En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]

avatar
Uryuu Ishida

_________________
Quincy

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Autres
Niveau:
71/100  (71/100)
Points:
11/80  (11/80)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Jeu 3 Mai - 0:17

Il était encore tôt, le jour se montrait à peine. C'est d'un pas lent et en tenue de Quincy qu'Uryuu se dirigeait chez le commerçant qui avait déjà aidé le groupe par le passé pour un sauvetage du genre. Il était plutôt distrait, il regardait le soleil pointer petit à petit pour recouvrir la ville de ses rayons. Il était en train de se dire que c'était peut-être la dernière fois qu'il verrait, non pas un lever de soleil, mais le soleil lui-même. Il secoua la tête, il ne devait pas avoir d'idées si néfastes, il devait avoir la certitude de rentrer... et en compagnie d'Inoue.

C'est ainsi qu'il arriva au magasin du capitaine exilé. Il regarda une dernière fois s'il avait tout son équipement et toqua... enfin avança sa main pour toquer à la porte mais Urahara -toujours aussi adepte des scènes improbables- fit coulisser le battant juste avant et déclara :


- Je vous attendais.

Un sourire barra son visage et il invita l'adolescent à entrer. Il le fit s'asseoir pour attendre ses partenaires car il se doutait bien qu'il ne partirait pas seul.

- Héhé, on dirait qu'Ichigo a raté le réveil ! Ne t'inquiètes pas, Chad est dans la salle d'entraînement., avait-il dit tout en faisant battre devant lui son indissociable éventail blanc.

Uryuu soupira.



- Pour Chad je ne sais pas mais je... je ne pars pas avec Ichigo. Je pars avec des shinigamis.


Le tenancier sembla interloqué, c'est ce que le lycéen crut voir de son regard légèrement dissimulé sous l'ombre de son bob à rayures vertes et blanches.

- Je vois, mais son air enjoué revint, qu'importe ! Mon passage peut très bien les prendre en charge, il est déjà prêt !

- Urahara-san... êtes-vous déjà allé au Hueco Mundo ?


Après la question du binoclard, Urahara regarda de nouveau le jeune homme avec le même air que précédemment. Puis il reprit plus sérieux.

- Je ne te dirais rien. Il vaut mieux qu'en y allant tu te fasse ton propre avis sur ce monde. Mais soit prêt à tout, je ne sais pas ce qu'en a fait Aizen, mais cet endroit est rempli de dangers. Les hollows là-bas n'ont rien à voir avec ceux que vous avez pu croiser jusque ici... mais avec les dernières attaques vous avez eu un avant-goût. Sauf que toi tu étais en train de récupérer tes pouvoirs. , son air enjoué revint une fois de plus - ce type avait vraiment deux personnalités distinctes qui reprenaient le dessus aléatoirement semblait-il -, Donc pour toi ce sera de la découverte, une vraie aventure !

Uryuu se tourna vers la trappe de la salle secrète d'entraînement qu'il pouvait apercevoir d'ici, une fois celle-ci passée le retour en arrière ne serait plus vraiment possible ? Mais ce retour pouvait-il encore l'être ? Peu importe, Uryuu ne comptait pas faire demi-tour. Mais désormais il appréhendait un peu plus cette histoire maintenant qu'il arrivait presque à son début, un peu comme on appréhende un spectacle juste avant d'entrer sur scène. Il allait partir avec deux shinigamis qui lui étaient presque inconnus et peut-être même qu'il n'aurait la compagnie d'aucun de ses amis. Mais ce trac allait-il partir au moment où il serait en plein dans l'action ? Ou serait-ce le début du cauchemar ?

Les shinigamis n'étaient toujours pas là, pourtant c'étaient eux qui avait donné l'heure du rendez-vous. C'était vraiment le moment, il allait devoir patienter... lui et ses doutes.

Spoiler:
 
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Lun 7 Mai - 20:01

Ces derniers temps n'avaient pas été de tout repos. Vraiment, la trahison de Aizen et les mois qui avaient suivis ne furent pas les préféré de Renji dans sa vie de Shinigami. Mais malgré tout, il avait déjà vécu des choses dures en perdant ses amis d'enfance sans pouvoir y faire quoi que ce soit, alors cette fois malgré la difficulté, il était plus que décidé à se battre.
C'était pour ça qu'il s'entrainait sans relâche, seul ou avec Chad, pour se perfectionner encore plus et pour avoir le maximum de chances possibles. Les péripéties récentes qu'il avait entendu d'une bataille entre Ichigo et certains arrancars membre de "l'espada", lui prouvaient qu'en plus de son Bankai, il aurait besoin de beaucoup plus puissant que ça. Il devait aussi utiliser son shunpo au maximum. Voilà pourquoi aujourd'hui déjà il maitrisait beaucoup plus Zabimaru.

Il finit enfin son entrainement, bien que dans des moments comme ça, il n'arrivait pas à trouver une fin à son entrainement. Il continuait jusqu’à épuisement..
sentant donc son energie un peu diminuer, Renj arrêta et décida de remonter vers la surface, laissant Chad perfectionner les nouvelles attaques mises au point. Zabimaru revint à son apparence de base et Renji s’arrêta une seconde pour boire un peu d'eau, lorsqu'il entendit une discussions. Surement ces deux jeunes enfants qui font du rangement ou autre, car ceux-ci, enfin surtout le jeune homme, avait une fâcheuse tendance à se faire remarquer. Mas, en tendant l'oreille un peu plus ardemment il se rendit compte que ce n’étaient pas eux mais Urahara-san lui même qui discutait avec une personne qu'il ne sut reconnaitre par sa voix , surement dû au peu de son qui sortirent de sa bouche. Déposant alors son gobelet, il avança vers la discussion et, en faisant glisser la porte qui le séparait des dialogueurs, il reconnut Ishida qui discutait avec Urahara.

Son Visage se ferma, il comprit de suite la visite d'Ishida dans cette maison. Les tours et passe-passe et objets divers du gérant ne l'intéressaient guère. Il pensait au Hueco Mundo et à rien d'autre, et Renji savait qu'il devrait y aller également. Il en avait envie car pour lui, aller au devant de l'ennemi, c'est protéger ceux qui restent en arrière.
Il fit un pas en avant et d'un air solennel dit au jeune à lunette.

-C'est le moment Ishida?

Cette question rhétorique raisonnait dans sa propre tête comme s'il attendait mine de rien une réponse négative. Que tout était enfin rentré dans l'ordre, Aizen revenu à la raison, t le calme retombé sur Karakura ainsi que sur la Soul Society.
Mais d''un autre coté, Renji savait que si ça n'était pas maintenant, ça serait également plus tard alors, à ce rythme, pourquoi attendre?

-Tu es venu tous seul? Aucun Shinigami n'a osé venir? C'est étrange. Quoi que, d'un coté, ça ne me surprend pas. Peu sont ceux qui ont assez de courage...

Son faux air arrogant en aurait fait rire plus d'un, et même si la situation semblait assez grave, Renji ne tomberait surement pas dans le désespoir.
avatar
Yazooru Senzo
Shinigami de la 8ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Shinigami simple
Niveau:
65/100  (65/100)
Points:
39/60  (39/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Ven 18 Mai - 23:34

Suite de "Du repos avant le départ"


Une légère brise soufflait, faisant battre les feuilles des arbres, témoins silencieux de la timide ascension du soleil dans le ciel rougeoyant.
La saison avait été des plus agréables, les douces températures du printemps avaient été accompagnées par des pluies bienfaitrices, favorisant ainsi le développement de la végétation, verdoyante.

Une feuille malgré tout, se détacha de la masse uniforme de l’arbre et se laissa portée par le doux vent d’été, palpitante, batifolante, elle tournoya en direction du sol avant de remonter en l’air, emportée par un courant d’air chaud.
Elle continua ainsi sa danse pendant quelques minutes avant d’être interrompues dans ses jeux, par la main d’un homme qui la trouva sur son chemin.
Ombre furtive se déplaçant à l’aurore, le shinigami l’attrapa du bout des doigts alors qu’il était lancé dans sa course. Celui-ci posa son regard quelques secondes sur elle, qui virevoltait de plus belle entre ses doigts.

Son attention captée par ce petit bout de vie éphémère dans sa main, il ne sorti de ses pensées que lorsque la voix de sa partenaire arriva à ses oreilles.

« Senzo ! »

L’homme leva rapidement la tête, puis réagit au plus vite pour éviter l’obstacle, lancé dans sa course.

Les deux âmes sautèrent au dernier moment, juste assez tôt pour éviter le long train qui chevauchait à toute vitesse la ligne de chemin de fer de Karakura. Durant l’ascension, Yazooru croisa le regard d’un jeune garçon, le nez collé contre la vitre, l’air fatigué et pensif. L’espace d’un instant, il cru que celui-ci l’avait vu, mais n’eut pas le temps de savoir si oui ou non un contact avait été établis.

Les shinigamis retombèrent avec souplesse de l’autre coté du train et repartir de plus belle. D’un signe de tête, l’homme s’excusa de son inattention auprès de sa supérieure. Ce n’était après tout pas vraiment le moment d’être distrait, la suite s’annonçait rude et il n’était pas vraiment coutumier chez les anges de la mort de se faire percuter par des trains avant de se lancer au combat.

Yazooru et Matsumoto coururent encore un moment avant d’entrevoir, du haut de la rue, un petit bout de toit au milieu des blocs. Un étrange reatsu se dégageait de cet endroit, ou plutôt, une étrange absence de reatsu. Il était impossible pour quiconque ne cherchait pas le magasin de le trouver de manière conventionnelle.
Ils arrivèrent au final vers l’entrée du magasin. Le lieu était calme, à l’instar du reste de la ville à cette heure. Désormais sur le terrain, Yazooru pouvait sentir plusieurs présences de reatsu, dont celui du quincy.

Le jeune homme se tourna vers Rangiku et la gratifia d’un sourire qui se voulait chaleureux et rassurant. Il s’approcha d’elle et lui offrit un baisé sur la joue.

« Je crois que c’est le moment d’y aller. »

Senzo regarda le ciel un instant, tandis que le soleil perçait la noirceur de la nuit, comme si c’était là la dernière fois qu’il le voyait. C’était peut être le cas après tout.

Alors qu’il allait rentrer, le jeune homme s’arrêta et regarda sa main. La feuille s’y trouvait toujours, légèrement brisée par la pression de ses doigts.

Tendant le bras, le shinigami la relâcha de son étreinte, la laissant doucement retomber au sol, avant d’être emporté in extremis par le vent qui l’emmena au loin dans le ciel. Après tout, le monde dans lequel ils se rendaient n’était pas des mieux pour une feuille éprise du vent et de la chaleur. Il ne l’était d’ailleurs pas non plus pour eux…


Dernière édition par Yazooru Senzo le Jeu 27 Déc - 22:25, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Dim 20 Mai - 20:37

Ils arrivèrent sans encombre. Mis à part un train au beau milieu du chemin, ils n’avaient rencontré durant leur parcours aucun obstacle ayant assez d’intérêt pour être énoncé dans un texte. Au loin, le soleil se levait… Déjà. La vice-capitaine savait qu’un rapport allait être exigé assez rapidement, il s’agissait maintenant de ne pas traîner trop longtemps, en espérant bien sur qu’Urahara Kisuke ait fait le nécessaire pour que leur départ se fasse au mieux. Se tenant devant l’entrée du magasin, les deux shinigami observèrent la façade. Bien qu’elle y soit déjà allée, Rangiku avait l’étrange sensation de voir ce bâtiment pour la première fois de sa vie, et franchir le seuil de la porte serait comme passer la première étape d’une longue série d’aventures. Elle se tourna vers Senzo, répondit au sourire qui lui adressa, pour le perdre quelques secondes plus tard, lorsque les lèvres de son compagnon de combat se posèrent sur sa peau. Perplexe de par le geste qu’il eut, elle resta sans voix, se demandant s’il était bien normal qu’il puisse avoir ce genre d’attention à son égard sans qu’elle ne fasse rien. Il s’éloigna d’elle. Elle voulut le rappeler, mettre certaines choses à plat… Peut-être éventuellement lui dire pourquoi elle partait, ce qu’elle attendait vraiment, ce qu’elle souhaitait de tout cœur, pour éviter ainsi tout malentendu. Mais il avait passé la porte, coupant net la shinigami dans son élan. Et à son tour, elle dut se résigner à faire de même, remettant à plus tard ce genre de discussion.

Elle devait s’en souvenir, la priorité était Inoue à présent, et bien qu’elle puisse avoir un objectif secondaire, elle se devait de s’y tenir.
L’entrée du magasin donnait directement sur des étales de fruits, de légumes, mais aussi de tout autre genre de consommable. Personne ne se trouvait là. Au fond de la pièce, une lueur était perceptible derrière une porte coulissante, d’où émanait également plusieurs reiatsu. Ishida était déjà là, de la part du Quincy, Rangiku s’y était attendue. Elle reconnut également la signature énergétique d’une personne qui n’aurait pas dû se trouver là, qui ne faisait aucunement parti du plan.
Parcourant les derniers mètres d’un pas pressé, elle ouvrit à la volée la porte afin de vérifier visuellement qu’il s’agissait bien de la personne à laquelle elle pensait.

- R-Renji ?!

Inquiète par la présence d’un autre vice-capitaine, Matsumoto balaya la pièce du regard. Mais non, pas l’ombre d’un capitaine ou d’un autre vice-capitaine. Quand il s’agissait d’arrestation ou de convocation spéciale, le Goteï treize ne se privait pas pour faire une démonstration de force afin de régler la question avec efficacité et rapidité. Autrement dit, le lieutenant de la sixième division était ici de son plein gré et ses intentions étaient désormais aisément compréhensibles.

- Hé bien, ravie de voir que nous ne sommes pas les seuls à enfreindre les règles… Quoique techniquement, nous n’avons pas reçu l’ordre de ne pas y aller… N’empêche, tu as de la chance. Quelque part, je regrette presque de ne pas avoir Kuchiki Byakuya comme capitaine, il se fiche tellement des autres que tu ne risques rien toi… Moi je sais que si je ne meurs pas au Hueco Mundo, c’est mon capitaine qui va me tuer…

Elle se tut, puis reprit un peu pour elle-même…

- J’aurais dû la faire cette stupide paperasse, c’est clair que là, si je rentre il aura aucun regret à m’achever…

Mais trêve de bavardages et de plaisanteries douteuses, l’équipe était désormais au complet… D’ailleurs, en y pensant elle n’avait même pas pris la peine de saluer Ishida ou encore le gérant du magasin, chose qu’elle corrigea en adressant un signe de la tête aux deux hommes, tandis que Yazooru se présenta brièvement.

- Bien, nous n’attendons personne de plus… Pouvons-nous y aller ? Demanda-t-elle à Kisuke.
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Dim 20 Mai - 22:40



Il avait appliqué ce qui lui était venu en tête plus tôt : aller voir Urahara Kisuke.
Ce dernier l’avait reçu dans son magasin mardi vers environ quinze heures, avec son habituel comportement loufoque et ses excentricités sans manquer de lui offrir une tasse de thé en s’agenouillant avec lui autour d’une petite table en bois courte sur ses pieds. Le but de la visite? S’informer, rien de plus. Il ne s’agissait guère d’une visite de courtoisie, même si l’ancien lieutenant aurait facilement admit qu’il devait bien cela à son compère exilé. Cependant il se devait d’être maintenu au courant de ce qui pouvait se passer dans la Soul Society, les lois en vigueur, les bouleversements probables dont il n’avait pas conscience. Il voulait surtout savoir ce qu’était devenu Tôsen Kaname, qui se révélait être le point d’intérêt le plus dominant dans son esprit. Après tout, son objectif était de parvenir jusqu’à ce traitre pour lui faire expier ses crimes d’une façon ou d’une autre. Pour cela, la simple force ne suffirait pas : un guerrier préparé survivait bien plus longtemps que celui qui se lançait sans réfléchir dans la bataille. Cependant, avec tout ce que lui appris l’homme au Bob, Iroai Senkou aurait aussi bien pu s’étouffer avec son thé.

Le Gotei avait été fondamentalement bouleversé par la fuite de trois capitaines, trois capitaines qui avaient trahi tous les serments qu’ils avaient pu prononcer pour s’enfuir au Hueco Mundo. Deux choses choquèrent Iroai : la première, c’était que dans les noms de ces capitaines, aucun qui fut en charge à son époque n’était présent. La deuxième, c’est que dans ce trio se trouvait sa cible : Kaname Tôsen, qui avait osé usurper le titre de capitaine de la neuvième division. Sa division… en apprenant cela, il avait manqué de peu de broyer la tasse de thé à moitié vide dans un poing vindicatif, mais s’était contenu. Les autres capitaines étaient Aizen Sôsuke et Gin Ichimaru, deux noms qui ne provoquaient aucune réminiscence mémorielle chez le shinigami. Lorsqu’il apprit que Mugurama Kensei, son capitaine, ainsi que d’autres membres du Gotei avaient été trahis par ce Aizen, changés en êtres mi-hollow mi-shinigami et forcés à l‘exils pour éviter la mort, il commença à éprouver du dégout envers cet homme et également ses sbires. Son envie de retrouver Tôsen ne fit que s’agrandir. Urahara le prévint néanmoins que la tache était insensée à mener seule, et le caractère froid et efficace de l’ancien vice capitaine fit le reste du travail. Il ne comptait prendre aucune décision stupide… mais il venait de trouver une cause pour laquelle combattre plus activement.

L’ancien capitaine de la division des recherches lui expliqua rapidement la situation d’Ichigo et de ses camarades, ainsi que l’enlèvement d’Inoue et le projet qui se mettait peu à peu en place. Il suggéra à sa façon que ce serait un moyen plus que souhaité pour se retrouver au Hueco Mundo et tenter d’en apprendre plus… ce qu’Iroai avait déjà commencé à saisir. Il y voyait l’occasion rêvée de retourner dans une lutte active, sortir de l’ombre et commencer le vrai combat. Celui qui le mènerait à la reconnaissance de son innocence par le Seireitei et l’application de sanctions envers Tôsen. Qu’elle vienne de sa lame ou des instances du Gotei. Il restait néanmoins les pieds sur terre et ne s’emballa pas, conscient que cette tache serait loin d’être de tout repos. Même si il ne connaissait pas Inoue, son honneur lui interdisait cependant de consciemment la laisser aux mains d’un ennemi, puisque Urahara lui avait présenté la chose comme un enlèvement. Si il allait au Hueco Mundo avec ce groupe, il mettrait ses objectifs personnels en suspens et les accomplirait si la situation lui permettait : en premier lieu, il aiderait la cause commune.

L’affaire fut réglée en l’espace d’une trentaine de minutes de discussion. Urahara lui donna rendez vous dans quelques jours au soleil levant, certain que l’exilé arriverait à l’heure puisque cela faisait partie de son caractère. Iroai remercia l’ancien capitaine de son aide et de ses informations, avant de le quitter avec la tête fourmillante de pensées diverses. Il n’avait aucun doute sur ce qu’il devait faire : cependant, l’ajout d’Aizen à l’équation rendait les choses plus complexes. De toute évidence, il avait été le cerveau de la trahison… était-il donc le responsable des actes de Tôsen? Cette question l’effleura mais il la mit de côté, conscient que se mettre à flancher maintenant lui serait impardonnable. C’est ainsi qu’il se retira et ferma la librairie pendant ces quelques jours pour cause de « travaux », se retirant le plus clair du temps pour s’entrainer et méditer avec Dokuganryu. Immanquablement, celui-ci se montra en accord avec son propriétaire, dans l’expectative. L’avenir était plus qu’incertain. Le Hueco Mundo, désormais habité d’Aizen et ses troupes, serait sans doute plus dangereux que jamais.

Le matin du rendez-vous, Iroai était prêt. Dokuganryu ceint à sa taille, sous sa forme spirituelle habituelle, il progressait d’un pas lent dans les rues de Karakura, convergeant vers la maison de l’exilé au bob rayé vert et blanc. La brise matinale et le soleil rougeoyant qui montait dans le ciel donnaient à ce matin un aspect d’après bataille, alors même qu’elle n’avait pas commencé. Le silence était loin d’être pesant, au contraire il permit à l’ancien shinigami de garder facilement la tête froide. Il n’était jamais allé au Hueco Mundo et ne connaissait aucun membre de cette expédition sauvetage : tout serait nouveau pour lui, mais il ne s’en faisait pas. Il était assez expérimenté pour prendre tout cela sur lui. Arrivé devant la maison de Urahara, il fit ce que le shinigami lui avait recommandé : entrer sans frapper. Il s’engagea dans la boutique en ne jetant qu’un œil sommaire aux provisions et biens du Urahara Kisuke « commerçant ». Ce qui l’intéressait, c’était l’ancien capitaine, à l’heure actuelle. Derrière une porte coulissante dans l’arrière boutique, plusieurs reiatsu étaient palpables. Il s’engagea d’un pas décidé vers cette entrée.

Lorsqu’il la fit coulisser sur le côté, il fut plutôt surpris de se retrouver en face de trois shinigami visiblement encore en fonctions, de sur-croix deux lieutenants parmi les trois individus. Sixième et dixième division, d’après les insignes. Avec eux, un jeune homme aux cheveux noirs s’organisant de façon symétrique en deux mèches qui lui tombaient sur le visage, portant des lunettes carrées et tout habillé de blanc. Une tenue qui ne lui était pas étrangère…il était en fonction à ce moment là, même si il manquait encore d’expérience. Le massacre des Quincy était quelque chose dont il évitait fortement de parler car il n’avait jamais été pour cette idée, mais sa position était insignifiante à cette époque et même en tant que vice capitaine il n’aurait rien pu faire contre les décisions du central 46. Trois shinigami, un apparent Quincy et l’homme au bob au milieu. Pendant un instant, la présence des dieux de la mort lui fit penser à un piège mais cela semblait incohérent avec les intentions de Urahara. De plus, un Quincy et trois shinigami dans la même pièce qui ne s’entretuaient pas? Etonnant. Cela l’amena à adopter une posture amicale, même si il restait sur ses gardes. Il s’inclina respectueusement envers ses interlocuteurs.


- Je suis Iroai Senkou, dit-il d’une voix calme. Puis il se redressa, jetant un coup d‘œil à Urahara qui de toute évidence, avait « omis » de lui parler des shinigami qui seraient présents. Enchanté de faire votre connaissance.



Dernière édition par Iroai Senkou le Lun 28 Mai - 21:21, édité 1 fois
avatar
Uryuu Ishida

_________________
Quincy

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Autres
Niveau:
71/100  (71/100)
Points:
11/80  (11/80)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Lun 21 Mai - 18:59

Uryuu regarda Renji arriver et en entendant ses questions il retint un sourire, il était heureux de partir avec quelqu'un qui n'était pas tout à fait un inconnu pour lui, certes il n'était pas une de ses plus proches connaissance -enfin... il pouvait bien rentrer dans le top 10 vu la vie sociale de notre binoclard- mais il pouvait le qualifier tout de même comme un ami.

- Oui, il est temps. Par conte pour ce qui est des shinigamis... j'ai bien peur que tu ne fasses erreur.

A peine eut-il dit ces mots que Yazooru et Matsumoto étaient arrivés, enfin. La vice-capitaine sembla d'abord interloquée de la présence de son collègue à la coupe et la couleur de cheveux improbable puis sembla s'en réjouir avant de se parler à elle même sur la possibilité qu'elle ne meurt pas dans le monde vide mais qu'ensuite elle décède de la main de son capitaine... Puis elle adressa finalement un salut au tenancier et au Quincy par le biais d'un hochement de tête auquel Ishida répondit de manière presque imperceptible. Il salua de la même manière Yazooru. Puis il s'adressa de nouveau à Urahara.

- Urahara-san, je pensa qu'il serait sage de laisser Chad ici, qu'il surveille la ville et accessoirement Ichigo, il acceptera sans doute, il est raisonnable lui.

Si le gérant voulut faire un commentaire, il se retint. Uryuu regarda le groupe, il était formé dans sa quasi totalité de shinigamis, gradés pour la plupart. Il se serait bien placé comme leader de ce groupe, ayant comme argument qu'il était certainement plus proche d'Orihime que n'importe qui ici... bien piètre argument surtout quand on savait que Rangiku était devenu l'espace d'une soirée la confidente de la jolie rousse. Certes il avait d'autres arguments mais pour le moment il préférait ne pas trop prendre d'initiatives. Pourquoi ? Parce qu'il était le seul Quincy ? Parce qu'il était confronté aux "hautes instances de la Soul society" ? Non il s'en fichait de cela, mais cela le mettait mal à l'aise de se prendre pour le chef d'un groupe d'inconnus. Et ce qui allait survenir ne fut pas pour arranger son affaire.

En effet quelques minutes après un homme vêtu d'une veste et d'un pantalon beige attaché par une ceinture arborant un zanpakuto et aux cheveux lissés à la quasi-perfection entra en scène. Un shinigami ? Son zanpakuto disait que oui mais ses habits le démentaient... surtout qu'il aurait été mis au courant par les deux personnes l'ayant sauvé la veille. Il se présenta finalement.


- De même, je me nomme Ishida Uryuu, Quin...

L'adolescent ne termina jamais sa présentation car Urahara lança d'un ton enjoué :

- Iroaï-saaaaaaaaaaaaaaaaaan ! Ravi de te voir ici ! Je te présente Ishida-kun, un Quincy tu sais je t'en ai parlé c'est celui qui a infiltré la Soul society avec Ichigo et son groupe ! Et en parlant de Soul society, voici Matsumoto-san vice-capitaine de la dixième division et Abaraï-kun, vice-capitaine de la sixième division et accessoirement squatteur de ma boutique ! Il y a aussi avec eux... oh un inconnu ! Qui es-tu ?

L'ex-capitaine avait l'air ravi d'avoir autant de gens dans sa boutique, il avait tout autant prévenu Iroai que des shinigamis seraient de la partie que le groupe en question qu'un invité ferait son apparition pour participer à cette mission, même si le groupe ne savait pas encore que cet homme allait les rejoindre. Mais le génie avait une excuse : à l'origine seuls les adolescents de Karakura devaient participer...

Ishida était déjà en train de soupçonner que cet homme fasse partie de la mission, sinon pourquoi quelqu'un viendrait à une heure si matinale dans ce magasin peu connu, portant de surcroit un zanpakuto, ne s'étonnerait pas de la présence d'autant de personne ici ?
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Lun 28 Mai - 21:10

Enfin tout se dessinait devant les yeux de Renji malgré le flou énorme que représentait cette mission; aller dans un lieu inconnu pour pouvoir sauver une fille qui ne semblait pas être si importante que ça. Et pourtant...

Si Aizen avait prit la peine de s'intéresser à Inoue, cela voulait forcément dire quelque chose.
Enfin, pour l'instant, rien ne prouvait qu'elle n'avait pas trahi la confiance de ses amis mais, la foi qu'Ichigo avait mit dans cette petite demoiselle était suffisante pour montrer à Renji que la cause était juste, et même si en arrivant là-bas il s'avérait qu'elle fut une traitre, il aurait quand même mené la mission a bien pour honorer son amitié. Et puis, dans sa quête de perfection et de progression constante, Renji ne pouvait qu'accepter ce challenge qui pouvait être mortel certes, mais la mort ne lui faisait pas peur.
Plus peur en fait: il avait trop vu la mort pour la craindre à présent, et plus jamais il ne rechignerait devant le danger. Surtout que maintenant, même s'il était encore loin de l'égaler, il pouvait entrevoir l'idée d'un jour, pouvoir défier son capitaine qui était pour lui l'homme à battre. provoqué en lui au par avant en ne voulant pas sauver Rukia face à son triste sort l'avait mit hors de lui et, malgré les actes qui ont "rattrapés" la chose, Renji garda cette rancœur envers Byakuya.

Ishida reconnu Renji qui était arrivé peu de temps avant devant lui et quelques secondes après leur petit échange verbal, Renji sentit de suite les Reiatsu qui se rapprochaient: Yazooru et Matsumoto. Il n'avait pas plus de contact avec Yazooru mais aimait beaucoup Matsumoto. Il trouvait qu'elle était simple dans sa manière d'être et fidèle à sa personnalité, chose que Renji affectionnait particulièrement. Il vit son étonnement en la voyant rentrer dans la pièce et sourit en écoutant son petit discours.
Puis il la regarda, un sourire en coin avec un petit air arrogant , propre à lui seul:

-Ah, oui on peu dire que j'ai vraiment atérrit dans la meilleur des divisions pour ça. Kuchiki Taicho ne me fera ni la leçon, ni de réprimandes. Si je reviens entier tant mieux, sinon tant pis. Il trouvera surement un idiot à coller à ma place de vice capitaine, ou alors se débrouillera sans. Mais de toute façon je compte bien retourner à la Soul Society. Toi en revanche, Hitsugaya Taicho risque de te souffler dans les bronches, s'il n'est pas à l'origine de ta venue ici.... Prépares toi à sur des tes charmes car, il ne laissera rien passer. C'est surement le bon coté que tu as eu toi: Il tient à toi.

Il salua d'un signe cordial de la tête Yazooru, car même s'il s'était accordé un moment de légèreté avec la vice capitaine, il se recentra vite sur leur objectif et se rappela que le temps n'était pas aux frivolités.

De suite après, un homme inconnu de Renji entra et salua tout le monde. Le Fukotaicho en fit de même

-Renji Abarai, fukotaicho de la 6eme division

Après cette brève mais nécessaire présentation, Renji réagitphysiquement à la déclaration d'Ishida. Pour lui, il ne fallait pas imposer à Chad de venir ou de rester en arrière, c'était à lui de décider; après tout, il connaissait surement plus Inoue qu'aucune personne présente dans cette pièce. Peut-être à l'exception d'Ichigo... Il leva les sourcils et se passa de commentaire mais, son langage corporel montrait très clairement qu'il était contre l'idée d'ordonner à Chad de rester ici pour surveiller Karakura. Et puis de toute façon, lui tout seul, qu'aurait-il fait?
Certes il avait progresser avec ces entrainements à deux mais pas au point de pouvoir gérer la ville entière seul.
avatar
Yazooru Senzo
Shinigami de la 8ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Shinigami simple
Niveau:
65/100  (65/100)
Points:
39/60  (39/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Sam 2 Juin - 13:50

Les deux shinigamis entrèrent dans ce qui semblait être un boui boui comme un autre. L’entrée était plutôt sombre, un amas d’objets en tout genre étaient posé en vrac sur des étagères poussiéreuses dans le fond de la pièce, tandis qu’à l’entrée se trouvait des étalages de nourritures en tout genre.
Avançant dans l’autre pièce, ils se retrouvèrent nez à nez avec un groupe de personne. Senzo reconnu directement Ishida, leur compagnon de la veille, ainsi que le lieutenant Abaraï Renji. S’il n’avait jamais eu le privilège de le rencontrer, il n’en restait pas moins que le personnage était l’un des hauts gradés du Goteï.

Apparemment, Matsumoto était plus surprise que lui de constater la présence du personnage. Ils échangèrent quelques mots auxquelles Yazooru ne prêta guère d’attention. Enfreindre les ordres et être réprimander au non par son supérieur, cela n’avait pas d’importance.

Tel un souffle sur sa nuque, Senzo sentit qu’une autre personne venait d’arriver, il se tourna et vis que Renji le regardait, lui faisant un signe de tête en guise de salut, qui lui fut rendu.
Un homme arriva alors la pièce ne manquant pas de se faire remarquer malgré la discrétion qui le caractérisait. Il s’empressa de se présenter et de saluer l’assemblée après un rapide coup d’œil sur celle-ci.

Le comportement de leur hôte changea alors du tout au tout et s’est avec beaucoup d’entrain qu’il présenta le susnommé Iroai à tout le monde. S’arrêtant alors sur la seule personne qu’il ne connaissait pas ici, il lui demanda de se présenter.

« Je me nomme Yazooru Senzo monsieur
, dit-il en s’inclinant, fils de Yazooru Saïto. Ancien membre de la douzième division, aujourd’hui sous les ordres du capitaine Shunsui en tant que conseiller scientifique de sa division. C’est un réel honneur de vous rencontre capitaine. »

Le mot capitaine n’avait pas été lancé au hasard et il ne s’agissait surement pas d’une erreur de sa part. Par ces mots, il remettait en cause le statut de Kurosushi Mayuri au sein du Seireitei. Pas forcément ouvertement, mais devant deux lieutenants.

Le groupe suivis alors leur hôte qui les mena, en passant par une échelle, dans un immense terrain d'entrainement souterrain, comparable à certains monts rocheux du Seireitei.

En face d’eux, les préparatifs pour l’ouverture du portail étaient achevés et Urahara se trouvait là, observant le groupe, les yeux cachés par son bob vert. Ainsi c’était lui, le légendaire fondateur de la section scientifique, il était en quelque sorte un modèle pour le jeune homme, autant du point de vue de son vécu de shinigami, de capitaine, de scientifique, mais aussi d’homme.

Quelques minutes passèrent pour qu’Urahara n’achève la stabilisation de son portail. Minutes durant lesquelles Chado, cet immense adolescent, confirma vouloir attendre qu’Ichigo vienne.

Dans un espèce de craquement, le passage vers le Hueco Mundo s’ouvrit alors. Chacun semblait retenir son souffle. Senzo se sentant comme scindé en deux, une part de lui lui disait d’un aller, tandis que l’autre l’en dissuadait. C’était un conflit dans son for intérieur, car si Odoriko et l’autre se taisaient, il savait pertinemment que ce voyage aurait des conséquences, ce n’était pas là son âme qui lui parlait, mais sa conscience. Il était maintenant si proche du but.

L’homme dégaina son zanpakuto, si jamais il y avait un danger dans le garganta, autant pouvoir sentir venir les choses et surtout autant être prêt à répliquer.

« Si vous permettez, je vais passer devant, mon Odoriko est toute indiquée pour un rôle d’éclaireur. Enfin, sauf si quelqu’un y voit une objection. »

S’enfonçant dans les ténèbres, cet étrange groupe avançait d’un pas rapide mais incertains, tous leurs sens aux aguets. Dieu seul savait ce qui pouvait les attendre là-bas, dieu seul savait ce qui se cachait dans l’ombre.
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Dim 3 Juin - 21:29

Ils étaient tous là, ce qui ne signifiait qu’une seule chose : l’heure du départ était arrivée. Et cette pensée donna un coup de chaud à Rangiku. Elle ne s’attendait pas à ce que ça puisse être si excitant de plonger dans l’inconnu. Elle avait le pouvoir de faire ses choix, elle allait avancer sans que quiconque ne lui prenne la main, ne lui donne des ordres. La perspective alléchante de tracer sa voix, avec tous les risques que ça impliquait, c’était plus enivrant que l’alcool, plus torride qu’une nuit de sexe. Elle voulait partir, quitter ce monde, chaque minute d’immobilité lui rappelant qu’elle se brulait à des désirs trop irréels pour la laisser optimiste, ce qui contrastait très nettement avec son état d'euphorie.

Replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, la vice-capitaine jeta un regard à Yazooru. Il semblait calme, concentré, complètement à l'opposé de la jeune femme. Lorsqu’il se retourna, elle fit de même, pour découvrir un visage complètement inconnu entrer dans la petite pièce. Il se présenta, et avant de laisser une quelconque chance aux personnes présentes de s’introduire d’elles-mêmes, Urahara s’en chargea avec son entrain habituel.

- Et… C’est tout ?

Affichant des yeux ronds, elle dévisagea un à un ses coéquipiers. Elle n’était normalement pas vraiment une personne portée sur la discipline, sur les manières, sur le protocole. Mais elle n’avait jamais fait l’erreur de confondre sa fainéantise avec de l’insouciance. Et si elle se permettait de reléguer ses tâches administratives au dernier pallier de ses priorités parce que de toute façon, elle ne risquait pas d’en mourir, elle était assez intelligente pour ne pas prendre à la légère ce que signifiait d’intégrer un nouvel équipier à la petite troupe. Ils ne connaissaient rien du nouveau venu, à part son nom. Sa démarche n’avait pas été exposée, ses ambitions non plus… Les bras croisés sous sa poitrine, le dos collé contre un mur, Matsumoto s’adressa directement à Iroai.

- Non pas que je sois contre qu’une énième personne se joigne à nous, mais c’est assez léger comme présentation non ?

Urahara semblait le connaître, ce qui, au fond, pouvait être rassurant. Mais elle ne connaissait pas assez le gérant du magasin pour avoir aveuglément confiance en son jugement. Le risque zéro n’existait jamais, et il était hors de question de partir sans que des présentations ne soient faites en bonnes et dues formes.

Une fois cela fait, ils descendirent au sous-sol. Et cette cours d’entrainement était toujours aussi impressionnante à voir. Bien qu’y ayant déjà mis les pieds, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de se demander comment un homme seul avait-il pu créer pareil endroit. La réponse était simple, c’était l’ancien-capitaine de la douzième division, ni plus, ni moins.
Le petit groupe se dirigea vers les préparatifs. Le passage était ouverte, une bouche béante se présentant devant eux, prête à les engloutir à jamais dans des ténèbres infinies. Cela faisait fortement penser au Dangaï, le passage vers le monde des humains… Tout aussi glauque et incertain. Devant l’impressionnant passage, beaucoup pourrait se trouver mal à l’aise. Il n’en était rien pour la shinigami. Elle savait parfaitement où elle allait, et ce qu’elle voulait. Mais ce n’était que bêtise de ne pas avoir peur, car dans un monde creux, il ne fallait espérer attendre autre chose que de trouver le vide, la désolation.
Au-delà de toute cette négativité, pourtant, Rangiku espérait.

L’espoir était sa boite de Pandore. Elle a commencé à s’ouvrir dès la seconde où une toute petite et malencontreuse idée se fut faufilée à travers son esprit. Je peux aller le chercher. Le verrou s'était ouvert. Il allait être désormais bien difficile d’empêcher le couvercle de se soulever. Et les maux cachés derrière ce sentiment qui faisait battre le cœur de la vice-capitaine n’auraient de cesse de la torturer jusqu’à ce la boite soit à nouveau scellée.

Senzo prit les devants. Il fut le premier à pénétrer dans le passage, suivi de près par Matsumoto, qui ne jeta pas le moindre regard en arrière.
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Lun 4 Juin - 22:16


Les présentations furent faites rapidement. La nature hypothétique du jeune homme au regard taciturne et aux lunettes rectangulaires fut validée par celui-ci même dans un début de phrase qui fut couvert par une intervention tout feu tout flamme du gérant du magasin, qui s’empressa de faire les présentations à la place des protagonistes. Iroai se trouvait donc devant le jeune Quincy, Uryuu Ishida, dont l’ancien capitaine lui avait parlé lorsqu’ils avaient abordé le cas du groupe de Ryokas. Ils avaient infiltré le Gotei avec ingéniosité et courage. En d’autres circonstances, l’ancien vice capitaine aurait trouvé sa présence dérangeante, profondément attaché à cette organisation qui paradoxalement le cherchait peut-être encore à des fins peu envieuses mais qu’il désirait réintégrer. Cependant, le cas avait été expliqué avec suffisamment de clarté pour ne pas y avoir de méprise : ils avaient sauvé une shinigami d’un sort que visiblement elle ne méritait pas. Rien que pour cela, ayant lui-même été forcé à l’exil par des manipulations méthodiques et froides, il appréciait l’acte de ces jeunes gens s’étant élevés envers l’adversité pour sauver leur camarade. Il ne savait pas encore quels liens les unissaient les uns aux autres de façon spécifique, mais il était sur qu’ils étaient assez tenace pour subir les bouleversements que le monde des esprits connaissait actuellement avec les actions de ce Aizen Sôsuke. Voir une jeunesse de surcroit humaine capable de faire de si grandes choses provoquait en l’ancien lieutenant une admiration discrète et une confiance en l’avenir. S’ils survivaient à leurs affrontements futurs, ils deviendraient sans doute des personnes de renom. Cependant, le jeune homme roux répondant au nom de Kurosaki Ichigo manquait visiblement à l’appel et il évita de se poser trop de questions à ce sujet. Celui que Urahara avait présenté comme Sado Yasutora semblait lui aussi absent. Quant à Inoue Orihime, elle ne risquait pas d’être dans le coin puisque c’était le but même de cette expédition que d’aller la chercher dans le monde creux, le repère des hollows dans lequel ils risquaient tous de connaître quelques problèmes. Il était loin d’être transi de peur, même si il appréhendait comme n’importe qui. La peur, contrôlée, devenait une alliée de choix. C’était elle qui pouvait vous sauver la vie, si vous aviez la jugeote de la considérer comme un argument pour éviter de faire des imbécilités. La peur donnait du recul, de l’analyse. Elle montrait le danger. La terreur, elle, n’était qu’une paralysie… une peur qui n’avait pas été domptée.

Il ne lui fallut pas longtemps pour commencer à appréhender un peu plus l’aspect shinigami de l’affaire. Il était en face de deux personnes qui occupaient les mêmes fonctions que lui cent-vingt-six années plus tôt, ce qui n’arrangeait pas son cas si elles se décidaient à lui sauter dessus. Cependant, ça avait l’air d’être proscrit. Le troisième shinigami était un non gradé et restait dans l’expectative, attendant sans doute des ordres de ses supérieurs ou les actions du groupe dont il faisait désormais partie. Il montra une grande admiration envers Urahara Kisuke, allant même jusqu’à l’appeler Capitaine. Cela fit doucement sourire son confrère en exil. Les actes survivaient à la déchéance. Une bonne leçon à retenir. En attendant, ils formaient désormais un groupe. D’ailleurs des plus surprenant. La chose qui restait la plus étonnante pour l’ancien lieutenant de la neuvième division était sans doute le fait que le jeune homme aux lunettes et de blanc vêtu se tenait parfaitement à l’aise avec les shinigami. Du moins, il ne leur prêtait pas d’attention particulière. Un étrange fait… Iroai n’était pas un fervent adepte de la vengeance, même si il y était soumis comme chacun et tenait une sacrée rancune envers Tôsen. Il avait eu le temps de potasser ses envies durant les cent vingt six dernières années. Il était à peu près sûr que la première réaction naturelle et quelque part compréhensible d’un individu devant les meurtriers de ses proches serait de leur sauter au cou. À l’inverse, lorsqu’on menait l’extermination d’une ethnie, on s’assurait qu’elle soit finie… surtout au Seireitei. Le fait que des shinigamis côtoient un Quincy était aussi paradoxal que l’inverse, cela ne cessant d’intriguer l’ancien lieutenant qui avait vécu les temps de conflits sévères entre les deux genres de chasseurs de hollows. Puis, il y avait lui… l’exilé, le paria. L’impropre, en quelques sortes. Celui qui ne méritait apparemment plus les honneurs qu’il possédait autrefois, qui avait été déchu de son rang, de ses fonctions. Il y avait tout perdu, sa femme, ses amis, sa division. Sa vie. Pour se retrouver seul avec quelques rares ouvertures sur le monde durant près d’un siècle, avant de se resocialiser. Peu à peu. Aujourd’hui, il était prêt à retourner au combat et faire valoir son innocence afin de retourner à son âge d’or… certes, mais rien n’était fini. Tout restait à faire. Il devait encore parcourir un long chemin et ça commençait sans doute aujourd’hui. Faire équipe avec des shinigami était un premier pas remarquable… inattendu, aussi. Pouvoir se trouver dans la même pièce qu’eux sans être attaqué lui laissait à penser que Yasuri Holsaki vivait peut-être dans une époque plus clémente à la Soul Society… ou plus laxiste, tout cela restait à voir.

Pour tenir cette équipe, il faudrait un ciment solide. Le gesshoku avait beaucoup de mal à y croire, il pensait d’ailleurs que tout ça pourrait sauter en l’espace d’une seconde. Une flèche entre les deux yeux, tout comme un katana entre les omoplates. Il ne connaissait aucun autre protagoniste que Urahara et se faisait donc ses propres opinions en fonction de ses connaissances des relations entre Quincy et shinigami. De plus, l’absolution temporaire de sa condition de cible n’était peut-être que le fruit du hasard… et à la moindre erreur, on le mettrait aux fers et le ramènerait auprès de ses « pairs » pour qu’il finisse sa longue existence spirituelle à croupir dans une geôle nauséabonde. D’ailleurs, malgré le ton enjoué du gérant de la boutique à bibelots diverses et variés, la méfiance s’éleva de l’autre bout de la pièce en la personne qui avait été désignée comme Rangiku Matsumoto, cette jeune femme à la poitrine généreuse et aux longs cheveux blonds ondulés. La vice capitaine de la dixième division semblait largement sceptique quant à la validité de sa présence ici. Il sentit quelque part que ça commençait à jouer en sa défaveur, mais il était hors de question pour lui de déballer le paquet sur une simple demande. On ne lui forcerait pas non plus la main. Seul l’homme au bob rayé blanc et vert connaissait son histoire pour le moment et il ne comptait pas la partager avec quiconque d’autre. Cependant, il n’avait aucune raison de se montrer hostile ou manquer de coopération avec ses nouveaux compagnons. Ce serait une faute de comportement indéniable, il pouvait comprendre parfaitement la méfiance de la shinigami. Elle tenait sans doute à éviter les risques. Un comportement des plus honorables, voilà ce que pensait l’ancien lieutenant.


- Je n’ai pas d’autre chose à ajouter. Kaname Tôsen m’a privé de tout le reste. Son ton avait été net, un peu tranchant sur les bords non pas pour attaquer verbalement mais montrer qu’il ne comptait pas rire sur ce point. Cette petite phrase semblait vide de détails mais en elle-même, elle apportait beaucoup de pistes de réflexion possibles sur son passé. La révélation de la traitrise d’Aizen et ses sbires avait soulevé beaucoup de mystères qui s’étaient produits un siècle plus tôt. Les liens seraient peut-être faits. Il reprit d’une voix plus neutre et sa neutralité se mua en confiance. Je ne suis pas votre ennemi. Nous avons chacun nos raisons d’aller au monde creux. Je ne vous demande pas de ne pas vous méfier de moi, car je sais par expérience qu’il faut se méfier bien plus qu’on ne le croit. Cependant, si vous m’accordez au moins le bénéfice du doute, les chances de ramener votre ami n’en seront que plus grandes. Il acheva sa phrase en jetant un regard à l’assemblée dans le but de mettre en avant sa défense oratoire. Il ne s’adressait pas seulement à la vice capitaine, mais à ses collègues et au Quincy également. Il devait se faire accepter de tous : c’était vital pour éviter les tensions qui tireraient l’entreprise vers le bas. Comme il l’avait dit, chacun devait avoir ses raisons, que ce soit les liens, les ordres… d’autres désirs plus personnels. Il espérait que chacun, de ce fait, aurait l’intelligence d’éviter de tout gâcher pour des fadaises. Il ne s’attendait pas à être affectionné de tous ces gens. Juste à ne pas être considéré, de nouveau, comme un paria nul et non avenu.

Les effets de sa tirade restèrent secrets, puisque Urahara profita de cet instant pour les emmener tous vers le sous sol de son magasin. Sous sols qui impressionnèrent fortement l’ancien vice capitaine, puisqu’il n’y avait jamais accédé. Il était tiraillé entre la majesté des lieux et le fait qu’après tout, on ne devait pas en attendre moins du fondateur du département des sciences du Seireitei. Il semblait toujours plein de ressources, quelque soit la situation, et faisait montre d’épatantes capacités à ajouter de l’excentricité aux situations qui en regorgeaient déjà. Considérez qu’une équipe aussi hétérogène était excentrique. Dans ce terrain rocailleux artificiel qui ressemblait à s’y méprendre à un vrai plateau aride, le chercheur les emmena vers un imposant dispositif qu’il semblait avoir préparé pour l’occasion. Il était aisé avec un peu de connaissances de reconnaitre un passage vers un autre monde. Fort semblable au Dangaï, d’ailleurs… menant néanmoins vers un endroit bien plus dangereux que la Soul Society. Le lieutenant n’y était jamais allé. D’ailleurs, les shinigamis n’avaient pas le droit d’y pénétrer sans ordres. Cette opération semblait étrangement clandestine… il trouvait les effectifs un peu déséquilibrés pour quelque chose qui aurait été organisé par le Gotei. Ses nouveaux compagnons de route agissaient-ils envers les hautes instances? Cela lui semblait assez inconcevable. Cependant, il devait se rendre à l’évidence : les temps avaient changés. Les mentalités aussi. L’assemblage même de cette équipe en était la preuve flagrante.

Il s’engagea derrière la Fukutaisho de la dixième division du Gotei 13 à l’intérieur du passage vers leur destination funeste, laissant sans aucune protestation le prénommé Yazoru Senzoo prendre la tête pour agir en tant qu’éclaireur. Le Quincy le suivrait sans doute, quelque part ça apaiserait surement les doutes. Il ne pouvait rien faire d’hostile sans être abattu dans le dos. Il n’en avait bien sûr nullement l’intention, mais c’était une preuve de sa bonne volonté. Il eu tout le temps de réfléchir alors qu’ils se mettaient à courir dans le passage sombre, construisant des ponts fait de leurs propres reiryoku pour progresser dans les ténèbres. Retrouverait-il son mortel ennemi? Il doutait de ce qu’il ferait dans un cas pareil. Il liait l’utile à l’agréable. Il aiderait au sauvetage de cette jeune fille et tenterait d’en apprendre plus sur Tôsen, Aizen et tout le reste. Il craignait cependant que la tentation de défier l’usurpateur ne se fasse trop grande. C’était son épée de Damoclès. Il avait toujours été d’une intégrité exemplaire. Cependant, Kaname Tôsen l’avait changé. Il le sentait, au plus profond de lui. Si il venait à croiser de nouveau les yeux clos de cet assassin, ce traitre qu’il portait en horreur, la barrière du protocole tomberait pour laisser place à l’animal qui était né de ce doux élixir venimeux, nommé la haine.

avatar
Uryuu Ishida

_________________
Quincy

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Autres
Niveau:
71/100  (71/100)
Points:
11/80  (11/80)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Mar 5 Juin - 23:58



Uryuu regarda le nouvel arrivant, Urahara avait réagit au quart de tour pour présenter chacun des membres de l'expédition et s'était finalement arrêté sur Yazooru, se demandant qui pouvait bien être cet homme. Il se présenta de la même manière que la veille auprès du Quincy, expliquant qu'il avait appartenu à la division numéro douze du Goteï, elle-même rattachée au bureau de recherche et de développement technique. Il ajouta ensuite qu'il était désormais conseiller scientifique du capitaine Kyoraku Shunsui... Ishida n'avait jamais entendu parler d'une telle chose mais soit, il n'était pas un expert de toutes les possibilités d'évolutions de grades au Seïreïteï. Par contre l'adolescent tout de blanc vêtu fut interpellé par cette déclaration... pourquoi un tel changement de poste ? Se pouvait-il qu'il ait été renvoyé de sa propre division ? Qu'il fût un shinigami autrefois exilé ? Et si oui pourquoi ? Il faudrait faire attention...

Il conclut sa présentation par le mot «capitaine» et ce n'était sûrement ni une maladresse ni une erreur du genre. C'était une marque d'irrespect envers l'actuel capitaine... ou tout du moins il montrait qu'il respectait plus Urahara. Ce qui paraissait normal, le gérant de la boutique de bonbons était un million de fois plus respectable que cette chose qui ne méritait même pas l'appellation d'homme. Et il ne serait guère étonné d'apprendre que les deux gradés pensaient la même chose. Si l'homme au bob eu une quelconque réaction, celui à lunettes ne le remarqua pas.

Pour en revenir au nouveau venu, pour tout dire Ishida n'en avait cure, il se fichait complètement de qui il était et de ses raisons. S'il était un allié valable, alors il serait utile pour le sauvetage de son amie et s'il n'était qu'un boulet eh bien il aurait au moins le mérite d'être là et de distraire les ennemis. Il annonça qu'il n'avait rien à ajouter, que Kaname Tosen lui avait pris le reste. Donc il avait une vendetta envers l'ex-capitaine ? C'était très certainement pour cela qu'il participait à ce voyage.

C'est ce qui fit se questionner le Quincy sur ses propres motivations. Dés qu'il avait déduit que sa camarade rousse se trouvait au Hueco Mundo, il avait décidé d'y aller afin de la récupérer, peu importe comment et avec qui. Ce groupe en était la preuve. Mais pourquoi ? Pourquoi donc allait-il voler au secours de cette adolescente ? Il la connaissait depuis quelques temps déjà, mais ce n'était pas non plus une amie d'enfance... Mais c'était une de ses seuls amis. Voilà la réalité de la vie du binoclard, Ichigo, Chad et Orihime étaient les seuls véritables amis qu'il avait jamais eu. C'était en partie pour ça qu'il allait foncer tête baissée là où même les plus aguerris des shinigamis n'étaient que rarement envoyés. Mais était-ce la seule raison ? N'y avait-il pas autre chose ? Mais quoi donc, qu'est-ce qui pouvait à ce point motiver Uryuu ? Qu'est-ce qui pouvait le pousser à partir avec des inconnus, certains pour le moins douteux et qui plus est d'une des races qu'il détestait ? Qu'est-ce qui pouvait lui donner envie de partir chercher cette fille sans ses amis ? De plus, il n'avait pas de réponses à chercher comme lorsqu'il était parti à la Soul Society... Qu'est-ce qui pouvait le faire braver tant de danger, risquer sa vie en partant avec des inconnus et tout cela en désobéissant à son père ? Il se pouvait qu'il n'y ait qu'une raison à cela :

L’Amour.

Se pouvait-il que ce soit cela ? Qu'en effet Ishida soit tombé amoureux de la belle Inoue ? Que cela soit pour ça qu'il pensait de plus en plus qu'Ichigo devait être aveugle ou un imbécile ? Que l'amour qu'elle lui portait crevait les yeux ? Qu'en voyant le regard d'Orihime quand il combattait Byakuya Kuchiki il avait lui aussi prié autant qu'il pouvait pour qu'Ichigo gagne ? Mais dans ce cas pourquoi ? Certaines mauvaises langues diraient que c'était parce que c'est la seule fille qui se soit jamais intéressée à lui de près ou de loin. Mais en même temps, cette adolescente irradiait tellement de bonté et de gentillesse, elle était si mignonne dans sa naïveté, elle vivait dans son monde à elle, elle s'inquiétait toujours pour les autres... elle était si belle.

C'est pendant que de telles pensées lui traversaient l'esprit qu'ils descendirent dans la cave secrète du vendeur. Contrairement aux autres, Ishida eut une réaction plutôt blasée vu qu'il y était déjà passé à plusieurs reprises mais se devait tout de même de saluer l'immense travail que cela avait dû générer, fondateur du bureau de développement technique ou non.

C'est là qu'il vit Chad, son titanesque camarade était en train de s’entraîner et cet entraînement avait l'air de porter ses fruits quand on voyait les dégâts assez conséquents causés aux pics rocheux... Ishida s'approcha de lui.

Il lui expliqua la situation et comme d'habitude, il ne broncha pas, ne tiqua pas et ne l'interrompit pas. Il acquiesça quand Uryuu lui proposa de rester ici, si jamais Ichigo devait tout de même partir il valait mieux qu'il ne soit pas seul. Et s'entraîner un peu plus ne lui ferait pas de mal. Uryuu lui adressa un bref sourire et lui tendit la main. Le colosse la serra assez délicatement pour ne pas la broyer et ils se souhaitèrent mutuellement la bonne chance.

La porte vers le monde des hollow s'ouvrit avec un craquement lugubre... cette faille ressemblait à s'y méprendre à une bouche macabre, prête à dévorer qui s'y aventurerait trop près...


- Vous devrez vous y déplacer en créant un chemin avec votre reiatsu... Bonne chance.

Yazooru déclara vouloir passer en éclaireur, que son zanpakuto était parfait pour ce travail. Le Quincy ne savait pas en quoi consistait son pouvoir et ne comptait pas trop s'attarder sur la question. Il le laissa volontiers passer le premier. Il vit tout le monde entrer chacun son tour, il fermerait donc la marche. Cela paraissait être une bonne stratégie, en étant placé là, il pourrait à merveille couvrir l'éclaireur et les personnes au milieu avec ses flèches et si jamais des ennemis venaient de derrière il pourrait aussi se défendre... il était l'un des plus puissant du groupe après tout...

Le chevalier blanc pénétra donc à son tour dans l'obscur portail. Urahara Kisuke regarda le Garganta se refermer...


- Que la chance soit avec vous... Essayez de revenir vivants... Tous...

*
* *


Uryuu était pour ainsi dire «dans son élément», il utilisait une variante de son Hirenkyaku ce qui lui permettait de « surfer » sur du reiatsu, il ne courrait pas sur un chemin qu'il générait à la manière des shinigamis. Il ne sut s'il devait en tirer de la fierté ou non. Certes sa fierté de Quincy était ravie, mais il se demandait comment le prendrait les autres. Il se trouvait environ un mètre au dessus du groupe. C'était parfait en cas d'attaque. La noirceur du passage était plutôt glauque et il n'osait même pas imaginer ce qui se passerait si quelqu'un tombait... Y avait-il un fond ? Et si oui où menait-il ? L'adolescent n'avait pas très envie de le savoir.

Tout en avançant tout droit il s'adressa au shinigami qui avait pris la tête du groupe et choisissait le trajet.


- Senzo, vous voyez quelque chose ?

Cette question servait plus à meubler la conversation que de vraiment s'informer, il pensait que si un ennemi était non loin, Uryuu le sentirait avec la parfaite maîtrise du reiatsu caractéristique des Quincys.
Il murmura pour lui-même :


- J'arrive Orihime... Je te le jure j'arrive.

En tout cas ça y était, ils étaient partis... Et Uryuu n'avait qu'une pensée :

L'ange blanc allait sauver la princesse.
Invité






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Sam 16 Juin - 20:48

Bien éduqué, malgré son enfance de jeune vagabond, Renji suivit les autres shinigamis tous aussi décidés que lui à braver le Hueco Mundo, inconnu pour lui, pour aller sauver Inoue...
Mais voulait-elle être sauvée après tout? Et si le Capitaine commandant avait raison et qu'elle les avait trahis??
Non!! Il ne pouvait pas se rabaisser à croire à ces choses là. Certes il ne connaissait pas Inoue plus que ça mais, Rukia était prête à tout pour Ichigo et, Ichigo était prêt à tout pour Inoue, donc, Inoue en vallait sans aucun doute la peine. Il secoua la tête et concentra son Reiatsu pour rentrer dans le Garganta , tout en ayant une garde de tout instant. Après tout, les ennemis pouvaient venir de toutes parts et il était près à dégainer Zabimaru à chaque secondes.
Avec une escadrille comme celle-ci, une seule fin pouvait être envisageable, le succès.
Il laissa les dernières paroles audibles de Urahara envahir son esprit. Il en savait beaucoup plus que les autres mais, la ville de Karakura avait besoin d'être surveillée alors il ne pouvait venir avec ce groupe, et puis malgré tout, ça n'était pas sa guerre, encore.

La main droite frôlant son zanpakutou, le fukotaicho se mit à courir de cet étrange couloir sans fins. La peur de ce qu'il allait découvrir ne lui traversait pas du tout la conscience: il savait très bien qu'il n'y avait rien de bien là-bas.
Cette guerre, il la menait pour ses amis, et pour Rukia aussi, surtout pour Rukia. Il ne pouvait s'imaginer sa tristesse si Inoue venait à disparaitre.
Il ne laisserait jamais cela arriver, il s'était déjà bien trop battu pour elle pour renoncer aujourd'hui. inoue impliquait beaucoup trop de conséquences dans un effet domino. Renji tenait à ses amis proches plus qu'à toute autre chose car au final, il ne lui restait que ces rares personnes. Il entendit le Quincy qui fermait la marche derrière lui demander si un signe aparaissait , ce à quoi il ajouta de son ton légèrement désinvolte

-Oui, voyez-vous quelque chose? Parce que l'on court depuis un certain temps. Ce n'est pas que je suis fatigué mais, est-ce qu'au moins on arrivera à en sortir de ce Garganta? Ou est-ce juste une diversion de Urahara pour nous tenir à l'écart du vrai combat?

Il savait très bien que ce n'était en aucun cas vrai mais bon, un peu de rigolade avant ce qui les attendait ne pouvait qu'aider ce petit groupe, bien que après coup, il semblait que tous les autres étaient plus que concentrés sur leur objectif. Peut-être devait-il lui aussi se recentrer?
Arrêter d'essayer de tout ironiser pour enfin voir la gravité de la chose? Que Aizen bravait toutes leurs règles et qu'il détenait Inoue en otage pour dieu-sait quelles raisons? Non, le temps n'était pas à la rigolade. Renji avala le peu de salive qui lui restait dans sa bouche après cette pensée pour courir de plus en plus ardemment sans lâcher son zanpakuto, qui avait maintenant trouvé le contact direct de sa main droite, prête à tout et à tout instant.

[HS: désolé de l'attente, problème de santé...:-)]
avatar
Yazooru Senzo
Shinigami de la 8ème division

Feuille de personnage
Niveau hierarchique: Shinigami simple
Niveau:
65/100  (65/100)
Points:
39/60  (39/60)


Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]
Jeu 21 Juin - 1:00

On raconte que lorsqu’on meurt, alors que le corps petit à petit cesse de subsister, l’esprit lui persiste et reste éveillé. Il peut ainsi observer son propre être inerte et tiédi, s’en éloignant peu à peu tandis que l’âme gagne en altitude, gagnant en sagesse à mesure que l’ascension se fait.

Celle-ci atteint finalement un long et sombre tunnel, dans lequel elle avancera longuement. Durant cette marche, le défunt prend toute la conscience de ce que fut sa vie, à mesure qu’il comprend qu’elle se trouve désormais derrière lui.

C’est alors comme un second apprentissage, comme si on nous éclairait sur toutes les zones d’ombre de notre existence, ainsi que celle de l’Humanité tout entière.

C’est ainsi qu’à mesure que l’on avance dans l’obscurité, le minuscule point blanc grandi peu à peu pour se révéler être en fait que certains nomment « la Lumière ». Le trajet s’arrête là où elle commence. Car dans celle-ci, l’être perd son identité, perd son humanité pour s’y fondre et rejoindre l’infini, la Vérité.

A la tête de ce petit groupe qui progressaient dans le tunnel sombre, un homme prenait toute la conscience que ce que c’est aspect métaphorique de l’existence pouvait signifier. Longtemps il avait marché en recherchant un sens à sa vie, des réponses à ses questions et à cet instant précis il se trouvait là.

Derrière lui les autres semblaient se p oser aussi un certains nombre de questions, comme tout un chacun l’aurait fait, ils appréhendaient ce qui allaient arriver.

Chaque être l’avait exprimé à sa manière, car si le quincy semblait se préoccuper de la sécurité du groupe de là où il se trouvait, le lieutenant Abarai tentait de détendre l’atmosphère par un zeste d’humour, tandis que d’autres, restaient silencieux.

La paume sur Odoriko, le jeune homme tentait de sonder un peu les membres présents. Chacun ici était venu pour un but bien précis, un but qu’il leur était propre mais qu’inconsciemment, ils refusaient de s’avouer. Il y avait parfois de l’espoir, parfois de la haine, tantôt une sorte de détresse, tantôt un sens aigu de certaines valeurs.
Le nombre d’individus, le mouvement, les efforts ainsi que les propres sentiments de Yazooru l’empêchait de se concentrer sur ceux qui l’entouraient.
Qui plus est, il devait rester attentif à ce qui se trouvait devant et non derrière. C’était pour cette raison que le shinigami avait voulut passer devant, car grâce à sa faculté, il pourrait déceler avant les autres la présence d’un être hostile par l’aura de ses intentions meurtrières.

Aux questions communes, Senzo répondit simplement :

« S’il avait eu la sagesse de nous mettre sur une fausse piste, je pense qu’Urahara nous aurait au moins servit de quoi faire de l’animation, mais j’ai bien peur que le calme qui règne ici nous prouve que nous sommes sur la bonne voie. »

La bonne voie… Existait-il réellement une bonne voie dans l’existence d’un être ? Et s’il en existait une, serait-il seulement capable de la suivre sans en être détourné par ce qu’il penserait être les bonnes voix ?
… Longtemps il avait marché en recherchant un sens à sa vie, des réponses à ses questions et à cet instant précis il se trouvait là, au bout du Garganta.
La lumière se trouvait face à lui, elle l’engouffrait déjà de sa clarté.
On raconte que personne n’a jamais pu se détourner de la lumière. Que personne n’a jamais pu privilégier sa propre existence à la Vérité.

Yazooru Senzo lui ne fit pas exception, il s’engouffrait dedans sans la moindre hésitation, car là se trouverait les réponses. La question était de savoir si oui ou non il perdrait lui aussi son existence propre pour cela…

[Suite là.]
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: En voiture pour le Hueco Mundo ! Aller retour ou aller simple ? [PV Rangiku et Yazooru (Renji ?)]






Sujets similaires

-
» Une voiture pour les ouvriers jamais malades
» location voiture pour un film
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» Echange kadabra pour évolution
» Du tourisme ou de l'ennui à vous de choisir. [PV. Altrias & Anna]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération