Hime's univers! ♥
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  



Hime's univers! ♥

Invité






MessageSujet: Hime's univers! ♥
Sam 15 Oct - 20:45

    /!\ Attention! Il faut connaître l'univers de Gundam SEED ou alors avoir eu quelques explications pour comprendre. /!\
    Les quelques explications : il y a une guerre entre les dits "naturels" et les dits "coordinateurs".
    Naturels : Personnes comme vous et moi, personnes normales, en soit.
    Coordinateurs : Personnes ayant été génétiquement modifiées à l'état d'embryon, soit pour les faire devenir blond aux yeux bleus ou autres caractères physiques. Les coordinateurs, quels qu'ils soient, sont plus résistants que les naturels vu qu'ils ne mourront jamais de maladies mais uniquement, par exemple, lors de combats et donc de coups physiques.
    La guerre a été déclenchée par le Blue Cosmos, une infime partie de l'Alliance étant puriste.
    ZAFT : camp militaire des coordinateurs.
    EAF/Alliance Terrienne : camp militaire des naturels.

    °_ Et si tout avait été différent ~*



    Pseudo : Fllay-Chan, Mumuw'.
    Personnages : Tirés de Gundam SEED, à l'exception de quelques personnages de ma création.
    Interdit : Autorisé à tout âge.


Chapitre One ~ Quand le quotidien bascule ° Séparation.

Encore dans ses bras, notre jeune héroïne ne faisait que ce rêve depuis quelques temps, rêve de jeune adolescente éperdument amoureuse. Vous savez, ce rêve où votre bien-aimé se transforme en un prince charmant détruisant tous les monstres sur le chemin de vos retrouvailles ! Ce genre de rêves dont personne ne veut s’échapper, et pourtant…

"Lève-toi, tu vas être en retard !"

Et oui, toujours le même refrain, le matin. Il fallait se rendre à l’évidence, celui qu’elle aime n’est pas un prince charmant sur son fidèle destrier, mais rien qu’à l’idée de le revoir aujourd’hui lui rendait le sourire. D’ailleurs, elle n’allait pas passer la journée qu’avec lui, non, il y allait aussi avoir Miriallia et son cher Tolle, ils sont vraiment mignons ensemble ces deux là, mais aussi Saï et Kazui, le dernier étant le trouillard de la bande.

Se levant donc avec motivation et enthousiasme, Maya Tsukyo, fille d’un éminent ministre de la Fédération Atlantique et d’une simple femme au foyer, se dirigea vite vers la douche où elle se lava tout en fredonnant l’air d’une chanson d’une certaine chanteuse, chanson qui lui revient quasiment tous les matins. Après quoi elle s’habilla sans trop tarder et déjeuna aux côtés de sa mère. Comme toujours cette dernière lui demanda comment allait son « prince charmant » et de son côté, elle lui demandait comment allait son père. D’ailleurs, même si elle ne comprenait les enjeux de cette guerre entre naturels et coordinateurs, et encore moins le point de vue de l’Alliance et celui de ZAFT, la jeune naturelle s’inquiétait pour son père puisque ce dernier était tout le temps loin d’elle. Ceci dit, elle n’était pas malheureuse d’être là, à Héliopolis, colonie dépendante d’Orb, nation de notre jeune Tsukyo. Et oui, malgré le camp de l’homme de famille, comme on dit, la mère et la fille étaient de la nation neutre et non d’ailleurs. Encore un déjeuner semblable aux autres, la bise habituelle du matin avant que la jeune demoiselle ne quitte la maison pour partir rejoindre les autres à l’endroit habituel avant d’aller vraiment travailler, le centre-ville.

A nouveau, elle était arrivée la dernière, il y avait déjà tout le monde, et en plus, Saï et Kazui étaient déjà partis. Vraiment, il fallait qu’elle revoit les matins. Rejoignant rapidement les deux amoureux et son amoureux, Maya s’excusa avant de kidnapper le bras de son prince charmant et de partir à la suite de l’autre couple, accompagnés, les deux tourtereaux, du petit oiseau mécanique du garçon, Torii. Maintenant, direction le bureau du professeur où les attendaient ceux toujours à l’heure. Qu’allaient-ils encore dire ? Maya était désormais habituée aux reproches, et elle assumait sa faute, elle était toujours en retard, et de ce fait, Kira, Mirillia et Tolle l’étaient toujours aussi, à l’attendre si gentiment. Ah la la… Elle ne tenait vraiment pas ça de sa mère qui était toujours, mais vraiment toujours ponctuelle. De son père non plus. Du peu de temps qu’elle passait avec cet homme, il était tout aussi ponctuel et détestait être en retard. Il faut dire que s’il tenait à son boulot, il avait intérêt à être à l’heure. Chose que ne comprenait vraiment pas Maya. Selon elle, il valait toujours mieux être en retard et faire du bon boulot plutôt que de se stresser avec des choses aussi futiles et puis, Kira et les autres s’y habituaient à force.

Prenant une voiture en chemin, ils partirent et arrivèrent très vite à la destination. Saï fit une nouvelle réflexion à la jeune Tsukyo. Et voilà, le train-train habituel recommençait. C’était un peu le père de remplacement pour la jeune Maya, il lui faisait autant de réflexion que le fait son propre père quand il vient à Héliopolis. Il la rassurait tout autant, il était juste, voilà tout. On pouvait parler de la voix de la sagesse, en quelque sorte, bien qu’il ne fût pas parfait lui non plus. S’excusant pendant au moins cinq bonne minutes, la jeune fille voulut par la suite se mettre à la tâche mais fut, comme tous les autres avant, surprise en découvrant la présence d’une personne qu’elle ne reconnaissait pas. Qui était-elle ? Aucune idée. Évidemment, il lui fallut un bon quart d’heure pour la remarquer, elle était plutôt lente… Comme toujours.


"Elle vient parler au professeur, pour je ne sais quelle histoire. On lui a donc dit d’attendre ici."

C’est la seule explication que donna Saï quand ils posèrent la question. Étrange… Enfin bon, elle n’allait pas se soucier de cela, on lui faisait déjà bien comprendre qu’elle ferait mieux de travailler plutôt que de rester plantée comme ça, en plein milieu de la pièce. C’est ce qu’elle fit jusqu’à sentir le sol trembler une première fois puis une deuxième fois avant d’entendre la sonnerie d’alerte retentir dans toute la pièce et bien plus loin également, dans toute la colonie, à vrai dire. Sans trop prendre le temps de réfléchir à quoi que ce soit, la jeune fille agrippa la main que lui tendait Kira qui fut vite attiré dans le sens inverse d’où couraient leurs amis, voulant aider la personne qu’ils avaient vu précédemment. Que lui arrivait-il ? Il était devenu fou ? Maya ne comprenait pas trop son acte, mais se laissa tirer, préférant de loin le suivre que se retrouver seule dans une navette de sauvetage. D’un coup, tout semblait se bousculer, tout semblait aller trop vite. On avertissait que c’était les forces armées de ZAFT qui attaquaient en ce moment-même la colonie. Mais pourquoi ? Elle n’en savait guère plus et cela l’inquiétait. Qu’allait-il advenir d’eux ? Et sa mère ? Était-elle en sécurité ? Tant de questions qui se bousculaient, son esprit était confus. Plus rien n’allait. C’est alors que, suivant de près le jeune homme, elle le vit rattraper la personne, découvrant par la suite et plutôt surpris, tout comme Maya, qu’il s’agissait d’une fille. Une discussion plutôt brouillon commença et s’acheva très vite entre cette fille et Kira, tandis que Maya les suivaient toujours sans un mot, ne cherchant à compliquer encore plus la situation. Mais c’était sans savoir que la suite serait encore plus orageuse, dangereuse. Peut-être n’aurait-elle pas dû les suivre… Mais elle ne le savait à ce moment-là.

Les suivant toujours, un peu au ralenti, la jeune fille vit Cagalli rentrer dans les cabines de sauvetage, avant de rejoindre la navette de sauvetage. Kira annonça alors à Maya qu’il n’y avait plus de place ni pour lui, ni pour elle. Il lui promit alors de la protéger, elle n’avait qu’à se cacher. Mais où ? La seule idée qu’il leur vint de suite ce fut celle de se cacher dans ces immenses machines, sans qu’elle ne sache vraiment de quoi il s’agissait. Puisque c’était la seule issue, elle pénétra dans l’une des machines, passant inaperçue, même aux yeux de Murrue Ramius, affiliée à l’Alliance, qu’à l’époque, elle ne connaissait pas. Durant les retrouvailles plutôt hasardeuses de Kira et d’un ancien ami, Maya se trouvait donc cachée dans cette machine, peu confortable en soit, et finit par s’évanouir, inconsciente dans ce cockpit. Après cela… Plus rien. Du moins, pour la demoiselle. Car, après quelques mots échangés, des mots directs et peu nombreux, tandis que Kira fut tiré dans la machine se trouvant aux côtés de celle où était Maya, l’autre jeune homme se réfugia dans cette dernière. Quelle fut sa surprise en y trouvant le corps d’une jeune fille, civile aux premiers abords, qu’il dut emmener, n’ayant plus le choix. Il ne souhaitait pas avoir la mort d’une jeune fille sans doute innocente sur sa conscience. Et vu les flammes qui étaient de plus en plus importantes suite à l’explosion, il n’avait d’autres choix que de la garder dans le cockpit. Il ne la connaissait pas, elle non plus, mais elle ne pouvait lui renseigner quoi que ce soit, puisqu'elle était inconsciente. Et tandis qu’il se dirigeait vers son vaisseau, la jeune fille gardait les yeux fermés. Qu’allait-il se passer désormais ? Comment allaient réagir les soldats de ZAFT, ses coéquipiers ? Comment allait réagir la jeune fille ? Bonne question…


Dernière édition par Orihime Inoue le Mar 3 Jan - 20:22, édité 1 fois
Invité






MessageSujet: Re: Hime's univers! ♥
Mar 3 Jan - 20:20

Chapitre Two ~ Quand les repères s'effacent au loin ° Destruction.



« Non mais t’es tombé sur la tête ou quoi ? Ramener une fille sortie d’on ne sait où sur le vaisseau ? Et si c’était l’une de ces naturelles, une ennemie ? Tu aurais dû la laisser là-bas ! »

« Mais Yzak… Elle serait morte ! »

« Asran a raison, elle y serait restée et puis, vu ses habits, ça doit être une civile. »

« Elle est plutôt jolie… Mais je suis d’accord avec Yzak, et raison de plus si c’est une civile. »

Maya distinguait à peine ce que des personnes se disaient. Mais tous ces noms, elle ne les reconnaissait. Telle qu’elle était là, dans les bras d’un des garçons, elle n’avait pas encore la force d’ouvrir les yeux. Elle sentait juste qu’elle était portée et qu’ils avançaient vers une salle, mais plus, elle ne savait. Elle entendit une porte glisser, après qu’un des garçons ait demandé la permission d’entrer. Apparemment, elle devait se trouver dans un vaisseau militaire, d’où le « commandant ». Mais mis à part cela, elle ne pouvait toujours pas reconnaître si elle se trouvait chez ZAFT, l’Alliance ou même Orb. Elle sentit ensuite qu’elle fut posée sur un lit, apparemment, on ne semblait la traiter avec cruauté ou sadisme, ou bien même comme une prisonnière, plutôt surprenant alors qu’elle se retrouve dans un vaisseau. Mais si on la traitait si bien, peut-être était-ce parce qu’un membre de l’équipage la connaissait, alors ça ne pouvait être que l’Alliance, puisque son père travaille pour eux. Rassurée, la demoiselle se sentit comme en protection.

« Je vois… Ca c’est donc passé comme ça. En effet, on dirait qu’il s’agit d’une civile. Je comprends ta situation, Asran et je comprends ton acte. Laissons-la se réveiller et nous expliquer exactement ce qui la fait se retrouver dans ce MS. »

La demoiselle semblait ne pas vouloir sortir de cet état entre le sommeil et le réveil. Il lui fallut une bonne dizaine de minutes pour qu’elle ouvre les yeux, enfin, bien qu’affaiblie par la lumière. Déposant sa main comme pour se protéger de cette lumière trop forte à son réveil, elle balaya de son regard la pièce entière. Quatre adolescents et un homme se trouvaient face à elle, tous la regardant comme si elle était une étrangère. En voyant les uniformes, elle ne put reconnaître celui de l’Alliance. Oui, elle s’y connaissait un peu dans les uniformes, elle avait déjà vu quelques fois les uniformes de l’Alliance puisque son père travaillait pour la Fédération Atlantique. Où était-elle ? Orb ? Non plus. Elle avait vu quelques soldats à sa nation et jamais elle n’avait vu de tels uniformes. Le rouge… Le rouge c’était plus pour ZAFT. Alors ? C’était eux, ceux qui avaient attaqué la colonie ce matin ? Que devait-elle faire ? Ne pas paniquer… Surtout ne pas paniquer ! Oui mais c’était plus facile à dire qu’à faire. En plus, ce n’était certainement pas possible de s’enfuir. Un tel vaisseau face une simple civile. Elle en était consciente, elle ne faisait pas le poids. Que faire alors ? Parler ? Pour dire quoi ? Se redresser ? Face à ces personnes, elle n’en avait pas la force, comme oppressée par leurs regards, leur présence. Posant très vite son regard sur le lit, la demoiselle n’osait regarder plus longtemps ailleurs, préférant fixer ce drap la recouvrant. Comment avait-elle pu atterrir dans un tel vaisseau ? Et comment allait Kira ? Avait-il trouvé une solution pour s’abriter ? Et sa mère ? Et Saï, Mirillia, Tolle, Kazui… Qu’étaient-ils tous devenus ? Tant de questions se bousculaient dans la tête de la jeune fille. Et d’elle… Qu’allait-il advenir ? Elle n’était pas non plus sûre de ce qu’on pourrait lui faire, même si on semblait, jusqu’à présent, s’occuper en tout bien tout honneur d’elle, sans menottes ni rien, et même sur un lit. Ils étaient étrangement trop gentils pour une période de conflits.

« On ouvre enfin les yeux ? N’aies pas peur, on ne va pas te manger. On est juste un peu curieux de comprendre comment tu as fait pour te retrouver dans ce MS. Je me présente, Raw Le Creuset, commandant des Forces armées de ZAFT. Quant à eux, ils s’appellent Asran Zala, Nicol Amarfi, Yzak Joule et Dearka Elsman. »

Yzak semblait la regarder avec dédain, Dearka, quant à lui, semblait avoir un sourire en coin de lèvres et les deux autres semblaient à la fois songeurs et calmes. Les deux derniers ne semblaient pas ni agressif ni même avec de mauvaises intentions. Quant aux deux autres, ils n’inspiraient pas forcément confiance. Et l’homme qui avait pris la parole, le commandant Le Creuset, affichait un sourire à la fois rassurant et mystérieux, un air mystérieux renforcé par ce masque qu’il portait sur le visage. Ils voulaient juste savoir comment elle avait atterri dans ce MS. Alors ils devaient parler de la machine dans laquelle elle s’était cachée. Était-ce comme ça qu’elle s’était retrouvée ici ? Etaient-ils venus sur Héliopolis dans le but de voler ces machines ou était-ce une dernière solution pour s’échapper ? La jeune Tsukyo ne comprenait pas tout, dépassée par les évènements, posant à nouveau une main sur son visage, comme cherchant à poser sa tête sur quelque chose. Que devait-elle leur dire ? Leur mentir ? Ca ne servirait pas à grand-chose, de toute manière, s’ils avaient pris soin de ne pas la blesser jusqu’ici, ce qu’elle raconterait ne donnerait pas plus de raison de la tuer. Soupirant un moment, la jeune fille tenta de reprendre ses esprits, doucement mais sûrement avant de regarder parterre, comme gênée. Elle ne les connaissait pas et face aux inconnus, elle agissait toujours comme ça, malgré son caractère explosif avec ses amis, quelques fois.

« J’habite à Héliopolis avec ma mère et comme tous les matins, je me rendais d’abord au centre-ville pour rejoindre des amis avec qui je me rendais à un bureau pour travailler, étudier sur toutes sortes d’affaires touchant de près ou de loin à tout ce qui est mécanique, informatique. Et une fois qu’on a entendu l’alarme d’urgence sonner, on a voulu se réfugier dans des cabines mais elles étaient trop remplies, on ne pouvait plus y entrer. C’est alors que je me suis réfugiée dans cette machine, c’était une idée de mon copain. On ne pensait pas que la réelle cible de cette attaque était ces machines. Sinon, jamais je ne m’y serais cachée. »

« Et c’est là qu’Asran t’a remarquée et a décidé de te ramener sur le vaisseau, puisque les hangars prenaient feu suite à l’explosion. C’est bien ça, Asran ? »

La jeune fille regardait ce prénommé Asran et durant ce laps de temps, on pouvait lire sur le visage de la jeune fille de l’étonnement, du questionnement. Alors, il l’avait retrouvée dans ce MS, c’était lui qui l’avait piloté et qui l’avait ramenée jusqu’ici ? Il lui avait en quelques sortes sauvé la vie. Mais était-ce bien mieux d’être ici en vie ? N’allait-elle pas préférer être morte en restant ici ? Non, il ne fallait pas penser cela ! Elle avait encore des chances de retourner sur Héliopolis, retrouver Kira et les autres.

« Oui, c’est exactement ça. »

Maya gardait son regard fixé sur Asran, surprise que des soldats, de ZAFT en plus, l’ait sauvé ainsi d’une mort plus que certaine. On lui avait donné de fausses informations, finalement, sur les militaires, ils n’étaient pas si mauvais. Evidemment, ils avaient attaqué Héliopolis, évidemment, ils avaient fait des morts à cause de cela, mais ils étaient correct quand il s’agissait de sauver la vie d’un civil, on ne pouvait donc les blâmer. Au fond, aurait-elle eu cette chance avec n’importe qui ? Certainement pas. Maintenant, il suffisait juste de savoir. Savoir ce qu’il allait lui arriver. Savoir ce qu’ils comptaient faire. Allaient-ils la laisser partir maintenant ou bien allaient-ils la garder ? Seuls eux étaient maîtres de la décision.

« Et maintenant ? Qu’allez-vous faire de moi ? Je suppose que ce n’était pas dans votre plan que de récupérer une civile. »

Balayant la pièce du regard pour finalement regarder vers le commandant du navire, Maya était plutôt inquiète, pour son sort, mais aussi celui de Kira et des autres qu’elle ne savait pas sous la surveillance de l’Alliance. Ce commandant fit mine de réfléchir, avant de la regarder à son tour. Contrairement à elle, il ne s’inquiétait pas, non, il cherchait un détail, un détail plutôt important mais dont personne ne se méfiait. Se retournant vers la porte, le sourire aux lèvres, il leva le bras vers le haut avant de voir la porte s’entrouvrir.

« Je suis vraiment désolé, mais dans de telles circonstances et au vu des combats imminents, on ne peut te relâcher comme cela, ce serait bien trop dangereux pour toi. J’espère que tu comprendras et tu ferais mieux de te reposer ici, en attendant. Les garçons resteront là avec toi, si jamais tu as besoin de quoi que ce soit. »

Il ne lui avait dit ce qu’ils lui réservaient ni le sort d’Héliopolis dans tous ces combats. Mais c’était ainsi et elle ne pouvait rien faire de plus que ce que lui avait dit cet homme. Il n’y eut que ce dénommé Asran qui s’en alla à la suite de son commandant, elle ne sut dire pourquoi. Désormais seule face à ces trois soldats, la demoiselle ne bougea d’un pouce, s’enfuyant un peu plus sous la couverture. Le blond, Dearka, semblait s’amuser de la situation, tandis qu’Yzak semblait râler comme depuis le début et le dernier, Nicol, il avait un regard plutôt apaisant, calme et rassurant, étrangement, il semblait gentil et plus proche d’Asran. Mais voilà… Ce n’était pas la présence de ce jeune homme qui allait la rendre totalement tranquille. Et tandis que des combats faisaient rage en dehors de ce vaisseau, les deux premiers jeunes hommes regardaient par-delà les vitres de la cabine, tout sourire apparemment.

« Ils n’ont que ce qu’ils méritent, au fond, il ne fallait pas cacher de telles machines et se dire neutre, de l’autre côté. »

Ses paroles firent réagir la jeune habitante d’Héliopolis qui n’attendit pour montrer sa position, même si en mauvaise posture.

« Et parce que des hommes politiques sabotent des affaires dans le dos des civils, ce serait à ces mêmes civils d’en payer les conséquences ? Si c’est la preuve de votre force, et si vous vous sentez plus forts ainsi, et bien vous ne valez pas mieux que ses politiciens corrompus ! »

D’un regard noir et empli de mépris, Yzak voulut la gifler, mais ce fut grâce à l’intervention de Nicol et puis de Dearka que son coup fut évité. Se tournant dos face aux jeunes soldats, Maya ne semblait regretter ses paroles. Elle ne supportait cet air hautain de ce garçon impulsif. Et quand bien même ses paroles la menaient jusqu’en prison, elle accepterait et assumerait toujours. Son père ministre à l’Alliance, elle avait appris à s’endurcir alors qu’elle vivait seule avec sa mère. La jeune Tsukyo n’était plus une enfant, elle pouvait se défendre seule maintenant et défendre ce en quoi elle croit, ses paroles, ses idéaux. Et c’est toujours fièrement et sans fléchir que la jeune fille tint encore un bon moment seule face à ce débile impulsif, son coéquipier qui semblait louche et l’ami de son sauveur. Au fond, ils n’étaient pas si menaçants ses soldats de ZAFT, c’était juste des adolescents comme elle et Kira, ils n’étaient pas si différents et ce même s’ils se pensaient supérieurs parce qu’ils utilisaient des armes en tous genres. Et puis, et surtout, elle se sentait mieux, bien mieux qu’eux, puisqu’elle n’avait jamais eu recours à la violence quelle qu’elle soit. Et ce moment de silence dura encore facilement quelques dizaines de minutes pour voir revenir leur commandant et Asran, alors que le Vésalius faisait route vers une destination inconnue à Maya. Relevant légèrement la tête lorsqu’elle vit le chef d’escadron arriver.

« Alors ? Quand est-ce que je pourrai retourner à Héliopolis ? Et mes amis ? Ma mère ? »

Alors qu’elle n’avait encore remarqué l’explosion totale d’Héliopolis, le commandant lui indiqua la vitre d’où on pouvait apprécier les dégâts et c’est alors qu’elle comprit.

« Je suis désolé, Héliopolis a été détruit et je ne peux te renvoyer ainsi, même avec une navette, surtout alors que les combats avec le vaisseau ennemi font rage. Tu vas devoir rester un peu plus longtemps en notre compagnie, mais ne t’en fais pas, nous avons tout ce dont tu pourrais avoir besoin de primordial. »

C’est sans un mot que la jeune Maya s’effondra en sanglots, rien, il n’y avait plus rien d’Héliopolis et de ce fait, plus rien de son ancienne vie paisible. Elle n’avait plus rien, elle ne savait où se trouvait Kira, ni même où se trouvaient tous ses autres amis… Qu’allait-il se passer ? Oui, sa vie avait bien basculé. Et ce n’était qu’un début.





Sujets similaires

-
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
» Murdo : L'univers est sans limite ...
» Bibliographie sur Tolkien et son univers.
» On se sent si petit, noyé dans l'Univers.
» [UN ARTICLE DE PRESSE] Les univers parallèles, une théorie intéressante !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération