Un étrange recueillement
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



Un étrange recueillement

Invité






MessageSujet: Un étrange recueillement
Dim 14 Oct - 23:35

La résonnance sur un sol terreux de pas lents mais réguliers se laissait emportée par un vent faisant tournoyer quelques amas de poussière à travers ce paysage rocailleux, paysage porteur d’un souvenir des plus capitales pour le Shinigami nouvellement revenu qui en foulait les terres. À chaque pas nouveau correspondait l’arrivée de souvenirs supplémentaires qui reconstituaient de plus en plus clairement une nuit d’hiver placée sous l’étoile de la tragédie, une scène dont les détails étaient aussi nets et limpides pour Chrisaor que le cristal…un cristal pourtant noirci de manière irréversible pour certains acteurs de ce souvenir en raison de la trace inéluctable laissée par ces évènements.

C’était justement du lieu épicentre de ce souvenir lointain que se rapprochait l’ancien membre de la 5eme division, un léger sourire se dessinant de plus en plus au fur et à mesure qu’il s’approchait de cette zone au pied de la falaise du Sokyoku, berceau de la mort d'un homme dont le sort était si fortement relié au Zanpakûto que Chrisaor tenait de sa main droite. Enfin arrivé à l’endroit où, tant d’années en arrière, était étendu sous le reflet d’une lune sanglante le corps du Shinigami nommé Koren Sérénès dépouillé de son Soul Cutter,le Voltury arrêta alors sa marche, le regard fixé sur ce sol balayé par un vent légèrement plus fort faisant virevolter son manteau aux reflets rouge. Le Maître des Masques marqua une pause, puis se retourna pour être dos à l’endroit précis de ce souvenir funeste, fixant le ciel avant que son regard de s’abaisse à plus basse hauteur dans le vide et qu’il prenne la parole comme s’il s’adressait à une entité invisible. Il prit alors un ton particulier comme pour se justifier d’une action surprenante dont il devait se défendre.


- Et bien quoi ?! Que croyais tu mon cher Koren? Que je n’allais pas faire un retour symbolique sur le sol de ta mort, à l’image d’un acte théâtrale où le sublime personnage principal donne une profondeur sentimentale à son histoire, émouvant ainsi un public touché par tant de beauté dans ce geste? Ce serait mal me connaître…ne crois tu pas? Cet endroit est tout indiqué !

* Marque une pause et ferme les yeux *

- Ou peut-être est-ce parce que je ne sais même pas si l’on t’a érigé une sépulture que tu aurais trouvé décente, et où elle se situe précisément... car je t’avouerai que ce n’est pas le genre d’information que l’on avait autorisation à connaître ou même à demander tant elle sortait du cadre de notre mission. Peut-être qu’effectivement, ce lieu est le seul endroit de recueil qui me soit connu. Hum…Officiellement, nous garderons comme motif mon irascible tendance au théâtralisme, car les apparences passent avant tout n’est-ce pas?

Laissant un silence planait, l’homme aux parures écarlates finit par exprimer un long soupir avant de n’ouvrir les yeux à nouveau pour continuer sa tirade d’une voix malgré lui légèrement plus sérieuse.

- Notre vie ces dernières années n’a pas été de tout repos, tu sais…Tu as légué derrière toi une quête capitale et un bien lourd fardeau. Tu sais pourtant à quel point j’ai horreur de ce genre de responsabilité, du caractère sérieux et pesant que de telles circonstances incluent! Si je n'avais pas connu ton adoration de la vie, j’irai même jusqu’à affirmer que tu l’as fait exprès ! Oui…bien que la douleur et l’amertume puissent être de puissants moteurs pour la beauté d’une scène, c’est un voile épais et lourd que tu as fait voler sur le colisée de nos vies. On peut y trouver une forme d‘amusement il est vrai, mais à quel prix? Ma foi! Cela me permettra peut-être aujourd’hui de mieux simuler ces écorchés vifs aux histoires tristes rendus si attractifs pour certains publics... Mais qu’importe! Trêve de bonnes manières, bien que j’attache un art particulier aux formes, tu as toujours été quelqu’un qui aime aller à l’essentiel et au plus vite, je vais donc respecter cela mais uniquement par empathie pour ton sort. Et je vais aller moi aussi à l’essentiel en te tirant une révérence que tu aimeras particulièrement, j‘en suis certain...

C hrisaor pivota à nouveau pour être face à l’endroit précis du décès passé de Koren et ôta le tissu cachant le Zanpakuto qu’il tenait depuis son retour, tirant effectivement une gracieuse révérence qu'il acheva sur une position particulière puisqu’il plaça son genou gauche au sol et planta légèrement le Zanpakûto pourpre dans la terre en l’inclinant comme pour le montrer à quelqu’un. Il reprit la parole aussitôt à l’image de ces personnes qui ne laissent pas le temps à leur interlocuteur de réagir, sur un ton pour le moins…théâtral.

- Non! Ne dis rien ! Je peux sentir déjà d’ici la forme ébahie de ta bouche spectrale se demandant dans le plus grand étonnement « Mais comment a-t-il réussi?! » et je te répondrais « Mais comment as-tu pu penser une seule seconde que je n’y parviendrai pas?! ». Tu pensais vraiment que j’allais laisser Bleiz le récupérer la première en passant devant moi? Et ainsi ne pas pouvoir admirer cette expression agacée sur son visage? La voir perdre à chaque fois nos paris me déconcerterait presque…si ça ne m’amusait pas autant!

Laissant échapper un rire taquin, son regard dévia sur la droite pour s'arrêter sur l’étrange Zanpakûto de son ami défunt qui émanait d’une aura énigmatique et plus forte depuis leur présence sur le dernier lieu que son propriétaire avait foulé avant sa mort.

- Elle nous a donné bien du fil à retordre…mais ma parole est d’or…enfin, selon les circonstances bien sûr… * sourire en coin *. Comme promis, voici la preuve que ta mémoire a été honorée et ta volonté accomplie. Tu peux te libérer d’un poids, ce fragment de ton âme va reposer également en paix et ne sera pas utilisé pour détruire ce que ton cœur parfois trop enflammé a voulu ériger et protéger. Oh oui, inutile de me remercier, car ce parcours a été pour moi également une source d’inspiration. Quel lyrisme…peut-être devrais-je en écrire une pièce? Avec des costumes aux couleurs flamboyantes, un décor à la fois intriguant et captivant, et bien entendu un public subjugué par la beauté d’un héros au destin tragique tel que toi!

Soupirant à nouveau en marquant un élan créatif qu’il valait mieux couper, il reprit sur un ton plus terre-à-terre et moins joueur.

- Ou peut-être vaut-il mieux à présent en rester là pour que chaque acteur de cette vieille pièce puisse tourner la page sur cette belle histoire que nous avions écrite de jour en jour par nos paroles, nos actions, et nos souvenirs. N’ai pas d’inquiétude Koren…ton Zanpakûto «Celestia» va s’endormir à son tour pour te rejoindre…

Chrisaor se releva, époussetant légèrement de ses gants en cuir les quelques traces de terre incrustées au bout du Zanpakûto pourpre. Il continua avec une certaine hâte.

- Et bien, et bien! Même si de là où tu es, j’imagine que ta nouvelle mort te va à ravir, je me dois cependant de mettre un terme à notre entrevue. Car même ici le temps continue de passer, et je ne peux disposer comme je veux du mien. Ma mission est terminée et il me reste donc une dernière tache précise à accomplir, même s'il était évident que j'allais auparavant venir te montrer l’aboutissement de tant d’années mouvementées. Je suis d’ailleurs surpris qu’on ne soit pas déjà venu me trouver depuis mon arrivée, quoi que cela peut se comprendre étant donné que je connais depuis longtemps la route du Goteï 13. Koren, il me faut à présent ramener Celestia au Commandant Suprême. Et je terminerai enfin cet acte en te souhaitant de reposer l’âme tranquille…mais pas trop non plus, car la monotonie est l’ennemi des ardeurs les plus vives d’un cœur, même mort ! Ne l’oublie jamais !

Se retournant et entamant sa marche en s’éloignant de ce lieu symbolique, l'incorrigible stratège ajouta de dernières paroles.

- J’imagine que de nombreuses choses ont changé en tant d’années, mais aussi que certaines demeureront toujours…Je te dis donc Adieu vieux compagnon…ou bien à plus tard, si le rideau de ma propre vie décide de s’abaisser soudainement sans m’avertir…

Ce qui avait pu passer pour un monologue loufoque, narcissique et burlesque était en réalité un moment de vérité fort que Chrisaor avait la manie de masquer par ses attitudes théâtrales et légères. Une beauté particulière émanait vivement de ce qui venait de se dérouler. Laissant raisonner un rire fin dans l‘air, le Shinigami au mille illusions quitta les pieds de la colline du Sokyoku pour se diriger vers le Goteï 13. Il devait se rendre au plus vite dans la Première Division où il était par logique convoqué pour annoncer les fruits d’une mission réussie. Y verrait-il le Commandant Suprême Yamamoto Genryusai ?Son vice-capitaine ? Ou une autre personne chargée de la même autorité? À quel degré les choses avaient-elles changé au Sereitei? Ainsi s'élevaient autant de questions qui allaient bientôt trouver réponses…






Sujets similaires

-
» Un bien étrange rêve...
» Une étrange découverte
» Visite étrange en début de nuit
» Par un étrange hasard... [RP Darren - Kelsey]
» Un étrange colis
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération