Que tout soit réduit en cendre, je suis Yamamoto Genryûsai !
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



Que tout soit réduit en cendre, je suis Yamamoto Genryûsai !

avatar
Yamamoto Genryûsai
Shinigami de la 1ère division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Capitaine
Niveau:
98/100  (98/100)
Points:
0/0  (0/0)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Que tout soit réduit en cendre, je suis Yamamoto Genryûsai !
Lun 8 Juil - 23:28

Liens : 


Nom
Prénom




Nom : Yamamoto


Prénom : « Genryûsai » Shigekuni  


Pseudonyme : Yama-jii


Age : Tellement vieux qu'il ne se souvient plus de sa date de naissance !  


Genre: Shinigami Masculin 


Grade désiré(division/etc) : Capitaine-Commandant du Gotei 13 et Capitaine de la Première Division.


-------------------


Description Physique :
Genryûsai est de petite taille (1m69), et a l'apparence d'un vieillard croulant sous le poids des siècles. Son crâne ovale est chauve comme un œuf pelé, et il est décoré d'une grande cicatrice en forme de croix, infligée par son Vice-Capitaine. Son visage ridé, aux yeux constamment plissés, est affublé d'une gigantesque barbe blanche soyeuse, entremêlée de lacets, lui descendant jusqu'au bas-ventre, et d'élégantes moustaches tombantes partant d'un nez aquilin. Ses sourcils touffus et épais, qu'il ne taille probablement jamais, sont d'une taille toute aussi invraisemblable, lui tombant jusqu'à ses joues creusées.
On pourrait s'attendre à ce qu'un tel petit vieux ait un corps totalement flétri et amaigri, mais il n'en est rien ; sous son uniforme de Shinigami, Yamamoto possède un corps de rêve et une musculature impressionnante parfaitement entretenue ; des pectoraux d'aciers, d'énormes biceps, des dorsaux irréprochables, des abdominaux saillants et de larges épaules. Ce corps est d'ailleurs couturés d'innombrables et profondes cicatrices, témoins des innombrables batailles qu'il a mené durant toute sa longue vie. Pour se vêtir, Genryûsai ne s'encombre guère de fioritures ; il porte l'haori officiel des Capitaines du Gotei 13 qu'il affale sur ses épaules, et porte le komono basique noir des Shinigamis.
 


Description Morale :
Yamamoto Genryûsai Shigekuni est une personne fière et autoritaire. En tant que Capitaine-Commandant, il a voué sa vie au Gotei 13 et à faire respecter la justice universelle, et pour se faire se veut être un Shinigami exemplaire. Il est droit et intègre, s'entraîne constamment, et est prêt à sacrifier sa vie pour sauver ce à quoi il tient, préserver les mondes qu'il est chargé de protéger et exterminer le mal. Vis-a-vis de ses soldats, il se montre d'une grande sévérité et d'une grande rigidité ; il ne tolère guère l'insubordination dans ses rangs et les écarts de conduite. Il est prêt à corriger de ses mains tous ceux qui enfreignent les règles  de la Soul Society et les idéaux du Gotei 13, organisation qu'il a fondé, quitte à sombrer dans l'extrémisme et tuer lui-même les traîtres et les hors-la-loi.
Genryûsai est également un homme orgueilleux, orgueil sans doute accru avec sa puissance phénoménale ; quand il se bat, il  ne perd jamais son sang-froid, et dégage toujours une très grande confiance en lui et ses pouvoirs. La sauvegarde de son honneur est un tenant essentiel de son quotidien. Il n'aime pas être redevable auprès de quelqu'un, surtout quand il s'agit d'une personne bien plus faible que lui, comme par exemple un être humain ; borné, il a refusé de se faire soigner le bras droit par Inoue Orihime, et était mal à l'aise à l'idée de s'appuyer sur un humain, Kurosaki Ichigo, pour triompher d'Aizen Sôsuke.
Malgré ce caractère un peu bourru, Yamamoto a toutefois bon cœur, au fond de lui. Il peut faire preuve de compassion parfois, et a le sens de l'amitié, notamment avec son Vice-Capitaine Sasakibe Chôjirô, qui lui sert de bras droit depuis 2000 ans. Il aime beaucoup les enfants, ce qui lui a donné sa première vocation, avant d'être un chef militaire ; l'enseignement. On remarque d'ailleurs qu'il emploie souvent du vocabulaire se rapportant aux enfants à tous ses interlocuteurs : « gamins/jeunot », « tu vas recevoir une fessée, une correction », « garnement », et autres. Aujourd'hui encore, il consdière deux de ses Capitaines qui ont été ses deux élèves préférés comme ses deux fils ; le Capitaine Kyoraku de la 8e Division, et le Capitaine Ukitake de la 13e Division.
 



Histoire du personnage




Histoire :
L'enfance et la jeunesse de Yamamoto Shigekuni nous est totalement inconnue. On sait que, lors d'une bataille, il récolta sur son front une cicatrice en forme d' « ei », ce qui lui valut le surnom d' « Eijisai », surnom qui, du reste, ne lui plaisait pas.
Il y a 2000 ans de cela, il décida de former des jeunes gens à devenir de puissants Shinigamis, et pour cela créa son Académie : l'école « Genryû ». Il commença alors une brillante carrière d'enseignant. Chaque semaine ou presque, un jeune adolescent un peu agaçant, du nom de Sasakibe Chôjirô, venait l'asticoter pour lui réclamer de devenir son bras droit, ce que Shigekuni ne comprenait pas ; ainsi, il l'envoyait paître à chaque fois. Un jour, après un mois d'absence, Sasakibe vint lui poser encore une fois sa requête, avec un argument massue ; il avait maîtrisé son Bankai. Intrigué, Yamamoto Shigekuni le mit au défi de le vaincre avec ce Bankai, nommé « Kôkô Konryuu Rikyuu », à la suite de quoi il accepterait.
Chôjirô ne parvint pas à vaincre Yamamoto, mais il lui laissa une profonde deuxième cicatrice sur le front, qui, à ce jour, n'a jamais disparu, lui donnant la forme d'une croix, « jyû ». Yamamoto Shigekuni fut donc appelé pendant un temps « Jyujisai » ; mais, après mûre réflexion, il décida de se forger son propre surnom, et se nomma alors « Genryûsai », prénom presque officiel de nos jours.
Désormais épaulé par Sasakibe, Yamamoto « Genryûsai » continua à entraîner efficacement de jeunes Shinigamis. Parmi tous ses disciples, deux d'entre eux se distinguèrent, par leur force, leur pugnacité, leur volonté et leur charisme : Kyouraku Shunsui, et Ukitake Jyûshiro. Plein de tendresse à leur égards, il devint si fier d'eux qu'il finit par les considérer comme ses enfants, affection qu'ils partagent. Shunsui lui donna même un sobriquet, « Yama-jii », que l'on peut traduire par « Pépé Yama », ou « Yama l'ancien ».
Mais les jours heureux du professorat allaient prendre fin. En effet, pour des raisons qui nous sont encore inconnues, un conflit éclata entre les Quincy menés par leur Empereur et créateur Yhwach et les Shinigamis. Se sachant surpuissant, et conscient de ses capacités de meneur hors normes, Yamamoto Genryûsai Shigekuni pris les devant et fonda une organisation militaire : le Gotei 13, formé de 13 Divisions de plusieurs centaines de Shinigamis, chacune menée par un Capitaine, qualifié plus tard par Yhwach de « truand sanguinaires », qui devait obligatoirement maîtriser le Bankai. Genryûsai devint lui-même le Capitaine Commandant de ces 13 Divisions. Pour former cette première génération du Gotei 13, Yamamoto recruta une meurtrière qui parcourait la Soul Society, Unohana Yachiru, virtuose de la voie du sabre, dont le nom signifiait « 1000 styles ». Après l'avoir domptée, il lui donna le commandement de la 11e Division, dont elle posa les principes encore d'actualité.
Le Gotei 13 triompha des Quincy, mais, nous ne savons pas encore pourquoi, Yamamoto ne parvint pas à tuer Yhwach, bien qu'il ait utilisé son Bankai contre lui ; il fut scellé pour 1000 ans, c'est tout ce que nous savons. Le monde des Shinigamis devint alors plus paisible, et, le grand danger écarté, la rage et la soif de sang qui les animait commença à se tarir. Certains accusaient même Yamamoto de se ramollir. Cependant, sa force, elle, ne disparut pas pour autant.


1000 ans s'écoulèrent. La première génération du Gotei 13, celle qui affronta les Quincy, finit par se désagréger, et finalement, seule Genryûsai et Unohana, désormais nommée « Retsu », restèrent. Ses bien-aimés Shunsui et Jyûshiro devinrent les premiers Capitaines issus de son Académie, ce qui ne pouvait que le combler. Le mandat de Genyûsai se déroula sans trop d'anicroches. Mais, une crise éclata alors ; Kuchiki Rukia, sœur adoptive d'un de ses Capitaines, fut condamnée à mort pour avoir abandonné ses pouvoirs de Shinigamis. Et, là-dessus, plusieurs de ses amis, dont un certain Kurosaki Ichigo, s'introduisirent dans le Seireitei pour tenter de la sauver ; plusieurs de ses Capitaines furent vaincus, et la discorde s'installa parmi le Gotei 13. Le jour de l'exécution de Rukia, Kurosaki Ichigo vint, devant les yeux médusés des Capitaines présents, stopper le Sôkyôku, l'arme sacrée aussi forte qu'un million de Zanpakutô ! Et, cerise sur le gâteau, Shunsui et Jyûshiro, ses deux Capitaines préférés, se rangèrent de son côté en détruisant le Sôkyôku grâce à un artefact de la famille Shihouin !
La déception du Capitaine-Commandant fut immense. Alors, même Kyoraku et Ukitake n'étaient pas dignes de confiance et dérogeaient aux lois de la Soul Society... Genryûsai décida d'en faire une affaire personnelle. Il provoqua ses deux anciens élèves en duels (atomisant du regard le Vice Capitaine Nanao au passage), et pour cela, libéra son mythique Zanpakutô, Ryujinjakka. Ses deux enfants libérèrent eux-même leurs épées, Sôgyô no Kotowari et Katen Kyoukotsu. Un féroce combat s'engagea entre les trois guerriers légendaires. Combat qui fut interrompu par la voix du Vice-Capitaine Kotetsu,leur informant de la célèbre traîtrise du Capitaine Aizen Sôsuke et des pouvoirs de son Zanpakutô, Kyoukasuigetsu, l'Hypnose Parfaite. Cessant de se battre, Yamamoto et les autres Shinigamis tentèrent de l'arrêter, mais lui et ses deux compères, Ichimaru Gin et Tôsen Kaname, parvinrent à s'enfuir, s'étant alliés avec des Menos.


La chambre des 46 ayant été décimée, Genryûsai prit ses responsabilités, et devint le chef suprême temporaire de la Soul Society. Découvrant que les plans d'Aizen consistaient à créér l'Ouken en utilisant les âmes de la ville de Karakura, pour entrer au Palais du Roi et le tuer pour prendre sa place, le Capitaine-Commandant organisa la défense de cette ville. Pour commencer, il envoya 4 de ses Capitaines au Hueco Mundo pour attaquer la base de Las Noches ; il demanda également de créer une copie parfaite de la ville de Karakura, et de transporter la vraie aux abords du Rukongai, pour tromper l'ennemi et le forcer à affronter la moitié du Gotei 13 sur Terre. Son plan réussit, mais Aizen s'y était préparé. Lui et une bonne quinzaine d'Arrancar démarrèrent la bataille ; mais Genryusai décida d'imiter Aizen en isolant une partie des troupes ennemies ; il enferma Aizen, Tôsen et Ichimaru dans une forteresse de flammes, Joukaku Enjou, une technique de son Zanpakutô. Il envoya alors les autres membres du Gotei 13 affronter les Arrancars.
Genryûsai intervint pour venir en aide aux Vice-Capitaine en difficultés contre le démon Ayon, pestant contre leur incompétence, et triompha avec une facilité déconcertant du gargantuesque monstre. Les trois Arrancars qui l'avaient créé foncèrent sur Yamamoto, ivres de rage, mais celui-ci les cloua à terre d'un simple coup de son Zanpakutô. Puis, il retourna superviser la bataille.
Plus tard, il observa les Capitaines et les Vizards se battre contre Aizen ; pendant un moment, il parurent triompher du traître... Mais il n'en était rien ; Aizen Sôsuke avait utilisé son Hypnose Parfaite pour tous les tromper et envoyé le Vice-Capitaine Hinamori Momo se faire charcuter à sa place. Les Shinigamis repartirent à l'assaut, mais Aizen s'avéra bien trop fort, et les battit tous un par un. Voyant ses subordonnés tomber les uns après les autres, Genryûsai réfléchit très vite, et comprit qu'il n'y avait qu'un moyen de tuer Aizen ; commencer par l'immobiliser. Il prépara secrètement une des tactiques de son Zanpakutô, et, alors que les derniers combattants chutèrent, le fier Capitaine-Commandant se dressa face au traître Aizen Sôsuke. Aizen provoqua Yamamoto pour le forcer à l'attaquer ; celui-ci fit mine d'être piqué au vif et d'attaquer bêtement, sous l'emprise de Kyoukasuigetsu. Alors, Aizen l'attaqua par derrière et le transperça de sa lame. En fait, Genryûsai s'était volontairement fait blesser, et agrippa le bras de son ennemi ; il était sûr qu'il s'agissait de lui, car il pouvait identifier le Reiatsu du Zanpakutô qui lui avait été enfoncé dans le ventre. Le Capitaine-Commandant fit alors jaillir des colonnes de flammes qu'il avait préparé, formant Ennetsu Jigôku, une technique de Ryujinjakka qui allait piéger Aizen en le cramant au milieux de toutes ces flammes. Mais la tactique de Yamamoto échoua ; Aizen avait créé Wonderweiss Margera, un Arrancar baveux et gémissant, dont le pouvoir ? Extinguir, avait été créé spécialement pour sceller Ryujinjakka. Aizen, fier de lui, envoya négligemment son Arrancar achever Genryûsai, mais celui-ci avait plus d'un tour dans son sac ; il donna un énorme coup de poing, Ikkôtsu, à Wonderweiss, forant un trou dans son corps, et l'envoyant bouler sur des kilomètres. En effet, Genryusai était également un as du combat à main nues. S'en suivit alors un violent affrontement entre lui et Wonderweiss, et, à la fin, le Shinigami brisa son corps en mille morceaux à la seule force de ses bras.
Mais Aizen avait déjà prévu ce cas de figure ; en effet, le corps désormais cassé de Wondrweiss contenait les flammes déjà scellées de Ryujinjakka et s'apprêtait à les relâcher. Le Capitaine-Commandant fut alors forcé de contenir l'explosion à venir avec son corps, sinon la moitié du Japon allait être grillée. Il en ressortit, le corps calciné, au milieu d'un grand cratère, et il tomba dans les pommes. Aizen se prépara à l'achever, mais, toujours aussi alerte, Genryûsai le remit à sa place en lui envoyant un sort de Kidô interdit, le Hadô # 96, Ittô Kasô, n'hésitant pas pour cela à sacrifier son bras gauche, qu'il ne chercha jamais à récupérer. La bataille finie, le Capitaine-Commandant récupéra vite de ses blessures, et reprit ses fonctions comme il l'avait toujours fait.
Spoiler:
 
 


Test RP :
Légende :
Yamamoto Shigekuni : Rouge
Sasakibe Chôjirô : Bleu
Driscoll Berci, the « Overkill » : Brun

Il y a longtemps... Au-delà des carillons du tonnerre...

« Eijisai-dono ! Yamamoto Eijisai-dono !

Yamamoto Shigekuni, alors instructeur en chef de l'école « Genji » fulmina. Il n'aimait pas ce surnom grotesque d' « Eijisai » que lui avait attribué un de ses amis après qu'il ait récolté cette cicatrice en forme d « Ei » sur son front au terme d'une bataille. Alors, par réflexe, en se retournant, il hurla à l'encontre de celui qui l'avait apostrophé :

« Bon sang !! Ne m'appelle pas Eijisai ! »

L'individu recula de trois pas, effrayé par la grosse voix de Shigekuni. S'agenouillant, il dit en balbutiant :

« Toutes mes excuses ! Mais il me paraissait inconvenant de vous appeler par votre véritable prénom, alors... »

Le puissant Shinigami balafré reconnut alors celui qu'il avait rabroué. C'était Sasakibe Chôjirô, un gamin assez pénible qui lui rendait visite régulièrement, dans l'espoir incompréhensible de devenir le second de Shigekuni. Il était vraiment étrange, avec ses cheveux déjà blancs et ses yeux sans pupilles. Et en plus de ça, il s'obstinait à l'appeler Eijisai. Il n'avait décidément rien pour lui ! Yamamoto souffla comme un taureau, et recommença à crier :

« Encore toi ! Comment as-tu l'audace de revenir ici ? Tu n'es même pas un de mes élèves, tu n'as rien à faire dans mon école ! Je n'ai pas besoin d'un larbin, je te l'ai déjà dit ! Déguerpis !

- Je ne suis pas un larbin ! répliqua Chôjirô, choqué. Je suis ici pour devenir votre bras droit.

- Alors deviens mon disciple ! Et si tu es assez fort, tu deviendras naturellement instructeur, puis mon bras droit ! »

Une logique implacable, nom de nom !

« Non ! »

Comment ?

«  Si je commence par devenir votre élève, je finirais par vous imiter. En devenant votre bras droit, je pourrais vous suppléer dans des tâches dont vous n'avez pas le temps de vous occuper ! »

« … Quelle logique tordue... » se dit Yamamoto.

« De plus... Je ne viens pas tous les jours. En fait je ne suis pas revenu pendant un mois. Comme vous me l'avez demandé le mois dernier... J'ai maîtrisé le Bankai. »

L'expression de Shigekuni passa de l'exaspération à la surprise en un clin d'oeil. Quoi ? Un.. Ah oui, ça lui revenait... Il avait effectivement ordonné à ce gosse de maîtriser son Bankai avant de revenir lui casser les pieds. Mais il n'avait pas dit ça sérieusement... Il lui avait lancé un défi titanesque dans le seul but de se débarrasser de lui, il n'avait jamais pensé qu'il y parviendrait.
Voilà qui changeait totalement la donne. Finalement, Sasakibe était peut-être autre chose qu'un gêneur en mal d'activité...

« Oh... Très bien. Alors dans ce cas, essaye de me vaincre avec ce Bankai. »

Rien ne semblait pouvoir mieux combler Chôjirô. Il n'était sûrement venu que pour défier Shigekuni. Il se releva, et dit :

«  Suivez-moi, nous allons dans un endroit lointain, là ou notre affrontement ne mettra personne en danger. 10 kilomètres au Nord, dans une clairière au milieu d'une forêt touffue, vous connaissez ?

- Pars devant. Je te rejoins.

- Ne me faites pas attendre, alors ! »

Le très jeune Shinigami disparut alors en usant d'un Shunpô. Petit coq. Yamamoto savait où se rendre, mais il prit son temps. Il alla tranquillement chercher son katana dans sa chambre, car, même s'il était très fort, il aurait sans doute besoin de son Zanpakutô pour affronter un Bankai. Il soupira. Qu'allait-il affronter ? Chôjirô était bien jeune, son Bankai était récent et donc sûrement incomplet. Shigekuni avait peur d'être déçu, mais en même temps il était curieux.

Son sabre bien en main, Yamamoto sortit de ses quartiers, puis partit à l'endroit indiqué par Chôjirô en quelques Shunpôs. Il sentait son reiatsu se déplacer aux alentours, qu'il rattrapait sans problèmes. Shigekuni arriva dans la clairière qui allait être le théâtre de leur combat, derrière Sasakibe, en s'asseyant sur un rocher. Il devina qu'il venait tout juste d'arriver, car il y avait encore un peu de poussière autour de lui, qu'il venait sans doute de lever.

« Bon, combien de temps va-t-il mettre pour me rattraper ? Je suis impatient ! dit le jeune homme à haute voix.

- Je suis là. »

Chôjirô se retourna, et vit avec stupeur le Shinigami instructeur, à l'aise et détendu, assis derrière lui comme si de rien n'était. C'était une mise en scène qu'il aimait bien. Il avait beau lui avoir laissé quelques minutes d'avance, il l'avait rejoint quelques seconde plus tard, rien que pour l'impressionner. Il sourit, et lança :

« Tu as encore du chemin à faire, gamin. Allez, montre moi ce Bankai ; tu as finalement réussi à susciter mon attention. »

Sasakibe sourit à son tour. Visiblement, il avait attendu cet instant dans sa vie. La main un peu tremblante, il pointa son Zanpakutô qui avait la forme d'une rapière vers le ciel, mais dit d'une voix ferme :

« Bankai. »

Son reiatsu s'amplifia et fit trembler l'atmosphère. Sacrebleu, ça ne rigolait pas. Un éclair jaillit de la fine lame pour percer la voûte céleste, et créer un énorme amas de nuages noirs. Yamamoto fixa le ciel, là où l'éclair l'avait déchiré.

« Kôkô Gonryu Rikyuu ! »

Le Pavillon jaune étincelant de l'âme austère. Un vent violent se leva, le ciel devint totalement obscur, et le son du tonnerre raisonna partout dans la clairière. Une odeur d'ozone se fit sentir immédiatement, et l'atmosphère devint d'une lourdeur effarante.

« Il est capable de contrôler le climat ? »

Shigekuni jeta des regards tout autour de lui. Partout, des éclairs tombaient et venaient marteler le sol. Il contempla le ciel : ces éclairs partaient d'un globe aveuglant, sans doute chargé d'électricité, dégageant un reiatsu impressionnant. Avec ses éclairs, ce Bankai avait formé une gigantesque cage de foudre... Ils étaient retenus à l'intérieur, forcés de se battre ! C'était bien joué. Il entendit la voix de Chôjirô au milieu du bruit assourdissant de son Bankai :

« Le fonctionnement de mon Bankai est assez simple, je dois dire. Comme vous le voyez, à partir de cette grand sphère qui absorbe toute parcelle d'électricité contenue dans le ciel, je peux la manipuler, et la transformer en éclairs qui viennent attaquer mes ennemis ! »

Et, pour faire une petite démonstration, il envoya trois traits de foudre sur Yamamoto, qui ne put que les éviter in extremis en faisant un salto arrière. Ils étaient sacrément rapides !  Et ils laissaient de profondes zébrures dans le sol là où ils l'avaient percuté. En plus d'être rapides, il étaient forts
Le Shinigami instructeur n'hésita pas une seconde ; s'il voulait affronter cette machine à tonnerre, il lu fallait passer en Shikai. Il saisit son sabre et incanta :

« Que tout redevienne cendres et poussières, Ryujinjakka ! »

Son Zanpakutô s'entoura d'une épaisse gerbe de flammes, qui rivalisait avec l'intensité de la foudre qui tombait de part en part. Shigekuni contra une nouvelle attaque des traits électriques qui fondaient sur lui en leur opposant le feu de son Zanpakutô. Ouf ; il arrivait sans problème à disperser ces éclairs. Cela dit, il devait faire attention à leur vitesse ; la foudre était aussi rapide que le son.
Baoum !!
Shfiou !
Baoum !
Shfffff !
Il devait les évitait à chaque fois en usant de petits Shunpôs à chaque fois qu'ils allaient lui tombaient dessus. Il n'avait pas beaucoup d'instant de répit à chaque coup ; le Bankai suivait ses pas sans beaucoup de difficultés. Le sol fut bientôt troué et noirci. Yamamoto commençait à se lasser de ne pouvoir qu'éviter. Il n'avait pas placé le moindre coup décisif depuis le début du combat. Il tournait en rond Et cela se ressentait. En plein Shunpô, Shigekuni distingua difficilement le jeune Chôjirô au milieu de la lumière produite par ses éclairs, arborer un petit sourire narquois.
Comment ? Se moquait-il de lui ? Voilà qui était prompt à mettre en colère Yamamoto Shigekuni. Il allait lui montrer qu'il ne fallait pas le prendre à la légère. Petite démonstration de résistance. Il cessa de détaler comme un lapin, et attendit que la foudre vienne s’abattre sur lui... Pour la dévier d'un simple revers de sabre. Il la renvoya sur un arbre proche, qui fut carbonisé en un clin d'oeil quand l'attaque déviée le toucha. Pas mal... Shigekuni détourna son regard du malheureux arbre pour fixer Chôjirô dans les yeux, d'un regard brûlant. Il tenta de faire passer la séance d'equive pour de l'esbrouffe et qu'il avait attendu pour provoquer le jeune Shinigami au bon moment. Mais celui-ci resta totalement impassible. Si il avait été impressionné, il ne le laissait pas transparaître. C'était bien, ne pas montrer ses émotions à son adversaire était une excellente attitude au combat.
Bien, maintenant... Yamamoto Shigekuni prononça un unique appel, et  sa voix était si emprunte de colère qu'elle retentit dans toute la forêt.

« Maintenant, donne tout ce que tu as, Sasakibe Chôjirô ! »

Celui-ci ne dit rien, mais il avait compris ce que son idole attendait de lui. Il serra les dents, et saisit la poignée de sa rapière à deux mains. Lentement, lentement, il la darda à nouveau vers les cieux. Il rassemblait toutes ses forces ; il fut entouré d'un reiatsu immaculé, et le sol autour de lui tremblotait. Un son sortit de sa gorge ; au début, ce n'était qu'un murmure. Mais il gagna en force, en effet Yamamoto parvint à l'entendre au milieu du tumulte de la tempête. Le son continua d'amplifier, et, arrivé à son paroxysme, devint un formidable et violent cri de guerre. Quant à la sphère de son Bankai, elle gagna très vite en taille, en emmagasinant une quantité inimaginable d'électricité. Elle allait bientôt éclater ; aussi, Yamamoto décida de l'imiter. Il produit toujours plus de flammes pour épaissir le halo ardent qui entourait sa lame.
La lame aussi étincelante que le soleil se dressait face à la forteresse du tonnerre. Dans un même mouvement, Yamamoto Shigekuni et Sasakibe Chôjirô envoyèrent l'élément qu'ils maniaient l'un contre l'autre. Feu contre foudre. Les deux torrents destructeurs s'entrechoquèrent, et la masse incroyable de reiatsu qu'ils créèrent devenait insupportable pour tous ceux qui se trouvaient à sa porter. Mais le combat était très inégal ; Eijisai était beaucoup plus fort que le jeune garçon. Orgueilleux, le vétéran était persuadé que, grâce à son puissant, Zanpakutô il renverserait le Bankai du gosse et le terrasserait sans difficulté.
Mais... Il plissa les yeux. Le mur de flammes qu'il avait créé semblait comporter une petite fissure. Cette fente s'agrandit petit à petit, et... à travers elle... jaillirent les traits délectriques de Chôjirô. Incroyable ! Le puissant guerrier y avait mis presque toutes ses forces... Mais les éclairs de Kôkô Gonryu Rikyuu étaient parvenues à percer les flammes de Ryujinjakka !
Abasourdi, Yamamoto Shigekuni n'eût pas le temps de songer à bouger pour éviter cette masse de foudre, qui l'atteignit en pleine tête. Il ressentit une douleur fulgurante et fracassante. Il hurla : les ondes d'électricité étaient en train de lui griller le cerveau et lui faisaient un mal de chien. Son corps fut secoué de tout son long, et il faillit tomber à genoux. Mais, au prix d'un effort incroyable, il se retint ; quel déshonneur aurait été le sien s'il n'était pas resté debout face à un enfant ! Alors, avec un cri de rage, il envoya une seconde volée de flammes pour en finir avec ce combat. Ayant les yeux fermés pour résister à la douleur, aussi il ne regarda pas ce qui se passer. Mais Sasakibe ne répliqua pas cette fois, et son reiatsu était gravement abîmé. Shigekuni avait réussi son coup ; son opposant n'avait plus la force de se battre. Alors, il rappela les flammes de Ryujinjakka, soulageant l'atmosphère de l'écrasante chaleur qu'il lui avait imposé.
A présent au calme, Shigekuni sentit que son crâne était étrangement humide. Il entendit des gouttes de quelque chose s'écraser sur le sol. Il y dirigea son regard, et vit qu'il était rougi. Du sang. Le sien. Il passa la main sur son front, et vit qu'il était effectivement blessé. Au même endroit que sa première cicatrice, qui plus est ! Il tâta un peux mieux sa tête, et sentit qu'il avait effectivement une énorme coupure qui croisa sa première blessure. Elle était longue et profonde. Il contempla un instant sa main tachée de sang, puis releva la tête pour voir ce qu'il était advenu du jeune garçon.

Chôjirô était à genoux. Shigekuni avait largement démontré sa supériorité, son Bankai n'était pas encore aussi fort que Ryujinjakka. Il était essoufflé et en sueur ; maintenir et manier ce Bankai l'avait vidé de son énergie. Il n'eut d'autre choix que d'éteindre son Pavillon de foudre s'il ne voulait pas tomber dans les pommes. Shigekuni fit quelques pas très lents vers lui, et le regarda de toute sa hauteur. Chôjirô devait se sentir bien minable en comparaison, en tout cas c'était ce qu'exprimait le visage qu'il affichait. Yamamoto parla ; Sasakibe fut surpris de ses paroles, car il s'était attendu à une raillerie méprisante et désobligeante... Au lieu de cela, celui qu'il idolâtrait s'attarda sur l'exploit de son Bankai ; l'avoir blessé à la tête.

« Eh bien, je souffre... Cette plaie que tu m'a faite est vraiment profonde... »

Il espérait secrètement qu'elle allait bientôt disparaître. La dernière cicatrice qu'il avait reçue lui avait porté tort en lui attirant ce foutu sobriquet qu'affectionnait tant Chôjirô. Il tendit la main à celui-ci pour l'aider à se relever. Celui-ci ne déclina pas l'offre ; il devait être bien fatigué. Yamamoto poursuivit :

« Ton Bankai est excellent, Chôjirô. Il a un potentiel énorme, et tu pourrais te distinguer au plus haut point avec lui. Mais ce Bankai est celui d'un enfant ; il est immature et encore approximatif. Il a plutôt l'air d'un jouet très amusant, capable de détruire sans trop de subtilités, pas mal pour débuter. Tu dois toutefois le perfectionner pour qu'il atteigne le réel niveau que mérite un Bankai, et il y a du travail. Ne le prends pas mal, surtout ; je dis cela pour ton bien. »

Alors que Shigekuni s'attendait à ce que le sourire de Chôjirô s'affaisse, et qu'il baisse la tête, dépité et perdu. Mais au contraire, il sourit de plus belle, lâcha un rire, et répondit :

« Vous avez raison, Eijisai-dono ! Je ne pourrais pas mieux dire, et je tâcherais de suivre vos conseils, c'est la moindre des choses si je veux être votre bras droit. »

Il continuait à déborder d'enthousiasme et de motivation. Il ajouta :

« C'est pourquoi je passerais le restant de ma vie à améliorer ce Bankai pour qu'il vous soit utile ! »

Surpris, « Eijisai » resta muet quelques instants. Puis, son visage généralement bougon s'éclaircit pour se fendre d'un large sourire. Fier, il serra l'épaule de Chôjirô de sa main gauche et déclara :

« Je t'ai méjugé, Sasakibe Chôjirô. Tu es fier et déterminé, deux qualités que je m'efforce d'enseigner à mes jeunes disciples. Et tu es fort. Ta tâche ne sera pas facile, car je suis exigeant, mais je pense que tu es digne de m'assister. C'est décidé : tu seras mon bras droit. »

« Mouhahahaha ! »

Yamamoto « Genryûsai » fut tiré de sa rêverie par un rire grossier. Celui qui était à présent Capitaine-Commandant du Gotei 13 se tenait deux millénaires plus tard face à un ténor de l'armée des Quincy du Vanden Reich... Le Stern Ritter « O », the Overkill, Driscoll Berci... Celui qui avait volé le Bankai bien-aimé de Chôjirô avant de le tuer. Cruel, il l'humiliait même au-delà de la mort en utilisant Kôkô Gonryu Rikyuu contre Eijisai-dono. Las et malheureux, Genryûsai recevait les éclairs de plein fouet sans rien faire, passif et silencieux. Il se contenta simplement de refuser l'aide du Vice-Capitaine de la 9e Division, Hisagi Shuuhei. Ce qui sembla beaucoup amuser son adversaire.

« Hé bien, vieux débris ? Le Capitaine-Commandant n'a même pas la force de se battre contre le Bankai de son subordonné ! C'est pathétique ! Allez, meurs tout simplement ! »

Et il reprit de plus belle ses assauts minables. Quelle honte, mais quelle honte... Ce Bankai qui lui avait tracé une cicatrice sur son front encore présente deux mille ans après lui semblait mou et ne lui faisait pas le moindre mal dans les mains de ce Quincy maladroit et arrogant. Yamamoto ne ressentait pas la moindre douleur physique, mais son cœur, lui, hurlait de douleur en voyant le terrible gâchis que causait le Stern Ritter en utilisant si mal le pouvoir de Chôjirô, que le Capitaine-Commandant avait l'impression d'entendre gémir d'humiliation par delà le trépas.

«  Ha ha ha ha ha ! Quel vieillard inutile...

- Chôjirô... »

Le Quincy se tut. Il ne devait pas s'attendre à ce que Yamamoto soit encore capable de parler, et qu'en plus il s'adresse au Vice-Capitaine qu'il avait occis. Il écouta le Capitaine-Commandant continuer :

« Tu dois être mortifié, Chôjirô. Je peux entendre et comprendre ta colère... »

Il ne se rabaissait même pas à parler à ce meurtrier faiblard. Il laissa sa peine et sa colère exploser dans une ultime phrase :

« Le Bankai que tu as mis tant de temps à améliorer... N'ETAIT PAS AUSSI FAIBLE !!! »

Yamamoto Genryûsai Shigekuni dégaina Ryujinjakka, et en un unique revers, sans lui laisser le temps de seulement se rendre compte de ce qui lui arrivait, brûla de ses flammes le Stern Ritter « Overkill » jusqu'au squelette.
Car tel était le châtiment reçu par quiconque provoque le courroux du Gardien de l'enfer, qui réduit tout en cendres !



-------------------


Description de l'arme ou du pouvoir :
Le Zanpakutô de Yamamoto se nomme « Ryujinjakka », ce qui signifie « Lame coulante du feu de la jeunesse ». Il s'agit du plus ancien et du plus puissant des Zanpakutô de feu, et d'ailleurs du Zanpakutô qui a la plus grande force offensive. Il a le pouvoir de créer des flammes destructrices depuis sa lame, qui réduisent en cendres tout ce qu'elles touchent. Genryûsai a le pouvoir d'en créer autant qu'il veut, et de les manier pour détruire l'ennemi, mais Ryujinjakka a d'autres facettes que cette technique « principale » :
- « Ryujinjakka le Premier : Nadegiri » (peut être traduit par « exécution »). On a du mal à comprendre en quoi consiste cette technique, qui ne produit pas de flammes, mais on sait qu'elle a eu la force de découper en deux Ayon,une créature qui est venue à bout de plusieurs Vice-Capitaine toute seule
- « Joukaku Enjô » (Forteresse de flammes) : Ryujinjakka peut créer une grande prison de flammes dont on ne peut s'échapper et qu'on ne peut pénétrer sans être réduit en cendres. Joukaku Enjô est temporaire, mais il peut largement durer quelques heures.
- « Ennetsu Jigôku » (L'Enfer brûlant): Genryûsai créé de nombreux et immenses piliers de feu, qui, en se rapprochant petit à petit, viennent rôtir quiconque se trouve au centre du cercle qu'elle forme.


Le Bankai de Yamamoto Genryûsai Shigekuni est « Zanka no Tachi » (Longue épée de la flamme perpétuelle). Lorsqu'il est activé, toutes les flammes créées par Genryûsai disparaissent, pour venir calciner la lame de son sabre, qui a désormais rétréci et est recouvert d'une croûte noirâtre chaude. Ce Bankai est en quelque sorte parfait, car il allie une technique de combat rapproché (Est), une technique de défense (Ouest), une technique d'attaque à distance (Nord) et une technique de submersion de l'ennemi (Sud). Décrivons donc les pouvoirs de ces 4 points cardinaux.

- Zanka no Tachi, Est : Kyokujitsujin. L'intégralité de la chaleur des flammes de Genryûsai est concentrée sur le tranchant de sa lame. Avec une telle chaleur, elle anéantit tout ce qu'elle touche instantanément, sans laisser la moindre trace, et surtout pas des flammes, comme ce Bankai le faisait il y a 1000 ans.
- Zanka no Tachi, Ouest : Zanjitsu Gokui (Manteau du soleil persistant). Genryûsai semble revêtir toute une armure de flammes ; en effet, il a créé un champ de protection tout autour de lui, qui accumule une température de 15 millions de degrés, soit la température du soleil, qui semble être descendu du ciel pour le protéger ! Avec une telle armure, rien ne peut toucher Yamamoto. Les flammes qui semblent la composer en réalité n'en sont pas ; en effet, une chaleur aussi extrême ne peut pas être visible sous la forme de flamme. En réalité, c'est l'extraordinaire énergie dégagée par le reiatsu du Capitaine-Commandant qui fait ressembler ce reaitsu à des flammes !
- Zanka no Tachi, Sud : Kaka Juman' Okushi Daisojin (La grande armée des 10 000 milliards inhumés par les flammes). Yamamoto utilise les cendres de tous ceux qu'il a tué avec son Zanpakutô pour ranimer leurs squelettes sur terre ; ils deviennent les extensions de ses membres, et ils lui obéissent, pour que ses ennemis soient réduits en poussière !
- Zanka no Tachi, Nord : Tenchi Kaijin (La terre et le ciel brûlés jusqu'aux cendres). Le Capitaine-Commandant peut envoyer une énorme flamme depuis une dizaine de mètres qui détruit tout sur son passage.

Zanka no Tachi a une grande faiblesse ; il est à temps limité, car si Genryûsai le laisse brûler trop longtemps, sa chaleur pourrait détruire le Shinigami lui-même... et toute la Soul Society avec lui !

Mais Yamamoto n'est pas réputé être le plus puissant des Shinigamis uniquement parce qu'il possède un Zanpakutô tout-puissant ; en effet, il est extraordinairement doué dans tous les domaines de combat des Shinigamis.

- Shunpô : Il est si rapide qu'il peut rattraper en une seconde deux des meilleurs Capitaines du Gotei 13, Ukitake Jyûshiro et Kyouraku Shunsui à la course, et ce en leur laissant une bonne avance ! Il prétend qu'il a acquis cette vitesse à force de courir après eux pour leur flanquer des fessées.

- Combat à mains nues : Agile, rapide et efficace,et grâce à sa musculature déroutante, les coups de Yamamoto sont dévastateurs, et peuvent détruire la chair de n'importe quel Hollow, y compris de puissants Arrancars. On l'a vu arracher les membres de Wonderweiss Margera à la seule force de ses bras. Il affectionne deux bottes spéciales : « Ikkotsu » (Os unique), qui consiste à donner un coup droit, et « Sôkotsu » (Os double) qui consiste à donner deux coups de poins simultanés.

- Kidô : Genryûsai excelle en la matière. Même à terre et grièvement blessé, il peut balancer des sorts de Kidô de niveau 90 et plus, y compris des techniques interdites, comme le « Ittô Kasô ».



Un peu 
de vous



Comment avez-vous connu le forum ? : Au hasard !  


Quelle est votre expérience dans le rp ? : Hum, je fais partie d'un autre forum RPG depuis près de 2 ans, je m'y amuse bien, mais je tairais son nom ! ;) Donc je pense avoir une bonne expérience.  


Quelque chose de particulier à dire ? : Chôjirô est mort... Mais qui va me donner mes gouttes ?


Souhaitez vous que votre présentation soit publique ou masquée ? : Publique !


Dernière édition par Yamamoto Genryûsai le Mer 24 Juil - 3:04, édité 1 fois
avatar
Uryuu Ishida

_________________
Quincy

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Autres
Niveau:
71/100  (71/100)
Points:
11/80  (11/80)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Que tout soit réduit en cendre, je suis Yamamoto Genryûsai !
Mar 23 Juil - 18:53

Bonjour ! Ton Test RP est très réussi ! Te voila validé ! ^^
Je t'invite à rapidement poster ta fiche technique pour ensuite répondre à la suite du RP de l'event d'intro !
Bon RP sur BW !





Sujets similaires

-
» Idée pour le 1er avril 8D / AIDE PLUS QU'APPRECIE POUR QUE TOUT SOIT PRET ! TT
» Quand on veut être sûr que tout soit bien fait alors, on doit le faire sois-même.
» Les gifs rigolos
» J'ai pas tout capté c'est pas grave, j'suis toujours en décalage toute façon
» présentation Nuage d'orage tout fini !!! J'attend le temp qu'il faudrat pour qu'elle soit validé
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération