[Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



[Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]

Invité






MessageSujet: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Dim 12 Aoû - 20:14

À la Soul Society, et plus notamment en temps de paix comme à ce jour, les Shinigamis ont pour habitude de se détendre selon leurs propres envies. Enfin, ce cas s'adresse plus particulièrement aux officiers et à quelques lieutenants puisqu'en général les capitaines ont toujours du travail à fournir. Quelle vie de fou n'empêche ! C'était dans ce genre de cas que le blond de la sixième division était heureux de ne pas encore être un haut gradé. Sa position lui convenait tout à fait, d'autant plus qu'il figurait parmis les plus forts soldats. Enfin bref, là n'est pas la question. Pour en revenir au sujet, le petit homme qui répondait au nom de Konrad avait pour divertissement des activités qui dépassaient l'imagination des plus sages. Encore jeune et fougueux, Konrad était donc ce genre de type à faire des choses un peu bizarres, voir assez extravagante parfois, tant bien qu'il arrivait assez souvent qu'on le prenne pour un fou. En ce moment même par exemple, le mec branché qu'il représentait était pourtant en train, semble-t-il, de se chamailler avec un... Oiseau ?! Oui c'est bien cela, Konrad se disputait vaguement avec un piaf sur un sujet pour le moins dérisoire.

« Écoute moi volatile ! T'as intérêt à rapidement me rendre mon biscuit, enfin, ce qu'il en reste. J'ai le bras long tu sais, je connais un loup qui pourrait te déguster en un rien de temps. »

Bon, visiblement Konrad était tombé sur une bête à plumes plutôt coriace, l'expression quasi inexistante de ce dernier le prouvant assez bien. Adversaire petit, mais téméraire. Le jeune shinigami ne se laissa pas intimider pour autant. Très bien, aucune raison de réfléchir midi à quatorze heure, il fallait agir et vite ! Et grimper sur cet arbre semblait être la meilleure solution envisageable. S'immisçant ainsi dans le rôle d'un agent secret, Konrad scrupta brièvement les alentours de droite à gauche afin de voir si personne ne l'observait. Bah quoi, on avait beau le connaitre depuis quelques temps maintenant, ce n'était pas une raison suffisante pour passer (encore) pour un con. De son agilité exemplaire, il enjamba alors la première branche, contourna la seconde aussi vivement qu'un félin, et atteignit la troisième en un temps record. Avant même qu'il ne puisse s'en rendre compte, le 4ème siège était parvenu au sommet de l'arbre, désormais à quelques centimètres du voleur de biscuit. Ce qui les séparait n'était qu'un obstacle mineur, une branche bien fourni en feuille qui dissimulait tout le paysage. Arrivé à sa hauteur, il s'en débarrassa en levant d'un coup sec la dixit branche. Ce à quoi il ne s'attendait pas en revanche, c'était de se faire éblouir par l'intense lumière du soleil qui brûlait à pleins feux. Par réflexe, il ferma les yeux et avança tout doucement en tâtant la branche, peu solide mais sûrement suffisante pour son poids, afin de donner une leçon à ce prédateur. Lorsqu'il arriva enfin à lui, Konrad fut passionné par la vue sublime que lui confiait la nature. En effet, en dessous de l'arbre, derrière une immense barricade de bois se dressait les sources chaudes qu'empruntaient les femmes en cette saison. Un large sourire se dessina ainsi naturellement sur ses fines lèvres, heureux d'avoir atterri ici.

« En fin de compte t'es pas si mauvais, tu serais pas un ange par hasard ? »

Il lui suffit d'un instant pour se rendre compte qu'il n'était déjà plus là.

« Bah tant pis, j'ai plus important à faire. »

C'était bien beau tout ça, mais comme il distinguait assez mal les belles créatures de ce monde, le shinigami se pencha juste un peu pour échapper au soleil. Faux geste, mauvaise manipulation ou erreur tactique, appelons ça comme on veut puisque la branche se brisa finalement sous son poids, atterissant directement en plein plongeon dans la source. Brûlant de désir ou... D'autre chose, Konrad expulsa rapidement sa tête de l'eau en éjectant une partie du liquide par la bouche. Une chose est sûre, il se souviendra éternellement des regards menaçants de toutes ces femmes posés sur lui, prêtes à le massacrer. Il les salua, au moins pour calmer le jeu.

« Coucou les filles, vous êtes ravissantes dans cette tenue. Sérieusement, vous devriez la porter plus souvent. »

Échec cuisant, car en deux secondes, le voilà poursuivi par des dizaines de furies prêtes à l'étrangler. Heureusement pour lui, l'homme trouva refuge dans un bâtiment, désert certes, mais en sécurité. La lumière étant éteinte, il n'y voyait pas grand chose, d'autant plus qu'il avançait lourdement à cause de l'eau qui avait submergé ses vêtements. Palpant les murs à la recherche d'un possible moyen d'éclairer, Konrad s'immobilisa aussitôt sur place lorsqu'il entendit des bruits de pas. Merde, qui pouvait se trouver ici à part lui ?! L'unique alternative qu'il trouva idéale pour s'en sortir fut de rester figé comme une statue. Qui sait, ça pouvait fonctionner.





Dernière édition par Konrad Garyu le Mer 12 Sep - 22:57, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Mer 15 Aoû - 0:58

Avachie sur son bureau, l’air profondément ennuyée, Rangiku observait sa pile de dossiers à mettre à jour.
Il ne fallait pas croire.
A ce moment précis… Elle était à fond.
Tout du moins mentalement, elle dépensait une énergie considérable à tenter de s’auto-encourager en vue de simplement commencer à bouger un doigt. Le fait de penser à travailler était un exploit en lui-même chez la vice-capitaine. Si elle s’était écoutée, elle aurait volontiers séché ses devoirs pour profiter d’une belle journée ensoleillée. Mais son pauvre petit capitaine lui avait déjà mâché les trois quarts du boulot, aussi, par pure bonté d’âme (car oui, elle était gentille quand même), Matsumoto s’était convaincue, sans trop savoir comment, que lui donner un coup de main lui ferait surement plaisir.

*Vas-y… Tu peux le faire… Tends le bras et attrape la première feuille…*

L’action était lancée. Dans son enthousiasme, elle attrapa à la volée DEUX feuilles, de quoi lui mettre une énorme pression dès la première minute de travail. Nulle angoisse à avoir, elle serait à la hauteur de son grade ! Et ce serait avec passion qu’elle accomplirait son devoir !! Elle entreprit à la hâte de s’armer d’un crayon, et se mit à lire la première ligne d’un texte administratif usant de termes aussi barbants qu’incompréhensifs. La première phrase fut lue d’une traite… Et l’égarement dans le regard de la shinigami dénota un manque de concentration flagrant.
Plutôt que de lire consciencieusement, voilà qu’elle fantasmait sur une soirée de beuverie, où le capitaine Hitsugaya, plutôt que de venir maugréer comme à son habitude sa mauvaise humeur quant au comportement de sa vice-capitaine et au travail non-fait, lui lançait des pétales de roses et l’inondait de compliment.

Reportant son attention sur les bouts de papiers, Rangiku soupira. C’était vraiment décourageant de travailler par une journée aussi belle… Aussi, il était temps de faire une pause ! Une pensée qui boosta considérablement son rythme de vie. Une seconde après avoir quasiment fait voler dans tout le bureau les dossiers à classer, elle était déjà dans les ruelles du Sereitei, cherchant du regard quelque chose d’intéressant à faire. Très vite, elle tomba nez-à-nez avec… Une publicité. Les sources d’eau chaudes offraient une réduction spéciale pour toutes les femmes du signe astrologique de la Balance. Mais… Voilà qui tombait à pic ! Ni une ni deux, elle fonça aux Bains, oubliant complètement au passage le travail qu’elle n’avait presque pas commencé…

Joie intense. Extase absolu. Nul ne saurait décrire avec précision ce que l’onde brulante pouvait apporter à la jeune femme. Les vapeurs parfumées faisaient obstacles aux tracas du quotidien, les clapotis de l’eau offraient de bien plus agréables paroles qu’un subordonné faisant le rapport de sa journée… Et la légèreté provoquait par l’absence de pesanteur mettait un point d’honneur à faire oublier tous les malheurs d’une vie.
C’était un environnement que Matsumoto aimait par-dessus tout. Il était fort dommage, que, même en insistant fortement auprès d’Hitsugaya, celui-ci ne daigne pas y faire un tour avec elle. Bah elle le savait prude, il grandirait un jour ou l’autre.
En attendant, elle se mit à lire un magasine. Son signe astrologique venait de lui offrir un beau cadeau, il était nécessaire, selon elle, de le consulter de façon plus précise !

Balance, pas un nuage dans votre vie, de bonnes surprises sont au rendez-vous ! Soyez cependant sur vos gardes, quelques petits problèmes pourraient vous tomber dessus. Notre conseil : ne vous laissez pas marcher sur les pieds !

Voilà qui promettait. Et il fallait reconnaître qu’ils étaient forts, ceux qui écrivaient ces bêtises, car voilà qu’un énergumène sorti tout droit d’un arbre se jeta honteusement au milieu des dames prenant tranquillement leur bain. Scandaleux ! Tout simplement scandaleux ! Et non content de les voir en tenue d’Eve, le voyeur se permettait une réflexion !

Attrapant un peignoir tout en zieutant la direction qu’avait empruntée le fuyard poursuivi par quelques femmes déterminées à lui faire mordre la poussière, la vice-capitaine se lança à sa poursuite. Il n’allait pas s’en tirer à si bon compte ! Faisant le tour de la demeure, Rangiku entra par la porte opposée à celle que venait d’emprunter l’Obsédé carrément immoral. Il ne devait pas être loin. Diable, qu’il faisait sombre par ici… Avançant prudemment, elle passa devant une statue, fit deux mètres puis tendit l’oreille. Le fourbe devait se cacher…

Plic... Ploc…

Le bruit était tout près !

Plic… Ploc…

Ca y était… Elle venait de repérer le forban. Il s’était déguisé en statue, le vil gredin ! Faisant mine de partir dans la direction opposée, elle s’éloigna un peu, pour finalement se retrouver derrière le Débauché en un claquement de doigt (le shunpô aidant, bien évidemment).

- Alors comme ça on aime bien se rincer l’œil ? Demanda d’une voix glaciale la shinigami…

PS : désolée s'il y a des fautes, j'ai posté pour pas faire attendre ^^. Je suis absente jusqu'à lundi prochain ! A très vite ;)
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Mer 15 Aoû - 2:17

"Houuuuuuuuuuuuaaaaaaaah..."

C'était bel et bien un baîllement qui se fit entendre dans une rue du Seireitei. Journée ensoleillée, chaleur agréable, une petite brise légèrement fraiche soufflait sur le visage d'un jeune shinigami aux cheveux blanc immaculé. Celui-ci, qui avait un brin d'herbe dans la bouche, s'ennuyait à en mourir. Quasiment sur le point de s'endormir, le neuvième siège de la division sous les ordres du capitaine Kenpachi vit un spectacle des plus pitoyables. Un shinigami blond, que Vergil semblait avoir déjà aperçut, se faire littéralement courser par une horde de femmes complètement trempées de la tête aux pieds autant lui que ses poursuivantes. Puis, plus discrètement que les dizaines de furies, une silhouette féminine appétissante et généreuse semblait traquer elle aussi le blondinet. Des doutes s'installèrent dans l'esprit de Vergil à ce moment précis, car cette femme lui parut familière. Se disant que ça devait être son imagination, il reposa sa tête sur ses mains et se remit à contempler le soleil et le ciel azuré.

Il prit ensuite son Zampakuto, le sortit de son fourreau, prit aussi un petit bout de tissu imbibé d'alcool de sa poche, allez savoir pourquoi il avait celà dans sa poche, et commença à nettoyer la base de la lame de son sabre. Le "Wanted" de tout à l'heure réapparut quelques minutes après, toujours en train de courir. Il entra en hâte dans le bâtiment où Vergil avait décidé de s'installer. La shinigami alléchante arriva devant ce même lieu et prit le même chemin.

*Mais cette impression...Ce visage... Mais oui, c'est... !!!*

Il se releva, s'étira tous les membres puis sauta du toit pour en descendre. Il poussa légèrement et silencieusement la porte d'entrée. Il y pénétra à son tour, puis il entendit au détour d'un couloir sombre :

"Alors comme ça on aime bien se rincer l’œil ?"

Il n'avait alors plus aucun doute, cette voix appartenait bien à celle qui lui avait permis d'intégrer la Soul Society quelques années auparavant. Un léger sourire se dessina alors au coin de ses lèvres. Il sentait le Réiatsu des deux autres personnes présentes plus ou moins s'intensifiés, sous le coup de la peur et de la colère sans doute. Il se repéra aux sons émient par les gouttes d'eau qui percutaient le sol les unes après les autres. Puis, lorsqu'il réussit à disserner la silhouette de sa sauveuse, il déposa sa main sur son épaule.

"C'est une sacrée surprise, Rangiku Matsumoto-San..."

Il en profita aussi attraper le kimono de l'individu en fuite histoire de rattraper une partie de sa dette envers le lieutenant de la dixième division.

"Quant à toi... Je pense qu'il vaut mieux éviter de bouger d'ici..."
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Sam 18 Aoû - 13:18

Comme d'habitude, Konrad s'était fourré dans un sacré pétrin, lui qui voulait simplement observer la beauté de la nature, voilà bien qu'il était maintenant en train de s'évader comme un terroriste en plein jour de fête. Il n'avait rien fait de rien mal c'est vrai, excepté le fait d'avoir pénétré un lieu interdit pour les hommes et causés quelques dégâts mineurs lors de son plongeon bien sûr, mais à part ça, aucun dégât. Lors de sa course pour la survie, le jeune shinigami ne s'était pas rendu compte qu'on l'avait suivit. En général, il ignorait ce détail puisqu'il échappait la plupart du temps à ses agresseurs. Enfin, là c'était clairement différent puisque à priori, seule une femme était en mesure de l'arrêter. D'un point de vue technique, ce n'était peut être pas si négatif que ça en avait l'air.

De toute évidence il ne pouvait pas aller bien loin, et ce principalement dû à ce kimono qui ne lui permettait pas de se sentir à l'aise, comme il l'aurait été avec sa tenue humaine. Cependant, ce n'était vraiment pas l'heure de se plaindre, en tendant l'oreille davantage, Konrad pût entendre quelque chose. En y prêtant attention, il comprit bien vite que c'était des gouttes d'eau qui s'écrasaient au sol. Ahah ! Quelqu'un était tout proche, pas folle la guêpe ! Ah ben non... En fait c'était lui qui causait ce bruit à cause de son kimono un peu trop humide pour le coup. Ah quel enfer ! Au moment où il daignait enfin s'échapper après s'être rendu compte de cette erreur, le shinigami fut surpris d'une brassée d'air derrière son dos. Quelqu'un venait d'apparaître à cet endroit, et bien que sa voix apportait une touche glaciale, il n'en demeurait pas moins qu'elle en restait charmante.

Malheureusement, alors qu'il aurait pû tenter son plan drague afin de s'en sortir avec tous les bénéfices du monde, la voix d'un homme qui lui parut tout de suite moins sensuelle fit elle aussi surface, et quelques secondes après, le 4ème siège fut immédiatement saisi par ce dernier, sans doute pour aider la femme dans sa quête qui consistait à égorger un homme tel un pauvre poulet qui cherche la liberté. Que ce monde est cruel mine de rien... Enfin, bon, c'était vraiment pas le moment de se laisser aller ! Dans l'intention de se défaire de l'emprise de l'intrus, Konrad se retourna d'abord pour faire face aux deux individus et WOUAAH !!! Mais quel paire de *BIIIP* ! Oh oui, si ça c'était pas une femme alors il n'y connaissait plus rien, ou alors c'était un homme avec une malformation très gênante, un genre d'homme-chameau quoi, mais c'était clairement pas possible. D'ailleurs, même pour une femme cela semblait fou. Mettant quelques instants avant de reprendre ses esprits, Konrad se présenta avec politesse, avec les mots du digne gentleman qu'il est.

« Oh, je suis profondément désolé. Je pensais pourtant que vous étiez deux, mais certainement pas quatre. Vos deux amis sont discrets, comment s'appelent-ils ? »

Oui bon ok ! C'était pas la première image qu'on se faisait d'un gentleman il faut l'admettre, mais il n'avait pas pû s'empêcher de faire cette commentaire. Après tout c'était un peu comme des animaux, ils avaient aussi des sentiments... *hum*, bon, pour en revenir à m'essentiel, Konrad se débarrassa de la main qui le tenait en fouettant celle-ci d'un revers de main, puis il posa rapidement un genou à terre avant d'utiliser un Shunpo pour passer entre les mailles du filet. Il s'était suffisamment écarté sans pour autant prendre la fuite une seconde fois. Tout ce qu'il voulait faire, c'était s'expliquer sereinement avant de songer à une solution plus radicale, comme les pleurs ou la supplication par exemple. Mais ça c'était vraiment en dernier recours, pas de panique ! Maintenant qu'il se sentait un peu moins étouffé, le blondinet donna une réponse à l'autre blondinette.

« Me rincer l'oeil, moi ? Mais jamais ! Ces filles m'ont simplement demandé de les rejoindre, alors comme je suis sensé aider la femme et l'orphelin, mon cœur n'a pas pû dire non vous comprenez. Je l'admets oui, je suis faible d'avoir accepté de me faire manipuler de la sorte. »

En terme de crédibilité, Konrad n'avait jamais fait pire scénario. Il avait surtout l'air d'être un acteur sous-payé qui jouait dans une comédie pas très cohérente, mais sait-on jamais, il pouvait toujours faire gober ça, non ? Quoiqu'il en soit, il continua sur sa lancée en changeant de sujet avec un naturel impressionnant. À croire que tout cela l'amusait, ce qui n'était pas faux d'un côté.

« Sinon, vous êtes libres de prendre un verre beauté ? »

Il se tourna ensuite vers l'homme en lui souriant. Un sourire un tantinet narquois.

« Et vous monsieur, vous pouvez allez agripper d'autres mecs s'il vous plaît ? Je suis certain qu'un tas d'entres eux aiment se faire prendre. Enfin je veux dire... vous m'avez compris. »

Il s'enfonçait de seconde en seconde, toutefois, ils faisaient tous deux face au vrai Konrad. À savoir un homme qui prend tout à la légère et qui profite du moindre moment de paix pour s'amuser. Ici, son seul pêché avait été de rigoler comme un jeune farceur. Par contre, rien ne le rassurait dans le sens où il avait affaire à deux loustics dont il ne connaissait rien. En parlant de ça, il semblait ne pas reconnaître la Vice Capitaine de la 10eme division. Cette ignorance allait accessoirement lui jouer des tours.

Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Sam 25 Aoû - 1:44

Ahah, elle l’avait attrapé ! Pauvre fou qu’il était d’avoir cru un instant pouvoir s’en tirer indemne. Cherchant le meilleur moyen de punir le sacré pervers qu’elle tenait en main, voilà qu’une assistance lui fut proposer par un homme qu’elle n’avait… Jamais vu ?
Tiens, c’était étrange, elle ne se rappelait pas vraiment du gus venu la soutenir pendant l’arrestation imprévue. Pourtant il semblait la reconnaître. Quoique ça ne voulait pas dire grand-chose, beaucoup d’hommes fantasmaient tellement sur elle qu’ils pensaient surement que c’était réciproque pour la belle blonde. Déjà peu encline à taper la causette, elle n’avait pas vraiment envie de se prêter au jeu du gêneur.

- Hé ho mais de quoi je me mêle ?! On se connaît ?

Un « bonjour » et un « merci » auraient été peut-être plus subtils. Malheureusement, la reconnaissance n’était pas franchement le principal trait de caractère de Rangiku. Et puis c’était quoi cette manie de faire genre « je viens à votre secours ». La vice-capitaine avait-elle tant l’air d’une quiche sans aucun moyen de se défendre ? Avait-elle besoin d’une aide quelconque ???
Certes, elle était en petite tenue, et le peignoir porté ne cachait en rien les courbes gracieuses de la shinigami. Mais quand bien même, lorsqu’une femme s’évertue à vouloir se débrouiller toute seule, laissez-la faire !

Reportant son attention sur sa proie, Matsumoto le dévisagea rapidement. Il était un shinigami apparemment… Et pas n’importe lequel ! L’un de ceux se permettant toutes les réflexions possibles et inimaginables ! Perplexe devant les propos tenus, elle leva un sourcil, abasourdie par cette réaction pas du tout approprié à la situation. Au lieu de se confondre en excuse, le pauvre pêcheur semblait vouloir se faire battre avec son propre bâton. D’ordinaire, tout mâle normalement constitué ayant entendu parler de la charmante et très sexy subordonnée du capitaine Hitsugaya se serait plié en quatre pour s’assurer de son pardon.
L’idiot qu’elle avait attrapé ne semblait pas être de ceux-là… A moins que…

Shunpô. Il avait filé. Pas bien loin cependant, puisque le voilà réapparu juste à côté. Il continua sa désopilante plaidoirie (si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi), gageant sur le fait que toutes ces femmes, bien qu’en colère quelques minutes plus tôt, soient en réalité les investigatrices de cette mascarade.
Pour Rangiku, c’était on ne peut plus clair. L’homme était fou. Complètement aliéné. Car il fallait l’être pour oser plaisanter de la sorte avec l’une des plus belles créatures de la Soul Society. C’était ça, ou bien il ne savait vraiment pas à qui il parlait…

La dernière hypothèse sembla se confirmer lorsque le plutôt bel homme proposa un verre à la femme qui lui faisait front. Ohoh, là c’était sûr, il ne savait vraiment pas où est-ce qu’il mettait les pieds.
Une lueur anima le regard de Rangiku lorsqu’elle pensa à un bon verre de saké… Gratuit qui plus est. Offre alléchante qu’elle aurait du mal à refuser, d’autant que généralement, c’était plutôt elle qui cherchait la compagnie pour se voir offrir une boisson (afin de garder ses économies pour sa passion première : la haute couture). De plus, elle trouvait là l’occasion rêvée de s’amuser également de l’ignorance du malheureux.
Sourire en coin, malicieusement, elle s’adressa au Don Juan.

- Hé bien, ce n’est pas la timidité qui va vous étouffer… Et la politesse voudrait que l’on se présente avant d’inviter une personne ! Enfin, je dois avouer que j’ai très soif et qu’un verre offert ne devrait jamais être décliné. Je vais me changer, pas question de sortir comme ça… Et vous devriez en faire autant… Monsieur l’allumeur.

Courte pause

Elégamment vêtue d’un sublime kimono bleu et noir bordé couleur or, Rangiku revint quelques minutes plus tard. Non loin, le Don Juan arrivait.
A l’extérieur du bâtiment, le soleil cognait dur, et à peine sortie de la quiétude procurée par l’ombre des Bains, la shinigami commença à avoir vraiment très chaud.
Elle invita le présumé shinigami à la suivre vers une bicoque peu réputée pour sa gastronomie, mais grandement appréciée pour la liqueur de riz qu’elle pouvait servir, et entama la conversation.

- Puisque nous en sommes à prendre un verre ensemble, autant se connaître un peu… Tu es dans quelle division ?

La chasse à l’info commençait.


Dernière édition par Rangiku Matsumoto le Dim 9 Sep - 12:17, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Mer 5 Sep - 1:01

Aux aguets, impatient, fébrile, la boule au ventre, constipé... il attendait la future réponse négative de la jeune femme aux yeux bleus (qu'il avait repéré après les seins et les fesses, comme tout homme normalement constitué) qui ne tarderait pas à se faire connaître. Quelques minutes plus tard, alors que la grande aiguille pointait le zéro, le verdict tomba finalement sur la proposition osée de notre cher Shinigami. Et la réponse qui se fit tant attendre fut un immense, un langoureux, fabuleux, irrésistible... oui ! Il ne s'attendait sûrement pas à ça. De toutes les femmes à qui il avait eu l'audace un jour demander ça avec sa maladresse légendaire, il n'était parvenu qu'à recevoir de multiples paires de claques dans la joue et de nombreuses menaces de mort parfois très poétiques. A priori, les manières avaient beau différer, les conséquences restaient les mêmes, mais pas cette fois ! Une occasion en or qui ne se présenterait peut-être pas deux fois. Tomber sur une alcoolique qui prêtait plus attention au contenu du verre qu'à la longueur du tissu qu'elle portait sur elle avait du bon.

Elle accepta donc, et alla se changer pour être plus... propre ? Probablement, et c'était sûrement mieux ainsi. Qu'importe qui elle était, Konrad avait une certaine élégance à maintenir et ne pouvait pas traîner avec n'importe qui non plus, même s’il est vrai il faisait souvent exception à la règle. Il n'en demeurait pas moins vrai qu'il disposait d'une réputation à ne surtout pas entacher, alors il partit lui aussi se changer en laissant l'autre homme qui l'avait dérangé, ceci en lui laissant une douce tape amicale sur l'épaule suivit d'un « Tchao l'ami ». Il ne s'en souciait pas trop et ignorait complètement de savoir ce qu'il ferait, les rejoindre ou non, détail qui n'avait pas son importance et encore moins dans l'absolu.

Se changer ? C'était une excellente chose oui, mais se changer de quelle façon ? Konrad était très attaché à sa tenue venant du monde réel puisqu’il ne trouvait aucun charme au kimono traditionnel. Ils sont si communs les un des autres que ça perdait un semblant d'intérêt. Après deux minutes d'hésitation intensives, le jeune shinigami opta pour le style qu'il préférait. Qu'importe les regards, les remarques ou le risque qu'il prenait en faisant ce choix, il s'y tenait et dans un sens, il aimait vivre dangereusement ! Il enfila ainsi sa belle chemise noire en ouvrant quelques centimètres de son col, puis la surmonta d'une veste indigo, faite d'une texture soyeuse et douce. Rien qu'au toucher de ce textile, la qualité se ressentait sur le bout des doigts. Il ne quitta pas non plus son équipement fétiche, entre ses bagues de valeurs, ses boucles d'oreilles onéreuses et son collier représentant une forme étrange, le jeune était fin prêt à s'y rendre. Un soupir de satisfaction personnel plus tard, il ajusta ses vêtements et quitta son quartier en toute discrétion.

Durant tout le trajet, le blagueur de la Soul Society se cacha dans tous les endroits inimaginables, allant du plus sensé au plus absurde. Il s’adaptait au mieux pour qu'aucun haut gradé ne fasse attention à la nouvelle mode qu'il tentait d'instaurer. Après de multiples péripéties, il arriva finalement au lieu de la rencontre précédente ou la demoiselle semblait déjà avoir trouvé un endroit à la hauteur de ses exigences. La rejoignant à toute allure, il s'assit face à elle comme si de rien n'était, un large sourire aux lèvres qui révéla sa belle dentition.La blonde aux yeux bleus voulait en savoir plus et connaître sa division. Pourquoi pas, peu de chances qu'elle connaisse intimement son capitaine, il était de toute évidence inaccessible pour de nombreuses personnes.

« Je viens de la 6e division, sa distinction me convient mieux que n'importe quelle autre, et les membres y sont très sociables. »

Sans doute comme n'importe qui, il aimait la division dans laquelle il était, mais avait trouvé bon de le préciser, peut-être par précaution. Il se tourna ensuite vers elle et la contempla, comme si il essayait de lire une quelconque réponse sur son visage. Il attendait manifestement de savoir d'où elle venait aussi, et pourtant, c'est une tout autre question qui s'échappa de sa bouche.

« C'est étrange, vous ne connaissez même pas mon nom et la première chose qui vous intéresse est ma division » prononças-il dans un rire non dissimulé « Personnellement, ma question est différente, qu'est-ce qui vous intéresse dans la vie ? »

Il jouait les gentlemen en gardant une certaine distance. Il n'était pas encore très sûr de ce qu'il faisait, mais une chose était sûre, une fois qu'il se sentirait à l'aise, il allait commettre un bon nombre de maladresses et probablement finirait-il comme toujours, dans un sacré pétrin.
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Dim 9 Sep - 13:15

Sa tenue était… Originale. Elle lui faisait penser à Ichigo, et globalement, à tous ces jeunes des temps modernes sur Terre. Surement qu’il avait déjà été en mission dans le bas monde. Et quand bien même elle voulut lui faire payer les irritables bobards qu’il avait fournis dans les bains – sale voyeur ! – Rangiku se trouva un point commun avec le jeune homme… Les fringues. Le sujet méritait qu’elle revienne dessus, surtout que pour oser sortir de sa mission dans le monde réel pour acheter des vêtements, il fallait être fou ou alors suffisamment haut dans la hiérarchie pour ne pas s’écrouler de peur devant les réprimandes d’un vice-capitaine ou d’un capitaine. Afin de ne pas éveiller trop vite les soupçons de l'arrogant shinigami qu’elle avait en face d’elle, elle ne fit pas encore de réflexion, mais veilla à montrer un intérêt tout particulier à son ensemble.

- Oh ! La sixième division ? Tu as le Seigneur Kuchiki comme capitaine ?! Mince alors, tu en as de la chance !

Elle s’arrêta un instant, faisant mine de fantasmer sur une éventuelle rencontre avec l’homme le plus prisé de la Soul Society.

- C’est fou, mais à te voir avec toutes tes babioles aux doigts, j’ai cru – ah ah, que c’est bête – que tu étais sous le commandement du vice-capitaine Omaeda… Peut-être es-tu parent avec lui ?

La pique venait d’être lancée avec le plus parfait des sourires et un regard coquin, de quoi faire descendre la fierté du shinigami d’un cran. Se voir comparer à ce crétin fini qui servait de lieutenant au capitaine Soi Fon était tout sauf un compliment. Le seul qui pouvait le prendre ainsi était le dit-nommé. Bien fait de toute façon, car bien qu’il soit tolérable d’aimer sa division, ça l’était moins quand par la même occasion, les autres se voient réduites au ras des pâquerettes. Que diable, la dixième était également distinguée !!

La discussion se poursuivit, mais sans qu’aucun verre ne leur soit servi. D’habitude, le patron était plus rapide que ça ! Lançant un regard derrière le comptoir, elle chercha des yeux son serveur favori. Il était là, occupé à ranger de la vaisselle. Quelques secondes plus tard, il s’aperçut de la présence de la fidèle cliente et fit signe d’excuse avant d’attraper une bouteille et deux verres. A grandes enjambées il traversa la pièce, posa la commande sur la table et se confondit une nouvelle fois en excuse avant de s’en aller rapidement. Ah que c’était beau la fidélité ! Il n’était plus besoin de demander que la boisson désirée était servie sans qu’aucun mot ne soit prononcé.

Prenant les devants, Rangiku remplit les coupelles.

- Hé bien, il y a fort à parier que d’ici demain, je ne me rappelle plus de ton nom… Aussi connaître ta division me parait un bon compromis si je souhaite un jour prendre de tes nouvelles.

Ca l’étonnait fort qu’elle puisse avoir ce genre de désir mais bon… En plus, c’était lui le malotru qui ne s’était pas présenté ! Toute son éducation était à refaire, c’était certain ! Mais bon, inutile de s’énerver maintenant, le premier verre venait d’être servi.

- Néanmoins, je peux tenter l’effort ! Je ne promets rien après quelques coupes de saké mais faisons ça dans les règles ! Alors… Comment t’appelles-tu ?

Une fois qu’un nom fut mis sur le visage lui faisant face, Matsumoto consentit à répondre.

- Ce qui m’intéresse ?

Levant les yeux au plafond, elle prit le temps de réfléchir. Elle ne pouvait se permettre d’avouer qu’irriter son capitaine était son passe-temps préféré. Ceci dit, elle en avait pleins d’autres. Pas de quoi cependant converser une éternité.

- J’aime dormir, boire et faire la fête, ce qui n’est pas follement transcendant dit comme ça. Ah, et je plaide coupable concernant la mode et tout ce qui touche au vestimentaire ! D’ailleurs, en parlant de ça, tu as une tenue plutôt… Inhabituelle. C’est toléré dans ta division ce genre de chose ? D’ailleurs, ça vient d’où ?? Je connais pratiquement tous les magasins de tissus, mais jamais je n’ai vu cet habit il me semble… Quoique, ne serait-ce pas ainsi que s’habillent les gens du monde réel ?

Peut-être arriverait-elle à lui faire avouer quelques règlements bafoués !
La soif se fit plus forte. Attrapant la coupelle à pleine main, elle la porta à ses lèvres…
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Mar 11 Sep - 0:02

À première vue, la tenue ne semblait pas avoir étonné tant de monde que ça, et encore moins la jolie blonde avec qui il allait prendre un verre. Il en savait si peu sur elle qu'il ne pouvait foncièrement pas être surpris par cette révélation. En parlant de ça, la chasse aux infos commençait enfin ! La jeune femme paraissait armée jusqu'aux dents, prête à lui faire cracher ses plus vils secrets ! Que nenni, Konrad était un beau parleur, rien ne lui interdisait d'arranger la vérité lorsque cela lui plaisait. Bon, peu de chances qu'il doit en arriver jusque-là, mais qui sait à quel type de personne il avait à faire. Pour le moment, il ne s'en souciait pas trop, préférant écouter les questions et paroles de sa partenaire d'un soir (si seulement cela se passait dans un immense lit entouré de pétales de roses et d'un bon cognac posé sur la table de nuit hmm). Et croyez bien que peu d'hommes sont susceptibles de posséder une qualité si rare ! L'écoute fait défaut à de nombreux hommes, et en tant qu'expert à ce sujet, il savait à quel point c'était une bonne technique de dragueur. Oh, mais ça ne signifiait pas non plus qu'il se fichait royalement de ce qu'il entendait, bien au contraire. Elle lui parla alors du « seigneur Kuchiki », à cet instant, le blondinet eut une réaction pour le moins inattendu, tellement inattendu qu'aux yeux de n'importe qui, il aurait pu passer pour l'imposteur le moins discret du monde. Les yeux écarquillés, le prince de la mode avait le visage interrogateur.

« Le seigneur Kuchiki ? Un autre clown c'est ça ? Byakuya-sama ne nous a jamais parlé de lui. »

Effectivement, Konrad retenait les prénoms bien mieux que les noms, ce qui lui valait quelques mauvais tours quand il ne parvenait pas à se souvenir convenablement des hauts gradés, y compris lorsque ce dernier était son capitaine direct. Quelle honte pour un 4e siège ! M'enfin, à vrai dire Konrad n'était pas le genre de type à se soucier de tout et n'importe quoi, il préférait davantage ne se soucier de rien, question de pratique. En revanche, la remarque suivante fut beaucoup plus blessante, elle cherchait manifestement à se moquer de son style vestimentaire qui... ok, ses bijoux ressemblaient fortement à ceux du vice-capitaine Oomaeda, mais il ne faisait certainement pas partie de la même classe sociale, et ne s'associait en rien à son physique tout court. Une veine apparut soudainement sur le front mat et satiné du shinigami de la 6e. Pour tout individu normal, même ceux qui appartenaient aux rangs inférieurs haïssaient qu'on les identifie à cet individu. Pourtant, Konrad se retint de s'emporter en serrant les dents, il se calma et puis... *BAM* un bruit fracassant venait de surgir dans le bar. Alors que tout le monde cherchait d'où provenait le bruit, les clients se retournèrent dans une même direction après quelques secondes. Sans doute trop crispé par les commentaires de la femme, Konrad avait brusquement chuté en arrière à cause du banc sur lequel il était assis et qui s'était brisé. En parlant de Oomaeda, ce goinfre avait dû s'asseoir exactement ici, ce n’était pas possible autrement. Faisant mine de rien comme s'il ne venait pas de subir un échec total niveau drague, sans parler du fait qu'il était passé pour un abruti fini devant une vingtaine de personnes, tout se passait plutôt bien ! Il replaça rapidement sa chevelure d'or pour qu'elle soit de nouveau intacte, puis alla se rasseoir à l'extrémité de la planche.

« Hum hum, Oomaeda dis-tu ? C'est un... sacré numéro celui-là, particulièrement maladroit, mais qui ne l'est pas ? »

Dans ce genre de situation, il était bien difficile de pouvoir le rabaisser sans que la femme ne lui rétorque une autre remarque hilarante à son propos. Ce n'était que partie remise, il se jurait de lui retourner la monnaie de sa pièce ! Il recouvra ainsi son sourire, prêt à entrer définitivement dans ce petit jeu de plaisanteries. Le serveur fit son entrée, déposa les verres et la boisson fut servie en moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire. Avant de porter la coupelle à ses lèvres, Konrad s'observa dans le reflet du liquide, et approuva d'un signe de tête qu'il était encore beau gosse, fier de son physique. Il se présenta en miroitant les yeux de son adversaire, lui adressant un de ses sourires les plus charmeurs.

« Konrad Garyu à vos services. Et toi ma mignonne, tu es ? »

Il avala une autre gorgée délicatement, prenant tout le temps de se délecter de ce breuvage à l'inverse de l'inconnue qui ne lésinait pas sur l'alcool. Quel talent ! Après ça, elle s'intéressa finalement à sa tenue unique. Ah ah ! Elle avait donc remarqué qu'il s'habillait comme un roi et qu'il avait du goût ! Il faut admettre qu'il ne passait pas inaperçu avec cette couleur flashy entourée de bonshommes et bonnes femmes vêtues de noir. Il se sentait parfois étrangement épié, comme s’il était quelqu'un de curieux. Ah ! Quelle idée étrange, jamais personne ne penserait ça de lui !

« Toléré ? J'en doute fortement, sinon je ne me serais pas planqué derrière les arbres et le loup pour venir en un seul morceau. Ça vient d'un magasin qui s'appelle le "Sapes et r'lipopette", fashion et réputé pour ses belles fringues. Un vrai délice. »

Ses yeux brillaient quand il parlait de ça. C'était une passion qu'il aimait passionnément, on ne pouvait pas mieux dire ! Secouant la tête d'un air rêveur, Konrad tendit la main pour attraper sa coupelle. Erreur tactique, mauvaise manip, quoi qu'il en soit, il heurta simplement la coupe qui se vida sur la table avant de le laisser l'alcool faire son bout de chemin et de s'arrêter en plein sur la tenue de la blonde. Il avait beau s'être mis dans le pétrin jusqu'au cou, il ne savait pas s'il devait prendre ça comme une bonne ou une mauvaise nouvelle. La vengeance arrivait plus tôt que prévu sans qu'il ne le veuille volontairement. Il écarta ses lèvres, laissant sa belle dentition immaculée prendre le dessus dans un sourire mitigé entre la gène et l'ironie.

« Hé hé, t'as vu ça ? On dirait que le saké te rend bien l'affection que tu lui portes. Euh... Je n'y suis pour rien hein ! »

Il rencontrait tellement de difficultés pour ne pas rire qu'il devait à peine être crédible dans ses excuses inexistantes.
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Dim 16 Sep - 23:37

Rangiku resta un moment hébétée, ne sachant pas vraiment quelle attitude adoptée face à Konrad. Le faisait-il exprès ou était-ce pure bêtise de sa part de ne pas savoir que Byakuya Kuchiki n’était qu’une seule et même personne ? Emettant un petit sifflement désespéré, elle regarda d’un air blasée le shinigami.

- Kuchiki… Byakuya Kuchiki, c’est ton capitaine !

Sombre crétin !, se retint-elle d’ajouter comme elle l’aurait fait avec une personne de son entourage, mais allons bon, la courtoisie était de mise lors d’un premier rendez-vous !

- Il ne doit pas y avoir une personne dans tout Soul Society ne sachant pas qui il est… Sauf toi apparemment. Dis-moi, tu es sûr d’être un shinigami ? Demanda-t-elle suspicieuse, trouvant véritablement très louche qu’une personne prétendant être de la sixième division puisse ne pas connaître le nom de son capitaine.

Patatra. Matsumoto s’était attendue à tout sauf à ça. Voilà que Garyu venait de faire une chute magistralement bien orchestrée, lui valant d’attirer le regard des personnes à proximité. La vice-capitaine ne put s’empêcher de sourire lorsque, sans avoir l’air de rien, son interlocuteur se rassit promptement, comme si rien ne s’était passé. Que voilà un beau spécimen de mâle ne se laissant absolument pas démonter par les évènements ! Indubitablement, il était d’une maladresse affligeante, tant de par ses gestes que dans ses paroles… Et son petit commentaire sur le second de Soi Fon lui valut un autre sourire en coin de la pulpeuse blonde, qui vint à penser que dit ainsi, il était en train de faire valoir son lien de parenté avec Oomaeda. Mais chut. Mieux valait ne pas froisser un peu plus le shinigami, d’autant que Rangiku avait cru voir un signe d’énervement particulièrement distinctif : la veine au niveau de la tempe qui ressortait. Grâce à son capitaine, elle connaissait désormais sur le bout des doigts le langage du corps !

- Je suis Rangiku Matsumoto, enchantée~ Et pour ce qui est de tes services, il faudrait voir ce que tu proposes… Lança-t-elle avec un regard particulièrement insistant.

Ah le charme ! Utilisé à la perfection, il pouvait être une arme redoutable, et malheureusement pour tous les hommes du Sereitei, la vice-capitaine de la dixième était passée maître dans l’art de faire plier ses prétendants à ses moindres désirs. Bien sur, certains se laissaient difficilement berner, comme le capitaine Hitsugaya, complètement insensible à sa beauté naturelle. A contrario, Hisagi était le parfait exemple du pigeon cédant aux caprices de la belle.
La discussion continua, jusqu’à ce que par mégarde, une mauvaise manœuvre de la part de Konrad gâcha l’instant de quiétude qu’ils étaient en train de partager. Une coupelle de saké venait d’être renversée, chose qui, en soit, n’était absolument pas acceptable aux yeux de Rangiku. Mais en plus (en plus !), son kimono était désormais souillé par la liqueur ! Par réflexe, la shinigami s’écarta de la table, bousculant au passage un client se trouvant juste à sa droite.

- Et merdeuh ! Dit-elle en attrapant une serviette au passage pour tenter d’essuyer au mieux.

- Regarde ce que tu as fait !

Une ombre plana soudain au dessus d’elle, cachant la luminosité du soleil. Tournant la tête vers le phénomène étrange, Matsumoto se trouva nez à nez avec la personne qu’elle venait de bousculer, le visage de celle-ci couverte de riz. Horrifiée par cette vision peu commune, la shinigami se confondit en excuse.

- Ohlala, vraiment désolée madame, voyez-vous, c’est un bête incident, y’a du saké qui a été renversé et…

- Je m’appelle Nobumasa Masakuzu.

Ok. Prénom typiquement masculin. Il fallait rattraper le coup vite fait, sous peine d’avoir sur les bras un fou furieux prêt à la trucider sur place. D’ailleurs, du haut de son presque deux mètres et de ses environs cent cinquante kilos, il commençait à devenir tout rouge le bonhomme ! Mais était-ce sa faute si le dit homme avait un bonnet quasi-équivalent au sien ?

- Aaaah ben oui, effectivement, vous avez un peu de poils au menton ! C’est presque dommage de vous raser vous savez, ça éviterait qu’il y ait ce genre de quiproquo.

Mince, ce n’était absolument pas ça qu’elle aurait dû dire ! Mais était-ce bien sa faute si parfois, voir trop souvent, ses pensées étaient exposées sans qu’elle n’ait le contrôle de ses paroles ?!

- Allons, ne vous énervez pas, mon ami ici présent vous offre un verre ! J’imagine que ça n’est pas tous les jours faciles d’appartenir à la quatrième division hein ?

- Femme, je suis fier d’appartenir à la onzième ! Ne me confonds pas avec ces lopettes qui passent le balai !

Nouvel échec ! Comment penser qu’un balourd comme ça pouvait être sous les ordres de Zaraki ? La teinte du bonhomme semblait indiquée qu’il allait bientôt commettre un meurtre…

- Bordel, je viens ici pénard pour manger, et voilà que je me fais insulter… Je sais pas ce qui me retient de… Sur mon honneur, ça va se payer ! Fit-il en faisant valser sa propre chaise à travers l’établissement, ne manquant pas d’alerter le patron des lieux.

Ah, l’honneur ! C’était une raison valable aux yeux de tous pour entamer un duel, sauf que certains avaient clairement tendance à abuser de cette fausse excuse pour taper sur les autres.

- Holala, si vous êtes susceptibles, il ne faut pas venir manger ici et puis c’est tout !

Paroles sans aucun sens.

- T’as tout gagné, mégère !

Grave erreur ! Si un mot ne devait pas être prononcé vis-à-vis de la sublime vice-capitaine de la dixième division, c’était bien celui-ci ! Se jetant sur Matsumoto, le shinigami ne comprit pas vraiment comment elle avait fait pour disparaître de son champ de vision. La seconde qui suivit, il se retrouva les quatre fers à l’air, glissant sur la table, Konrad se trouvant juste sur son chemin…
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Mer 19 Sep - 16:32

Byakuya Kuchiki ? Allons bon, ce n'était pas si dramatique d'oublier un prénom, surtout venant d'un capitaine qui était très formel avec les désignations. Ainsi donc, Konrad ne se rappelait pas avoir déjà entendu quelqu'un l'appeler de la sorte si ce n'est éventuellement les capitaines entre eux assurément, mais le blond était suffisamment absent lors de ce genre d'entretiens pour ne jamais y avoir assisté. Enfin bon, peut être qu'il s'en souviendra maintenant, il était préférable pour lui qu'il ne l'oublie pas en fait. Il répondit rapidement à ça qu'il était bel et bien sur d'être shinigami et qu'en tant que 4e siège il était souvent appelé en mission. Cependant, il ne s'attarda pas sur ce détail sans importance.

Vint ensuite le moment où elle se présenta enfin à lui sous le nom de Matsumoto Rangiku. Tiens tiens, ce nom lui disait vaguement quelque chose. Oui, il en avait forcément entendu parler lors de ses promenades nocturnes. Hmm, après quelques minutes de réflexion la mémoire lui revint, il avait bel et bien entendu ce nom ! C'était une vieille folle complètement ivre d'un des quartiers malfamés du Rukongai ! Voilà qui pouvait expliquer ce petit air de ressemblance entre les deux personnages ! Sans éveiller les soupçons, Konrad lui posa une question comme si de rien n'était dont elle n'allait sûrement pas comprendre le sens.

« La grand-mère du district 69, vous êtes... Parents c'est ça ? »

C'est vrai que le 4e siège de la 6e ne traînait pas dans des endroits très glamour et recommandable, mais c'était aussi un aventurier qui parcourait souvent les quartiers sous prétexte de protéger la veuve et l'orphelin avec un peu d'amour et d'eau fraîche. Bon, tout ce qu'il avait récolté en allant dans de tels lieux de débauche, c'était de recevoir toutes sortes de projectiles en pleine tête. Que de souvenirs qui sont parfois encore un peu douloureux pour son pauvre crâne ! Tiens tiens, après ça Konrad remarqua de son œil avisé que la jeune femme essayait de lui faire des avances avec son charme inné certes, mais qui n'envoûtait pas encore totalement l'homme. De plus, il avait particulièrement l'habitude qu'on lui jette ce genre de regards, alors évidemment il prenait ça comme un jeu érotique qui finirait les quatre pattes en l'air autour d'une bonne accolade. Il passa ses doigts dans sa longue chevelure d'or avec une dextérité digne des plus habiles séducteurs, puis il regarda les événements se dérouler après sa petite maladresse.

Ce qui se passa suite à cela fut tout aussi imprévisible que burlesque. Ce client bousculé, la méprise à propos de son sexe pas évident il est vrai, mais surtout les boulettes répétitives de Matsumoto. On le disait maladroit, pour le coup il semblait ne plus se sentir aussi seul qu'avant, comme quoi c'est peut être la couleur de cheveux qui fait ça. Discrètement, sans se faire trop remarquer, Konrad riait aussi bien intérieurement qu'à l'extérieur. Un petit rire saccadé qu'il essayait de ne pas trop faire remarquer. En temps normal, le 4e siège serait probablement intervenu pour empêcher qu'un désastre se propage, mais bizarrement il se doutait que Rangiku pouvait parfaitement se sortir d'affaire seule, il est même possible qu'il ait aggravé la situation en se mêlant de ce qui ne le regardait pas. Malgré tout, il ne s'attendait pas à ce que la shinigami parvienne si facilement à le dompter. Sans qu'il ne puisse anticiper quoi que ce soit, Konrad vit soudainement un immense corps glisser sur la table, manifestement prêt à entrer en collision avec lui. S’il se prenait ça de plein fouet, il n'aurait aucune chance de survivre et devrait compter sur elle pour ses funérailles... Non, c'était une pensée trop affreuse pour qu'elle se réalise. Rapidement, le jeune homme s'éjecta de sa place en un vif shunpo. Lorsqu'il réapparut, il fit semblant de brandir son Zanpakuto, oubliant qu'il l’avait laissé dans ses appartements. Il se trouvait sur le comptoir tandis qu'il regardait la victime terminer sa course dans le bar, emportant tout sur son passage comme le ferait n'importe qu'elle tornade humaine. Quelle galère ! C'était un peu le... bordel, n'ayons pas peur des mots. Quelques clients étaient tombés à terre, les meubles étaient cassés et devenues inutiles et le patron tirait une de ces têtes à la fois offusquée et colérique qu'il aurait pu tuer le premier bonhomme qui passait devant lui.

Konrad se redressa le plus droit possible, puis fit mine de racler sa gorge pour prendre la parole. Il était temps de faire déguerpir tout ce beau monde et de.. De trouver une solution qui n'allait pas trop le défavoriser. Il parla avec une voix théâtrale afin que chacun puisse l'entendre.

« Mes chers compatriotes, mon amie ici présente est fautive oui, mais qui n'a jamais commis une grossière erreur aussi stupide qu'elle ? Oui elle mérite d'être blâmé c'est vrai, oui elle devrait être brûlé vif c'est certain. Toutefois, je vous demanderais de quitter les lieux, son capitaine et elle vous rembourseront intégralement les dommages subis. »


Il n'avait aucune idée dans quoi il s'était embarqué en disant ça, bien que ça lui semblait juste puisque lui n'avait absolument rien fait ! Il revint ensuite sur le sol puis passa son bras autour du cou du boss comme s’il le considérait comme un vrai pote. Le sourire du blond pouvait être agaçant, mais après tout il ne cherchait toujours qu'à oublier le négatif pour penser au positif.

« Regardez le bon côté des choses, maintenant vous allez pouvoir refaire la déco, qui entre nous, était plutôt dégueulasse avant ça. »

Encore une fois, il ne pesait jamais le poids de ses mots, oubliant de remarquer que celui qui était à côté de lui n'était franchement pas d'humeur pour faire place à l'humour. Soudain, avant qu'il ne se fasse étriper par le gérant, deux hommes le maintenaient en joue avec un katana. Aucune idée de qui il s'agissait, leurs tenues ne se prêtaient pas à les identifier en tant que Shinigami en tout cas.

« On se connaît ? J'ai déjà fait l'amour avec vos copines c'est ça ? »

Pourquoi se taire quand on peut recourir à un autre conflit ? Les deux hommes plus rageurs que jamais abaissèrent leurs armes, prêts à le découper en tranche. En adressant un ultime clin d’œil à Matsumoto, il accéléra d'un second shunpo pour esquiver à la dernière seconde, puis se retrouva sur le dos de la jeune blonde, lui faisant signe de la main.

« Je t'avais manqué ? »

Dit-il d'un large sourire pendant que les deux hommes arrivaient à toute allure, décidés à le trancher sans même faire attention à Rangiku. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il n'avait rien fait.
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Lun 24 Sep - 22:36

C’était la super cata ! Ayant trop prit d’élan, le dénommé Nobumasa vola dans les airs pour atterrir dans le bar, faisant au passage un maximum de dégât. Du verre brisé jonchait le sol, tandis que différentes boissons formait une immense flaque… Certains clients se retrouvèrent par terre, suite à une tentative d’esquive de l’amas de chair qui leur avait été lancé dessus. Konrad, de son côté, dominait l’espace du haut de son comptoir, apparemment pas peu fier de sa performance. Aussitôt, afin de quitter les lieux sur la pointe des pieds, Rangiku traversa les quelques mètres qui la séparaient de son compagnon de « beuverie » et tenta de le faire descendre.

- Viens, on s’en v…

Voilà que le beau-parleur attira un peu plus l’attention sur eux.

- Mes chers compatriotes, mon amie ici présente est fautive…

- Quoi ?? Non mais oh, mais c’est faux !

- Mais qui n'a jamais commis une grossière erreur aussi stupide qu'elle ?

- Ok t’as tout gagné idiot, je vais te… Grommela la vice-capitaine, plutôt en pétard alors qu’elle tentait de monter sur le comptoir pour s’en prendre directement à celui qui lui mettait tout sur le dos.

- Oui elle mérite d'être blâmée c'est vrai, oui elle devrait être brûlée vif c'est certain.


- Fais tes prières…

- Toutefois, je vous demanderais de quitter les lieux, son capitaine et elle vous rembourseront intégralement les dommages subis.

La stupeur figea la shinigami, qui regarda Konrad, une lueur meurtrière dans le regard. Mille tourments attendaient désormais ce shinigami de la sixième division ! Mais pour l’heure, il fallait faire bonne figure et tâcher de renverser la situation. Au pied du comptoir, Rangiku plaida sa cause, d’une façon… Peu commune.

- Cet homme m’a enlevé ! Dit-elle en désignant Konrad qui venait de sauter de son perchoir.

Ces mots furent accueillis avec un silence de mort, chaque personne présente suspendue aux lèvres de la belle blonde afin qu’elle développe son histoire. Réfléchissant à la suite à donner, Matsumoto pensa qu’il était inutile de palabrer trente-cinq ans, et d’en venir à la seule chose importante.

- Tout ça c’est de sa faute ! Fit-elle, convainquant en un regard la foule qui entourait les deux individus.

Il fallait le dire, ce n’était pas très sympa, mais à la guerre comme à la guerre, les femmes d’abord ! Et puis il méritait une bonne leçon, lorsqu’elle s’était présentée, Rangiku avait accueilli la question de Konrad avec un haussement de sourcil et un regard noir alors qu’il faisait allusion à une grand-mère du Rukongaï.
Deux hommes hautement courageux se placèrent devant Garyu, bien décidés à lui mettre la raclée de sa vie à coup de sabres bien placés. Voyant jusqu’où ça pouvait en venir (alors qu’au départ, il s’agissait simplement de profiter d’une après-midi de beau temps), Rangiku jeta un œil au shinigami, qui lui fit un clin d’œil. Bon, il avait l’air de ne pas trop mal s’en sortir, il était temps de filer à l’anglaise. Sur la pointe des pieds, la vice-capitaine se dirigea vers la sortie… Jusqu’à ce qu’elle ne ressente un terrible poids. Etait-ce de la culpabilité d’abandonner ainsi celui qui lui avait offert un verre ? Non, absolument pas, il s’agissait tout simplement de ce boulet de Konrad qui lui avait sauté dessus !

- H-hey !!! Qu’est-ce que tu fiches !! T’es… T’es lourd !

Trop en effet, et avant de ne tomber à la renverse, la jeune femme lança sa tête en arrière, tentant de percuter l’improvisé cow-boy. Mal lui en prit. Ce qu’elle cherchait à éviter arriva, et voilà qu’elle se retrouva au sol, les cheveux en bataille.

- Konrad, si tu t’es pas brisé le cou… Prépare-toi à ce que ça arrive dans dix secondes…

Se relevant péniblement afin d’en finir une bonne fois pour toute, Rangiku se rendit compte que les clients et le patron du bar en avaient profité pour les encercler. Pas un sourire sur les visages, à croire qu’aucun n’ait jamais connu le bonheur un jour. L’atmosphère était… Electrique.

- Bien, à trois, on court et on se barre d’ici… Chuchota-t-elle à l’attention de Konrad. Un, deux…
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Jeu 4 Oct - 0:47

Paaaaaaaaas de chance ! Le Jackpot n'était certainement pas pour aujourd'hui, tant pis, c'est la vie ! Eh oui, il aurait été probablement plus juste que Konrad se balade avec une patte de lapin ou un trèfle à quatre feuilles durant toute la journée puisque depuis qu'il était ici, de multiples accidents ne cessaient d'arriver. À croire qu'il était aussi frustrant que la foudre un jour de beau temps, ce n’était vraiment pas commode comme situation. La misère n'aurait pu être pire. Non seulement il se faisait menacer par des clients et le patron, mais en plus de ça il se faisait aussi agresser par une folle délurée ! Peut être qu'elle craquait pour son corps oui, mais ça n'excusait rien, un peu de tenue bon sang ! Konrad n'avait pas hésité une seule seconde avant de sauter de son dos pour se placer à une distance plus raisonnable. Il restait toutefois le problème des autres furax, et comme il y avait des innocents, il était impensable de se servir de son arme pour se défendre ! Et de toute façon... Il avait oublié son Zanpakuto, c'était surtout pour cette raison en fait. Rangiku était finalement dans le même cas de figure que lui, il semblait qu'on lui en voulait autant, ce qui était normal puisque tout ça était de sa faute, c'était même l'unique fautive. Bon, pas le choix, ils devaient se serrer les coudes et faire un travail d'équipe sur ce coup-là. Matsumoto proposa d'ailleurs un plan intéressant, compter jusqu'à trois et se barrer en vitesse d'ici. Moui pourquoi pas ! C'était ingénieux, ingénieux pour elle en tout cas !

À vrai dire, Konrad n'en avait rien à faire du décompte qu'elle pouvait effectuer, et avant même qu'elle eût commencé de prononcer le chiffre trois, le jeune shinigami était déjà loin, en train de courir le plus vite possible sans se retourner. Il avait pris ses jambes à son cou tellement rapidement que Matsumoto ne devait presque plus l’apercevoir, elle devait probablement discerner un point qui s'éloignait toujours de plus en plus jusqu'à complètement disparaître. Non il ne faisait pas preuve de lâcheté, même si ça y ressemblait fortement, toutefois il savait que parfois il valait mieux éviter de s'attirer des ennuis lorsque l'on en a déjà suffisamment. À ce niveau-là, son tableau était bien garni ! Nul doute qu'il allait recevoir les foudres de la division de cette femme. En y repensant, il ne savait pas d'où elle venait, ce qui était plutôt problématique. Konrad qui s'était planqué dans une ruelle assez sombre s'accroupit légèrement puis regarda discrètement en direction du commerce. Matsumoto continuait à courir, évidemment elle avait beaucoup plus de mal à trimbaler ses deux obus, c'était compréhensible, mais assez handicapant dans une course... pff heureusement qu'il était là quand même. Au moment où elle passa devant lui, le shinigami lui attrapa vivement un pan de son hakama avant de la tirer brusquement vers lui.

« Je suis bon prince, je vais te sauver les miches, car je m'en voudrais de ne pas avoir sauvé une jolie femme. Recule-toi et laisse-moi faire, c'est pas pour les débutants. »

Il s'avança au coin de la ruelle, remarquant bien vite que les fous furieux ne tarderaient pas à arriver. Leurs seules chances dorénavant, c'était le camouflage, et pour ça il n'y avait qu'une seule solution à exploiter, celle du kido. Il joignit ses deux mains et les plaqua contre un mur invisible, suite de quoi il prononça.

« Bakudo no nij roku : Kyokko »

À première vue il ne se passait pas grand-chose, mais pourtant le sort avait bel et bien fonctionné. Eh oui, parfois Konrad savait manifester son talent et le mettre à profit, c'était rare, mais ça arrivait, ce qui était assez rassurant pour ceux qui le côtoyaient depuis peu de temps en général. Bien entendu, il n'avait aucun mérite à avoir réussi ce sort sans se planter. Quand on connaissait les exploits de son capitaine dans la matière, il était normal d'être un minimum expérimenté pour ce genre de choses. En attendant que la vague se calme, le quatrième siège revint vers Rangiku comme si de rien n'était. Il est évident que pour lui, tous les préjudices qu'il avait pu lui causer étaient de l'histoire ancienne, mais voyait-elle les choses de la même façon de son côté ? Rien n'est moins sûr. Avec son sourire habituel, il lui fit signe que tout était OK, le pouce en évidence. Ce qui était surprenant en revanche, c'est qu'il s'approcha d'elle d'un ton sérieux qu'on ne lui connaissait pas jusqu'alors.

« Bon, je sais que j'ai fait pas mal de conneries et que tout ça est entièrement de ma faute. Je suis ce que je suis et j'assume entièrement. »

Il prit une légère pause, croisa les bras puis fixa la demoiselle dans les yeux.

« Tu as parfaitement le droit de me briser la nuque ou encore de m'écraser sauvagement à terre, je ne bougerais pas, je suis ta chose en quelque sorte... »

Comme s'il s'attendait à ce que Rangiku se méprenne totalement sur cette dernière réplique, il rectifia immédiatement ses paroles.

« … Je te vois venir petite coquine, je ne parlais pas de trucs érotiques ne t'en déplaise ! »

Il attendit ainsi son châtiment. Au fond de lui il savait que tout pouvait lui arriver, il ne connaissait pas assez profondément (au sens figuré) la jeune femme pour se demander si oui ou non elle était de celles qui étaient capables de l’assommer pour ensuite le séquestrer trois jours dans un lieu glauque et sordide. D'un autre côté, il pensait qu'elle était plus sage et plus sympathique que ça. Il espérait avoir raison, alors pour mettre toutes les chances de son côté il lâcha naturellement une petite répartie.

« Je suis certain que tu n'oseras pas abîmer un bel homme comme moi, ce serait du gâchis, tu ne crois pas ? »

Cette fois, il avait dit ça avec son espièglerie habituelle, une malice qui se dégageait aussi bien sur ses lèvres que dans son regard.


Spoiler:
 
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Mer 10 Oct - 21:19

Elle n’eut même pas le temps de finir qu’il s’était déjà barré l’enflure ! Lui courant après, Rangiku s’échappa à son tour de la petite enseigne normalement tranquille qui s’était transformé en un « bordel » pas possible. Le sale petit bâtard ! Si elle le retrouvait, il allait l’entendre ! Fuyant ses poursuivants, la shinigami tenta de les semer dans les rues du Sereitei, pensant que si son capitaine apprenait ses déboires, il ferait surement une crise cardiaque après l’avoir trucider sur place. Un coup à droite, un coup à gauche… Raah où était donc passé Konrad ? S’arrêtant un instant afin de voir où se trouvaient ceux qui voulaient sa peau, elle se fit vivement attraper un pan de son kimono.

- Hey ! Ah, tiens te voilà toi !

Oui, le voilà lui, le shinigami de la sixième qui arrivait par son idiotie permanente à s’attirer tous les ennuis de la Soul Society. Et par la même occasion, il entrainait tous ceux qu’il croisait avec lui. Encore une fois, il fit preuve d’une incroyable prétention en se mettant carrément en avant au détriment de sa supérieure hiérarchique (même s’il ne le savait pas), et usant d’un sortilège de camouflage afin de passer inaperçu. C’était plutôt bien joué, mais aux yeux de la belle blonde, ça n’excusait en rien son attitude un tantinet machiste. Néanmoins, il s’excusa platement, chose plutôt surprenante, de toutes les épreuves qu’il avait pu lui faire endurer, reconnaissant de manière tout à fait honnête qu’il y était pour beaucoup. Aussi, il proposa différentes « punitions » plutôt violente, ajouter qu’elle avait carte blanche quant à faire quoi que ce soit sur son corps… Avant de préciser qu’il ne proposait rien de sexuel.

- Je… Je n’y pensais même pas, pervers !

Avant qu’elle n’ait pu faire son choix concernant la sentence à appliquer, Konrad se permit une dernière parole.
Mais Rangiku n’était pas femme à laisser passer tel ou tel comportement en se référant simplement sur le physique. Toutefois, elle s’était finalement plutôt bien amusée dans cette auberge miteuse, et elle avait fait une nouvelle rencontre, chose appréciable. Remettant une mèche de cheveux en place, elle observa un instant son interlocuteur, et soupira, exaspérée de le voir sourire comme un idiot.

- Bah c’était plutôt marrant cette journée, et puis je n’ai pas été tendre à certains moment donc disons qu’on est quitte. Par contre…

Déchaussant sa sandale, elle l’attrapa au vol et la lança à la figure de Konrad.

- Ca, c’est pour m’avoir considérer comme une débutante !!

C’était plutôt insultant… Tout ça parce qu’elle était blonde, qu’elle avait une grosse poitrine et qu’elle venait de passer sa journée à ne rien faire d’autre que glander et un peu boire. Il était d’ailleurs temps de reprendre le chemin de ses quartiers, et de tenter vaguement d’écrire deux mots sur une feuille histoire de faire « comme si ».

- Bon allez, j’y vais, le devoir m’appelle, c’était un plaisir de te rencontrer Konrad ~ Et tu ferais bien de commencer à apprendre le nom de tes supérieurs, ça fait tâche de pas savoir. En tout cas, n’hésite pas à venir me rendre visite, j’ai un très bon saké en réserve !

L’invitation était lancée, à lui d’en user à bon escient.
Après l’avoir salué une dernière fois, elle lui tourna le dos, hésita un instant et lui lança :

- Au fait, pour pallier à ton ignorance, je suis la vice-capitaine de la dixième division, et pour info, le tien s’appelle Abaraï Renji. Bye !


Spoiler:
 
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]
Lun 15 Oct - 13:17

Ah, ces femmes ! Incapables de reconnaître la vérité lorsque quelqu'un leur plaît, comportement typique de ces charmantes créatures. Elle n'en pensait pas moins, l'homme en était persuadé par une confiance quasi illimitée en sa personne. Bientôt, les shinigamis allaient devoir se séparer, Konrad sentait le moment venu puisque maintenant qu'ils avaient foutu un beau bordel au Rukongai, qu'ils avaient bu un verre et qu'ils avaient échappé à des villageois mal intentionnés, tout était terminé pour le mieux. En fait, même si la fin du monde avait lieu, il verrait toujours sa journée comme quelque chose qui s'est bien terminée. Puis, elle avoua elle-même qu'elle s'était bien amusée, alors que tout s'était déroulé pour que rien n'aille comme il le fallait. Finalement, il n'avait pas pu goûter tout le saké qu'il aurait espéré boire, bien qu'il n'était pas un poltron comme elle, cela va de soit.

Alors qu'il avait toujours ses mains au fond des poches, le blondinet fut potentiellement surpris qu'elle ôte sa sandale. À ce moment, il ne comprenait qu'à moitié où elle voulait en venir, mais c'est ensuite que ses craintes se confirmèrent. Pas suffisamment vif pour esquiver, il reçut sa sandale en pleine figure, le faisant légèrement basculer vers l'arrière. Il se rééquilibra, une marque rouge désormais bien tracée sur son beau visage. Grognant de colère, il hurla quelque chose de totalement incompréhensible, à croire qu'il parlait d'un autre langage, suite de quoi il se calma un peu avant de retrouver toute sa raison. La prendre pour une débutante ?! Mais que voulait-elle dire par là ? Elle était une novice, ça se voyait ! L'instinct était une des qualités les plus perfectionnées de ce cher Konrad, il ne se trompait jamais, enfin, quasiment jamais. Force est d'admettre qu'elle avait pourtant bien combattu à l'auberge contre ce bonhomme enveloppé. Bien, OK, elle avait marqué quelques points, mais est-ce que ça signifiait pour autant quelque chose ? La preuve que non, il en était le parfait exemple. Personne ne pourrait croire qu'il fait lui-même partie du top cinq des hommes de la sixième division, et pourtant !

Finalement, la blondinette et ses deux amis s'en allèrent. Avant de partir, elle lui conseilla de se souvenir du nom de ses supérieurs ET d'aller lui rendre visite si jamais il voulait picoler un peu. Pour sa seconde proposition autant il comprenait la démarche, autant pour la première à quoi bon ? Appeler son supérieur capitaine ou vice-capitaine était largement suffisant pour lui.

« Ok Matsumoto, mais pour moi tu seras toujours "Double Gun !" »

C'était bien mieux comme surnom ! Enfin comme appellation, le surnom viendrait plus tard, lorsqu’il aurait davantage d'inspiration que ça. Lui adressant un dernier au revoir avec la main, il regarda cette dernière s'éloigner. Ah ! Au moins, cette journée se terminait plutôt bien, ça changeait de ses sorties habituelles. Discrètement, Konrad sortit de la ruelle sécuriser par ses soins, puis s'en alla les mains enfournées dans les poches comme si de rien n'était. Après quelques secondes d'hésitations, il soupira. Décidément, il avait pensé trop vite. En effet, quelques hommes étaient en train de le suivre dans une filature ratée, sans parler du fait que deux d’entre eux s'étaient planqués dans des endroits improbables pour lui faire la fête. Il se retourna vivement, imitant les Cow Boys dans les films, avec une posture quasiment identique.

« Écoutez les gars ! Ce n’est pas de ma faute si vos femmes en veulent à mon corps. J'y suis pour rien moi, j'aimerais être comme vous ! »

Pour le coup, il avait intentionnellement provoqué ses poursuivants en concluant avec sa fougue habituelle. En fin de compte, le jeune blagueur n'apprendrait jamais rien de la vie. Mais c'est ainsi qu'il s'amusait ! Il n'échangerait ça pour rien au monde ! Ce chapitre se termina donc sur une longue et douloureuse fuite à travers le Rukongai. Direction le Seireitei, à la recherche de péripéties encore plus folles.



Spoiler:
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [Corrigé] Un beau bordel [PV FlashBack]






Sujets similaires

-
» Un beau bordel en peer-to-peerspective!
» [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération