'était pas aussi efficace. L'autre Zanpakuto, il l'avait donné à quelqu'un pour ne pas être le seul à avoir un avantage décisif.

« Bordel il viennent quand ces secours !? »

Est-ce que des secours allaient seulement venir ? Ne s'était-il pas fait trop d'espoirs, n'avait-il pas imaginé cette histoire d'exfiltration juste parce qu'il en avait envie ? Ou alors ils avaient changé d'avis, cela faisait quand même au moins un mois qu'il croupissait ici... Il allait probablement être tué dans quelques instants...

Et soudain, une lame fut enfoncée juste devant sa tête. Qu'est-ce que... est-ce que le type à qui il l'avait donnée voulait lui rendre pour qu'il se batte avec deux Zanpakuto ? Se sentant encouragé, il releva un peu la tête et se rendit compte que ce Zanpakuto n'était pas celui du Superviseur mais bien Boko !

« Qu'est-ce que... qui êtes vous ? »

Il appuya sur ses bras pour se mettre à genoux et pouvoir regarder qui venait de lui rendre son arme... un Shinigami. Les renforts de la Soul Society venaient d'arriver et ce n'était pas Boko qui était face à lui. Ils la jouaient fine d'arriver au moment où il venait de perdre toute ses forces ! Les révoltés furent vite tous mis hors d'état de nuire et renvoyé en cellules. Le second Zanpakuto d'Hikari lui fuit confisqué, mais les gens pensèrent qu'il l'avait dérober à quelqu'un et non que c'était le sien.

On déclara qu'il devrait rester dans sa cellule à plein temps désormais, et on lui mit un bâillon pour s'assurer qu'il ne se servirait plus de sa langue pour faire se mouvoir les foules. Bien décidés à ne pas rester passif et se laisser lentement tomber dans un état végétatif, il décida de foutre le plus de bordel possible. Geignant autant qu'il pouvait, défonçant le siège de sa cellule jusqu'à qu'on ne la remplace plus et se tapant la tête contre les murs jusqu'à en saigner et écrire des insultes avec. Oui, quand on est enfermé on se fait chier !

Il commençait peu à peu à perdre espoir, mais continuait son petit manège pour exaspérer les gardes. On l'abandonnait peu à peu, pensant qu'il se calmerait si personne ne s'occupait de lui. Il continua, encore et toujours. Plus personne ne lui rendait visite à part pour lui donner à manger de temps à autres. On lui avait même enlevé son bâillon : il avait commencé à le manger pour s'étouffer avec. Pas pour se suicider, non, juste pour faire de l'agitation et foutre son bordel.

Et un jour, il avait perdu toute notion du temps, il était assis sur le sol le regard dans le vide, du sang maculant ses vêtements normalement blanc, le sol de sa cellule, les murs, ces deux derniers étant surtout pollués par divers insanités ou blagues de mauvais goût. Il s'allongea au sol pour regarder au plafond. Personne ne regardait là à part lui. C'est pourquoi, avant de réduire son banc à l'état de miettes, il y avait écrit quelques noms, toujours avec son sang. Ceux des membres de sa famille, le mot "tuteur", le nom de ses sabres et de son Shikai, celui de son ancienne compère ainsi que le sien. Pour ne pas les oublier. Il entendit des bruits de pas, il ne prit pas la peine de se redresser pour regarder qui était là. Probablement un garde pour son repas.

« Tiens, ça fait un bail. J'ai pas faim, donc vous pouvez bouffer mon plat si vous voulez. Avec votre salaire de misère, même cette merde qui doit être un mélange de tous les restes prémachés par les chiens du Gotei doit vous paraitre être le grand luxe ! C'est ma tournée, profite mon pote, c'est tonton Hikari qui régale ! »
avatar
Léana Miyaka
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
95/100  (95/100)
Points:
0/0  (0/0)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Mar 22 Avr - 18:34

Léana savait que les traîtres affluaient en temps de guerre, le nombre de soldats de la Division Kurenjingu augmentait très rapidement ces derniers temps. Le Capitaine fondateur de la Deuxième Division examinait chaque dossier, elle était chargée par la Chambre des 46 de décider si un shinigami pouvait intégrer la Division Kurenjingu. Elle examinait les dossiers et leur donnait sa réponse, si le shinigami devait être recruté par la Division Kurenjingu, Léana se chargeait de le libérer. Cependant, elle s'était opposée à l'intégration de Calypso Shihôin, malgré son influence, la Chambre des 46 insista pour qu'elle devienne Capitaine de cette Division. Le Goteï 13 avait connu quatre grands traîtres pendant les 200 dernières années, Léana, Calypso Shihôin, Cana Shihôin depuis quelques semaines et depuis peu, Hikari Chujitsuna. Le Capitaine de la Division Kurenjingu n'avait eu aucune hésitation concernant son intégration, le sentiment de haine qui l'animait était tout à fait représentatif de cette Division. Il avait créé une révolution au Rukongai, il était devenu Vice-Capitaine avant de trahir le Goteï 13. En effet, il avait délibérément attaqué plusieurs Capitaines et Vice-Capitaines, dont le Capitaine-Commandant Yamamoto, ce dernier l'écrasa.

Le shinigami créa de nouveau une révolution dans le Nid des Asticots, il fut alors placé en détention dans une cellule. Il devait sûrement penser qu'il était dans cette cellule et dans le Nid des Asticots depuis longtemps, alors qu'il n'était là que depuis deux semaines. Léana avait reçue l'autorisation de le recruter, elle décida d'aller le libérer. Elle connaissait très bien les prisons du Goteï 13, après tout, elle en avait été la responsable. La Chambre des 46 ferait alors croire au Goteï 13 qu'ils avaient décidé de l'exécuter. Le Capitaine fondateur de la Deuxième Division infiltra la prison, puis elle se rendit devant la cellule du traître. Ce dernier était dans un état lamentable, proche de la folie, l'air très peu chargé en reishi produisait cet effet sur les shinigami, en effet, plus un shinigami était puissant, plus il avait besoin de reishi. Le manque de reishi produisait des effets indésirables si le shinigami ne pouvait se contrôler, pouvant l'amener à la folie. Il entendit alors Léana arriver, il devait sûrement penser qu'il s'agissait d'un garde, il dit alors :

"Tiens, ça fait un bail. J'ai pas faim, donc vous pouvez bouffer mon plat si vous voulez. Avec votre salaire de misère, même cette merde qui doit être un mélange de tous les restes prémachés par les chiens du Gotei doit vous paraitre être le grand luxe ! C'est ma tournée, profite mon pote, c'est tonton Hikari qui régale !"

Cependant, même dans son état, il restait toujours aussi sarcastique, elle ne lui répondit pas. Il releva alors la tête, étant sûrement étonné qu'on ne lui répondit pas. Le Capitaine de la Division Kurenjingu pouvait alors voir l'étonnement dans son regard, peut être qu'il la reconnaissait ou il était simplement surpris de voir une personne portant un haori. Léana lui dit alors :

"Hikari Chujitsuna, ancien Vice-Capitaine de la Quatrième Division et traître du Goteï 13, si tu veux connaître la liberté et te venger du Goteï 13, rejoins la Division Kurenjingu. Je t'en dirai plus après, suis-moi."

Elle ouvrit la cellule du shinigami, ce dernier ne lui répondit pas, probablement à cause de l'étonnement. Elle lui donna des vêtements et ses zanpakutô, qu'elle avait récupérés quelques minutes plus tôt. Le Capitaine fondateur de la Deuxième Division partit de la prison, accompagnée de Hikari. Ce dernier resta silencieux, ils utilisèrent alors leur Shunpô pour apparaître devant le bâtiment de la Chambre des 46. Ils entrèrent et utilisèrent un passage menant à un autre bâtiment, le palais souterrain de la Division Kurenjingu. Hikari devait sûrement être étonné, après tout, il s'agissait d'un Goteï 13 sous le Goteï 13, les soldats de la Division Kurenjingu saluèrent Léana, ainsi que les rares Capitaines. Calypso passa à côté d'eux, ignorant le Capitaine fondateur de la Deuxième Division.

Léana pensait toujours qu'elle n'avait pas sa place dans la Division Kurenjingu, elle était trop dangereuse, sa place était au Muken, après tout, elle avait créé une révolution pour purifier le Goteï 13, mais Léana savait que ce n'était pas son véritable but. Le Capitaine de la Division Kurenjingu copiait le Shikai et le Bankai de chaque Capitaine, cependant, elle n'avait pu copier le zanpakutô de Calypso. Elle utilisait toujours le Kidô, personne n'avait jamais vu son zanpakutô. Ils rencontrèrent alors dans les couloirs Cana Shihôin, qui portait alors un haori, elle était devenue Capitaine dès son arrivée dans la Division Kurenjingu. Léana laissa Hikari et Cana parlaient quelques minutes, elle savait qu'ils étaient plutôt proches. Elle les amena ensuite dans une salle d'entraînement, la même salle d'entraînement où elle avait amené Cana quelques semaines plus tôt. Elle voyait que Hikari ne comprenait pas, elle lui dit alors :

"Tu es dans le palais de la Division Kurenjingu, il s'agit d'une Division secrète qui fut fondée il y a 200 ans par la Chambre des 46 dans le but de purifier le Goteï 13. Je pense que tu as pu constater par toi-même que Yamamoto prend trop de pouvoir et que ses décisions sont de plus en plus irraisonnées. Cependant, la Chambre des 46 ne peut pas sanctionner Yamamoto aussi simplement que ça, il a l'appui du Goteï 13, s'il sent que sa place est menacée, il n'hésitera pas à faire un coup d'état. La Chambre des 46 doit purifier le Goteï 13, mais elle a besoin d'une armée, c'est pour cela qu'elle a créé la Division Kurenjingu quand j'ai trahi le Goteï 13, il y a 200 ans. Je suis Léana Miyaka, Capitaine fondateur de la Deuxième Division du Goteï 13 et Capitaine de la Division Kurenjingu. Il y a quelques semaines j'ai testé les aptitudes au combat de Cana Shihôin, je vais faire de même avec toi."

Léana dégaina son zanpakutô, attendant les éventuelles questions, ainsi que les attaques de son adversaire.
avatar
Hikari Chujitsuna

_________________
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
82/100  (82/100)
Points:
0/100  (0/100)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Mar 22 Avr - 23:17

Pas de réponse. Étrange, Hikari s'attendait au moins à un soupir, voire un léger rire amusé. Quand bien même, si on ne l'engueulait même plus quand il faisait du sarcasme, où allait le monde ? L'air de rien, il commença à se demander si le type venait pas, effectivement, de se barrer en catimini avec son assiette ! Hey il déconnait hein, il en avait besoin de ce repas pour saloper sa cellule ! Il se redressa, appuyant sur ses coudes juste assez pour tourner la tête vers le visiteur.

Il écarquilla les yeux, la bouche un rien entrouverte. C'était pas un visiteur, mais une visiteuse. Enfin, c'est pas ce qui l'étonnait le plus. Cette personne portait un haori. Elle avait de longs cheveux rouges. Quelque chose essayait de faire tilt dans sa tête, mais il arrivait pas à percuter. Allez quoi, il pouvait être devenu complètement gaga après seulement... ah oui merde, il ne savait plus depuis combien de temps il était là et devait écrire son nom au plafond pour s'en souvenir. Pourtant il était certain qu'il n'y avait aucun Capitaine lui ressemblant à sa trahison... il n'était quand même pas enfermé depuis si longtemps ?

Enfin, ce n'était pas le plus important ; le temps des présentations viendrait bien assez vite. Ce qui faisait le plus s'interroger Hikari, c'était la raison de la venue de cette personne. Est-ce qu'on avait décidé qu'il avait dépassé les bornes et qu'on allait l'exécuter quand même ? Ou alors on pensait qu'il s'était calmé, repenti, et on allait le réintégrer au Gotei 13 ?

« Hikari Chujitsuna, ancien Vice-Capitaine de la Quatrième Division et traître du Goteï 13, si tu veux connaître la liberté et te venger du Goteï 13, rejoins la Division Kurenjingu. Je t'en dirai plus après, suis-moi. »

… ah bah non. Apparemment c'était pas pour ça. Ça tombait bien parce qu'au fond, il en avait pas des masses envie. En gros... on était en train de le délivrer. Il avait donc raison en pensant que son enfermement illogique au Nid des Asticots était programmé ? La Division Kurenjingu hein... Il n'avait rien à perdre, c'était ce qu'il attendait depuis le début ! La femme ouvrit sa cellule et lui tendit un paquetage qu'il prit presque avec émotion, comme un présent de valeur inestimable. Un uniforme et, surtout, ses deux Zanpakuto. Boko et Shoheki, par réflexe il regarda au plafond. Leur pouvoir était scellé, mais il pouvait presque les entendre lui murmurer à l'oreille.

Sans gêne, et avec empressement, comme s'il avait peur qu'on lui reprenne, il enfila le Shihakusho des Shinigami et ceignit Boko à sa ceinture, ainsi que le fourreau de Shoheki qu'il dissimulait toujours à l'intérieur de son uniforme dans la jambe gauche. La lame en question ne rejoignit pas immédiatement sa place habituelle. Comme pour signifier vraiment son départ, et pour ne rien laisser de compromettant, il piqua son habit de prisonnier au bout du Zanpakuto et prit soin d'essuyer les noms inscrits au sang sur le plafond pour les effacer ou les rendre illisibles. Une fois cela fait, la lame de défense retrouva sa cachette sous sa langue. L'air était juste assez chargé en reishi pour lui permettre ce tour de passe-passe. Ainsi vêtu et équipé, il se sentit revivre, souriant en suivant la Capitaine.

Ils sortirent sans difficulté de l'asile de fous. Hikari prit une grande bouffée d'air frais, alors que celui-ci fouettait son visage, et se sentit plus léger alors qu'il sentait ses pouvoirs lui revenir. Elle lui avait promis la liberté, il était en train d'y goûter. Ils n'échangèrent pas un mot, elle utilisa son Shunpo. Le Chujitsuna fit de rapides étirements, matérialisa une boule de reishi comme le faisaient les aspirants Shinigami, puis sourit à nouveau alors qu'il s'élançait pour utiliser son propre déplacement supersonique pour poursuivre sa sauveuse.

Ils arrivèrent au Palais de la Chambre des 46, là où il avait été jugé. Un sentiment de satisfaction l'envahit alors qu'il réalisait qu'il avait vraiment eu raison en sur tous les points. Et dire qu'il déambulait impunément dans les rues du Seireitei ! Ils entrèrent dans le bâtiment et empruntèrent un passage secret qui s'enfonçait dans les profondeurs de la Soul Society. Ce qu'il y trouve en bas le laissa sans voix.

Un palais souterrain. Il était d'autant plus abasourdi que celui-ci avait des proportions gigantesque ! Et dire que le Gotei ne se doutait pas de ce qu'il y avait sous ses égouts... Comment avait-on pu construire cela sans se faire remarquer ? Depuis quand les quarante-six planifiaient ils la création d'une Division purificatrice ? Il y avait déjà un nombre de personnes plutôt important, c'était une micro-société. Hikari pouvait même reconnaître certaines personnes, et ce n'était pas tous des enfants de chœurs. On saluait sa guide avec respect, certaines personnes lui lançaient même un signe de tête, à lui l'ex-Vice-Capitaine. Il faillit piler net en voyant qui arpentait les couloirs du Palais en même temps qu'eux. La personne, une Capitaine, passa à côté d'eux sans leur prêter attention, elle ne semblait pas porter son homologue dans son cœur.

Calypso Shihôin... cette folle qui avait réussit à créer une guerre intestine au sein du Gotei. Le Chujitsuna avait combattu dans le camp adverse, et bien qu'il ait désormais des idées d'un genre nouveau, il se méfiait toujours d'elle.

« Y a du beau monde dis donc ! »

Ce furent ses premiers mots à la Division Kurenjingu.

Plus ils continuaient leur balade dans le monde souterrain, plus il gagnait en assurance et perdait en méfiance. Il pouvait presque sentir, cela était quasiment palpable, qu'ici tout le monde pensait relativement pareil, il avait l'impression d'être dans son élément. Il s'amusait à observer les personnes aux alentours, essayant de les reconnaître, de deviner leur âge, ce qu'ils avaient bien pu faire. Et soudain il ouvrit grand les yeux, déstabilisé. Son cœur manqua un battement.

Une silhouette blanche venait d'apparaître entre les spectres noirs. Une silhouette bien plus que familière. Cette fois, ses jambes cessèrent de bouger. Il n'envisagea qu'une fraction de seconde de se demander ce qu'elle faisait là. Au contraire, dès le début il aurait dû s'attendre à la retrouver ici. Sur le moment il ne sut comment réagir. Sa première pensée fut que, dans les parfaits clichés de romans à l'eau de rose, il aurait dû pleurer et la prendre dans ses bras, il en avait presque envie. Mais bon, sa relation avec la Capitaine de la Deuxième Division n'avait jamais été un roman à l'eau de rose. Par conséquent, il lui parut logique de continuer comme ils l'avaient toujours fait. Le contraire aurait donné l'impression que les derniers événements l'avaient changé, et ça il ne le permettrait pas ! Et puis à côté de ça, il priait très fort pour qu'elle ne soit pas au courant pour son petit monologue et son prénom écrit au plafond.

Quand elle fut en face de lui, et comme la personne qui l'avait aidé à s'évader semblait prête à les laisser discuter quelques instants, comme si elle savait quel lien les unissait, il mit les poings sur ses hanches et afficha son sourire habituel.

« Ahlala, même ici nous nous retrouvons ! Si ce n'est pas le Hasard, alors le Destin est décidément du genre farceur. Dit-il en soupirant et en haussant les épaules. Et me sort pas que je t'ai copié parce que je t'admire, j'y ai déjà pensé. En fait j'en viens presque à me demander si c'est pas toi qui a demandé à ce qu'on vienne me chercher parce que je te manquais trop !
-Je savais que t'allais dire ça car t'allais anticiper mon coup, après tout, mis à part te claquer la tête dans le mur, je ne vois pas ce que tu aurais pu faire d'autre en prison, t'as eu tout le temps de penser à ça. Mais non, en fait, je voulais qu'on te force à faire des travaux d'intérêt général, genre donner ses gouttes au vieux Yamamoto !

Han, touché ! Restais à savoir si elle était au courant où si elle le connaissait à ce point... ouaaaais elle devait être au courant. Il ne montra pas de signe d'embarras, il avait l'habitude.

-Oh, charmant ! Mais non, ils auraient eu trop peur que j'arrive à changer les gouttes par de l'acide, j'ai tellement de talent ! Puis le vieux débris doit préférer les jolies jeunes demoiselles, si j'avais dû avoir cette punition pire que la peine de mort, tu l'aurais eu avant moi. Enfin, en admettant que tu sois une jolie jeune demoiselle, je doute toujours sur le dernier point. À moins que tu ne sois pas assez habile de tes doigts pour une tâche aussi précise et délicate ? Dit-il en agitant ses propres phalanges pour ponctuer sa question.

Dieu que c'était mauvais, une des pires réparties qu'il ait lancées. Comme quoi, il suffit de quelques semaines pour perdre les bonnes habitudes. Qu'importe, il suffisait d'être assez réactif pour ne pas le montrer, sauver les apparences !

-Enfin, c'est pas que j'ai pas envie de continuer ces émouvantes retrouvailles, mais le gourou de la secte doit finir de me faire la visite. Tu m'accompagnes ? »

Et il commença à s'éloigner, reprenant sa route avec la guide. C'était comme au bon vieux temps... Il se sentit presque soulagé, comme si on lui avait ôté un fardeau. Rien que d'y penser, il se trouvait ridicule. La honte !

Ils furent conduits jusqu'à ce qui semblait être une salle d'entraînement. Hikari arqua un sourcil. Il était bien sympa le tour du proprio, et d'accord c'était pour former une armée, mais ils allaient tout de suite commencer ? Comme ça, sans préliminaires ? Ah non, la jeune femme, en était-ce vraiment une ?, commença ce qui devait être le speech d'intro.

« Tu es dans le palais de la Division Kurenjingu, il s'agit d'une Division secrète qui fut fondée il y a 200 ans par la Chambre des 46 dans le but de purifier le Goteï 13. Je pense que tu as pu constater par toi-même que Yamamoto prend trop de pouvoir et que ses décisions sont de plus en plus irraisonnées. Cependant, la Chambre des 46 ne peut pas sanctionner Yamamoto aussi simplement que ça, il a l'appui du Goteï 13, s'il sent que sa place est menacée, il n'hésitera pas à faire un coup d'état. La Chambre des 46 doit purifier le Goteï 13, mais elle a besoin d'une armée, c'est pour cela qu'elle a créé la Division Kurenjingu quand j'ai trahi le Goteï 13, il y a 200 ans.

C'était donc ça. Tout était clair désormais, bien qu'il en avait déjà deviné les axes majeurs. Mais... deux cents ans... une trahison... ça voulait dire que...

-Je suis Léana Miyaka, Capitaine fondateur de la Deuxième Division du Goteï 13 et Capitaine de la Division Kurenjingu.

Mais oui, c'était donc ça ! Il avait devant lui la légendaire Fleur écarlate ! Il n'en revenait pas...

-Il y a quelques semaines j'ai testé les aptitudes au combat de Cana Shihôin, je vais faire de même avec toi. »

C'était pour ça qu'il avait été amené ici. Intéressant. Elle dégaina son Zanpakuto. Si on lui avait dit qu'il aurait un jour à croiser le fer avec une fondatrice pour un entraînement... Il éclata de rire.

« Magnifique ! Excellent ! Pas plus tard qu'y a cinq minutes je parlais du Destin et du Hasard, mais peu importe lequel régie notre monde, il m'aime bien ! Je trahis le Gotei pourri au nom de mes idéaux en m'en prenant à Yamamoto, et on m'offre sur un plateau une adhésion à une Division secrète qui doit purifier le Seireitei et son chef sénile ! Et je suis plutôt bien entouré. Les trois traîtresses de ces deux derniers siècles ! Léana, la légendaire Fleur écarlate, et les deux « Shihôin maléfiques » comme on commence à les appeler ! C'est mes chevilles qui vont prendre du volume, à croire que je vais devenir un mythe moi aussi. Alors, c'est quoi le plan ? J'imagine que la Sanguinaire ne teste pas touuuuutes les nouvelles recrues. À moins qu'y a tellement rien à faire ici qu'on en soit rabaissé à ça ? C'est dégradant pour quelqu'un qui a fait des combats de titans avec la première Kenpachi et qui a affronté des armées. J'espère pour vous comme pour moi que ça présage plutôt un truc intéressant !

Il se la jouait détendu, voire même insolent. C'était son rôle habituel, surtout depuis son récent pétage de plombs, et il prenait du plaisir à le rejouer. Après tout, c'était sûrement lui à l'état naturel qu'elle voulait évaluer, alors autant faire comme d'habitude. Pourtant, bien qu'il ne la connaisse pas vraiment d'un point de vue humain, il la respectait. Non pour sa réputation, mais à cause de sa présence. Une aura calme s'échappait d'elle, comme un flegme perpétuel, mais il était probablement semblable à la mer un jour paisible et le lendemain prise dans la tempête. Il trouvait presque sa présence rassurante. Sans savoir pourquoi, elle lui faisait un peu penser à son tuteur. Peut-être avait-elle été son Capitaine ? Il n'avait jamais eu l'occasion de lui demander à quelle Division il avait appartenu. Il s'étira avant de dégainer Boko en le faisant tourbillonner dans sa main gauche. Il ne savait pas exactement depuis quand il n'avait plus combattu mais ne se sentait pas trop rouillé. Il laissa s'échapper une bonne partie de son reiatsu, il lui faudrait bien ça. Ahah, comme s'il avait la moindre chance contre une fondatrice...

-Allez, Léana Miyaka, jolie fleur ! Soyez tendre, j'adore que les belles femmes s'occupent de moi ! »

Même pour l'échauffement, il fallait pas y aller à moitié. Même si elle n'allait probablement pas y aller à fond, il affrontait une fondatrice. Et puis pas question de perdre la face devant Cana. Il utilisa son Shunpo pour apparaître devant elle, commençant déjà un coup horizontal. Il connaissait toutefois de réputation sa maîtrise du Zanjutsu. C'est pourquoi il tendait l'index et le majeur de sa main droite vers elle.

« Bakudo #61 : Rikujou Kourou ! »

Les six épées lumineuses commencèrent leur course vers la taille de la Capitaine, avant de voir le résultat il utilisa un nouveau Shunpo pour se retrouver derrière elle. Il poursuivit son coup horizontal en restant sur place mais en laissant son bras gauche s'enrouler à son buste pour que le coup devienne un estoc visant le dos de la Fleur écarlate.
avatar
Léana Miyaka
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
95/100  (95/100)
Points:
0/0  (0/0)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Mer 23 Avr - 19:51

Léana avait brièvement expliqué le but de la Division Kurenjingu à Hikari, elle testait ses aptitudes au combat afin de connaître son niveau. Il ne possédait pas le Bankai, il était donc évident qu'il ne serait pas Capitaine de la Division Kurenjingu pour le moment, contrairement à Cana Shihôin. Cependant, Léana testait leurs aptitudes au combat pour une autre raison, en effet, elle avait eu plusieurs Vice-Capitaines, mais contrairement à certains Capitaines, elle n'avait pas partagé son savoir avec eux. Cana Shihôin possédait un potentiel énorme, selon ce qu'elle avait pu voir concernant Hikari, il en possédait un aussi. Cela faisait déjà quelques temps qu'elle avait songé à prodigué son enseignement, mais à ses yeux, aucun shinigami n'en était digne. Cependant, elle n'était pas de cet avis concernant Cana et Hikari, si ce dernier se montrait intéressant, elle ferait d'eux ses élèves. Hikari lui dit :

"Magnifique ! Excellent ! Pas plus tard qu'y a cinq minutes je parlais du Destin et du Hasard, mais peu importe lequel régie notre monde, il m'aime bien ! Je trahis le Gotei pourri au nom de mes idéaux en m'en prenant à Yamamoto, et on m'offre sur un plateau une adhésion à une Division secrète qui doit purifier le Seireitei et son chef sénile ! Et je suis plutôt bien entouré. Les trois traîtresses de ces deux derniers siècles ! Léana, la légendaire Fleur écarlate, et les deux « Shihôin maléfiques » comme on commence à les appeler ! C'est mes chevilles qui vont prendre du volume, à croire que je vais devenir un mythe moi aussi. Alors, c'est quoi le plan ? J'imagine que la Sanguinaire ne teste pas touuuuutes les nouvelles recrues. À moins qu'y a tellement rien à faire ici qu'on en soit rabaissé à ça ? C'est dégradant pour quelqu'un qui a fait des combats de titans avec la première Kenpachi et qui a affronté des armées. J'espère pour vous comme pour moi que ça présage plutôt un truc intéressant !"

Il ne réalisait pas qui était Léana, il allait vite apprendre qu'il ne devait pas baisser sa garde face à elle. Il pensait peut être que ses piques pouvaient avoir un quelconque effet sur le Capitaine fondateur de la Deuxième Division, mais il se trompait, Léana était concentrée. L'histoire de la Fleur écarlate semblait perdurer, en effet, elle avait affronté à plusieurs reprises sa plus grande rivale, Yachiru Kenpachi. Elle devrait attendre encore longtemps avant de pouvoir l'affronter de nouveau. Cependant, l'histoire de la Fleur écarlate ne disait pas tout, le traître allait le découvrir. Le shinigami dégaine son zanpakutô, tout en libérant une partie de son reiatsu et dit :

"Allez, Léana Miyaka, jolie fleur ! Soyez tendre, j'adore que les belles femmes s'occupent de moi !"

Cana regardait Hikari d'un air amusé, mais aussi inquiet, en effet, elle avait pu subir une infime partie de la puissance de Léana quelques semaines plus tôt. Il ne semblait toujours pas comprendre que ses piques n'avaient aucun effet, s'il continuait à baisser sa garde, le Capitaine de la Division Kurenjingu n'hésiterait pas à l'attaquer. Il utilisa son Shunpô pour apparaître devant elle et lui asséna un coup de zanpakutô horizontal, il dit alors :

"Bakudô 61 : Rikujou Kourou !"

Il avait décidé d'enchaîner par un sort de Bakudô, mais Léana utilisa son Shunpô pour l'esquiver. Le shinigami utilisa aussi son Shunpô pour apparaître derrière elle, continuant son coup horizontal. Il n'avait pas eu le temps de voir que le Capitaine fondateur de la Deuxième Division avait déjà utilisé son Shunpô. Elle réapparut derrière lui, son zanpakutô était rengainé, mais elle le dégaina un peu, de manière à donner un coup de pommeau à son adversaire. Le coup de pommeau le propulsa contre un mur, cependant elle avait veillé à ne pas lui briser les os. Le Capitaine de la Division Kurenjingu utilisa de nouveau son Shunpô pour apparaître devant lui, elle lui asséna un coup de zanpakutô horizontal qu'il réussit à parer, mais il fut de nouveau propulsé contre un mur.

Certes, elle n'avait utilisé que son Shunpô à vitesse faible, mais il n'y avait que très peu de Vice-Capitaines capables de parer l'une de ses attaques quand elle l'utilisait. Le Capitaine fondateur de la Deuxième Division laissa à peine le temps à son adversaire de se relever qu'elle utilisa de nouveau son Shunpô pour apparaître devant lui. Elle lui asséna alors un coup horizontal en direction de son flanc qu'il ne put parer. Léana n'avait touché aucun organe vital, la blessure n'était pas très importante. Elle enchaîna ensuite par un coup vertical en direction de la tête de son adversaire. Hikari para l'attaque, mais sûrement déstabilisé par la force de son adversaire, il tomba. Léana pointa son zanpakutô dans sa direction et dit :

"Libère ton Shikai directement, je ne pense pas que tu maîtrises pour le moment un sort de Kidô de niveau 80 ou 90, il est donc inutile d'utiliser des sorts de Kidô contre moi."

Léana ne comptait pas continuer le combat plus longtemps, elle voulait voir son Shikai, après cela, elle mettrait un terme au combat.


Dernière édition par Léana Miyaka le Jeu 24 Avr - 22:47, édité 1 fois
avatar
Hikari Chujitsuna

_________________
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
82/100  (82/100)
Points:
0/100  (0/100)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Jeu 24 Avr - 0:55

Futile. C'était la sensation qu'Hikari avait en combattant. Il n'avait absolument aucune chance, et tout le monde ici le savait. Mais son rôle, à l'heure actuelle, c'était de donner l'impression du contraire. Passer pour un fou, un cinglé, un inconscient ? C'était ouvrir les portes des sentiments de suffisance et de supériorité pour l'adversaire. Être sous-estimé restait le meilleur moyen de surprendre l'autre, le meilleur moyen de faire baisser sa vigilance.

Après son Shunpo, il avait bien compris qu'il s'était fait avoir. Il avait pu entendre les lames de son Bakudo s'annuler entre elles alors que Boko ne traversait nulle chair. Il avait conservé son air serein, et aurait bien eu un soupir faussement déçu, mais Léana ne lui en laissa pas le temps. Elle devait avoir eu le temps de remettre son Zanpakuto au fourreau puisque, grâce au silence régnant dans la salle, il entendit pendant une fraction de seconde le son caractéristique d'une lame qu'on retire de son fourreau. C'était avant de sentir le pommeau de cette lame frapper son dos.

À une vitesse qui avait de quoi faire pâlir une voiture, si elles existaient, il eut le loisir de se rapprocher d'un charmant mur pour faire plus ample connaissance avec. Il était solide, et le coup pas trop fort si on se fiait aux rumeurs courant sur la fondatrice, si bien que le choc ne le fracassa pas, ni la victime du coup d'ailleurs. Après avoir échangé quelques politesses avec le mur, il décida de choir pour que le sol ne soit pas jaloux. Toutefois, c'était avec la Fleur écarlate qu'il avait rendez-vous, si bien qu'il allait falloir remettre les présentations à plus tard et se relever dans les plus brefs délais.

À peine fut-il sur ses deux jambes qu'il put voir Léana surgir face à lui. Sans prendre la peine d'écarquiller les yeux, le combat était plus urgent que ses émotions, il porta la main droite à sa bouche pour en extraire Shoheki qui s'agrandissait au fur et à mesure qu'il l'a tirait vers le bas, dégainant plus vite que jamais. Il parvint ainsi à contrer l'assaut, bien que de justesse, et refit un court vol plané.

Tiens, re-salut le mur, re-coucou le sol.

Garder Shoheki dissimulé avait été une erreur, elle savait qu'il possédait deux Asauchi, c'était elle qui les lui avait rendus. Pourtant, fidèle à ses habitudes, il l'avait gardé en réserve dans l'espoir de le sortir dans un mouvement inattendu. Tant pis, c'était probablement trop demander de parvenir à leurrer la légendaire Capitaine.

Avec une sensation de déjà vu, Hikari se releva pour revoir Léana apparaître soudainement face à lui. Encore un peu sonné et pas tout à fait sûr de ses appuis, il n'eut guère le temps de réagir alors que la Capitaine lui portait un nouveau coup horizontal, atteignant son flanc droit de gravité minime. Il serra à peine les dents. Le Chujitsuna ne se faisait pas d'illusions, c'était simplement pour marquer le coup. Si elle l'avait voulu, cela aurait pu être une attaque mortelle. Bien vite, un coup vertical ascendant fut lancé. Croisant ses deux Zanpakuto aussi vivement que possible, tout en se penchant en arrière, il put intercepter la lame ennemie entre les deux siennes, un peu au-dessus de ses mains. Toutefois, la force physique de Léana n'était pas à oublier. Le coup avait été porté avec force, si bien qu'il souleva très légèrement du sol l'ancien Vice-Capitaine qui perdit pied et tomba sur le dos. Un Zanpakuto était pointé dans sa direction.

« Libère ton Shikai directement, je ne pense pas que tu maîtrises pour le moment un sort de Kidô de niveau 80 ou 90, il est donc inutile d'utiliser des sorts de Kidô contre moi. »

Hikari sourit. Alors comme ça, elle avait une idée approximative de son niveau. Elle s'était renseignée, normal, mais jusqu'à quel point et depuis combien de temps ? En tout cas, ses informations restaient floues, un tout petit peu, puisqu'elle ne pensait pas qu'il soit capable de lancer des sorts de niveau 80 ou 90. Était-ce le cas ? Surprise. C'était l'avantage de se battre en public si rarement ; on savait que le jeune homme était fort, mais pas exactement de quoi il était capable. D'ailleurs, elle voulait voir son Shikai. Pour le voir à l'action et de près, ou pour le découvrir ? Elle demandait peut-être ça à chaque personne qu'elle testait.

« Vous aimez que les choses aillent vite non ? On aurait pu faire une pause aussi. J'suis bien là, allongé sur le sol qui semble vouloir en savoir plus sur moi depuis tout à l'heure. Puis, soit dit en passant, z'êtes pas mal en contre-plongée ! »

Des piques, de l'ironie, du sarcasme, encore et toujours. Pourtant, il était clair que ce n'était pas le genre de provocations qui marchaient sur Léana. Mais cela faisait partie du personnage. Si cela ne fonctionnait pas sur ses adversaires, cela donnait à Hikari cet air décontracté et insouciant, ça le motivait et lui donnait aussi du courage en quelque sorte.

« Mon Shikai, déjà ? Juste parce que j'ai fait deux ou trois trajets aériens pour me familiariser avec l'architecture des lieux et que je m'allonge un peu parce que vous m'avez égratigné ? Vous savez, Yamamoto m'a fait plus mal avec un seul coup de poing ! M'enfin, c'est bien pour vous faire plaisir ! Je dis rarement non à une belle demoiselle ! »

Utilisant un Shiyou pour se propulser en arrière, puis planter ses Zanpakuto dans le sol pour se remettre debout après un petit saut, il rengaina sa plus longue lame à l'intérieur de la jambe gauche de son uniforme, là où se trouvait son étui. Seule la garde dépassait.

Se donner en spectacle, quitte à paraître ridicule, déconcentrer l'adversaire si possible, ou le faire soupirer, lui faire se dire que son adversaire est un abruti fini. C'était ça le style d'Hikari. Il tendit le bras gauche, celui qui tenait Boko, sur le côté. Regardant dans l'autre sens avec un sourire serein, il se passa la main dans les cheveux sans la retirer pour prendre la pose d'un type cool. Tellement ringard, mais si jouissif et souvent efficace ! C'est d'un ton calme qu'il invoqua son Zanpakuto.

« Brûle jusqu'aux cendres, Kagyaku Rengoku. »

Il ne laissa pas son Shikai pleinement se libérer, arrêtant sa métamorphose en plein milieu, sans que cela soit perceptible pour une personne non-informée. Au lieu de muter, le sabre s'était simplement entouré de flammes bleues à la manière de Ryujinjakka.

Sans changer de position, il utilisa son Shunpo pour apparaître devant et un peu au-dessus de Léana, prêt à lui porter un coup vertical. Elle para sans aucune difficulté, une légère gerbe de flammes azures s'échappa du Zanpakuto quand ils s'entrechoquèrent. Il s'écarta vivement de la Capitaine pour être sûr qu'elle ne riposterait pas. Il devait mener la danse pour ne pas se laisser submerger, même s'il était probable qu'elle lui laisse faire la démonstration de ses capacités. Il continua d'attaquer avec son Shunpo sur ses côtés, ainsi qu'à l'avant et à l'arrière, mais elle parait toujours sans problème.

Il s'élança d'un Shunpo pour donner un coup d'estoc au niveau de la tête de la Fleur écarlate.

« Plus besoin de faire semblant, Boko ! »

L'épée se dématérialisa avant que Léana ne pare, et Hikari passa à côté d'elle, laissant ses flammes se diriger vers l'estomac de la guerrière alors qu'il dérapait juste derrière elle à l'atterrissage. Il se retourna alors que ses flammes lui revenaient, il ne savait pas comment avait réagit son ennemie, ni si elle avait été touchée. À vrai dire, comme il se précipitait, il n'était pas certain qu'elle se soit déplacée, mais il la voyait c'était l'essentiel. Il effectua une roulade jusqu'à ses pieds et des flammes s'échappèrent de ses mains pour former un tourbillon autour d'elle qui devait se refermer au sommet pour ensuite se resserrer et la carboniser. La toucher aurait été plus efficace mais il devait avouer craindre un peu pour ses mains. Restait à espérer qu'elle ne s'échappe pas avant que la prison de flammes ne se referme autour d'elle.
avatar
Léana Miyaka
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
95/100  (95/100)
Points:
0/0  (0/0)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Jeu 24 Avr - 22:54

Léana était amusée par l'insolence de Hikari, certes, elle ne le montrait pas, tant elle était concentrée sur le combat. Le côté détendu de Hikari constituait à ses yeux un atout, mais aussi un défaut. Cela permettait de déconcentrer l'adversaire, bien que ceci n'avait aucun effet sur le Capitaine fondateur de la Deuxième Division, mais cela permettait aussi à le pousser à concevoir précipitamment un jugement sur la valeur de Hikari. Le fait de sous-estimer un adversaire pouvait s'avérer fatal, cependant, Hikari baisser sa garde quand il adoptait une telle attitude, il pouvait lui-même porter un jugement sur la valeur de son adversaire. Léana voulait voir son Shikai, elle mettrait ensuite un terme au combat, le traître lui dit alors :

"Vous aimez que les choses aillent vite non ? On aurait pu faire une pause aussi. J'suis bien là, allongé sur le sol qui semble vouloir en savoir plus sur moi depuis tout à l'heure. Puis, soit dit en passant, z'êtes pas mal en contre-plongée ! Mon Shikai, déjà ? Juste parce que j'ai fait deux ou trois trajets aériens pour me familiariser avec l'architecture des lieux et que je m'allonge un peu parce que vous m'avez égratigné ? Vous savez, Yamamoto m'a fait plus mal avec un seul coup de poing ! M'enfin, c'est bien pour vous faire plaisir ! Je dis rarement non à une belle demoiselle !"

Cana était amusée, elle savait qu'il ne restait plus beaucoup de temps à Hikari. Léana l'avait testée quelques semaines plus tôt et l'avait recommandée auprès de la Chambre des 46 pour devenir Capitaine de la Division Kurenjingu. Le Capitaine fondateur de la Deuxième Division devait admettre qu'elle avait beaucoup de potentiel, sa maîtrise du Zanjutsu était excellente, bien qu'elle n'avait pu rivaliser avec Léana. Hikari était tout aussi intéressant, par sa personnalité et sa puissance, il possédait deux zanpakutô, un fait exceptionnel dans l'histoire de la Soul Society. Cependant, il devait se concentrer, Léana était l'un des Capitaines fondateurs du Goteï 13, la génération la plus puissante de Capitaines. Yamamoto, Yachiru et Léana en étaient la preuve, aucun autre Capitaine ne pouvait les égaler.

Hikari devait sûrement savoir qu'il ne pouvait égaler le Capitaine fondateur de la Deuxième Division au Zanjutsu, elle n'avait qu'un égal Yachiru Kenpachi. Cependant, il était futile d'utiliser le Kidô contre elle, il ne maîtrisait pas les sorts de Kidô de niveau 80 ou 90. Le traître devait utiliser son Shikai et trouver une stratégie, certes, il ne pouvait la vaincre, mais il devait quand même l'impressionner. Hikari savait que Léana n'avait pas utilisé toute sa force. Il utilisa un Shiyou pour se propulser en arrière, puis il planta ses deux zanpakutô dans le sol et rengaina l'un d'eux. Il allait enfin utiliser son Shikai, il dit :

"Brûle jusqu'aux cendres, Kagyaku Rengoku."

Le zanpakutô s'entoura de flammes bleues, Léana savait qu'il ne s'agissait pas de la véritable forme de ce dernier. Le traître utilisa son Shunpô pour apparaître au dessus du Capitaine de la Division Kurenjingu et lui asséna un coup vertical qu'elle para facilement. Hikari s'éloigna, sûrement pour éviter une quelconque contre-attaque. Il utilisa alors son Shunpô à plusieurs reprises pour l'attaquer de tous les côtés, mais elle para facilement les attaques. Il méritait son rang de Vice-Capitaine, ses coups étaient puissants et précis, cependant cela ne suffirait pas contre Léana. L'ancien Vice-Capitaine de la Quatrième Division utilisa de nouveau son Shunpô pour apparaître devant le Capitaine fondateur de la Deuxième Division et lui asséner un coup en direction de sa tête, il dit :

"Plus besoin de faire semblant, Boko !"

Le zanpakutô prit alors sa véritable forme, Léana ne put parer l'attaque, il se transformait en flammes bleues. Hikari passa à côté d'elle, laissant ses flammes se diriger vers son adversaire. Le Capitaine de la Division Kurenjingu esquiva l'attaque en utilisant son Shunpô pour apparaître quelques mètres plus loin. L'attaque était plutôt habile, cependant Léana aurait pu l'attaquer quand il était passé devant elle. Hikari se déplaça ensuite dans sa direction, laissant s'échapper des flammes qui entourèrent le Capitaine fondateur de la Deuxième Division. Elle utilisa de nouveau son Shunpô pour apparaître devant son adversaire et lui asséna un coup latéral de sa jambe droite à son épaule gauche. Cependant la blessure n'était pas très profonde tout comme celle qu'il avait au flanc. Léana le pointa avec son zanpakutô et lui dit :

"Le combat est terminé."

Elle rengaina son zanpakutô, certes, elle n'avait pas vu toutes ses capacités, mais cela lui suffisait, elle dit :

"Cana Shihôin et Hikari Chujitsuna, j'ai décelé en vous un potentiel, un potentiel que le Goteï 13 n'a pas exploité. J'ai donc décidé de faire de vous mes élèves, tout au long de nos entraînements et de nos missions, vous développerez vos aptitudes au combat, afin que vous deveniez plus puissants. Hikari, repose-toi et soigne tes blessures, Cana t'amèneras dans tes appartements, nous nous retrouverons demain dans cette salle d'entraînement, bienvenue dans la Division Kurenjingu."

Léana savait que Hikari en profiterait pour parler avec les autres shinigami de la Division Kurenjingu ou avec Cana. Elle pouvait voir l'étonnement des deux shinigami, ils ne devaient pas s'attendre à ce qu'elle fasse d'eux ses élèves. Le Capitaine fondateur de la Deuxième Division devait faire son rapport auprès de la Chambre des 46. Elle se rendit dans la salle de la Chambre des 46 en passant par les couloirs de la Division Kurenjingu, les shinigami continuaient à la saluer, bien qu'il n'y avait pas de chef dans cette Division, elle était le Capitaine le plus influent. Léana entra dans la salle et se mit au milieu, un membre de la Chambre des 46 lui dit :

"Faites votre rapport Capitaine Miyaka.

- J'ai testé l'ancien Vice-Capitaine Hikari Chujitsuna dans un combat, afin de connaître son niveau de puissance. Cependant, il ne peut devenir Capitaine de la Division Kurenjingu pour le moment, il ne possède pas le Bankai. Je propose donc qu'il soit simple soldat pour le moment. Cependant, j'ai décidé de prendre Cana Shihôin et Hikari Chujitsuna comme élèves. Ce dernier pourra ainsi atteindre le Bankai et devenir Capitaine, ils pourront développer leurs capacités grâce à moi.

- Cela est étonnant de votre part Capitaine Miyaka, avez-vous un autre but en les prenant pour élèves ?

- Non, j'ai décelé en eux un potentiel que le Goteï 13 n'a pas exploité, c'est pour cela que j'ai décidé de les prendre comme élèves.

- Très bien Capitaine Miyaka, nous vous faisons confiance, vous pouvez prendre Cana Shihôin et Hikari Chujitsuna comme élèves. Cependant, vous devrez nous informer de leurs progrès, dès que Hikari Chujitsuna atteindra le Bankai, vous devrez nous prévenir afin qu'il puisse passer le test pour devenir Capitaine, vous pouvez disposer."

Léana se rendit dans une salle d'entraînement, ensuite, elle devrait examiner les dossiers d'autres shinigami. La Chambre des 46 lui faisait absolument confiance, elle était même devenue la porte-parole de l'instance dirigeante. Il était évident qu'elle soit le Capitaine le plus influent de la Division Kurenjingu, après tout, elle était le Capitaine le plus puissant, le plus ancien, ainsi qu'un Capitaine fondateur du Goteï 13. Léana décida de préparer l'entraînement de Cana et Hikari.
avatar
Hikari Chujitsuna

_________________
Division Kurenjingu

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
82/100  (82/100)
Points:
0/100  (0/100)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]
Ven 25 Avr - 22:37

Perdu. C'était certain. Léana venait de se matérialiser devant lui, le Zanpakuto près du sol, le muscle du bras bandé. Ca allait chatouiller. Cela n'empêcha toutefois pas Hikari de lancer un sourire à la fois amusé, résigné et désolé à la Capitaine. Son Zanpakuto traça une belle diagonale sur son corps, de la jambe droite à l'épaule gauche. Il eut un sourire presque heureux en tombant en arrière, non pas par masochisme, mais bel et bien car l'estafilade suivait presque le même trajet que celle que lui avait fait son tuteur il y a de cela plusieurs siècles. C'était sa première vraie blessure, et il se rappelait encore ce qu'il lui avait dit à ce moment là, lorsqu'il était à peine âgé de onze ans.

« J'ai choisi de te blesser car je préfère être le premier à te faire ce genre de blessure plutôt que ce soit un ennemi. Dans un combat où ton maître sera en danger, tu ne dois pas être impressionné par ce genre de dommages et même continuer de te battre, tu dois te battre jusqu'à ta mort pour celui que tu as juré de protéger. »

Il en portait toujours la cicatrice. Et aujourd'hui celle-ci se retrouvait accompagnée d'une blessure du même type, mais comme passée à travers un miroir, transformant la simple diagonale en une croix.

Le Zanpakuto de la fondatrice était une fois de plus braqué sur lui.

« Le combat est terminé. »

Ouais, déjà. Elle s'était donc probablement déjà fait une opinion au sujet de ses capacités. En bien ou en mal ? L'avait-il suffisamment impressionnée, ou avait-il simplement été une déception ?

« Cana Shihôin et Hikari Chujitsuna, j'ai décelé en vous un potentiel, un potentiel que le Goteï 13 n'a pas exploité. J'ai donc décidé de faire de vous mes élèves, tout au long de nos entraînements et de nos missions, vous développerez vos aptitudes au combat, afin que vous deveniez plus puissants. »

Hikari n'en croyait pas ses oreilles, et son visage devait refléter cet étonnement. C'était donc à cela que ce petit manège avait servi ? Tournant le regard vers Cana, il put voir que son acolyte semblait tout aussi abasourdie ; elle non plus n'était pas au courant. Et pour cause, il avait été Vice-Capitaine et elle Capitaine, grade qu'elle avait conservé dans la Division Kurenjingu. Ils n'auraient jamais pensé être un jour les disciples de quelqu'un à nouveau.

« Hikari, repose-toi et soigne tes blessures, Cana t'amèneras dans tes appartements, nous nous retrouverons demain dans cette salle d'entraînement, bienvenue dans la Division Kurenjingu. »

Bienvenue dans la Division Kurenjingu... cette phrase sonnait presque trop gentille pour le groupe de tueurs d'élite qu'ils devaient former. Un potentiel que le Gotei n'avait pas su déceler... C'est vrai que le Gotei ne prodiguait pas le meilleur enseignement qui soit. Après quelques années à l'Académie, on était diplômé et livré à soi-même, on était seul pour faire prospérer son propre potentiel, le Gotei n'accompagnait pas vraiment le soldat dans son évolution. Les deux compères devaient penser être arrivé à des sommets, et aujourd'hui on leur disait qu'ils avaient encore à apprendre. Et c'était par une des Sanguinaires qu'ils allaient être formés. La Fleur écarlate, rien que ça. Sans trop savoir pourquoi, Hikari fixa sa main droite et sentit un mélange d'excitation et de peur monter en lui.

Assis au milieu du terrain, il ouvrir son uniforme pour admirer l'entaille bien droite qui lui traversait la poitrine et dont du sang s'échappait lentement. Deux enseignements qui se croisaient... une des blessures avaient marqué la fin d'un cycle, l'autre en annonçait un nouveau.

Sa main droite commençait juste à s'entourer de lumière lorsque Cana arriva près de lui. Il passait son index le long de la blessure pour la faire cicatriser quand elle commença à lui faire la leçon.

« Hikari, face à Léana, tu devrais te concentrer sur le combat, la moindre erreur pourrait être fatale sans même qu'elle ait besoin d'utiliser une infime partie de sa puissance. »

Il ne répondit pas tout de suite, trop occupé à se soigner. Ce qu'elle disait était une évidence.

« Puis je ne sais pas comment tu fais pour ne toujours pas avoir le Bankai ! Soit tes zanpakutô sont sourds et muets, soit t'es encore une merde ! »

Suite à cette raillerie, Hikari se crispa et son doigt ripa sur le côté, rouvrant partiellement sa blessure. Il tendit un doigt tâché de sang en direction de la Capitaine.

« Je sais très bien qu'un seul faux pas peut être le dernier contre elle, j'm'en suis rendu compte ! D'ailleurs, même sans faux pas elle a pas besoin d'utiliser sa puissance pour battre ou tuer quelqu'un de normal ! J'en étais conscient, si c'est ce que tu penses c'est que ma façon d'agir marche ! Il tourna la tête une fraction de seconde. J'me suis peut-être un tout petit peu laissé aller. Il prit un air songeur, fermant les yeux et se frottant le menton... Quant à mon Bankai... Il reprit vivement sa première position, comme pour l'accuser. …mais je t'emmerde ! C'est facile à dire pour toi, j'suis sûr que ton Zanpakuto était bourré, comme toi, quand tu l'as eu ! Il en faut pas trop pour trouver quelqu'un fort quand on voit flou et qu'on marche pas droit ! »

Il était vrai que l'ancien Vice-Capitaine n'avait pas le Bankai... et c'était pas faute d'avoir essayé.  Mais on va dire qu'il aurait eu plus de facilité avec un Zanpakuto sourd et muet qu'avec ces deux-là ! Déjà, il ne savait pas s'il devait les convaincre séparément ou lorsqu'ils fusionnaient. Il aurait largement préféré la deuxième option parce que... quand ils ne formaient pas qu'un, ils passaient leur temps à se chamailler ! Impossible d'en placer une ! Et puis... si ça se trouve il s'y prenait pas de la bonne manière ! Personne n'avait jamais eu deux Asauchi, à ce qu'il sache. Il allait avoir quoi ? Deux Bankai ? Un Bankai doublement puissant ? Ca expliquait peut-être ses difficultés. Et puis, bien qu'il soit dangereux, il pensait que le Nensho Gokei pouvait peut-être rivaliser avec un Bankai. Peut-être.

Il reprit ses soins, terminant la blessure à sa poitrine mais ne l'effaçant pas totalement, gardant une cicatrice. Question de symbolique. En plaquant la main sur son flanc, il fit se résorber la blessure et se releva en s'époussetant un peu et en renfilant son Shihakusho tranché par deux endroits. Cana l'emmena ensuite à ses appartements. On ne décrira pas la pièce dans les détails, faute d'utilité. Une fois sur place, Hikari se mit à fouiller l'endroit.

« Merci. Pars pas tout de suite, on est pas pressés. Si tu savais que ça allait être ma chambre je parie que t'y as planqué de quoi picoler... Voilà ! »

Il extirpa d'un placard une bouteille d'alcool ainsi que deux verres. Il en remplit un puis le deux... non. Il envoya valser le deuxième verre quelque part dans la chambre et tendit la bouteille à sa collègue.

« Ca suffira j'espère. Dit-il avec un grand sourire avant de lever son verre. Au Destin, ou au Hasard je ne sais toujours pas, qui, pour notre plus grand malheur, a décidément envie de nous caser ensemble ! »

Il trempa les lèvres dans son verre. Il avait l'impression de se retrouver comme avant leurs trahisons respectives. Tout en lançant un regard au liquide présent dans son gobelet, il songea qu'elle lui avait vraiment manqué, bien que la guerre Quincy et sa propre trahison étant survenues immédiatement après lui aient offert des possibilités de penser à autre chose. Mais ça, il ne l'avouerait pas. Ca faisait partie du jeu.

« Elle t'a aussi testé Léana si j'ai tout saisi. Tu t'en es sortie comment ?
-Comme toi, mis à part que j'ai du utiliser mon Bankai, mais même avec cela, je n'ai pas réussi à la toucher une seule fois.

Il ricana.

-Et c'est notre nouveau maître... on va morfler hein ?
-Ouais, sûrement, mais bon, il y a quand même du prestige d'être l'un des élèves d'un Capitaine fondateur du Goteï 13 !
-J'te l'fais pas dire, "partenaire". » Répondit-il en faisant les guillemets avec ses doigt.

Ils discutèrent encore un peu puis se quittèrent.

Le lendemain, après une nuit de sommeil réparatrice et infiniment plus confortable que celles qu'il avait passées au Nid des Asticots, il se réveilla en se frottant les yeux. Oui tout était vrai, ce n'était pas un rêve. Ce bâtiment, ses cicatrices, Léana, Cana, ses Zanpakuto posés non loin... il commençait vraiment une nouvelle vie. Après avoir enfilé un uniforme neuf, il vit qu'on avait laissé une lettre dans ses quartiers. La décachetant sans plus de cérémonies, il put lire qu'il avait officiellement rejoint les rangs des soldats de la Division Kurenjingu. Il grimaça en lisant le mot « soldat ». Il avait bien compris que cette Division n'était constituée que de soldats et Capitaines, mais il n'aimait pas l'appellation de simple combattant. Non pas qu'il soit assoiffé de pouvoir et d'autorité, mais c'était toujours gratifiant d'être reconnu pour son talent ou ses efforts. Il aimait aussi ne pas se fondre dans la masse, être reconnu. Il en pouvait nier avoir pris goût à la célébrité. Tant pis, il se réconforta en se disant qu'on le reconnaîtrait à ses deux Zanpakuto.

Peu désireux d'arriver en retard au rendez-vous fixé par Léana, il prit le chemin des terrains d'entraînement. Il faisait des signes de main, en souriant, à quiconque croisait son regard. Et étrangement, pas mal de monde semblait l'observer. Il se demandait bien pourquoi.

En arrivant à l'aire d'entraînement, il put voir que pas mal de monde s'y trouvait. Ils allaient s'entraîner avec tout ce monde autour ? Peut-être qu’exceptionnellement, le jour précédent, il leur avait été réservé ?

Ou pas en fait, parce que là encore, tout le monde regardait vers le terrain d'entraînement. Léana y attendait avec un air indifférent, bien que peut-être un peu agacé, qu'il comprit être son expression faciale habituelle. D'après les murmures qu'il pouvait entendre ici et là, la rumeur comme quoi la Fleur écarlate avait pris des élèves avait filtrée. Et puis celle comme quoi les deux élèves en question étaient en couple, mais c'est pas le sujet. De plus, s'ils avaient été amenés ici, ce n'était probablement pas pour faire des étirements, elle voulait probablement tester leurs aptitudes au combat un peu plus dans le détail. Pour augmenter la curiosité des voyeurs qui s'étaient invités, ajoutez que les deux jeunes gens faisaient partie des quatre grands traîtres des dernières années. Leur maître aussi, et c'était la plus célèbre. Hikari se demanda si Calypso Shihôin se trouvait dans les parages. Si oui, il se dit que ce ne serait pas avec le même enthousiasme que le reste de la foule, ce serait simplement pour voir ce que valaient les disciples de la femme avec laquelle elle ne s'entendait pas. Mais il pensait plutôt qu'elle n'assisterait pas à la rencontre. Trop trivial et populaire pour Madame.

Quand il aperçut Cana il la salua.

« Yo Capt'aine ! J'espère que t'as pas trop fait d'excès pour fêter mon retour hier soir, après qu'on se soit quittés, ça serait bête de tituber pour notre premier entraînement. »

Comme à l'époque, des petites piques ridicules. Il avait aussi particulièrement insisté sur l'ironie du mot « Capt'aine » puisque, comme à l'époque, il ne considérait pas tout à fait être sous l'autorité de la Princesse céleste. Autorité dont elle n'avait jamais abusé.

Le mot entraînement, surtout accompagné de « notre » avait résonné étrangement dans sa bouche. Cela faisait des siècles qu'ils n'avaient plus partagé d'entraînement, depuis l'Académie. Certes, ils s'étaient battus un certain nombre de fois, mais plus dans le but de gagner contre l'autre que de progresser. Qu'allait leur réserver Léana ?
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: (Flash Back) I was Born to Meet You [Léana]






Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération