[Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



[Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]

Invité






MessageSujet: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Ven 18 Mai - 23:56




Ranger des livres, encore et toujours.
Était-ce parce qu’on lui en empruntait pas mal, ou tout simplement parce que lui-même lisait beaucoup qu’il passait le plus clair de son temps à la librairie à agencer les ouvrages qu’il détenait? Son enseigne avait gagné en notoriété dans ce petit quartier au sud de Karakura, depuis qu’il s’y était installé. Pas trop longtemps afin de paraître crédible - vous avez déjà vu un libraire immortel? - mais néanmoins assez pour se faire un peu connaitre des passionnés de lecture et amasser un peu d’argent, lui permettant de se procurer toujours plus livres pour ses clients. Parmi ses possessions, des recueils des poésies, des essais philosophiques, des romans ou de simples recettes de cuisines. C’était ce qu’on aurait pu appeler une collection variée… chacun y trouvait son compte et c’est spécialement ce qui faisait le bonheur de l’ancien shinigami, reconverti bien que temporairement en gérant de cette librairie. Quelque part, le fait d’échanger avec les citoyens humains de cette belle ville lui rappelait de vieux souvenirs d’une époque dorée à la Soul Society, lorsqu’il partageait volontiers ses lectures avec d’autres membres de sa division. Ou qu’il tentait de mettre l’irascible Kyushu Takika le nez dans un bouquin afin qu’il en abandonne sa sainte horreur. Kyushu…

Le regard de Iroai se figea sur la couverture écornée d’un vieux livre de fantaisie qui dépassait de la rangée et, avec lenteur, il porta sa main jusqu’à la tranche pour la pousser doucement dans un frottement sourd vers le fond de l’étagère, au même niveau que ses camarades. Le shinigami esquissa un léger sourire satisfait et se recula avant de se frotter les mains tout en observant son travail, une petite paire de lunettes rondes sur le nez. Chaque œuvre était référencée, classée, les supports en bois étaient pleins à craquer mais tout avait été placé avec tant de minutie et de méthode que ça en semblait presque parfait. Juste presque, car après tout, rien ne l’est jamais. L’ancien lieutenant de la neuvième division jeta un regard par la fenêtre qui donnait au dehors. Le soleil allait bientôt se coucher et il serait temps alors pour lui de fermer la boutique. Cela dit, il ne comptait pas prendre de repos immédiat. Il avait l’intention d’aller méditer, de profiter de la brise de la nuit. Voler, s’envoler. A moins qu’il ne fut tout simplement emporté par le vent nocturne? Il y avait sans doute un peu de tout ceci dans ses balades au clair de lune, mais elles avaient toutes le mérite de le rasséréner. Iroai s’approcha de la fenêtre et s’y accouda momentanément en posant son regard sur la sphère de feu qui descendait dans le ciel, laissant ses iris brunes planer dans le vague sans trop réfléchir. Juste se laisser aller.

Mais toute pause à une fin et le Senkou trouva la sienne quelques minutes plus tard, se redressant de l’appui de fenêtre avant d’aller ramasser les clés de la librairie sur son bureau, les faisant tinter dans sa main. Il se dirigea d’un pas tranquille vers la porte vitrée de l’enseigne pour venir tourner la pancarte de « ouvert » à « fermé » et verrouiller l’accès par un tour de clé. Après s’être rassuré d’un rapide coup sur la poignée que l’entrée était bien bloquée, il prit le chemin de l’arrière boutique, là où se trouvait sa propre habitation. Il avait acheté le tout afin de ne pas avoir à bouger entre son lieu de travail apparent et son domicile, un choix assez stratégique dans la mesure où en concentrant tout ce qu’il possédait au même endroit, il était en mesure de mieux le protéger. Après un rapide passage dans la cuisine afin de soutirer de tout cela un petit repas, il se dirigea à l’étage vers sa chambre et retira sa chemise blanche un peu débraillée par la journée passée qu’il plia soigneusement avant de la poser sur une commode. Ceci fait, il retira ses chaussures et son jean noir qu’il rangea également avec attention, avant de se laisser tomber sur un lit qui lui sembla, dans cette enveloppe artificielle et très prompte à s’user et se fatiguer, incroyablement moelleux et accueillant. Pourtant, intérieurement il n’avait pas plus envie de se laisser aller au sommeil que quelques minutes plus tôt. Il se redressa d’un geste avant de soutirer quelque chose de la poche de son pantalon, de toute évidence un distributeur de Soul Candy. Dans la continuité de cet acte, il était une dizaine de secondes plus tard à peine séparé de son Gigai qui l’observait silencieusement, se rétablissant avec une sorte de légèreté irréelle sur le plancher usé de sa petite chambrée. Il adressa un regard vide d’expression à l’esprit de substitution qui résidait désormais dans son faux lui.


- Repose-toi, lui intima-t-il. Son interlocuteur accepta sans un bruit en hochant la tête, avant de s’allonger sous les couvertures pour entreprendre de dormir, reposant ainsi par la même occasion l’enveloppe qu’Iroai adopterait de nouveau le lendemain. Ce dernier se retourna vers une ouverture brillante dans la pénombre ambiante, une fenêtre qu’il laissait toujours ouverte afin de pouvoir sortir par là. Il avança doucement dans l’obscurité, tâtant d’une main fébrile son zanpakutô. Il fallait qu’il s’entretienne avec lui ce soir. D’abord, il devait se vider la tête. Dokuganryu le préférait exempt de toute préoccupation extérieure, ça faisait partie de ses facéties.

Quelques minutes plus tard, le shinigami était dehors, respirant l’air pur et agréable du soir qui s’annonce, appréciant déjà le calme qui s’installait autour de lui alors que l’activité ralentissait, tel un cœur qui perd peu à peu son pouls. Il se déplaça sur les toits pendant un moment en guettant autour de lui tout ce qui pourrait être anormal. Il profitait de ses promenades comme de rondes également, veillant sur les habitants de Karakura dans la mesure de ses moyens. Il en connaissait certains et quelque part, les contacts humains lui faisaient du bien. Ils avaient un peu rempli le vide laissé par son exil et quoi de mieux pour remercier ces gens que de les protéger de choses qu’ils ne pouvaient soupçonner? Rien d’autre aux yeux de l’ancien membre du Gotei qui considérait leur vie comme un bien précieux. D’ailleurs, un cri déchirant qui emplit l’air alors que le soleil finissait de disparaitre attira les vieux réflexes remis au gout du jour du shinigami qui s’empressa de se rendre sur les lieux d’origine de la perturbation sonore. Le timbre bestial, la sonorité puissante. Pas de doute, un hollow. Cependant il ne ressentait nulle concentration spirituelle et ne mit pas longtemps à comprendre qu’il s’agissait sans doute d’un hollow de bas rang esseulé à la recherche d’une âme en pâture. Il ne lui fallut que quelques dizaines de secondes pour rejoindre le lieu d’apparition de son adversaire, un parc plongé dans la nuit. Le parc Tsubakidai, en l’occurrence. La créature à la teinte verdâtre brandissait son masque de porcelaine vers la lune qui se reflétait sur la surface lisse de son facies macabre. Morphologiquement, on aurait dit une sorte de bestiau à mi chemin entre le taureau et la mante religieuse… ce genre d’abominations étranges que les hollows pouvaient parfois représenter. Avant même qu’elle n’ait pu réagir, l’ancien Vice capitaine dégaina dans un crissement d’acier et trancha sa tête en deux parties égales, provoquant la désagrégation de son corps maudit. Tout en observant les particules s’envoler dans le ciel, il rengaina d’un geste vif son arme, tournant lui aussi son regard vers la lune.


- Belle nuit, murmura-t-il pour lui-même.




Dernière édition par Iroai Senkou le Dim 27 Mai - 16:18, édité 1 fois
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Sam 19 Mai - 15:33

- Yasuri Holsaki, membre de la troisième division des armées de la cour, nous vous donnons l'ordre de vous rendre dans la ville de Karakura dans les plus brefs délais afin d'éliminer les hollows que vous pourrez y trouver qui menacent la vie des habitants et des âmes. Comme vous le savez il y a une forte concentration de reiatsu dans cette ville et ses alentours. Néanmoins, si vous rencontrez le shinigami Daiko Kurosaki Ichigo ou un membre de son équipe nous vous prions de ne pas prendre outre mesure de contact avec lui et de le ou les laisser agir. Vous êtes envoyé pour une durée d'environ une semaine mais si un problème survient ou que vous êtes blessés n'hésitez pas à revenir le plus rapidement possible.

Et le papillon de l'enfer reparti aussi vite et gracieusement que ses frêles ailes le lui permettaient. Il retourna à l'endroit d'où il venait, c'est à dire chez son propriétaire qui avait donner l'ordre de mission au blondinet. Il ne pensait pas avoir suivre les dernières indications... il se trompait.

Un sourire barra le visage du shinigami aux rêves de gloire. Son unique but était de devenir plus fort afin de devenir le capitaine de sa division, comme l'ancien tenant du titre avait déserté, et cela avant qu'un autre ne lui rafle la place. Pour se faire il avait décidé de se porter volontaire pour le plus de missions possibles, même les plus ingrates, pour progresser rapidement. Cette patrouille à Karakura serait parfaite, il combattrait des hollows, certains plutôt forts, et cela plusieurs fois. Il n'y avait plus qu'à se diriger jusqu'au Dangaï où il serait envoyer dans la zone en question... mais il était où le Dangaï déjà ?

Après un quart d'heure à avancer dans le Seïreïteï, il trouva finalement la porte. Il n'avait pas voulu se rabaisser au point de demander son chemin, il était déjà allé dans le monde réel mais si peu que le portail de transport en question n'était qu'un vague souvenir pour lui. Il était donc finalement en direction du monde réel, lui-même préférait l'appeler le monde des humains plutôt, il n'aimait le terme "monde réel" est-ce que cela sous entendait que leur propre monde était un faux monde ? Sans vouloir s'étendre sur le sujet, Yasuri se demanda qui avait bien pu appeler ainsi ce monde. Certainement un humain qui n'appréciait pas la Soul society. Bref, il arriva devant le portail et les gens qui surveillaient les allers et venus.


- Halte, déclinez votre identité s'il-vous-plaît.

- Yasuri Holsaki, membre de la troisième division. Je suis envoyé à Karakura pour une mission de routine.

- Nous avons été mis au courant, au vu de votre grade et votre reiatsu vous n'avez pas besoin qu'on vous appose une limite. Vous pouvez passer.

Au moment où le jeune soldat allait se diriger vers le portail, un shinigami en sortit, visiblement en bon état et heureux de revenir chez lui. Yasuri le connaissait un peu, c'était la personne qu'il remplaçait.

- Hey Holsaki-kun ! C'est toi qui me remplace ? T'inquiètes, y a pas mal de hollows mais tu devrais te débrouiller !

- Et oui c'est moi ! Merci des encouragements Horudā-san, repose toi bien.

Les deux shinigamis se sourirent mutuellement et celui qui revenait de mission donna l'accolade à l'autre. Celui qui le relevait s'engouffra donc dans ce portail brillant qui semblait n'attendre que lui en espérant qu'il reviendrait dans le même état que son prédécesseur... il se trompait, malheureusement pour lui. Le sombre et étroit tunnel donnais une ambiance obscure à cet endroit, Yasuri y avançait à pas lents et regardait devant lui à l'affût de la moindre lumière, il ne tenait pas spécialement à tomber sur le Kototsu ou des Koryus... une erreur technique ne devrait pas arriver mais ça ne serait pas le première fois. Après ce qui lui sembla être une éternité mais qui n'était en vérité que quelques minutes, notre shinigami arriva en ville et la porte se referma, il savait pouvoir l'ouvrir à tout moment avec son zanpakuto mais cela lui fit tout de même bizarre... revoir ce monde après tant d'années. Il y revenait de temps à autres mais sans vraiment y faire attention car c'était pour de courts laps de temps, là cela allait être relativement long.

Il marcha quelques temps dans les rues, regardant les gens qui rentrait chez eux ou emmenaient leurs enfants de tout âges dans un parc quelconque. Un instant il crut qu'un enfant l'avait vu car il le fixait, puis il s'était retourné tout sourire vers sa mère en lui montrant le papillon qu'il venait d'apercevoir. De toute façon comme il ne portait quasiment jamais l'uniforme des shinigamis, si ceux qui pouvaient le voir l'apercevaient ils le prendraient pour un simple passant, en tout cas s'ils ne faisaient pas attention à son zanpakuto qui battait la mesure sur sa jambe. En pensant à sa tenue il se rappela les histoires que certains de ses collègues lui avaient racontés sur des shinigamis exilés qui s'étaient réfugiés dans le monde des humains pour vivre comme eux et se demanda si habillé ainsi on pourrait le prendre comme tel ? Et croiserait-il ces personnages dont on parlait à voix basses et jamais ouvertement ?

La journée avançait et approchait de sa fin, chacun rentrait chez lui, mais Yasuri n'avait actuellement pas de chez lui pour rentrer, il devait veiller à la sécurité de cette ville. Alors qu'il somnolait légèrement, un cri bestial le fit sursauter. Pas de doute, c'était un hollow ! Ce genre de cri pouvait faire penser aux âmes qui, mutant à l'instant, hurlaient leur faim et leur haine à la lune pour prouver la force de leur nouvelle forme. Il courut d'abord et se rendant compte que le reiatsu émanait d'une zone relativement éloignée de la sienne, il utilisa son shunpo qu'il ne maîtrisait que peu l'ayant appris il y a quelques jours à peine et se retrouva à quelques mètres de la zone en question. Le parc n'était guère éclairé et une tension parcourait l'air, une ambiance pesante s'était installée. Yasuri vit le monstre qui ressemblait à l'étrange union d'un taureau et d'une mante religieuse, une créature puissante et l'autre perfide et assassine... mais le monstre n'était sûrement pas aussi dangereux que ces créatures réunies. Il allait dégainer son zanpakuto quand un homme sabre à la main trancha le masque de la bête en deux parties égales, le monstre se désagrégea lentement et le guerrier regarda le ciel nocturne.

Yasuri déglutit difficilement, qui était cet homme ? Il se cacha derrière un arbre en espérant ne pas être repéré, maigre consolation, même si son reiatsu était faible, le blondinet peinait à le cacher. En plus comme par hasard et se cachant il venait de marcher sur une branche... pourquoi donc fallait-il qu'il soit si maladroit ?


Dernière édition par Yasuri Holsaki le Ven 1 Juin - 18:49, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Sam 19 Mai - 20:20



La créature n’avait certes pas fait long feu. Il ne fallait pas s’attendre à plus de résistance de la part de ce genre d’ennemi, Iroai l’avait compris depuis longtemps. Ils ne constituaient pour lui que de maigres menaces. Cependant, ils étaient bien plus dangereux pour les humains ou les âmes errantes qu’il ne pouvait pas enterrer sous peine d’être remarqué… voilà ce qui constituait le cœur du problème. Brandir son arme non pas uniquement pour soi même, mais au service des autres. Une motivation avec suffisamment de résonnance dans le cœur et l’âme de notre shinigami exilé pour qu’il adopta ce comportement. Il observa le scintillement de la lune durant quelques secondes encore, laissant les dernières particules démoniaques s’évaporer en l’air comme des songes, son esprit voguant passivement vers le ciel. Ses yeux dérivèrent jusqu’à la faible mais scintillante lueur d’une étoile qui brûlait à des années lumières de là, avant de venir fixer droit devant lui dans un mouvement reptilien.

Un bruit. Une branche qui craque. Il n’était pas seul par ici… un autre hollow? Assez improbable. Il se serait jeté sur lui sans attendre en hurlant avec sauvagerie, désireux uniquement de déchirer ses chairs et de s’en repaître afin de poursuivre son innommable processus d’évolution. Iroai voyait également mal un être humain dans les parages. Il aurait pu être attaqué par la créature, auquel cas il serait arrivé en pleine agression. De toute évidence, il ne restait à l’exilé qu’une seule solution plausible : un shinigami. Il tourna rapidement la tête vers l’origine du craquement sec, resserrant la prise sur la garde de son zanpakutô. Quelque fut la forme de vie qui avait provoqué ce bruit… elle était proche. Il inspira silencieusement et ses yeux se plissèrent alors qu’il se focalisait sur un arbre, un chêne liège assez vieux et massif pour cachet quelqu’un. Voilà qui ne jouait sans doute pas en faveur de l’anonyme. C’était une cachette de premier choix mais également la plus évidente possible. Le shinigami en exil se concentra tout en observant l’arbre, finissant par déceler un reiatsu de maigre ampleur, mais bien réel. L’ancien lieutenant de la neuvième division écarta quelque peu les pieds. Avait-il été observé? Il allait vite le découvrir. Il n’avait pas été appelé Gesshoku pour rien.

Un flux de reiryoku descendit jusqu’à ses jambes. Par un shunpo prompt qui le fit disparaitre dans un souffle d’air, il fit le tour de l’arbre pour se retrouver derrière celui-ci, la main sur la garde de son épée. Son passage laissa une petite trainée d’herbe qui voletait doucement en décrivant un arc de cercle autour du tronc, témoin postérieur de son mouvement. Comme il l’avait suspecté, il y avait bien quelqu’un de caché derrière cet arbre… avant même de lui laisser le temps de réagir, il dégaina sa lame et plaça la pointe contre sa nuque, instaurant une menace immédiate. Il avait fuit trop longtemps pour se permettre d’être repéré maintenant. Il ne devait pas laisser la moindre chance à quiconque pourrait lui causer du tort en signalant sa position à la Soul Society. Être un shinigami exilé n’était guère une vie facile. Jamais vraiment absout de ses crimes… jamais à l’abri d’une justice foudroyante. Le Senkou le savait mieux que quiconque car il en était l’un des plus fervents adeptes et avait toujours pensé que pour que la justice existe, l’ordre devait lui aussi exister. Or, l’ordre que représentait le Gotei 13 lui était fortement défavorable. Il exerça une légère pression de la pointe de son arme sur la nuque de l’inconnu.

- Qui es tu? demanda-t-il d’un ton incisif, une lueur dansante dans les yeux. Son regard descendit le long de l’homme qu’il tenait en joue, le détaillant et l’analysant dans les moindres détails. Une chevelure blonde longue et fournie traversée d’un bandeau rouge dont deux parties indépendantes voletaient doucement sous les courants d’air de la nuit, ainsi qu’une écharpe à la teinte violacée qui semblait pour sa part trop lourde pour subir les aléas du vent. Un chandail rouge, un jean blanc et des chaussures noires. C’était une tenue qu’Iroai trouva assez haute en couleur, il aurait facilement pu être soulagé de se retrouver face à quelqu’un qui n’avait aucune trace de kimono noir. Oui, il n’avait absolument rien d’un shinigami… rien d’autre que ce Katana qui pendait à sa ceinture. Avant qu’il n’ait eu le temps de formuler une réponse, l’ancien vice capitaine ajouta deux questions à l’interrogatoire naissant. Cette arme, est-ce un Zanpakutô? Es tu un shinigami?

Il maintint fermement la morsure froide de l’acier de Dokuganryu sur la peau même de son ennemi, conscient du danger qu’il pouvait représenter pour lui. La présence de ce Katana ceint à son côté l’intriguait autant qu’elle pouvait l’inquiéter. Il était à peu près certain d’avoir affaire à un shinigami, mais il doutait que ses fonctions soient encore d’actualité. Ne se devait-on pas de porter l’uniforme traditionnel, quand on travaillait pour le Gotei? Cela lui paraissait évident. Il aurait aimé pouvoir être en train de le porter mais c’était un luxe qui lui était désormais interdit. Pour les mêmes raisons, il devait éviter à tout prix que quelqu’un révèle qu’il était ici. Il s'agissait peut-être d'un exilé tout comme lui, un peu curieux de voir un hollow se faire trancher net en deux par un quelconque inconnu sorti de nulle part? Quoi d'autre? Iroai n'avait connaissance d'aucun autre genre de personne qui pourrait se balader en plein milieu de la nuit avec une arme ceinte à la taille. Quelque fut la réalité des faits, Iroai était sur ses gardes.

Il ne laisserait personne l'empêcher de prouver son innocence, ce qui impliquait qu'il ne devait surtout pas finir au nid de vers ou encore pire, mort. Pour organiser son retour, il lui fallait acquérir plus de force encore, développer les secrets intimes à son âme, s'épanouir au maximum de ses capacités en tant que shinigami afin d'être sûr de pouvoir LE vaincre. Karakura était un passage nécessaire... mais également l'une des choses qui lui permettait de supporter sa déchéance, la perte de tout ce qu'il avait connu. Cet endroit recelait des surprises très agréables et des gens au coeur bon comme mauvais. L'ancien shinigami ne pouvait qu'apprécier cette coupure avec le monde des esprits qui lui permettait de dépressuriser et garder un esprit clair. Il s’était bâtie une vie dans cette ville même temporaire, un commerce, il rencontrait des gens tous les jours et il appréciait beaucoup converser avec eux, même si ils n’effleuraient jamais que la partie émergée de l’iceberg et qu'il finirait par les quitter. Le reste était sans doute destiné à résider dans les profondeurs…





Dernière édition par Iroai Senkou le Dim 27 Mai - 16:19, édité 1 fois
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Sam 19 Mai - 23:34

Cet arbre... était-ce vraiment une bonne idée ? Parce que, de un : il y avait logiquement près d'un arbre des branches comme celle sur laquelle il avait marché : De deux, certes c'était une bonne cachette mais étant la première à laquelle on pensait elle était finalement peu pratique. De trois : bah finalement non c'était pas une bonne idée sinon il aurait pas la lame d'un zanpakuto pressée sur la nuque. L'homme était allé à une vitesse extrêmement élevée, son shunpo n'était pas celui d'un amateur. Il ne l'avait presque pas vu venir. Yasuri aurait bien usé du sien, mais au vu de ses compétences, il n'aurait peut-être réussi qu'à s'empaler dans l'arme de son agresseur. De plus, au vu des compétences de l'adversaire cela aurait été inutile et il aurait surtout eu l'air encore plus suspect par "délit de fuite" comme dirait les humains. Mais suspect de quoi au juste ? D'être un danger ? D'être un espion ? Le blondinet ne savait pas vraiment... d'après lui il n'avait pas l'air dangereux, surtout quand on voyait la personne qu'il avait en face de lui.

L'homme aurait pu en impressionner plus d'un parmi les plus forts et courageux... et Yasuri n'était ni vraiment l'un ni vraiment l'autre -il était plus impulsif que courageux et plus imaginatif que fort- cet homme devait mesurer environ un mètre quatre-vingt-dix et il était facile de voir qu'il n'avait pas le physique de n'importe qui, sous ses vêtements on devinait qu'il s’entretenait et que des muscles qui auraient fait rougir un athlète était sculptés... ou était-ce parce que notre blondinet était du genre maigrichon ? Il avait des cheveux mi-longs et impeccablement lisses plaqués sur sa nuque. Il portait des bottes, un pantalon beige ceint par une ceinture et une ample veste qui descendait jusqu'à ses genoux. Ce n'était pas les vêtements de n'importe qui, et surtout pas d'un shinigami... enfin il pouvait parler lui, fringué comme il l'était personne ne l'aurait pris pour un ange de la mort non plus. Comme il était peu probable que le missionnaire ait un collègue sans qu'il n'en soit informé, cet homme devait être un shinigami exilé... du moins c'était ce que laissait penser son zanpakuto.


- Qui es-tu ?

Yasuri lui aurait bien posé la même question... mais c'était peut-être pas le moment en fait. D'ailleurs il n'en aurait pas eu le temps car l'inconnu exerça un peu plus de pression sur son arme, et donc sur sa nuque, et enchaîna avec d'autres questions. Si son arme était un zanpakuto ? S'il était un shinigami ? Yasuri était généralement un personnage assez naïf, mais il lui arrivait de réfléchir, surtout lorsqu'il avait une arme pointée dangereusement sur sa nuque. Il aurait pu répondre oui aux deux questions... mais il se méfiait. Si cet homme lui posait ces questions c'est qu'elles influenceraient son jugement du blondinet. Cette expression prenait d'ailleurs tout son sens car cet homme semblait littéralement vouloir juger du droit de vivre ou non. Yasuri ne voyait pas vraiment d'intérêt de mentir, mais il ne pensait pas non plus qu'il serait vraiment avantageux de dire la vérité. Il prit donc un ton de voix aussi neutre qu'il pouvait et un regard aussi impassible que la situation lui permettait d'employer. Même si l'homme venait de le tutoyer, il décida d'employer le vouvoiement. Cela lui venait naturellement et cet homme semblait un petit peu plus âgé que lui.


- Vous me demandez si cette arme est un zanpakuto et si je suis un shinigami... et si c'était le cas ?

C'était une réponse assez provocante, mais il espérait qu'au lieu d'énerver ce type, elle l'amènerait à lui dire ce qu'il ferait en fonction de la réponse... ce qui ne serait pas le choix le plus avisé car Yasuri pourrait tout simplement mentir, mais alors il pourrait n'avoir aucune foi dans sa réponse. Le blondinet venait de se foutre dans le pétrin non ? Enfin, cela pousserait peut-être l'homme à lui expliquer pourquoi il l'agressait. Au moins il saurait pourquoi il mourait.

Néanmoins le maladroit archiviste espérait que cela n'arriverait pas, il avait encore tellement de chose à accomplir, tellement de choses à faire, d'objectifs à atteindre. Il n'avait pas abandonné l'idée de devenir capitaine, c'était d'ailleurs un comble qu'il meurt ici alors que pour lui cette mission était un pas de plus pour atteindre ce but. Maintenant qu'il était possible que ses jours s'arrêtent ici -ou recommencent selon le point de vue- il se questionna sur ses motivations. Pourquoi voulait-il atteindre ce grade ? Qu'est-ce que cela lui apporterait ? D'une part, c'était sûrement pour rendre hommage à cette escouade de shinigamis qui avait sauvé le jeune homme alors qu'il errait en tant qu'âme au lieu de s'occuper du Menos Grande qui était leur cible première, ils étaient tous morts en accomplissant leur devoir. Il espérait d'une part qu'ainsi ils ne soient pas décédés pour rien. D'autre part c'était aussi pour enfin être reconnu, qu'il arrête d'être le simple sous-fifre, le rebut venu du Rukongaï, qu'il méritait sa place autant que les autres et que même les personnes qu'on n'imaginait pas autrement qu'en simple soldat pouvait atteindre les hauteurs. Pour finir, c'était un rêve pour tous, une véritable consécration.

Il serra le manche de Dakudoragon, si telle était la décision de son bourreau, Yasuri ne se laisserait pas tuer sans réagir, il vendrait chèrement sa peau. Tentant comme à son habitude des situations de derniers recours, improbables. Finalement c'était son style de combat, être imprévisible lorsqu'il était dos au mur... ou nuque au zanpakuto.


Dernière édition par Yasuri Holsaki le Ven 1 Juin - 18:54, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Dim 20 Mai - 18:20



La pointe contre sa nuque menaçait de lui transpercer le cou à tout moment, ou encore même de le décapiter sans autre forme de procès. Il était de dos mais avait tourné le visage, ne se laissant pas aller au silence bien longtemps. Il était en joue. Il pouvait mourir, mais il faisait face à l’adversité. Iroai douta fortement du fait qu’il n’éprouve aucune anxiété. Il était plus probable qu’il se maitrisa à merveille, ne laissant filtrer qu’un voile d’indifférence qui restait toutefois fragile. De la fierté, une habile tentative de survie? Quoi qu’il en fut, l’inconnu ne comptait pas révéler à l’ancien lieutenant ce qu’il était dans l’immédiat. Il fallait trouver à celui-ci le moyen de lui tirer les vers du nez afin de savoir quelle conduite adopter. Il ne savait pas si il avait été reconnu, il espérait que non. L’étranger semblait conforter cette hypothèse, mais encore une fois tout ne pouvait être qu’un jeu. Il était capable de garder son calme dans une situation comme celle-ci. Mentir n’aurait pas été difficile et l’exilé en avait pleinement conscience. Que ce fut pour sauver sa vie tout simplement, ou encore le frapper dans le dos. Cependant, il était également prêt à tout coup bas. Il en avait vu d'autres.

Iroai resserra sa prise sur la pointe de son arme, cherchant une réponse adéquate. Fixé, il devait être fixé sur l’identité de l’homme qu’il menaçait de mettre à mort à la moindre seconde. Le shinigami exilé opta finalement pour un mélange de diplomatie et de contrainte. Il allait lui donner une part de la vérité le concernant sans pour autant la révéler totalement. Soit le shinigami savait qui il était, et il ne courrait aucun risque supplémentaire à confirmer ses pensées. Soit il ne le savait pas et ça ne serait que quelques détails inutiles entre ses mains. Il recula de quelques centimètres la pointe de Dokuganryu, permettant à l’homme de se retourner.

- En présence du danger, sois toujours prêt à dégainer. Ne te laisse pas prendre pas surprise, commença-t-il d’une voix sévère. Son regard glissa sur le corps tout entier de l’inconnu, s’arrêtant sommairement sur la garde de son épée qu’il serrait désormais avec conviction. Il était malgré tout prêt à se défendre, alors que cela avait plus de chances de le priver de sa vie… bien qu’il fut potentiellement un ennemi, cela n’empêchait pas Iroai de reconnaitre ces qualités. Le Senkou était loin de porter en horreur ses ennemis, encore moins les shinigamis puisqu’ils avaient été ses frères. Être confronté à quelqu’un amenait parfois de la haine et c’était quelque chose qu’il déplorait beaucoup. Sa capacité à traiter ses adversaire non pas avec colère mais sans aucune animosité particulière l’avait fait connaitre. La seule personne qui dérogeait à cette règle, il s’était promis de lui faire payer. Ce sont les premières choses qu’on apprend durant les cours de Zanjutsu de l’Académie des arts spirituels. De plus… porter l’uniforme de sa division n’est-il pas une règle essentielle?

Il baissa doucement la pointe de sa lame pour venir effleurer les habits peu conventionnels de son interlocuteur, soulevant par là même un certain soucis de cohérence entre le personnage et la fonction qu’il aurait pu exercer. Cependant, il n’était pas pour autant catégorisé comme non shinigami aux yeux de l’ancien vice capitaine de la neuvième division. Le monde avait changé, après tout. Comment aurait-il pu savoir les mœurs du Gotei… il se demanda si Urahara Kisuke gardait un contact à la Soul Society. L’exilé s’en sortait très bien et ne semblait jamais avoir eu de problème avec les treize armées de la cours. Il se procurait régulièrement des marchandises en provenance directe de la Soul Society, ce qui montrait qu’il avait encore des cartes en mains. Peut-être qu’aller le voir serait une bonne idée? L’idée s’installa et germa rapidement dans l’esprit de Iroai qui se concentra néanmoins sur l’homme devant lui.

En signe de bonne foi, il recula d’un pas tout en continuant de le pointer de son épée. Il se savait prêt à lui trancher la gorge dans le moindre instant, même si il ne comptait pas le faire. De tous les shinigamis qui l’avaient rencontré, ceux qui l’avaient reconnu avaient au pire était assommés. Il répugnait hautement à tuer ses anciens frères d’armes, même si il ne les connaissait pas. Le plus plausible resta qu’il le mette hors d’état de nuire sans attenter à ses jours, si il se révélait être l’un d’eux… surtout si il comptait le reporter aux plus hautes instances. Il était toujours responsable de plusieurs faits. Trahison, meurtre d’un siège de sa propre division. La peine pour tout cela était sans aucun doute assez lourde et il ne se sentait pas prêt à l’accepter. Venant de quelqu’un prônant la justice, c’était assez contradictoire sur la forme, mais pas dans le fond. Iroai croyait en la véritable justice. Une justice qui concorde avec la réalité des faits. Or, si il était puni, il le serait à la place de quelqu’un d’autre et il ne pouvait pas le supporter.


- Contrairement à ce que tu peux penser, ce qui compte n’est pas le fait que tu sois shinigami ou non. Ce qui compte est l’attitude que tu t’apprêtais à aborder envers moi, caché derrière cet arbre. Ton reiatsu n'est pas celui d'un être humain. Je ne suis pas dupe. Si il n’y avait pas eu cette branche, cela aurait été parfait pour me sauter dessus sans crier gare, tu ne penses pas? Il continua de le fixer d’un regard intense et implacable, vrillant ses pupilles droit dans les siennes. Il lui laissait une occasion d’emprunter la porte de sortie, de s’expliquer. Pour l’heure, si il ne ressemblait pas forcément à un Shinigami, il semblait en tout cas qu’il fut prêt à l’égorger dans un coin sombre comme le dernier des malfrats. Il ne le connaissait pas assez pour déterminer si son caractère allait dans le sens ou non de cette théorie. Dokuganryu était indispensable pour le moment. Tout danger n’était pas écarté. Nous en revenons donc à ma question principale, de laquelle découle toutes les autres. Qui es tu?

Son bras resta immobile et ne se baissa pas, pas plus que son envie de réponse ne s'éteignit. Le bilan était trop léger à l'heure actuelle pour le laisser filer sans rien dire. Il devrait peut-être même le neutraliser et y était préparé. Ce n'était pas la première fois, ni la dernière, qu'il agirait de cette façon. L'énergie dégagée par l'homme en face de lui lui donnait déjà des éléments de réponse. La lune se reflétait paresseusement sur la lame en acier de Dokuganryu, son zanpakutô, laissant glisser avec mélancolie un éclat solitaire sur la surface glacée. Le vent se leva lentement, emportant avec lui quelques feuilles mortes, passant dans les cheveux des deux protagonistes. Le silence s’appesantissait à chaque seconde passante, laissant une Karakura endormie qui ne se doutait pas que le parc dans lequel jouaient les enfants le jour était habité par des êtres qui n'appartenaient pas à ce monde.


Dernière édition par Iroai Senkou le Dim 27 Mai - 16:20, édité 1 fois
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Mar 22 Mai - 18:26

L'homme écarta lentement sa lame afin que Yasuri puisse se retourner, néanmoins elle était toujours non loin et si l'envie lui prenait l'homme pourrait lui transpercer la gorge en une fraction de seconde. Il ne cilla pas.

L'homme le sermonna d'abord sur le fait de toujours être sur ses gardes, que c'était une des règles essentielles. Puis il ajouta qu'il en était de même pour le port de l'uniforme.


- Certes, c'est essentiel... quand on est un shinigami. Mais personne ne s'intéresse particulièrement à moi. Et puis, s'il y a des règles c'est parce qu'on sait que si elles n'existaient pas elles seraient brisées plus qu'actuellement alors qu'elles existent... ce qui ne veut pas dire qu'on ne désobéit pas du tout.

Cette déclaration pouvait laisser douter, la première phrase pouvait sous-entendre qu'il n'était pas ou plus un shinigami et la seconde qu'il était du genre à désobéir ce qui pouvait causer l'exil. Néanmoins son premier avertissement sur les bases lui remémora un souvenir.

C'était il y a quelques mois, le blondinet avait passé un examen sous forme de combat pour savoir s'il pouvait faire des mission plus dures. Il avait été recalé et l'examinateur lui avait dit de revoir les bases, notamment la position de sa garde. L'ange de la mort était resté boudeur et renfrogné un certain temps puis une semaine après il s'était assis en tailleur sur son lit et avait posé horizontalement son zanpakuto sur ses genoux en espérant qu'une discussion avec Dakudoragon lui rendrait sa joie de vivre. Il avait fermé les yeux et s'était retrouvé das son monde intérieur. Tel un vieux film, le paysage était totalement en noir et blanc, d'ailleurs Yasuri faisait un peu comme la tâche de couleur intruse dans ce monde. Il n'y avait pas plus de monde que la dernière fois. Il était monté en haut de la colline où se tenait habituellement son zanpakuto mais ne l'y trouva pas. Il s'était mis sur le rocher qu'elle affectionnait et put voir l'horizon, il lui semblait voir la silhouette d'un batîment qu'il n'avait jamais visité. Il marcha un jour de son monde entier, la nuit était blanche et le jour noir, il finit par arriver dans ce qui ressemblait vaguement à une arène. Il y entra. Son acolyte se trouvait là, son épée à la main.

Ses cheveux noirs mi-longs étaient entraînés par le vent, son armure noire où chaque articulation se terminait par un dragon la bouche ouverte semblait irradier au soleil blanc de cette contrée et son diadème faisant office de casque semblait lui aussi briller plus qu'à l'accoutumée. Elle fixait son propriétaire l'air mécontente.


- T'as pas bientôt fini de faire la gueule ?

- Tu vas pas me faire la morale ! Je suis complétement dégoûté, me dire de revoir mes leçons de première année ça a carrément...

- Froissé, roulé en boule et jeté au feu ton amour propre ? Et pourquoi donc ? Parce qu'en effet tu n'appliques pas les bases.

- Venant de ta part Daku, c'est comique ! C'est toi-même à notre rencontre qui m'a dit de me décoincer et d'improviser ! D'arrêter de respecter à la lettre les choses que j'avais apprises.

- Justement ! Je t'ai dit d'arrêter de respecter comme un robot tout ce qu'on t'as appris ! Je ne t'ai pas dis de ne pas respecter les bases !

- Mais...

- Stop ! Il n'y a pas de "mais", d'après toi les bases c'est quoi ?

Il ne comprenait plus rien de ce que lui disait la femme en armure, tout avait l'air si contradictoire. Yasuri avait l'impression de ne pas voir la même personne que d'habitude en face de lui, que la Daku joueuse et taquine avait laissée la place à une Daku sérieuse; un peu comme une mère dont le fils lui amène une mauvaise note, elle lui fait la morale, essaie de lui faire comprendre et... s'inquiète pour son avenir. Perplexe, il répondit à la question de son interlocutrice.

- Euh... Les bases c'est... euh... C'est les trucs qu'on apprend aux premières années parce que c'est les plus simples et inutiles ?

- NON ! Elle avait hurlé contre lui ce qui le choqua, d'une part parce qu'elle n'avait jamais hurlé contre lui et d'autre part car dans ce cri semblait dissimulé une complainte, une tristesse qui lui était incompréhensible. Certes les bases c'est ce qu'on t'apprends en premier, c'est pour ça que ce sont des bases, mais d'après toi pourquoi est-ce qu'on te les apprends en premier ?

Le blondinet ne sut que répondre.

- Yasuri... on t'apprends cela pour une seule bonne raison : car ce sont elles qui te permettent de survivre. Si on t'apprends à placer ta garde de manière à ce que la poignée soit positionnée au niveau du bassin de manière diagonale c'est pour qu'elle couvre ton estomac, ton coeur, tes poumons et ta gorge, que d'un mouvement circulaire tu puisses parer à peu près n'importe quel coup venant de front et quelle que soit sa cible ainsi que d'être déjà en position quand on t'attaque par le flanc ou derrière toi rien qu'en pivotant. Si tu n'arrives pas à assimiler ça... tu es destiné à mourir.

Se rendant compte de la véracité des propos de sa compagne, Yasuri resta pantois. Ce raisonnement pouvait s'appliquer à toutes choses qu'il avait apprise lors de ses premiers jours à l'académie : faire attention au moindre bruit ou mouvement suspect, ne jamais perdre de vue l'arme de quelqu'un même si cette personne a l'air innocente...

- T'as compris je crois. Allez petit, reviens une autre fois !

Une lumière blanche aveugla sa vision et quand il rouvrit les yeux il était sur son lit et le soir pointait, il était resté au moins deux heures ainsi. Il souriait, il avait compris et Daku l'avait appelé "petit", elle était à nouveau elle-même.

De retour au moment présent, Yasuri pensa que tout cela était bien beau, mais que là il ne pouvait pas vraiment appliquer. Le moindre geste suspect de sa part pourrait courroucer son agresseur. Celui-ci lui expliqua que ce qui importait n'étais pas tant ce qu'il était mais qu'étaient ses intentions. Il se retint d'ajouter que si c'était pas important il était idiot de lui avoir demandé mais il se retint. Il garda son masque d'impassibilité et répondit de manière calme.


- Vous avez peur d'être pris en traître de la sorte ? Auriez-vous quelque chose à vous reprocher ? Des raisons de craindre de tels agissements ?

Raaaah mais comment le blondinet faisait-il pour garder un tel calme ? La différence de niveau était certaine, Yasuri avait l'impression que l'homme se trouvait au sommet d'une montagne et lui-même se trouvait au pied de celle-ci. De plus il était très clairement en position de faiblesse, il pouvait mourir d'un instant à l'autre et il n'aurait très certainement pas le temps de penser à dégainer sa lame.

En tout cas aucun des deux hommes ne voulait céder à l'autre, répondant à chaque question par une autre. A ce rythme ça n'avancerait pas. Notre soldat aux rêves de gloire ajouta tout de même :


- Yasuri Holsaki, voilà qui je suis.

Il savait pertinemment que le vrai sens de la question n'était pas son identité et espérait que l'homme ne prendrait pas cette réponse pour de l'insolence, il se savait vulnérable et avait décidé de lâcher une information, aussi maigre soit-elle. Le tonnerre se fit entendre et un éclair illumina la nuit, un orage n'allait pas tarder à éclater.

Spoiler:
 


Dernière édition par Yasuri Holsaki le Ven 1 Juin - 19:02, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Mer 23 Mai - 17:34



L’ancien shinigami resta de marbre face aux réponses de ce qui se précisait comme étant surement un membre du Gotei. Si personne ne faisait attention à lui, c’est qu’il était en contact avec eux… ce qui présupposait une fonction au sein de cette grande organisation. Etant un fervent adepte des règles, il était cependant en désaccord avec le fait de ne pas porter l’uniforme. Cela avait aussi une résonnance dans sa propre situation : il aurait tout donné pour pouvoir le porter de nouveau et celui qui se trouvait devant lui n’en avait cure. Cependant ce n’était pas un prétexte pour éprouver de l’antipathie, même si il désapprouvait. Certes, les règles étaient brisées… c’était d’ailleurs ce qui en faisait des règles. Le principe même de la règle était d’empêcher certaines actions de se produire, ou au contraire d’en forcer d’autres, et de punir les contrevenants. La règle n’existait pas pour être brisée ; cependant, c’est justement parce qu’elle était brisée qu’elle continuait d’être considérée comme une règle. Son interlocuteur, plus jeune que lui d’apparence, resta très calme tout en lui demandant si il avait des raisons de craindre qu’on ne le prenne en traitre. C’était quelque part évident pour quiconque aurait connu son histoire… cependant, ces gens là étaient rares. Seul Urahara Kisuke savait vaguement ce qu’il lui était arrivé. Le seul autre témoin de sa déchéance n’était autre que Kyushu, qui avait péri du fil de sa propre épée… entrainant sa chute. Iroai garda un visage impassible tout en continuant de maintenir la menace de son arme pointée vers la gorge du jeune homme blond. Celui-ci ne fit pas de mouvement pour se défendre ou tenter quoi que ce soit d’autre, avant de finalement lui donner son nom.
Yasuri Holsaki.

Un éclair éclata à des lieues de là, éclairant les deux protagonistes et découpant leurs ombres dans le décor sombre et silencieux, qui ne faisait que bruisser et se trémousser calmement dans le vent qui se levait. Un orage se préparait. Le tonnerre hurla soudain, sans que les deux hommes n’y réagissent vraiment. Le bruit se répercuta durant plusieurs secondes dans un terrible brouhaha de la nature. N’importe qui encore dehors à cette heure serait d’ailleurs rentré immédiatement chez lui, mais pas ces deux là. Une lutte réelle s’était engagée. L’emploi de la force avant toute chose n’était pas dans les principes d’Iroai, qui laissait à son interlocuteur l’occasion de l’affronter dans une joute verbale. Malgré tout, il le laissait en compagnie d’un zanpakutô affuté et prêt à cisailler sa chair à tout moment. Le principe était de lui faire dire le maximum de choses sans devoir le molester, surtout sans qu’il ait le loisir de s’échapper. Si l’ancien lieutenant était un adepte de la discussion, il n’en restait pas moins très prudent. La lueur de la lune fut soudain cachée par un obstacle, lentement. Deviner que c’était un nuage ne fut pas difficile pour le libraire qui s’attendait à ce que la pluie commence à tomber à tout instant. Le calme olympien des deux hommes les fondait presque dans le décor.


- Les règles sont essentielles, commença-t-il sur le même ton que précédemment. Ce sont-elles qui permettent aux hommes de vivre entre eux. Il est possible d’y désobéir… mais que quelque chose soit possible ne le justifie aucunement, Yasuri Holsaki. Sur ces mots, l’orage gronda de nouveau comme si il venait ponctuer la remontrance de l’ancien shinigami, qui ne pouvait s’empêcher de tenter de corriger ce qu’il avait en face de lui. Même si il s’agissait potentiellement d’un homme venu l’emmener au nid des vers ou à la potence, il restait pédagogue… sans doute un trait de caractère qu’il ne pourrait pas effacer un jour. L’écorce de l’arbre derrière Yasuri commença à se noircir peu à peu de petites taches rondelettes, le bruit caractéristique de la pluie parvenant rapidement aux oreilles d’Iroai qui sentait le contact froid et sporadique des gouttes d’eau dans ses cheveux. Le ciel se mit à pleurer, ce qui n’ébranla en aucun cas la concentration de l’ancien vice capitaine.

- Sache que je n’ai absolument rien à me reprocher. Cependant, les hommes ont tendance à juger de façon hâtive… c‘est pour ça que je suis ici, répondit-il simplement. Il recula encore sa lame un peu plus, gardant à l’œil Yasuri qui pourtant ne semblait pas agressif. La pluie le rendrait peut-être plus loquace, qui sait? Iroai continua de river ses yeux droit dans les siens. N’importe qui à peur d’être prit en traitre. L’assaut le plus inattendu est toujours le plus terrifiant… qu’il vienne de l’ennemi ou de ses propres alliés. Son regard vacilla quelques instants alors que de fugaces images venaient percuter sa conscience, réveillant une mémoire de par trop douloureuse. Il n’avait rien à se reprocher, de façon véridique : le reproche était moral, il touchait à la faute morale, la conscience d’avoir mal agi. Iroai avait fait une erreur. L’erreur de croire que dans cette sphère de noirceur, il pourrait transpercer son ennemi en plein cœur… ce qui l’a conduit à poignarder son meilleur ami. Il culpabilisait, certes. Mais il n’avait pas commis d’acte immoral. Si cela t’arrive un jour, alors tu comprendras.

Conscient du danger qu’il encourait, ce qui au final l’amenuisait - rien n’est plus dangereux que ce qui est dévalué en tant que tel- il retira sciemment sa lame d’envers la gorge de son interlocuteur, sans pour autant la rengainer. Il lui adressa un regard un peu plus doux, plus près de l’absence d’approche émotionnelle que de sa sévérité précédente, puis recula de quelques pas pour lui signifier qu’il n’avait nullement l’intention de le trancher en deux au moindre mouvement… tant qu’il ne dégainait pas son arme pour combattre. Une voix raisonna en son for intérieur, plus rauque que la sienne.

Tu es sûr de pouvoir lui faire confiance? Tu n’as jamais laissé un seul shinigami t’approcher de près sans être certain qu’il ne fut plus en fonction. Même Urahara à mit du temps à t’amadouer.

Lui faire confiance… un bien grand mot. Tout au mieux, il lui accordait pour le moment le bénéfice du doute, rien de plus. Être shinigami ne voulait pas dire être ennemi, même si la plupart avaient tenté de le ramener ce qui leur avait valu un voyage au pays des rêves pour se réveiller les mains vide, avec une blessure à l’ego. Cela dit, celui-ci avait une approche différente. Peut-être que quelque part, Iroai espéra qu’il ne soit pas ne serait-ce que l’ombre d’un ennemi. Pas en terme de force, juste en terme d’agissement. Il était lassé de vivre dans la méfiance… n’importe qui aurait pu le comprendre.

All right, fait comme tu le sens. Je te suis. Fais attention.

La voix se tut, laissant Iroai avec ses propres pensées. Il rengaina lentement son épée en jaugeant les réactions de son adversaire, prêt à réagir en l’entravant par un sort de Bakudo simple. Il était rodé à ce genre de choses. En tant qu’ancien membre du Rokusha Kyubantai, il avait eu plus que son lot de missions dangereuses et de situations où les réflexes de cobra étaient nécessaires pour s’en tirer indemne. De plus, il ne portait pas ses surnoms pour rien et était quasiment sûr de pouvoir réagir… d’autant qu’il n’aurait peut-être pas à le faire. Excès de confiance, ou a juste titre? Nous le saurions bien assez tôt. L’ancien vice capitaine resta là un instant, sans réaction apparente, épée rengainée au fourreau. La menace était levée et il voulait voir si Yasuri saurait prendre cette opportunité de discuter. Le teint pâle de la lune réapparut dans leur dos, puisqu’elle se débarrassait visiblement de ces nuages qui l’obstruait alors que les trombes d’eau venaient s’éclater contre le sol.

- Je ne suis pas ton ennemi. À toi de décider si tu veux être le mien.


Dernière édition par Iroai Senkou le Dim 27 Mai - 16:22, édité 1 fois
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Mer 23 Mai - 19:47


Tout ceci, c’était avant cet atroce hurlement qui se répandit autour d’eux, n’ayant aucune origine animale ou humaine. La complainte enragée et affamée d’une créature qui n’avait pas d’attache terrestre. Ce rugissement provoqua des frissons dans l’échine de l’ancien vice capitaine. Non pas car il était assourdissant, puissant. Mais il était différent de celui de la majorité des hollows. Il était… unique. C’est là que les choses commençaient à se corser sérieusement. Tournant la tête en direction du point d’émission du hurlement, il vit Yasuri s’y précipiter d’un shunpo. En périphérie de la ville… c’était une bonne chose, voilà ce que pensait l’exilé. Si il ne se trompait pas sur la nature de son adversaire, qui lui provoquait presque la chair de poule, alors il valait mieux éviter les zones peuplées : les dégâts collatéraux auraient été terribles. Il plaça sa main droite gantée d’une mitaine de cuir sur le pommeau de son zanpakutô, serrant avec fermeté le tissu rugueux de celui-ci… avant de lui aussi disparaitre dans un souffle d’air, prenant la suite du shinigami en fonction.

Cela l’inquiétait au plus au point, si bien qu’il aurait pu en avoir des sueurs froides. Il éprouvait de la peur, comme n’importe qui d’autre. L’absence de peur n’était que pure folie, selon lui. Mais il la contrôlait la plupart du temps. Il feintait ne pas la ressentir. Il préférait se cacher derrière un masque que l’avouer à ses ennemis, car c’était le meilleur moyen de mourir le plus rapidement possible. Mais ce rugissement lui avait donné un soubresaut à l’échine, malgré son calme habituel. Il n’avait pas souvent connu d’adversaires capables de lui instiller un tel sentiment, mais il s’en souvenait parfaitement : en tant qu’ancien membre du Rokusha Kyubantai il lui était arrivé d’affronter des hollows bien plus puissants que le menu fretin de tout à l’heure. Chaque combat de ce type était gravé au fer rouge dans sa mémoire : ils s’en étaient sortis en travaillant ensemble, parfois avec l’aide même du capitaine Muguruma… même si il s’était amélioré depuis son exil, il doutait de pouvoir gérer un tel cas. Restait à espérer que Yasuri ne soit pas en reste lorsqu’il s’agissait de combattre.

Trouver l’emplacement de la bête ne fut pas dur. Des arbres tombaient dans un brouhaha fracassant en s’éclatant au sol, projetant des fragments d’écorce de tout côté sous la furie folle du Hollow. Atterrissant sur un arbre encore intact et un peu éloigné de la créature qui commençait à se rendre compte qu’elle n’était pas seule, il pu l’observer dans toute son horreur. Il s’agissait d’un énorme loup, aux dents longues comme ses avants bras, un masque vaguement canin recouvrant son visage infernal qui était percé de deux rubis enflammés transperçant tout ce qu’il regardait. Une salive épaisse et peu engageante s’écoulait sur une végétation écrasée par la nature maléfique même de la chose. Sa queue de plus d’un mètre de long battait en l’air comme celle d’un animal amusé, alors même que celui-ci ne rechercherait que le meurtre et la destruction. Se rendant compte de la présence des deux shinigami, l’énorme hollow laboura le sol d’immenses griffes qui ressemblaient aux extrémités d’une faux, puis hurla de nouveau en laissant s’abattre sur les deux protagonistes une véritable chape de plomb en guise d’énergie spirituelle, une pression qui se faisait lourde et meurtrière. Iroai se maintint debout, habitué de par le passé à côtoyer des reiatsu majestueux, et il espéra que Yasuri n’en serait pas trop affecté. La créature se tourna vers lui et le fixa dans les yeux, l’empêchant de rompre le contact visuel. Il devait l’avoir en vue ou il mourrait, c’était aussi simple que ça. Car Iroai en était sûr maintenant…
… il avait affaire à un véritable Adjuchas.

Il n’en avait croisé que peu, car ils s’égaraient rarement dans les mondes extérieurs au Hueco Mundo. Souvent, ils avaient été pourfendu par des interventions en équipe, jamais il n’avait eu à en prendre un à lui seul. Qu’est-ce qu’un Adjuchas pouvait bien faire ici? Les mystères de certains hollows restaient impénétrables. Ils étaient supposés plus intelligents que la moyenne et surtout beaucoup plus forts. C’est sans doute pour cette raison que l’ancien vice capitaine serra encore plus le pommeau de son zanpakutô. Il n’avait pas le choix, il devait tuer cette chose. Sinon, elle le tuerait. Puis elle éliminerait Yasuri, ainsi que les habitants qu’elle croiserait. Il était hors de question de laisser une telle abomination courir en liberté.

La chose poussa un grognement vicieux avant de s’élancer sur l’arbre, droit vers lui, dans un bond souple et rapide. Seuls un shunpo placé au bon moment et ces réflexes qui avaient fait sa réputation dans sa division lui permirent de s’effacer avant que la chose ne s’écrase contre l’arbre et le réduise en miettes dans un concert de chocs et de bruits de rage. Il se réceptionna sur ses pieds près de Yasuri et se tourna tout en dégainant, saisissant son arme à deux mains en fixant de nouveau l’Adjuchas. Peut-être qu’il était passé par la Soul Society également : il arrivait que de grands hollows sortent de leurs tanières pour « s’amuser » dans les mondes des autres. Sinon, il n’aurait pas eu de travail dans la force d’intervention de la neuvième division. Il inspira un grand coup et plaça son sabre devant lui, en position de garde, écartant un peu les genoux afin de se préparer à combattre.

- On dirait que ce que je t’ai dit plus tôt va servir, annonça-t-il d’une voix calme mais loin d’être laxiste. Ne baisse pas ta garde une seule seconde et surtout… jetant un coup d’œil à Yasuri, il remarqua rapidement son malaise. Pour quelqu’un qui n’était pas haut gradé, rencontrer ce type d’adversaire pouvait se révéler terrifiant, mais cela ne le rendrait que plus fort.… ne laisse pas ta peur te paralyser, sois réactif. Fais moi confiance, Yasuri Holsaki. Tant que nous brandirons nos épées dans le but de le tuer et non juste de sauver nos vies, la peur ne pourra pas nous affecter. La créature se retourna avec lourdeur, même si elle avait fait preuve d’une impressionnante agilité pour forcer l’ancien lieutenant à se déloger de son arbre un peu plus tôt. Allez! Hurla-t-il en se précipitant sur l’Adjuchas qui venait de toute évidence de trouver un jeu à sa taille.

Parcourir la distance vers un adversaire qui vous fonce droit dessus semble toujours relativement court, c’est sans doute pour cette raison que le lieutenant anticipa un énorme coup de patte qui lacéra la terre derrière lui, survivant par la même occasion en passant au dessus de son adversaire. Il avait un angle de vue parfait sur le trou caractéristique des hollows, placé entre les deux omoplates de la créature. Il fallait qu’il réagisse, maintenant ! En plein air, la tête en bas, il pointa d’une main ouverte ce qu’il considérait comme être l’un des meilleurs points faibles qu’il aurait pu voir : l’ouverture béante dans le corps de son ennemi. Son reiatsu s’intensifia de façon significative alors que dans la paume de sa main, l’énergie circula avec fluidité, s’entremêla avec grâce jusqu’à s’enflammer dans un éclat bleuté, rugir comme un animal en cage qu’il lâcha quelques secondes plus tard.

- Hado n°33 : Sokatsui!



Dernière édition par Iroai Senkou le Dim 27 Mai - 15:09, édité 4 fois
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Dim 27 Mai - 0:07

La première réaction de l’ancien Lieutenant lorsqu’il vit l’étendue des dégâts qu’il avait causé -soit une trace noircie sur la peau d’acier de l’Adjuchas- fut la frustration. Il était loin d’être surpris de l’inefficacité notoire du Sokatsui employé, car deux facteurs entraient ici en jeu pour en entacher la réussite : dans un premier lieu, il l’avait utilisé sans même prononcer l’incantation associée, ce qui avait grandement réduit sa puissance. Dans la plupart des livres qu’il avait lu sur le Kidô lorsqu’il était encore membre du Gotei 13, on y établissait un facteur de perte de puissance d’environ trois, soit trois fois moins puissant que le sort lancé avec incantation. Dans un second lieu, il était loin d’affronter un Hollow de bas étage, au contraire. L’Adjuchas était pour la plupart des hollows le dernier stade d’évolution… le but ultime. Il était précisément en train d’en combattre un, il n’avait aucun doute là-dessus. De plus, si il n’avait jamais vu de Vasto Lorde, il espérait ne jamais en croiser. Qui aurait pu savoir de quoi ce genre de créatures étaient capables? Les Adjuchas étaient déjà une plaie en eux-mêmes. Ce qui se trouvait au dessus devait être cauchemardesque.

Le corps de l’exilé continua sa rotation en l’air pour se réceptionner avec habileté sur ses pieds, derrière le monstre. Il n’eut que le temps de placer son épée sur la droite, pivotant le buste pour venir plaquer son avant bras gauche contre le côté non tranchant de son arme afin de parer un coup de queue d’une force tout bonnement bestiale. Iroai serra les dents et sentit une douleur naitre dans la partie supérieure de son corps, mais tint bon et glissa sur le sol, de plusieurs mètres. Il relâcha sa garde et tituba légèrement en fin de parcours avant de rétablir une position plus stable et assurée. Il remarqua d’un coup d’œil rapide que son allié avait été projeté dans un arbre qui l’avait accueilli de toute sa rigidité et jura intérieurement. Les choses s’annonçaient mauvaises. Cet adversaire était rapide, puissant et résistant tout à la fois. Il lui faudrait employer des sorts bien plus puissants pour en venir à bout mais pour ça, un ingrédient manquait à la recette de la victoire : du temps. En effet, la bête était loin de lui donner du répit, surtout depuis qu’elle avait envoyé son coéquipier dans un arbre et pensait s’en être débarrassé sans trop de mal.

Se baissant avec une rapidité déconcertante, il esquiva la patte massive qui faucha l’air à l’emplacement précédent de sa tête, chaque griffe meurtrière produisant un sifflement strident semblable à celui produit par un fouet. C’était comme si ces outils de morts déchiraient l’air lui-même et l’ancien vice capitaine de la neuvième division n’avait aucun doute sur le fait que si il avait été moins rapide, sa tête serait surement divisée en plusieurs parties coupées de façon impeccables par ces véritables bistouris naturels. Il fronça les sourcils et se rattrapa de sa main gauche sur le sol avant de pousser sur ses pieds pour disparaitre dans un souffle d’air, passant sous la panse de la bête qu’il tenta vainement d’ouvrir. Inutile… c’était comme tenter de briser de l’acier avec une arme en bois. Dokuganryu s’éleva en protestation à ces pensées de son propriétaire, mais celui-ci l’ignora simplement, trop concentré sur ce qu’il était en train de faire. Il dérapa légèrement sur le sol en fin de course, étant passé sous l’Adjuchas qui se retournait déjà pour tenter de le rattraper. Il ne lui laissant pas le temps de s’exécuter, sautant en saisissant son zanpakutô à deux mains pour le retourner ensuite pointe vers le bas. Iroai poussa une sorte de cri de guerre alors que la lame de Dokuganryu reluisait d’un reflet tranchant sous la lune silencieuse, avant que ce reflet ne disparaisse dans la chair de la bête.

La lame s’enfonça d’une bonne dizaine de centimètres sous la carapace rigide du loup abominable, provoquant un grognement de douleur de celui-ci qui se mit à se débattre avec vivacité et fureur, tentant de déloger le parasite qui venait de lui provoquer ce désagrément. Iroai avait frappé sur l’emplacement même de son sokatsui et en déduisit une chose : il était possible de passer sous cette carapace. De toute évidence, la chaleur dégagée par les flammes spirituelles du Sokatsui avait ramolli les protections de l’Adjuchas, ce qui expliquait qu’Iroai ait été capable d’enfoncer sa lame malgré dureté de la peau du loup. Certes, c’était une bien maigre victoire, mais c’était tout de même une victoire en soi. Il retira son épée dans un crissement suivi d’une petite projection de sang, avant de sauter vers l’arrière pour éviter d’être désarçonné et déchiqueté par la créature qui commençait à perdre toute retenue, visiblement mise en colère par cette blessure aussi infime fut-elle. Le shinigami se laissait retomber tout en se préparant à un nouvel assaut, conscient que la créature était loin d’en avoir fini avec eux. Dans son coin boisé, Yasuri se releva, ce qui soulagea quelque peu l’exilé. Son Zanpakutô, lui commençait à frétiller d’impatience, faisant rapidement résonner sa voix insolente dans l’esprit de celui qui le maniait.

Qu’est-ce que tu attends pour me libérer, Boy? De toute évidence, il te faudra plus que des flammèches pour amocher ce bestiau là !
Tant que je ne l‘aurai pas jugé nécessaire, inutile de venir me tanner avec ça. Je connais ton gout pour le combat, mais ce n’est pas un jeu !
Seriously, tu devrais être plus détendu… à trop réfléchir, c‘est ta tête qui va finir par s‘enflammer.

Laissant son propriétaire sur cette bravade, la voix de Dokuganryu s’effaça dans un dernier souffle et le Shinigami soupira intérieurement. Ils avaient beau bien s’entendre et se soutenir mutuellement, ils étaient si différents de caractère… il se battait par nécessité, appliquant ses enseignements et respectant certains codes. Dokuganryu était une boule de nerf impulsive qui semblait prendre beaucoup plus de plaisir que lui à se battre sans aucune raison. Le libérer maintenant aurait eu son cout en énergie spirituelle et le shinigami ne pouvait pas se le permettre, pas alors même qu’il commençait à peine à échafauder des plans pour combattre plus efficacement. Un éclair illumina de nouveau la zone ravagée par la bête enragée, avant que le tonnerre ne gronde avec colère. Le vent se leva alors que le shinigami atterrissait dans l’herbe molle. Il manqua de s’étrangler de surprise en voyant la patte qui allait l’écraser comme un vulgaire insecte, et plaça son sabre devant lui, à l’horizontale tout en appuyant la paume de sa main sur l’extrémité non tranchante de la lame. Le choc fut rude et clairement à l’avantage de la bête, qui força sans mal sa proie à s’agenouiller pour éviter de perdre le dernier rempart qui l’empêchait de rejoindre le pays des morts. Sa lame qui ripait contre les griffes de l’Adjuchas provoquait de légères gerbes d’étincelles alors que la chose tentait obstinément de l’écraser sous la force brute de ses muscles hypertrophiés, poussant des grondements de rage devant la résistance de son repas. L’ancien lieutenant ne tiendrait pas très longtemps dans cette posture et il le savait pertinemment : seulement, il ne parvenait pas à se défaire de l’emprise démoniaque.

Yasuri lui vint en aide au moment le plus propice : projetant un éclair sur le loup qui le toucha de plein fouet au niveau de la gorge, il détourna son attention de façon momentanée, permettant à l’exilé de faire glisser sa lame sur le côté en dégageant la patte. Il se releva du plus vite que lui permettaient ses jambes endolories par la tension extrême, le loup ne lui prêtant guère plus d’attention qu’un gamin qui se lassait d’un jouet. La nouvelle proie lui semblait surement plus appétissante et également tellement agaçante ! Sa queue se mit à balayer de droite à gauche derrière lui, percutant Iroai dans l’épaule malgré une tentative de s’esquiver, ce qui lui fit pousser un juron de douleur tout en allant rouler sur le sol quelques mètres plus loin. Le fait de s’être décalé lui avait évité de pires blessures mais il avait tout de même été touché, trop imprudent. Il s’en voulait d’avoir oublié ce facteur de danger et se redressa aussi rapidement qu’il pouvait, alors que Yasuri lui indiquait de préparer quelque chose de plus gros. Par sa mise en danger, il venait de lui offrir cet ingrédient magique : le temps. La demande fut loin de tomber dans l’oreille d’un sourd. Iroai su exactement quel sort allait lui permettre d’affaiblir la créature et se mit à courir vers Yasuri qui esquivait bravement les assauts qui lui étaient portés, continuant de frapper le monstre des éclairs projetés par son Shikai.


- Masque de Sang et de Chair, Toute Création, Battement d'Ailes, Ô Vous qui Portez le Nom d'Hommes… Yasuri fut touché au niveau du bras, dans le bruit caractéristique du tissu qui se déchire et un grognement bestial de son bourreau. Iroai accéléra le ton tout en courant un peu plus vite vers la cible, les mains jointes.… Sur le Mur d'une Flamme Bleue, Inscrivez un Double Lotus… Le shinigami fut de nouveau touché mais cette fois de bas en haut, sur la totalité de son torse dans une gerbe de sang et l’exilé serra les dents, son ton prenant des accents vindicatifs. Dans les Abysses du Brasier, Attendez dans les Lointains Paradis! Hado n° 73...

Le shinigami sentit l’énergie fluctuer jusqu’à ses poignets dans la seule attente d’une libération massive et destructrice. Yasuri avait été salement blessé et il était désormais plaqué au sol par la bête qui allait le dévorer d’un instant à l’autre ! Jouant contre la montre, il accéléra le pas de nouveau et fit honneur à sa réputation en parvenant à s’interposer au moment même ou la bête prenait son élan pour se jeter au visage de sa victime et n’en laissait qu’une bouillie de chair immonde. Ses avants bras s’enflammèrent avant que l’énergie ne se concentre dans les paumes quasiment jointes de ses mains, brûlant d’une intensité éclatante.

-… Sõren Sokatsui!

Cette fois-ci, l’exilé ne fit aucun cadeau à la créature et concentra la majeure partie de son énergie spirituelle active dans le coup, allant même jusqu’à puiser encore plus profondément dans ses réserves. Le sort avait été accompagné de son incantation, ce qui le permettait une puissance maximale. Rien à voir avec le Sokatsui précédent, qui en plus d’être plus de deux fois moins bien classé dans l’échelle des Hâdo, avait été asséné sans paroles au préalable. Iroai plaqua ses deux mains contre les crocs du monstre et la déflagration emporta littéralement la bête en lui brûlant gravement le visage, allant la faire s’écraser une bonne dizaine de mètres plus loin dans une vague d’énergie bleue qui déferla sur l’Adjuchas comme un torrent affamé de destruction. Lancé à bout portant et en plus de ça à même la gueule du hollow, nul doute que les dégâts du sort avaient été sévères. Toutefois, cela ne sembla pas avoir éliminé la créature qui se releva péniblement, grondant avec un peu plus de véhémence en perçant le silence inquiétant qui s’était élevé dans la poussière de son lieu d’atterrissage. Iroai tendit la main à Yasuri, tout en gardant la bête dans son champ de vision. La bataille n’était pas finie, mais ils venaient de rétablir l’équilibre, ensemble. L'exilé souffla lourdement, éreinté par l'effort mais loin d'être en reste. Il n'avait pas le choix, il devait continuer de combattre. Ils pouvaient vaincre cette chose : restait à donner les efforts nécessaires pour y arriver. Son énergie spirituelle venait d'être drainée drastiquement par la puissance du Sõren Sokatsui lancé, mais ça ne voulait pas dire qu'il en était vide.

- Relève toi, Yasuri. Ces blessures vont guérir, la douleur va partir. Tu pourras ajouter cette victoire au palmarès qu'il te faudra raconter pour faire tes preuves lorsqu'il s'agira de gagner du galon, prononça-t-il calmement. L'intérêt était pour lui de pousser le jeune shinigami à continuer à combattre : il était peut-être indiscipliné mais semblait être cependant quelqu'un avec des valeurs. Il se devait de faire en sorte que les personnes comme lui perdurent, d'autant que rien ne semblait plus normal à Iroai qu'aider son prochain. La créature les regarda et ses prunelles incandescentes les dardèrent de rayons haineux alors que sa gueule noircie et endommagée s'ouvrit pour laisser sortir un rugissement plein de colère. L'ancien vice capitaine plaça son épée droit devant lui tout en durcissant son expression. Il était temps de mettre un terme aux agissements de cette monstruosité une bonne fois pour toute !

- Je ne te crains pas ! Ikiritatsu, Dokuganryu !

Le katana à la garde dorée s'illumina soudain alors que son propriétaire levait le bras au ciel, son reiatsu montant en pointe aux alentours en commençant peu à peu à s'équilibrer avec celui de l'Adjuchas qui se trouvait devant lui. L'arme devint incandescente, d'un blanc si pur qu'elle semblait n'être faite de rien d'autre que de lumière. Le reiryoku du Senkou n'avait jamais été aussi concentrée jusqu'à cet instant, tournoyant autour de son épée tandis que l'air devenait plus lourd. Soudain, l'arme sembla se scinder dans un cri métallique pour venir se répartir en trois formes distinctes dans la même main du shinigami, qui rabattit son bras vers le sol en provoquant un mouvement d'air. Des éclats d'énergie tournaient autour de la forme libérée de son zanpakutô. Trois Katana identiques à celui d'origine, qu'il tenait avec habileté... entre ses doigts, telles des baguettes. Incurvés pour épouser le contour de ceux-ci, les pommeaux étaient fermement maintenus par une poigne de fer qui n'attendait qu'une seule chose : s'exercer. Une chaine de métal dans la paume d'Iroai maintenant les trois gardes jointes. La libération de son zanpakutô ne fit qu'accentuer la complainte de l'Adjuchas. Cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas utilisé pour un réel combat... ça l'excitait, dans un certain aspect. Mais au final, son caractère froid et efficace reprit le dessus. Il n'avait qu'une seule optique : l'élimination.

HA ! C'est pas trop tôt !
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Lun 28 Mai - 14:23


Yasuri s’était relevé avec quelques difficultés mais il pouvait encore combattre. La bête en face d’eux était blessée, sévèrement. Sa rage était palpable jusqu’à dans les vibrations furieuses qui sortaient de sa gorge béante. Les trois lames luisaient désormais sous la lune, spectatrice neutre et indifférente du combat qui se déroulait au sol, dardant de ses rayons pâles ceux qui luttaient pour leur survie et celle des habitants de Karakura, ainsi que la bête qui au contraire combattait pour pouvoir se repaitre des carcasses des vaincus. Les deux shinigamis se tenaient néanmoins avec le plus de droiture et de fierté possible, ils ne comptaient pas laisser tomber, céder à l’adversaire. Ensemble, ils pouvaient réussir à abattre cette chose. L’esprit d’équipe s’était installé entre eux, de façon implicite. Chaque chose que l’un avait pu faire pour le moment, il le devait aux risques que l’autre avait pris. Lorsque le jeune homme blond l’appela « Vice Capitaine », Iroai ressentit une surprise sans nom et écarquilla quelque peu les yeux. Puis quelque chose s’installa en son sein. Un sentiment de force, de certitude. Il se sentait vivant, un sourire confiant s’installa sur ses lèvres. Son regard se durcit pour ne plus laisser paraitre rien d’autre que ce qu’il avait pendant trop longtemps oublié : sa fierté de shinigami. Oui, lorsque Yasuri Holsaki l’appela « Vice Capitaine Senkou », il se sentit fier, enfin reconnu pour ce qu’il avait donné pendant des décennies et non pour cette erreur atroce d’une nuit. Être un shinigami, ce n’était pas juste disposer de pouvoirs plus ou moins grands, pouvoir manier un sabre et porter un uniforme. On pouvait être shinigami de corps, d’esprit. Iroai était également shinigami de cœur : c’était la seule existence qu’il pourrait jamais avoir, car c’était avant tout celle qui le rendait complet. En cette nuit pluvieuse et dardée d’éclairs au loin, durant laquelle l’orage n’avait cessé de gronder en couvrant les hurlements de son adversaire, Iroai se sentit reconnecté à quelque chose de plus grand encore. Il se retrouvait en cette situation de vie ou de mort. Il respirait.

Yasuri lui affirma avoir quelque chose sous la manche, sans doute une capacité qui utilisée au bon moment permettrait d’en finir avec ce démon. Il n’en fallut guère plus que la confiance d’Iroai s’affirme encore. Il se savait désormais en la capacité d’en finir avec l’Adjuchas et Yasuri allait grandement l’y aider. Ce ne serait pas seulement sa victoire, ce serait aussi celle de son compagnon. En attendant, il fallait lui donner l’occasion d’en finir avec la bête et pour cela, Iroai comptait utiliser pleinement les capacités de son Shikai afin de maintenir en place la créature. Dokuganryu commençait à frétiller d’impatience à l’intérieur, faisant entendre son envie de chanter la mélodie funeste pour le loup géant, criant son envie de combattre, ses pulsions guerrière qui parvinrent aisément aux oreilles de son propriétaire. Sa cible était en train de se rendre compte de l’absurdité de la situation : n’étaient-ils pas de simples proies pour un bon dîner nocturne? N’étaient-ils pas faibles? Les choses tournaient au désavantage clair de l’Adjuchas qui semblait ne pas être au bout de ses peines. La colère allait surement le rendre plus prévisible, moins précautionneux. C’était justement sur cela que l’ancien lieutenant comptait jouer pour maintenir la bête en place.

- Compris. Je t’indiquerai le meilleur moment, déclara-t-il avec ferveur, conscient que si il restait un atout à son allié il ne fallait surtout pas le gâcher. Le tonnerre gronda une nouvelle fois et la pluie commença à se faire plus forte. Ils étaient en face du loup qui ouvrit grand la gueule dans une complainte à mi chemin entre haine et douleur. Le gesshoku pointa les lames triplettes vers la lune, l’esprit de son zanpakutô semblant être captivé par le rayonnement d’une blancheur doucereuse de l’astre qui n’était autre que le même de ce monde qu’ils partageaient à deux. Puis il rabattit vivement ses armes vers la gueule du hollow, comme si il le défiait dans un duel dont le vainqueur serait l’unique survivant. Les cheveux en bataille, l’exilé laissait s’échapper par les narines une respiration plutôt lourde mais qui se récupérait au fil du temps. Tant qu’on arrivait à respirer, on pouvait encore se battre. La bête baissa la gueule puis une lueur rougeâtre commença à s’extirper de ses crocs endommagés, avant qu’elle ne l’ouvre une nouvelle fois bien grand afin de montrer aux shinigamis le sort qu’elle semblait leur réserver.


Le cri de Yasuri ne fit qu’accentuer la détente de son compagnon qui s’éleva d’un bon puissant dans l’air, s’envolant littéralement alors qu’en dessous de ses pieds la masse d’énergie rouge pure détruisait végétation et minéraux sans aucune distinction, allant s’écraser loin derrière dans une détonation qui se fondit dans le tonnerre. Il n’aurait pas eu le temps de détourner un tel tir, il n’aurait fait que se mettre en danger. Yasuri, pour sa part, s’était esquivé sur le côté et Iroai en fut soulagé, même si le jeune shinigami semblait un peu perdu. Désormais en l’air, l’ancien lieutenant avait une bien meilleure vue de son adversaire et il oublia rapidement le cero pour se concentrer sur l’instant présent. Il savait exactement ce qu’il allait pouvoir faire pour infliger des dommages à cette chose répugnante tout en permettant à son coéquipier de se préparer, quelque fut cet as magique dont il avait parlé tout à l’heure. Il plissa les yeux et pivota pour incliner sa tête vers l’Adjuchas, avant de se propulser d’une libération de Reiryoku vers sa cible. Il était en phase parfaite avec son zanpakutô et celui-ci fut plus qu’heureux d’enfin pouvoir se gorger d’énergie spirituelle pour se lancer au combat.


Here we go, Iroai !

- Dokugan no Kurou ! L’énergie spirituelle d’Iroai vint se condenser le long des trois lames jusqu’à les dépasser et former des extensions visibles à l’œil nu, étincelantes et palpitantes dans la nuit. Il plia les coudes et s’élança de plus belle en tendant ses bras vers l’avant, prenant parti de cette vitesse et de son énergie spirituelle qui coulait librement autour de lui. Il savait très bien que cet assaut serait à même de rivaliser avec la force de l’Adjuchas. C’était le principe même de son shikai : utiliser son reiryoku pour augmenter la puissance de ses coups, ou balancer directement cette énergie comme une arme à but exclusif de provoquer des dégâts. L’adjuchas hurla et asséna un coup de patte pour accueillir son assaillant, et les deux furent repoussé dans une bourrasque, les puissances se compensant. Iroai se réceptionna en glissant sur le sol boueux et labouré par la créature, avant de foncer en hurlant vers son ennemi et frapper sur son flanc. La créature se déplaça sur le côté, juste assez pour éviter le contact des lames et l’exilé sourit en voyant les trois griffures sur la peau de son adversaire laisser s’échapper une gerbe de sang, au même titre que l’atroce masque blanc lâcha un rugissement de douleur. Il n’avait pas été frappé par les lames, en effet… du moins, pas celle qui étaient en acier. Les extensions étaient bien réelles et le loup géant aurait mieux fait d’en prendre compte ! Son Soren Sokatsui semblait également avoir fait effet puisqu'il lui semblait plus facile désormais de trancher son ennemi, même si l'augmentation de sa propre pression spirituelle était à prendre en compte pour expliquer ce fait. Il recula juste assez pour éviter une queue vengeresse qui tenta de lui percuter le visage et asséna un coup rapide à celle-ci, en détachant un morceau dans un nouveau hurlement de la chose qui commençait certainement à avoir de bien meilleures raisons de le haïr. Si seulement le reste de son corps avait été aussi fragile que cette partie-ci, l'affrontement aurait été plus aisé.

D’un bond agile, le shinigami se retrouva au dessus de la bête qui tenta de le frapper en bondissant droit sur lui. Il s’effaça sur le côté et tournoya au voisinage de la patte morbide pour venir planter ses propres armes dans le masque noirci de son ennemi, qui se protégea en interposant sa deuxième panoplie de griffes tranchantes en opposition. Prenant appui sur la patte même de la créature démoniaque, Iroai sauta par-dessus sa gueule béante qui tenta de le happer dans un claquement sec pour atterrir derrière elle, au sol. Le combat continua ainsi pendant plusieurs minutes, Iroai tournoyant autour de sa cible en laissant le temps à son allié de se poser et se concentrer. Un voile de sueur fin naquit sur la peau de l’exilé qui commençait à sentir son énergie s’épuiser à force de l’utiliser pour contrer la bête par la force. Celle-ci était d’ailleurs couverte d’écorchures diverses et variées d’où semblait s’écouler un sang visqueux et épais, qui au même titre que sa salive semblait être toxique et extrêmement nocif. La malléabilité nouvelle du sol ramolli par la pluie battante rendait les esquives plus difficiles pour l’un comme pour l’autre, le shinigami en étant réduit à affronter l’Adjuchas sur le terrain de la puissance brute. Il pouvait remercier les effets de son Zanpakutô qui ne prenait jamais autant son pied que contre un adversaire qui était redoutable au corps à corps. D’ailleurs, avec tous ces coups échangés, Dokuganryu était au comble de son excitation et l’énergie qui s’en dégageait se faisait de plus en plus électrique, apparaissant par gerbes instables qui rebondissaient dans le décor ou sur la carapace de l’Adjuchas.


Les cheveux en pagaille, soufflant lourdement, le vice capitaine se prépara de nouveau à repartir à l’assaut. Il pointa son adversaire de ses trois lames et la créature hurla de façon titanesque en frappant le sol à ses pieds, visiblement complètement dépassée par sa colère, celle d’être tenue en respect par un insignifiant esprit vagabond. Elle laboura la terre en ruant aux alentours comme un cheval furieux, avant de grogner et ouvrir grand la gueule en pointant son museau droit vers Iroai. Celui-ci avait déjà compris ce qu’elle allait faire mais ne s’esquiva pas. C’était la chance qu’il leur manquait pour l’abattre pour de bon ! Il esquissa un sourire, il allait surement devoir mettre le paquet mais c’était jouable et qui ne tentait rien n’obtenait jamais rien au final. Il commença à charger l’énergie dans ses trois sabre en les plaçant loin derrière lui, bras tendu, tandis que l’énergie rouge commençait à crépiter dans la gueule du monstre. Le reiatsu environnant se fit de plus en plus imposant, les deux concentrations d’énergie respectives devenant de plus en plus massives au fil du temps. Dokuganryu ricana à l’intérieur et chaque seconde qui passait faisait luire les lames avec plus d’intensités, le bras de l’ancien lieutenant se mettant presque à trembler sous la dose conséquente qu’il se préparait à envoyer. Il espérait que ce que Yasuri avait de prévu allait marcher, car il risquait d’être fortement affaibli ensuite. Un bourdonnement commença à se faire entendre dans l’air, émis par son shikai, puis la détonation du Cero sembla pareille à celle de l’orage. La masse d’énergie rouge fila droit vers lui, affamée de destruction, réduisant tout sur son passage à l’état de poussière.


- HANGETSU ! Il ramena violement ses lames à l’avant en éraflant le sol et lâcha la dose qu’il avait emmagasiné afin de combattre celle du hollow. Les deux masses d’énergies de puissance à peu près égales s’entredévoraient, s’entredéchiraient dans un terrible duel qui fit voler en éclat le sol entre les deux adversaires. Le shinigami comme l’Adjuchas, aucun ne désirait lâcher l’affaire et cela se sentait dans la tension entre les deux rayons. Tantôt plus proche de l’un, tantôt plus proche de l’autre, l’énorme masse de reiryoku pure allait et venait entre les deux dans un bruit assourdissant tandis que l’ancien vice capitaine luttait de toutes ses forces pour la faire repartir au sens inverse. Si on lui avait appris quelque chose durant ses années de service, c’est que lorsque l’esquive était inappropriée, il fallait frapper avec quelque chose d’aussi fort ou plus. Dokuganryu et lui poussèrent un cri à l’unisson, tout en repoussant peu à peu le cero du Hollow qui était animé par une rage folle, sans doute la raison de sa ténacité incroyable. Les lames du shikai se mirent à rougir, soumises à des transferts d’énergie de plus en plus nombreux, Iroai reculant de quelques mètres à chaque retour du monstre, avant de regagner son avance perdue en s’imposant de nouveau sans laisser à l’adversaire le moindre moment de répit. Quoi que tu veuilles faire, c’est maintenant! Son cri puissant parvint sans doute sous la forme d’un son difforme à Yasuri, mais c’était amplement suffisant pour qu’il saisisse que c’était à son tour d’entrer en scène. L’ancien lieutenant ne tiendrait pas longtemps dans cette position, car en plus d’utiliser une technique extrêmement gourmande en énergie, il avait affaire à un esprit qui ne connaissait rien d’autre que le désespoir d’une existence à tuer ou être tué. Il se battrait jusqu’à son dernier souffle de vie et c’était précisément ça qui le rendait dangereux.

L’effort devenait de plus en plus éreintant au fil des secondes et la créature commençait à regagner du terrain de façon ostensible, faisant reculer l’exilé qui serra les dents et plaça son autre main sur son avant bras droit comme pour le soutenir dans l’effort. Il ne pouvait se laisser faire ainsi par cet Adjuchas! Si il voulait revenir un jour à la Soul Society et vaincre ce traitre qu’était Tôsen, il lui fallait bien pouvoir réduire en charpie ce genre d’adversaire ! Ses genoux qui ployaient progressivement s’arrêtèrent pour se tendre de nouveau, laissant son corps aux habits voletant sous le vent dégagé par le duel de puissance se redresser dans la lueur éclatante de l’affrontement. Il fronça les sourcils et donna le maximum d’énergie dans la tâche, repoussant de nouveau le hollow de façon plus claire, la masse de puissance se dirigeant de plus en plus vers lui. Il espérait que Yasuri réagisse rapidement… car si tout ceci ne suffisait pas, ils y resteraient !

avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Lun 28 Mai - 20:19


Tout s’était passé à la vitesse d’un éclair… littéralement.
Alors que Iroai commençait à repousser son adversaire et s’était mis en tête de lui faire ravaler son Cero avec un petit supplément de Hangetsu par-dessus le tout, son ami lui avait porté une aide plus que serviable puisque son assaut avait manqué de figer l’exilé sur place. Concentré dans son duel de puissance brute avec l’Adjuchas enragé qui ne voulait qu’une chose, se débarrasser de celui qui avait réussi à entailler ses chairs, l’ancien vice capitaine n’avait plus prêté aucune attention à Yasuri après lui avoir demandé de lancer son assaut. Il ne s’était plus préoccupé que d’une seule chose : sa part de l’affaire et sa propre survie, certain que son coéquipier allait agir au plus vite. L’orage avait accéléré de façon brutale, le tonnerre grondant de plus en plus, jusqu’à ce qu’une énorme détonation se soulève au dessus du brouhaha des rayons de reiryoku qui luttaient pour se dominer l’un l’autre. Iroai su que le moment était arrivé et envoya toute la force qui lui restait, pulvérisant la résistance du monstre qui était attaqué de tous les côtés. Les flux d’énergie convergèrent vers lui, celui qui était en constant mouvement depuis peu ainsi que cet éclair que le libraire eu à peine le temps d’apercevoir, le heurtant de concert dans une terrible explosion. Le vent dégagé fut une véritable bourrasque qui emporta tout sur son passage, dans un terrible flash de lumière qui empêcha l’ancien lieutenant de se repérer de façon momentanée. Il sentit ses muscles se contracter pour aller contre le sens de la tempête, il serra les dents et fut forcé de fermer les yeux… pour finalement être projeté en arrière.

L’atterrissage fut rude. Tentant de se rattraper sur ses jambes et de récupérer de la violence du choc, l’exilé s’étala de tout son long avant de faire plusieurs tonneaux pour aller s’arrêter plus loin dans une flaque de boue, glissant sur plusieurs mètres sur le sol sale et mou avant de s’arrêter, ses membres retombant mollement au sol. La tête contre terre, il resta ainsi pendant une bonne dizaine de secondes, incapable de réagir de façon plus prompte. Un silence relatif et lourd s’installa, percé parfois par le grondement de l’orage et agrémenté par le rythme lancinant des gouttes de pluie qui continuaient de tomber sans interruption d’un ciel en pleurs. L’exilé ignorait combien de temps il resta là, allongé au sol, bloqué par un corps crampé par l’effort qu’il avait du fournir pour contenir le Cero de l’Adjuchas assez longtemps pour que Yasuri puisse le frapper. Cependant, on ne change pas le naturel de quelqu’un : la once de prudence qui lui restait parvint à se hisser par-dessus les conséquences du choc pour le pousser à se relever, de nouveau. Il commença par glisser ses avants bras engourdis contre le sol, raclant la terre meuble de ses doigts avant de chercher une prise pour se redresser lentement en poussant un léger grognement. Il était engourdi et se sentait extrêmement las… mais il devait se dresser de nouveau car rien n’assurait qu’ils aient gagné. Cependant, il ne sentait plus aucune énergie spirituelle de l’Adjuchas. Le problème était qu’il aurait pu aussi mettre ça sur le compte de la fatigue et que ce n’était en aucun cas une preuve. Essuyant d’un geste usé la boue de son visage, il se redressa sur les genoux avant de tituber quelque peu lorsqu’il se tint sur ses pieds, flageolant, respirant à grandes goulées. Une douleur vive lui saisit le bras gauche au niveau du biceps et il y appliqua sa main droite dans une grimace. Il avait mal atterrit.

Un peu plus loin, près du cratère encore fumant ou avait explosé la frappe combinée des deux shinigami, une lame scintillante se tenait solitaire dans le paysage, plantée profondément dans le sol meuble. Iroai s’engagea d’un pas lent mais plus assuré vers l’arme, reprenant peu à peu consistance après les évènements précédent, jusqu’à venir l’empoigner de la main droite en délaissant son bras douloureux pour venir la brandir devant lui, attendant que le nuage de fumée se dissipe. Ce qui lui parut une éternité. Il n’imagina pas que l’Adjuchas ait pu résister à une telle force de frappe mais prudence était mère de sureté. Il n’avait d’ailleurs pas tort. Lorsque l’épaisse purée de poix opaque voleta dans l’air, alors même qu’il raffermissait la prise sur son zanpakutô bien que quasiment à bout de forces, le soulagement lui fit le même effet qu’une enclume qu’on vous retire de l’échine et il souffla longuement en baissant sa lame jusqu’à ce qu’elle tape contre la boue à ses pieds. Le corps massif de la bête était en train de se désagréger, son masque littéralement fendu en deux. Elle avait été vaincue et était désormais en train de disparaitre jusqu’à ne plus faire qu’un avec ce tout qui l’entourait, ce monde redevenu plus sûr et silencieux. Les rugissements s’étaient tus, la furie qui labourait l’herbe fraiche et déracinait les arbres venait de s’éteindre. L’ancien lieutenant garda le silence puis releva un bras las pour ensuite rengainer son épée, signant l’arrêt définitif du combat. Ils venaient de gagner. Car là était le fait marquant dans cet évènement : pour la première fois en cent-vingt-six années d’exil, Iroai avait affronté un spécimen du Hueco Mundo avec l’aide d’un shinigami, à défaut de l’avoir à ses trousses. D’ailleurs, son allié lui revint en tête avec fracas. Il devait vérifier comment il se portait !


Se retournant d’une traite, il se mit à marcher d’un pas rapide vers l’orée nouvelle des bois, qui avait été retaillée par les coups de queue furieux de l’Adjuchas lâché libre dans la nature. Son pas accéléra alors que son cœur battait de façon plus rapide, son pouls montant graduellement en intensité. Comment avait-il pu ne pas y penser ! Lancer une attaque d’une telle ampleur avait du avoir des effets négatifs, une telle force en une frappe… il semblait inexpérimenté, pourtant. Non pas faible, mais en tout cas pas assez en connaissance de ses propres pouvoirs. Qu’il ai pu produire une explosion de cette force en sachant exactement que ça allait marcher aurait fortement impressionné Iroai qui restait sceptique. Ses pas éclatèrent dans les flaques d’eau qui se résorbaient, absorbées par la terre affamée, alors qu’il se mit à courir jusqu’à dépasser l’entrée du royaume des arbres et des cimes centenaires. Marchant au dessus des brindilles et des morceaux de troncs renversés, il se précipita de plus belle vers l’intérieur de la zone boisée jusqu’à trouver une couleur qui tranche avec le décor… en effet, peu d’arbres étaient connus pour être rouges et blancs, encore moins pour avoir des feuilles blondes. Arrivant près de son camarade qui avait taillé son chemin au prix de vilaines écorchures et sans doute de sacrées contusions, l’exilé s’agenouilla à son chevet et plaça une main protectrice sur son épaule, l’observant sous toutes ses coutures afin d’être sur qu’il ne soit pas en train de passer l’arme à gauche. L’ancien lieutenant connaissait l’expérience douloureuse de perdre un frère d’arme et si il y était habitué, ce n’était pas quelque chose à laquelle il voulait gouter de nouveau.

- Est-ce que ça va, Yasuri? Il secoua légèrement son épaule avant de s’abstenir de faire des mouvements plus brusques, ne sachant pas encore si le jeune shinigami avait été blessé outre ses chairs visibles. Il n’avait jamais eu de connaissance particulière en soin et ne comptait pas s’arroger à tort ce genre de capacités, aussi préféra-t-il rester dans l’attente en espérant que l’état de Yasuri se révèle bon. En observant le jeune homme aux cheveux blonds, Iroai se mit néanmoins à sourire doucement tandis qu’aux alentours, des débris légers comme des feuilles mortes s’envolaient encore au grès du vent doucereux qui passait dans le bois, ce dernier agissant comme un écran pour les protéger de la pluie battante. L’orage continuait de gronder sporadiquement mais l’exilé n’y prêtait plus attention, observant avec l’ombre d’un sourire le jeune membre du Gotei qui se trouvait devant lui. Il avait été plus qu’admirable durant ce combat et tout ceci malgré la peur évidente qui lui avait rongé les entrailles pour commencer. L’expérience ferait taire ce genre de paralysie, il l’apprendrait au fil du temps. L’avenir d’Iroai était plus qu’incertain. Il ne savait pas si il réussirait un jour à revenir au Gotei, à reprendre sa place et retrouver sa femme. Sa division. Malgré tout il se battait dans cette optique car c’était la seule chose qui le maintenait « en vie ». Sans ces rêves, ces espoirs, il n’aurait plus été qu’une carcasse vide de tout intérêt. Mais ce jeune shinigami, Yasuri Holsaki… Iroai était persuadé qu’il avait un avenir à la Soul Society, quelque il fut. Il deviendrait quelqu’un. Il était peut-être indiscipliné, au répondant facile et anticonformiste, mais il avait les valeurs que le libraire avait toujours défendues durant son occupation du poste de lieutenant. Il avait de la combattivité et de l’ingéniosité à revendre, du courage qu’il avait su faire surgir de ses peurs.

L’idée de savoir que des gens comme lui continuaient d’exister et de rejoindre le Gotei soulagea quelque peu l’ancien lieutenant qui craignais toujours que Tôsen ai atteint ses buts perfides, quelques ils furent. D’ailleurs, c’était certainement une bonne occasion de lui poser des questions pour en apprendre plus sur la Soul Society… car il avait cent vingt six années de retard. Il comptait aller voir Urahara mais il était a peu près certain d’obtenir les informations qu’il voudrait de sa nouvelle connaissance, avec laquelle il sentait un léger lien s’être tissé. Le fait de combattre avec un autre était toujours très gratifiant pour les relations, lorsqu’il s’agissait de survivre et de s’entraider dans ce but. De protéger une cause commune. Il rit doucement, conscient que Yasuri l’entendait très bien.
Tu as fait un excellent travail, Yasuri-kun. Il s’était permit une petite marque de familiarité pour marquer d’une pierre blanche leur victoire, n’employant que rarement ce préfixe. La vérité était plutôt que depuis la dernière fois ou il avait réellement parlé avec un shinigami… non, ça remontait à bien loin. À part le loufoque vendeur au bob et leurs discussions très sommaires. Puis c’était différent, lui-même était un exilé de la Soul Society qui même si il était parti après lui, était arrivé à Karakura avant du fait de l’errance de celui qui avait été lieutenant de la neuvième division du Gotei 13.

Cependant, quelque chose vint troubler ses plans et l’obligea à se rabattre sur l’option « Urahara ». En effet, l’arrivée de l’Adjuchas avait finie par être remarquée, sans doute à cause de la grande explosion d’énergie spirituelle qu’ils avaient produits de concert, eux deux comme la bête. Iroai sentit plusieurs reiatsu en approche et comprit qu’il était plus que temps pour lui de filer. Il se redressa avec lenteur et jaugea ses propres forces : il en aurait assez pour rentrer. De plus, le fait d’en avoir autant dépensé avait au moins eu le bénéfice de diminuer les chances qu’il fut détecté par ses possibles poursuivants. Yasuri serait prit en main et considéré comme tueur de la créature. Ils ne croiraient peut-être pas à la thèse de l’Adjuchas mais au moins, le jeune shinigami serait reconnu pour quelque chose de nouveau. Pas son anticonformisme ou ses actes écartés du chemin des règles : son talent. L’exilé plissa les yeux en observant l’est, sentant les reiatsu s’approcher de plus en plus, avant de se tourner vers Yasuri avec un visage calme, placide.


- Nous nous reverrons, déclara-t-il dans un premier temps. Il pouvait néanmoins lire dans les yeux de Yasuri des questions qui le titillaient sans doute. « Comment je vais expliquer ça? » « Me croiront-ils? » « Et si ils se rendaient compte de la supercherie? ». Le gesshoku lui adressa un sourire tout en reprenant du même ton tranquille. Un hollow particulièrement puissant, mais tu as réussi à en venir à bout… par un effort titanesque, pourras-tu ajouter. Ton shikai t’aura été d’une grande utilité. Tu es à bout de force, tu pourrais également t’évanouir à tout instant; suggéra-t-il avec un clin d’œil dans la voix. Il observa la lame fissurée du jeune homme aux cheveux blonds et resta songeur. Son attaque avait même fissuré son zanpakutô… effectivement, ça avait été un coup d’une puissance considérable. Nous nous reverrons sans doute, Yasuri Holsaki. Je compte bien revenir au Gotei, un jour. J’ai des choses à régler là bas. En attendant, reste en vie. Exploite ton potentiel. Je suis certain que tu as les capacités requises pour obtenir un siège dans ta division, quelque elle soit. Lorsque je reviendrais… il marqua une pause puis soupesa du regard la lame de son allié, tout en esquissant un sourire alors qu’intérieurement, Dokuganryu frétillait déjà à l’idée.… nous croiserons le fer comme des hommes. Effectivement, même si il l’avait prit en traitre pour s’assurer de sa non dangerosité, il n’aimait pas ces méthodes et préférait les affrontements loyaux. Il lui adressa un dernier sourire et un signe de main rapide avant de disparaitre d’un shunpo en puisant dans ses dernières réserves, mettant de la distance entre lui et l‘arrivage de shinigami qui serait là d‘ici quelques secondes. Cette nuit aurait été particulièrement étrange et instructive… elle avait réveillé ses vieux instincts de guerrier et réanimé sa fierté d’antan. Ce jeune shinigami l'avait ramené à la vie une seconde fois, l'avait poussé à l'action. Quelque chose qui n’avait aucun prix.
C’est sur cette pensée qu’Iroai Senkou se volatilisa comme un fantôme.

Spoiler:
 
avatar
Yasuri Holsaki

_________________
Shinigami de la 3ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: 4ème siège
Niveau:
56/100  (56/100)
Points:
20/60  (20/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: [Corrigé] Au clair de la lune... [PV Yasuri]
Jeu 31 Mai - 22:48